Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

 
Publi info
   / / / /

comment j'ai réussi le permis de conduire

 

Il y a 29 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici
Ajouter une réponse
 

     
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

comment j'ai réussi le permis de conduire

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Oar16qr
Invité
oar16qr
Pratique - succès bronze nombre de vues
  1. Posté le 08/03/2013 à 22:53:27  
  2. answer
  1. J'aime0
  2. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Publicité
Bonjour,

Après quelques jours d'attente, ce matin, j'ouvre la boîte aux lettres... l'enveloppe, les jambes qui tremblent... Bon, fin d'un faux suspens pour le lecteur : j'étais reçue du premier coup au permis.
Pourtant, du début à la fin de la formation, j'ai eu énormément de difficultés (nombre incalculables de leçons, étalées sur... longtemps [smileyper​so), et c'était pas gagné pour moi - quelques jours avant, la monitrice a tout de même eu l'illumination, en me déclarant, l'air ravie, "je suis sûre que tu l'auras" (donc sous-entendu : un jour..., car visiblement, pour elle, jusque-là, c'était pas acquis).
J'ai tourné et re-tourné l'envie de faire connaître au monde entier les petites stratégies que je me suis bâties [smileyper​so, je le ferrai ici. Elles sont personnelles : chacun pourra picorer ce qui lui plaira, et pis de ce fait, je m'autoriserais ici un petit ton très "moi je", puisque c'est ça : "voilà mon expérience", si quelque-chose vous parle, appropriez-vous le !

[smileyper​so Je passe sur les conseils qui concernent la partie technique et autres "conseils pour l'examen" -> ce que je sais, vous l'avez appris aussi, et par ailleurs il existe d’excellents sites rédigés par des moniteurs -> je considère comme évident qu'il faut : être actif pendant ses leçons, être à son max dans la mesure de ses moyens (en tout cas, pour moi qui était... un peu nullarde, c'était nécessaire), et comme dans tout enseignement, se mettre dans un état d'esprit réceptif à l'égard de son moniteur, lui faire confiance. Si comme moi vous avez par ailleurs tendance à l'esprit critique ou à la "distanciation", il peut être bon, pour mieux assimiler, de vous mettre provisoirement dans un état d'esprit totalement "confiant" (ne pas observer la situation d'apprentissage, pas analyser le moniteur, etc, mais "être" dedans - si besoin jouer à l'élève dans votre tête). Analyser avec le moniteur constamment vos difficultés éventuelles (de manière synthétique).

[smileyper​soJ'aurais eu moins de mal si j'avais été familiarisée antérieurement : cela peut passer par le fait de pouvoir faire de petits trajets au volant quand on est ado ("tu gares la voiture" ;) , d'observer la route lorsqu'on est le passager.... A lire: http://www.persee.fr/web/revue [...] 28_1_1975. Pour ceux qui le peuvent, je pense que les formules "accompagné" ou "supervisé" sont royales. [ce post s'adresse principalement aux personnes qui auraient des difficultés, pour certains d'entre vous, c'est "les doigts dans le nez"].

[smileyper​soJ'étais dans une auto-école en région parisienne, dans laquelle j'ai cumulé les heures, etc., avec plus ou moins un moniteur différent à chaque fois, donc des contradictions pédagogiques of course et des leçons inutiles.
Au lieu de m'acharner, et de rater une première fois en région parisienne (à la clef : six mois d'attentes pour repasser l'exam, ou/et un dossier qui intéresse peu les auto-écoles pour s'inscrire ailleurs), j'ai attendu de pouvoir le passer en province. Ce qui m'amène au point suivant :

[smileyper​sochoix de l'auto-école, du moniteur ou de la monitrice. Prendre le temps pour trouver, en gagner ensuite. C'est dit brièvement, mais IMPORTANCE CAPITALE. (Faire attention => inégalité dans l'intégrité entre auto-école, leurs objectifs de vous faire réussir etc. - mais il existe déjà pléthore de témoignages).

[smileyper​soJ'ai consulté 2 fois un "psychomotricien" => exercices adéquats si problèmes de latéralité (à gauche? l'autre droite!), coordination, schéma corporel, je cumules un peu tout cela [smileyper​so. Bon ça m'a saoulée de faire le trajet, mais j'ai retenu les exercices et j'ai pratiqué (jongler, faire ceci avec la main gauche et en même temps cela avec le pied droit). Et en voici un intéressant pour la conduite: observez un paysage (par exemple passager en voiture), fermez les yeux, essayez de voir tout ce que vous avez mémorisé.

[smileyper​soPassagère d'une voiture, je me suis mise à m'intéresser au trafic etc. comme si j'étais la conductrice (au moins de temps en temps), m'entraîner à observer et anticiper ce que le conducteur aurait dû faire. C'est con, jamais je n'aurais eu idée avant... Lorsque j'étais passagère à l'AE, j'en profitais pour observer et assimiler au max, pareil lorsque j'ai vu la monitrice conduire.

[smileyper​soDurant l'apprentissage, j'ai pratiqué régulièrement la méditation et la sophrologie (relaxation "active" ;) . J'ai eu l'occasion d'aller à des cours collectifs en sophrologie, et par ailleurs, j'ai consulté la praticienne deux fois "en individuel" et enregistré les séances pour les refaire chez moi. Cela marche très bien pour être plus concentrée et calme, mes leçons étaient franchement meilleures lorsque j'avais la discipline de les pratiquer avant [(j'ai été diagnostiquée il y a quelques temps, comme "surdouée", on peut être sceptique sur cette notion, mais cela impliquerait une pensée bouillonnante [ou dite "en arborescence"] -l'image qui me vient est celle d'un cachet d'aspirine en effervescence dans un verre d'eau : les pensées se dispersent et nous dispersent -mais comme tout le monde peut-être, je pense)]. Entre parenthèse, j'ai remarqué de vrais résultats, objectivables, sur mes "performances" sportives (si je peux les appeler comme telles! hum hum).

[smileyper​soDurant la phase d'apprentissage, tolérance envers soi, indulgence lorsque j'avais été nullarde en leçon [des trucs appris lors d'une thérapie TCC sur l'estime de soi. Se parler à soi-même "allez ma chérie, tu as fait de ton mieux" - si, si, c'est étonnant, mais ça marche bien, avec la pratique].

[smileyper​soJ'ai accepté que ladite phase soit très longue, BEAUCOUP plus qu'escompté au début, sans forcer les choses (ou m'illusionner sur mon niveau de base).

[smileyper​soDeux semaines avant l'examen, j'ai eu la chance immense de pouvoir ne me consacrer qu'à cela (je veux dire, pas de grosses autres contraintes à gérer, et période de vacances). C'était aussi le cas de mon compagnon lorsqu'il l'a réussi. Entre les leçons, pas mal d’activités pour décompresser : sport, lecture. Remarque : ma monitrice avait des candidats qui étaient au chômage (on peut extrapoler aux étudiants en grandes vacances) et elles avait constaté que ceux qui s'en sortaient le mieux, étaient ceux qui maintenaient des activités sportives, des activités, etc, parce que supposait-elle (et j'suis d'accord) cela maintenant un niveau cognitif "actif". Je ne sais pas comment je m'en serais sortie dans une période "absorbée "dans" le travail" (et par rapport à cela, pour la suite en tant que conductrice, je vais faire gaffe et travailler sur moi).

[smileyper​soEntre les leçons, je repensais mentalement aux points à améliorer, je re-"écoutais" dans ma tête les conseils prononcés par la monitrice, je refaisais des p'tits trucs en état de relaxation (prendre le rond point bien méthodiquement, et tout ce qui va bien).

[smileyper​soPeu de temps avant l'épreuve, "examen blanc" catastrophique, plusieurs fautes "éliminatoires". Je prends la mesure de l'effet du stress, pars consulter un médecin, et je lui ai demandé carrément s'il était possible de me prescrire un bêta-bloquant, en lui expliquant le contexte ( => ce médoc n'est pas incompatible avec la conduite). Je suis en bonne santé, je ne prends pas de médicaments pas ailleurs (sauf pilule), donc dans mon cas, il était possible d'en faire usage exceptionnellement. Je précise car bien entendu, comme tout médoc, on rigole pas (votre santé en jeu à long terme) -je ne fais pas la "morale", mais tout le monde est conscient du fait que seul le médecin est apte à vous dire ce qui vous convient. En ce qui me concerne, l'effet a été "miraculeux" - le corps ne "suit" pas la tête et ne s'emballe pas (mains qui tremblent et cœur affolé) et bizarrement (mais ça ne fait pas, je crois, partie des effets secondaires connus), le flot de mes pensées était canalisé, une pensée en suivait une autre, posément, distinctement. Du coup, diminution significative de l'étourderie durant les quelques jours de "test" et d'habituation au médicament. Au niveau de mon humeur, le matin de l'épreuve, celle-ci était massacrante (je ne me reconnaissais pas [smileyper​so , a dragon is born) et cela s'est amélioré avec le bêta-bloquant  :??:  .

[smileyper​soTrès peu de temps avant l'épreuve (la veille?), j'ai piqué une idée d'une "forumeuse" sur internet. Elle avait noté par écrit toutes ses erreurs. Je l'ai fait, sur un joli cahier, en transformant les erreurs en consignes simples , formules affirmatives et mémorisables. Exemple : je n'oublie pas de regarder dans le rétroviseur avant de freiner quand je vois un piéton => "le rétro, puis je freine", "rétro avant de freiner ma belle". J'ai lu à voix haute les conseils et je les ai écoutés quand je partais me balader (ça donnait une cassette d'une durée de: 3 minutes).

[smileyper​soAutre idée piquée sur internet d'un témoignage d'une qui avait du mal elle aussi, et a réussi (http://www.reussirsavie.fr/ar​ticle-33693298.html). J'ai été chercher sur le net des témoignages de gens qui avaient réussi, en laissant de côté ceux qui avaient foiré (que j'ai lu après, en boucle, quand je savais pas si c'était bon ou pas [smileyper​so).

[smileyper​soLors des deux dernières semaines avant l'examen, j'ai visualisé (you tube) des tas de vidéos de tutoriels de créneaux faits par les auto-école. Bizarrement, je me suis mise à complètement foirer mes créneaux et manœuvres en leçon (que jusque là je faisais avec l'impression de rien comprendre, mais tombait pas trop mal). Je n'ai aucune explication (sinon que j'en ai trop fait, se compliquer les choses alors que le corps a assimilé ce qu'il faut faire). Idem le fait de dessiner des schémas représentant créneau, rangement en épi, etc. Mais peut-être utile à d'autres? [smileyper​soPar contre bien de regarder les vidéo portant sur les questions des "vérifs".

[smileyper​soUne leçon le jour de l'épreuve -ou conduire avant celle-ci par exemple vers le centre d'exam.

[smileyper​socomme je crois à ces machins-là - vous aurez remarqué ce côté "new age"? [smileyper​so-, j'ai rédigé une séance d'auto-hypnose, que j'ai lue sur un enregistreur, j'ai mis Enigma en fond musical, et écouté. Allez, je vais vous mettre le texte dans un post suivant celui-ci (je vire mon nom ou infos) Les idées de base => état de relaxation avant => préparation "sportive". A certains niveaux (désolée du... flou), le cerveau ne ferrait pas la différence entre les choses vécues et les choses imaginées - des gestes imaginés, etc. Donc je me suis imaginée en conduite (en le "vivant" dans ma tête, mais vraiment), en décomposant les gestes, en faisant "tout bien", pour assimiler. L'efficacité de ça a été prouvée pour l'entraînement sportif (et puis, au pire, ça aurait coûté du temps perdu, mais ça fait comme un gris-gris ça rassure). => des métaphores qui vous plaisent [dans mon cas, j'ai essayé de créer une association entre un truc que je sais faire, "conduire" un cheval, et conduire une voiture] => Visualiser la réussite. Cela serait parait-il super important. J'ai régulièrement visualisé le papier avec "favorable" entouré (en faisait taire mes superstitions névrotiques, ça porte malheur de croire qu'on va réussir, etc), en particulier lors des moments de doute.
Si vous faites un enregistrement de ce type, peut-être ne pas écouter le soir (j'étais tellement à fond, à vivre la conduite et l'exam, que j'arrivais pas à dormir).

[smileyper​sovrai pour tout exam, pour entretien d'embauche, etc : l'état d'esprit le plus favorable, c'est d'avoir envie de réussir, tout en étant détaché (et en ayant si possible une porte de secours - dans la vie, forcément c'est pas toujours si simple - mais pour le permis, pour la plupart d'entre nous oui - on peut le repasser la prochaine fois, etc). Je me suis beaucoup parlé à moi-même (TCC) "ma chérie, tu as le droit de réussir... et t'as aussi le droit d'échouer à cet examen, il n'y a pas de problème". Selon vos propres petits noeuds dans la tête, cela peut vous aider. Vous imaginez vos portes de sorties (au pire, si je le rates, et alors ? ça change quoi à ma vie dans six mois? dans dix ans? comment je pourrais faire en attendant si je rates?). Celui qui y va "comme une fleur" (aux exams), parfois celui qui cartonne de façon inattendue.

[smileyper​socomme beaucoup de gens, j'ai dit à personne que je le passais (sauf très proche), j'en ai parlé à personne avant d'avoir le résultat.

[smileyper​soJ'ai été super heureuse, que dis-je, je suis super-heureuse. Même si par ailleurs,  je sens bien que j'ai encore pas mal de trucs à apprendre "en autonome", c'est clair. edit : et comme les autres jeunes conducteurs ! (sincèrement, je penses que je peux devenir une conductrice... pas mauvaise du tout, d'ailleurs la monitrice me l'avait dit - tu sais conduire maintenant [même si on revenait de loin]-, j'avais du mal à conduire "impeccable" et toujours parfaitement conformément aux critères de l'examen, mais j'ai assimilé l'essentiel, et je peux progresser encore, c'est ça que je veux dire. Pas que je l'ai eu mais que je suis un danger hein !).


[smileyper​so Bien sûr, j'ai pas précisé : tout ne dépend pas de nous. J'ai eu du bol, aussi (parcours sans grande difficulté, examinateur compréhensif qui a choisit de mettre "favorable" alors que pas mal de petites remarques, que c'était pas parfait - un autre aurait pu m'ajourner, mêmes performances) [mais aussi, il a perçu mon sérieux, le côté "elle a du mal, mais elle a vachement bossé].

[smileyper​so Et de votre côté, si jamais vous le foireux, soyez cool avez vous, faites vous un petit cadeau. Et baissez pôs les bras !

[smileyper​soje vais pouvoir aller faire la fête et sortir de l'obsession de tout ça !

Bon courage,

Oara, l'as de pique du volant
Message édité par Oar16qr le 08/03/2013 à 23:30:01
Sujets relatif
Invité
oar16qr
Pratique - succès bronze nombre de vues
  1. Posté le 08/03/2013 à 23:12:29  
  2. answer
  1. J'aime0
  2. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Mon écrit "auto-hypnose" [vous avez des bouquins sur ce sujet, certains complètement fantaisistes, ésotériques, sectes... d'autres concrets et très bien, suffit de faire un tour sur google ou à la fnac]

Lu (en prenant un ton "naturel", en ne parlant pas trop vite et avec douceur) dure 40 minutes.

Si ça vous plait de le faire, adaptez-le à vous (je l'ai écrit en écoutant mon intuition).

Le fait de décomposer (en l'écrivant) les gestes de la conduite vous ferra probablement progresser, en plus (travail de la mémoire).

J'ai peur de sembler ridicule (avec mes témoignages et tout!) mais je prends le risque [smileyper​so! Espérant pouvoir aider certains.

Invité
oar16qr
Pratique - succès bronze nombre de vues
  1. Posté le 08/03/2013 à 23:13:42  
  2. answer
  1. J'aime0
  2. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
fausse manip. Voilà le copier coller de mon texte

J’ai décidé d’obtenir le permis de conduire. Cette séance est destinée à m’apporter le petit quelque chose de magique pour me guider sur le chemin du succès. J’ai une chance d’obtenir ce permis de conduire lors de l’examen qui aura lieu un après midi, ( à telle DATE). Tout à l’heure, je me demanderai au plus profond de moi-même, si c’est cela dont j’ai envie : avoir le permis de conduire, réussir l’examen.
Mais pour le moment, n’as-tu pas envie de te détendre un peu dans ta bulle ? Je te propose donc d’abord, de respirer profondément au fur et à mesure de ma voix : inspire, expire. Et pendant que tu inspires, tu fais raisonner en toi le mot « confiance », et pendant que tu expire, tu fais résonner dans tes cellules « confiance, PRENOM ». [note : un mot qui vous va. Vous pouvez lire :la sophrologie pour les nuls]
Je t’invite à voir un très beau paysage. Tu vois l’ensemble et les détails. Tu trouves des animaux dans ce paysage, et tu les caresses. Tu trouves de l’eau très fraîche et si tu veux tu peux la goûter. Tu sens le sol à tes pieds, en même temps que tu lèves la tête et que tu vois la couleur du ciel. Et puis, quand tu en as envie, tu te dirige vers un petit abri dans le paysage. C’est une construction toute ronde, en forme d’igloo, qui semble aller sous le sol. Tu entres dans l’igloo, qui est tapissé d’une mousse toute chaude et toute douce. A l’intérieur de l’igloo, il y a deux escaliers, un en belles pierres douces, et un en bois de couleur miel. Et tu peux choisir un escalier pour descendre. Et au fur et à mesure que tu descends les marches, une à unes, tu sens que tu plonges au cœur de toi-même, dans une délicieuse bulle de détente.
1 : alors que ton esprit est de plus en plus léger, tu laisses s’inviter la détente sur ton visage, sur ton crâne, dans ta nuque. Tu peux tout relâcher, ou alors tu peux préférer commencer par contracter puis relâcher. Ton visage se relaxe (tu peux commencer par le front puis les mâchoires, ou les mâchoires puis le front). Quant tu sens que c’est OK, tu peux descendre encore quelques marches et arriver au deuxième palier.
2. Alors que ton esprit est de plus en plus léger et tranquille, tu sens que le reste de ton corps plonge aussi dans la détente. En commençant par les épaule et le dos, que tu autorise à se lover dans la plus parfaite relaxation à laisser les tensions. Et puis, cette relaxation atteint peu à peu l’ensemble de ton dos. Elle parcoure ensuite tes deux bras, du haut des épaules jusqu’au bout de chacun des de tes doigts. Lorsque tu sens que c’est Ok, tu as envie peut-être de descendre encore quelque marche, en sentant tes pieds et tes jambes, et tu atteints le troisième pallier.
3. Alors que ton esprit flotte dans une joie pure, tu sens que le bas de ton corps s’enfonce aussi dans la détente. Tu autorise tes reins, ton ventre et ton bas ventre, à se relaxer, tranquillement, à ton rythme. Tu peux inviter cette relaxation paisible à parcourir tes jambes ; tu sens que tes deux jambes se détendent, du haut des hanches aux genoux, jusqu’aux pieds. Et puis, lorsque tu le sens, tu descend jusqu’au 4 ème pallier.
4. Le quatrième pallier est un joli sas éclairé aux bougies. Au fond de la pièce, il y a une douche chaude, et tu peux entrer dans la douche et sentir que les gouttes unifient ton corps et relaxe chaque parcelle de ta peau. Tu peux rester le temps que tu veux, et quand tu sortiras de la douche, tu pourras demander au fond de toi « est-ce que j’ai envie de réussir le permis de conduire dès la prochaine fois ? ». Tu peux y penser tranquillement, aussi longtemps que tu veux. Et si tu n’as pas envie, tu peux décider d’écouter un autre jour cet enregistrement. Et si tu as envie, quand tu sauras que c’est oui, tu va sentir ton index se lever pour dire oui. Alors, tu peux retourner dans l’escalier, et aller jusqu’au 5ème niveau pendant que la musique t’accompagne.

5. Te voici dans le 5ème pallier. C’est étonnant mais, ce pallier est situé dans une grande clairière. Il y a une jolie voiture, que tu connais bien, et un petit poney très docile. Tu sais que tu as appris à voyager aussi bien avec le poney qu’avec la petite voiture, et que tu peux te diriger aussi facilement avec le poney ou la voiture, et que c’est agréable. Tu caresses la nuque du poney, et puis tu montes dans l’auto, tu t’installe au volant, tandis ce que le paysage, de manière magique, se transforme, et nous voilà dans une ville. A côté de toi dans la voiture, il y a une personne que tu ne connais pas. Cette personne recherche des jeunes gens à qui elle va donner le permis de conduire aujourd’hui, peut-être à toi ? Tu as envie de lui montrer ce que tu sais faire, tu as envie que cette personne dise oui, car tu sais que tu peux. Tu sens le fauteuil de la voiture, qui est confortable contre dos ; tu mets les mains sur le volant, et chaque fois que tu poses les mains sur le volant, tu deviens attentive et confiante. Je te laisse sentir l’expérience encore : tu poses les mains sur le volant, et tu deviens attentive et confiante. Tu règles bien ton siège, les rétroviseurs, pour te sentir bien, et puis, ton mets le contact et tu desserre le frein à main. Tu es dans une petite bulle transparente, tu te sens protégée tout en était parfaitement attentive à ton environnement. Tu demandes si tout le monde est bien attaché ? Tu regardes la circulation, car tu es prête : lorsqu’il y a la place pour toi, tu mets le clignotant, tu observes partout comme tu sais faire, derrière toi, et puis, tu entres sur la route.

C’est une belle et grande route. Tu es toujours attentive et confiante, tes yeux alertes comme des moineaux se posent sur le paysage, ils observent tout, tu regardes régulièrement dans les rétroviseurs. Tu regardes dans le rétroviseur, et tu passes la seconde vitesse avec ta main droite, puis tu souris. Et tu regardes dans le rétroviseur, et tu passes la troisième vitesse. Tu te sens bien, tu roules parfaitement placée sur la voie, ni trop près des voitures garées à ta droite que tu laisses se reposer tranquillement, ni trop à gauche. Tu regardes les panneaux, les signaux aux sols, et tu adaptes ta monture à tous ces panneaux qui t’aident et qui sont comme de petits animaux qui disent quoi faire. Tu roules, tu es attentive, tu es bien, tu sais faire. Tu regardes régulièrement dans ton rétroviseur, et tu vois qu’il y a une bande cyclable. A un moment, la personne à côté de toi te demande de tourner à droite. Tu es fière de montrer que tu sais faire. Tu rétrograde en deuxième vitesse, tu observes et tu mets ton clignotant. Comme il y avait une piste cyclable, tu observe la vitre arrière droite, et puis tu tournes ; dans la rue à droite, tu vois une vielle dame et un petit garçon, tu regarde dans le rétroviseur, et tu ralentis doucement. Tu es fière, tu sais faire, et tu redémarres. Tu continue tout droit, et tu observes l’intersection à ta droite, et les piétons, et les voitures. Tu t’arrêtes pour laisser passer une voiture à ta droite, dans une petite rue qui était cachée. La monitrice, à l’arrière de la voiture, ne rien, mais tu sais qu’elle a envie de te féliciter. Tu roules en observant, tu sens tes mains sur le volant, ton esprit est large, tu sens que tu peux réussir. Puis, la personne qui est à côté de toi te demande d’aller à gauche, et tu es contente, tu as envie de montrer comme tu sais bien le faire. Tu contrôle dans les rétroviseurs, dans la vitre, puis, tout en mettant ton clignotant, tu rétrogrades la vitesse, et tu ralentis. Tes mains sur le volant savent parfaitement faire, tu serres un peu à gauche sur ta voie, et lorsque tu as atteint le bon endroit de l’intersection, pile au bon moment, tu regardes. Sur la voie de droite, une voiture arrives en sens inverse, tu la laisse passer, puis, tu observes, tu regarde ton retro derrière ton épaule, l’angle mort, et tu tournes, parfaitement bien placée, pas trop vite, et te voilà sur une nouvelle route, bien entendu, tu roules dans la voie de droite, tu es fière car tout s’est bien passé, et tu as envie d’aller plus loin et de continuer. Tu roules, tes mains sont bien stables sur le volant, et la voiture est juste là où il faut, bien à droite, mais tu sais laisser la distance si des voitures se reposent, et tes yeux sont comme des moineaux, qui sautent d’information en information dans le paysage et informent ton cerveau. Tu vois les panneaux, les intersections, les gens, les voitures…. Et puis, la personne à côté de toi te demande de tourner dans une petite rue à droite, pour faire demi tour. Tu regardes ton rétro, tu ralentis, et tu tournes à droite comme tu sais faire. Tu te vois faire le demi tour, et tu vas rouler jusqu’à un parking. Tu entres prudemment dans le parking, comme tu sais le faire, en vérifiant partout. Tu vas te garer à côté d’une petite voiture verte, en te garant à reculons. Comme tu sais le faire, tu mets ton clignotant, et tu regardes bien partout autours de toi. Tu te pose à côté de la voiture, tu t’arrêtes, et tu bouges le buste pour bien voir autours de toi, et tu enclenches la marche arrière, et dès que tu vois le tout premier feu de la petite voiture verte, tu tournes très vite ton volant, et tu entres entièrement dans ta place de perking, et quand tu es placée, bien entrée, tu redresses les roues et tu recules en regardant derrière toi. Bravo. Tu es garée, et tu tu te reposes pour imaginer mentalement un dessin de la trajectoire que tu viens de faire. Tu prends le temps que tu veux. Puis, tu mets ton clignotant, tu observes, et tu te prépares à ressortir dans le bon sens – tu sors haut droit, pour ne pas abîmer ta voiture adorée, ou la voiture à côté. La personne qui est à côté de toi te dis d’aller dans la direction d’une ville qui s’appelle « Réussi » où tu vas aller chercher ton permis de conduire. Toute joyeuse, tu sors doucement du parking en observant bien, et tu vois un panneau de rond-point. Tu observes où il faut aller, et tu vois qu’il faudra aller à gauche, alors, tu vas aller dans la file de gauche avant d’entrer sur le rond point. Tu regardes l’angle mort, tu mets ton clignotant, et tu glisses dans la voie de gauche, et tu passes la seconde. Tu prends le rond-point comme tu sais faire : observer les autres, entrer doucement, signaler, contrôle directe se déporter, contrôle le rétroviseur à nouveau, et puis te voilà dans une belle grande voie d’insertion, qui te permets d’aller dans une superbe route où l’on peut rouler plus vite. Tu as envie d’y aller ! Tu observes à gauche, tu accélères dans la voie d’insertion, tu passes la quatrième vitesse, et lorsque que tu as bien accéléré, que tu as la place, tu contrôle derrière toi, et tu entres joyeusement. Tu tiens bien ton volant, tu roules à une vitesse régulière, les yeux agiles comme des papillons observent les rétro et la route, et mentalement, tu attends la sortie vers la ville réussir. Lorsque tu la vois, tu contrôle derrière toi à droite, et tu glisses dans la voie de décélération. Tu sais que tu peux ralentir fortement, et tu te vois passer à l’envers les rapports de vitesse, tu suis la direction, tu vois un rond-point, tu suis la panneau. Tu te sens bien, ton esprit est vigilent et paisible. Tu ralentis pour laisser passer une femme, et puis, tu tournes à gauche comme tu sais faire, tu te vois et tu te sens faire tout ce qu’il faut pour tourner à gauche. Te voilà dans une rue à sens unique. La personne à côté de toi te demande de t’arrêter pour te garer sur le trottoir. Tu observes, tu ralentis, et tu mets ton clignotant à droite. Tu t’arrête à côté d’une voiture jaune, et tu observes autours de toi. Tu mets la marche arrière, et tu recule, et dès que tu aperçois le vide, tu tournes les roues à 45 degrès, et tu entres, et tu regardes le rétro, et tu attends d’être tout à fait entrée, pour braquer dans l’autre sens, et puis tu ramène ta voiture jusqu’au bout, loin, bien droite et bien serrée, à l’abri, le long du trottoir. Tu es fière, très fière. Tu prends un moment, pour faire une pause, et mentalement, tu revois d’en haut la trajectoire que tu viens de faire avec la voiture. Et mentalement, tu vois d’autres manœuvres pour se garer : en épi, etc. Tu souris, les mains touchent le volant, tu te sens OK. Tu sens le fauteuil moelleux de la voiture. La personne à côté de toi voudrait te poser deux questions. Tu as confiance, tu as regardé plusieurs fois la vidéo avec les réponses aux questions. Elle te pose une question, et tu lui montres, et tu réponds parfaitement. Elle te pose une deuxième question, et tu réponds parfaitement. Tu sens que tu as bien fait de réviser souvent les réponses aux questions. Et puis, comme si tu voyais un film en accéléré, tu vois la personne à côté de toi te demander de retourner au point de départ, et tu te vois, comme un film accéléré, faire le trajet, parfaitement concentrée, attentive et sereine, maîtrisant parfaitement le véhicule et observant attentivement et calmement les règles de circulation. Je te laisse visualiser la suite du trajet, et te je t’attends au point d’arriver.
Tu es maintenant arrivée. Tu dis au revoir, tu rentres à la maison. Et dans la boîte aux lettres, il y a le permis de conduire. Laisse toi sentir la victoire, peut-être que tu pousses un cri de joie, ou que tu prends quelqu’un dans tes bras, ou que tu passes un coup de fil ? Imagine le lieu, les gens, les sensations et les sentiments, laisses toi remplir de joie, c’est la réussite que tu mérites totalement, vis la pleinement. Et, puis, laisse venir à toi une idée : la première chose que tu as envie de faire lorsque tu auras le permis de conduire. Imagine-toi, comme si tu y étais, en train de le vivre, de le sentir, de l’entendre, de le voir… Et puis, tu laisses doucement ces images s’estomper, mais tu gardes avec toi l’étincelles du succès que tu viens de vivre. Tu ferme le poing pour la garder en toi. Elle t’accompagne maintenant.
Et puis, tu reviens ici et maintenant, en prenant conscience de ton corps où il se trouve. Ton corps que tu aimes, et pour revenir, tu inspires et expires consciemment. Et lorsque tu seras prêtes, tu pourras sortir de cet état de transe, t’étirer, bailler, et ouvrir les yeux, pleine de conscience, de joie et d’énergie.

Publicité

Pas d'baratin mon pote.
Profil : Pilote semi-pro
jacky21
Pratique - succès argent messages
  1. Posté le 09/03/2013 à 17:20:42  
  2. answer
  1. J'aime0
  2. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Punaise que c'est long&#91;[smil​ey<img
Message édité par jacky21 le 09/03/2013 à 17:22:00
Invité
ann42gg
  1. Posté le 07/05/2015 à 11:05:22  
  2. answer
  1. J'aime0
  2. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
.
Message édité par Ann42gg le 07/05/2015 à 11:06:09
Profil : Pilote pro
  1. homepage
dom-autosure
Coupe or Pratique Pratique - succès or nombre de vues Pratique - succès or sujets
  1. Posté le 28/04/2016 à 21:15:33  
  2. answer
  1. J'aime0
  2. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Le permis est difficile mais le comportement des conducteurs est difficile et parfois dangereux. Une bonne AE avec bien sûr de bons enseignants de la conduite permet avec de l'assiduité et de l'observation d'obtenir son permis en 23 h de conduite pour 1 200 € environ. Encore faut 'il s'en donner la peine. Et choisir l'AAC est la moins mauvaise méthode :)
Message cité 1 fois
Profil : Routard
marmottedu35
Pratique - succès bronze messages
  1. Posté le 05/05/2016 à 20:39:42  
  2. answer
  1. J'aime0
  2. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

 :non: non non tu n'es absolument pas au bon endroit je te conseille vivement de t'adresser a cette adresse https://www.service-public.fr/​​particuliers/vosdroits/F2828 pour proposer tes servicess .... frauduleux ..... ils seront ravis de colaborer

Profil : Pilote semi-pro
  1. config
k-ramelmou
Coupe bronze Pratique Pratique - succès argent nombre de vues Pratique - succès bronze sujets
  1. Posté le 06/05/2016 à 11:28:30  
  2. answer
  1. J'aime0
  2. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Publicité

dom autosure a écrit :

(...) Et choisir l'AAC est la moins mauvaise méthode :)
Afficher plus
Afficher moins

Je n'avais pas vu ce message avant... est-ce que ça résume ce que tu penses des AE? Ca expliquerait tes interventions dans les différents topics... :pfff:

Publicité

 Page :
1

Aller à :
 


Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Examen du permis 5
permis oui ou non ? 3
ai-je mon permis de conduire ? 1
Permi de conduire 0
Permis : OUI OU NON 4