Aller au contenu
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

panos

Membre
  • Compteur de contenus

    8 240
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages posté(e)s par panos

  1. Les pneus étaient des Dunlop et pas des Avon...

    75 boules pour ça !!!!

    Je préfère ma (vraie) 961 Spark d'il y a 10 ans...

    Avec ces différentes collections de qualités inégales, Spark se disperse beaucoup.

    Comme tu dis, c'est pas forcément bon pour son image de marque.

     

  2.  

    Il y a 5 heures, Arnage67 a dit :

    Histoire très instructive merci 😊 et fort bien documenté.

     

    Sinon pour la voiture ... comment dire ... Ben, j'suis vraiment pas fan de ce Taxi jaune 😉

    Effectivement Jérome, elle a tout d'un Yellow Cab...

    Après, comme on dit toujours, les goûts et les couleurs...

    Il y a 5 heures, gennaro1 a dit :

    Depuis que j'ai lu le commentaire de l'ami Jérôme, je ne vois plus vraiment une Mercedes, juste le taxi jaune et ma foi, ce surnom lui va comme un gant. Il est vrai que cette 300 SEL est tout ce qu'on veut, sauf une voiture de course. Un peu comme la SM que j'avais présenté, la grâce en moins.
    De plus, la miniature est un peu pataude et la finition est loin d'égaler celle des chinois, ne serait-ce qu'au niveau des essuie-glaces. 

    Reste une aventure superbement racontée, précise et détaillée avec plein d'informations que je ne connaissais pas. A vrai dire, je ne savais même pas qu'il y a eu une Mercos en 72 ! Pour moi, la première depuis 55 était celle de 78...

    Bref, une miniature qui est très bien dans tes vitrines à toi  :bien:

    Bon question finesse et finition, c'est une Minichamps avec ses traditionnels essuie-glace de camion, alors forcément faut pas comparer avec Spark mais moi j'aime bien ces autos qui ont fait l'effort d'essayer de courir la plus grande course in the world et qui n'ont pas pu ou pas su aller au bout de leur rêve. Pour ça qu'elle est chez moi cette 300 SEL même si elle n'a rien d'une auto de course.

    Un peu effectivement comme ta SM, que je n'ai pas prise d'ailleurs...

    Quant à la 450 SLC de 78 dont tu parlais  j'aimerais bien mettre la main dessus, mais pas facile à dénicher. Je crois qu'elle n'est sortie qu'en Néo.

     

    Merci pour votre passage.

  3. 1972.png

     

    drapeaubelge  48 - MERCEDES 300 SEL

     

    mercedes-benz-logo-hd-wallpapers_zps67f414a2.jpg

    amg-14C1461_03.jpg

     

     

     

    image.thumb.png.5c4395a34d44cd06c4159d48bf27f6aa.png

    Drapeau : Allemagne de l'Ouest Hans Heyer  Drapeau : Allemagne de l'Ouest Clemens Schickentanz

     

    Si depuis les doubles lauriers de F1 et de Sport récoltés en 1955, l'usine Mercedes a régulièrement boudé la compétition au sommet, il arrive que Stuttgart donne son feu vert pour les épreuves disputées par des modèles de tourisme. Il faudra attendre la saison 1963 pour voir, engagées sous étiquette officielle aux 6 heures du Nürburgring, une 220 SE et une 300 SE, cette dernière signant d'ailleurs le record du tour et ne s'inclinant au final que devant la Jaguar 3.8 litres, référence de l'époque.

     

    image.thumb.png.7619438a87b145f788022168c21b59a6.png

     

    En 1969, encouragé par les différents succès des berlines à l'Etoile, aussi bien sur circuit que sur route au cours des saisons précédentes, Karl Klink, ancien pilote devenu directeur sportif de la marque suite au départ d’Alfred Neubauer, aligne des 300 SEL aux 24 h de Spa. Engagées en Gr 5, elles sont équipées du moteur de la 600 dont la cylindrée est portée de 6,3 à 6,8 litres pour 380 chevaux et un poids global de 1500 kg. Mais les pneumatiques ne suivent pas et par mesure de prudence (déjà), la marque décide de renoncer à l'épreuve.

     

    image.thumb.png.30158d549299b3f5f9960d51c9fdfbc3.png

     

    Deux ans plus tard, on retrouve une 300 SEL aux 24 heures de Spa mais cette fois-ci, il s'agit d'un engagement privé dû à l'initiative de Werner Aufrecht, ingénieur chez Daimler Benz et accessoirement patron de la société AMG (Aufrecht-Melcher-Grossaspach) spécialisée dans la préparation des Mercedes de tourisme. Les arbres à cames, les pistons Mahle, les soupapes, l'admission et l'échappement sont inédits. On note également l'adoption des roues de la C111 (véhicule expérimental de la marque apparu en 1969). Grâce à cette savante alchimie, l'équipage Hans Heyer (issu du kart) et Clemens Schickentanz (un habitué du Tourisme) réussit l’exploit de terminer second, seulement battu par la petite Ford Capri 3 litres de Glemser/Soler-Roig.

     

    image.thumb.png.fd9639915312cb55a37227eed91d174e.png

     

    1972 – Souhaitant prendre sa revanche sur la marque à l'ovale, AMG persévère et demande à l'ACO une inscription pour la course des 24 heures. Les fidèles Heyer et Schickentanz sont toujours là et le V8 de 6 850 cm3 a pris de l'embonpoint. Pour entraîner une caisse aussi massive sur la ligne droite il faut, c'est évident, beaucoup de puissance  et les 430 chevaux du moteur ne peuvent malgré tout faire oublier les 1 635 kg de la machine (qui, sans les portes en aluminium, aurait avoisiné les 1 830 kg)Prudent, Werner Aufrecht profite de la séance d'essais préalable et de la course de 4 Heures qui accompagne cet entraînement semi-officiel pour tester celle qui, une fois encore, trouvera les Ford Capri sur sa route.

     

    image.thumb.png.5a8811054b0e7a2014ca9042d999fb02.png

     

    Assez rapide en ligne droite (un relevé indique un bon 270km/h sur les Hunaudières...), la berline jaune paille est accablée par des ennuis de freins et de distribution. Elle n'est de ce fait pas en mesure de fournir une réplique valable aux Ford officielles et si toutefois les nombreux ennuis qu'elle a connu ce we ne réapparaissent pas, il est malgré tout à craindre qu'en juin prochain, l'allemande ne surveille que de loin la lutte Ford-BMW promise dans la nouvelle catégorie «Tourisme Spécial». Le gigantisme a ses limites. Moins d'un mois avant la course, au vu de ses performances et des ennuis rencontrés, le forfait de la n° 48 est officiellement annoncé... AMG ne pourra tenir son pari audacieux.

    Hans Heyer, pour sa première participation, trouvera refuge sur la BMW 2800 CS du Team Schnitzer qui abandonnera après 70 tours. Quant à Clemens Schickentanz, il devra attendre l'édition suivante pour faire ses débuts au Mans.

     

    image.thumb.png.5c0b52ce4a5abb663e1398d0b70c9213.png

     

    On a revu la voiture aux 24 heures du Nürburgring, à Nuremberg et sur le Norisring (victoire de classe d'Heyer). Puis la FIA imposa une cylindrée maximum  en Tourisme de 5 litres. La 300 SEL fut revendue à Matra où elle servit à tester les pneus d'avions (?), avant de se perdre dans la nature... 

     

    image.thumb.png.75862ecd8a4b1040bc36be590ed23d7a.png

    index

     

  4. Je suis de l'avis de l'ami Hugues.

    Une 911 est toujours une superbe reproduction par Spark, mais l'originale de m'a pas laissé un souvenir impérissable. La déco n'a rien de folichonne, une voiture qui n'a pas décroché des profondeurs du classement. Bref, rien de bien passionnant à mon goût si l'on excepte une jolie présentation bien illustrée.
    Par contre, la Dome... :love:. Bon, niveau classement ça n'a pas été terrible non plus... 

  5. Une belle auto, un bel équipage, une belle présentation, que demander de plus.
    C'est sûr qu'elle donne un coup de vieux à ma bonne Quartzo, mais bon, je ne vais pas l'échanger avec la Spark et encore moins avec l'IXO dont les roues sont à chier...
    Je vais garder ma vieille, pour une fois...

  6. Tu as eu l'info où, cher Hugues ?

    En tous cas, 5 balles d'un coup, ils s'emmerdent pas chez Spark. Ils vont encore avoir des excuses à la con pour justifier cette augmentation.
    Qu'ils fassent gaffe à ne pas tuer la poule aux œufs d'or.
    A ce tarif, les collectionneurs vont un peu se lasser, moi le premier. J'ai d'ailleurs commencé à réduire ma consommation depuis un certain temps...

  7. Max Models, c'est du Minichamps il me semble. C'est aussi ce modèle qui est chez moi que j'avais acheté dans années 90. Elle accuse peut être le poids des ans, et encore, mais je ne trouve pas qu'elle fasse particulièrement "jouet". En tout cas, je la garde comme elle est.

    Présentation sympa, Paul.

  8. Il y a 14 heures, gennaro1 a dit :

    Les Spyker ont toujours été pour moi source d'attraction. Faut dire qu'avec sa carrosserie alu; ses rivets apparents, ses bandes orange et son look rétro, elle attirait les regards.

    Mais elle n'était pas qu'une jolie pièce de collection, c'était aussi un redoutable adversaire qui affrontait les Porsche GT. Bon, c'est vrai avec un cruel manque de fiabilité...

    Celle de 2005 est superbe, effectivement plutôt délicate à trouver et moi zossi, je suis bien content

    de l'avoir dans mes vitrines à moi, comme celle de 2002 et 2003 du reste. Belle présentation, soignée et précise, comme d'hab' quoi !

    Merci Hugues. Redoutable adversaire, je ne dirais pas ça mais il est vrai qu'au milieu d'une ribambelle de Porsche, leur présence était la bien venue

    Voici d'ailleurs les C8 de toutes les couleurs qui trônent fièrement ma vitrine.

    image.thumb.png.0dfa0bdbd84355feb279847efd855d2a.png

     

    Il y a 13 heures, alm93 a dit :

    Pas belles, pas fiables mais totalement atypiques je les aimais bien moi ses Spikers même si on sais comment cela se terminait en général.

     

    Moi je les trouvais plutôt jolies ces C8, aussi bien dans leurs robes grise et orange ou jaune et bleu.

    Enfin, comme tout ce qui sort du lot m'intéresse, je ne peux qu'apprécier ces Spyker, comme tu dis Armand, très atypiques. Il est vrai aussi, pas très endurantes. Il a fallu attendre les Laviolette de 2009 et 2010 pour voir une C8 franchir la ligne d'arrivée, si l'on excepte  2003 où la Double avait terminé mais non classée....

    Il y a 1 heure, Arnage67 a dit :

    Comme vous j'adorais ces petites Spiker, elles n'étaient pas très fiables mais elles étaient très attachantes et donnaient de la diversité aux GT ... ce qui manque  actuellement (vivement les GT3 ou GTD ou ... )

    Présentation au top comme d'hab.

    Il est vrai Jérome, on manque un peu d'exotisme aujourd'hui...

    il y a une heure, Perceval Racing a dit :

    Deux dernières présentations fort intéressantes avec chacune sa particularité.

     

    Coup de cœur sur la Spyker. Vraiment dommage qu'elle est eue ce problème mécanique car le potentiel était là ! 

    Effectivement Daniel, les pilotes s'amusaient à son volant et louaient son comportement.

    Le potentiel était là mais les soucis mécaniques étaient aussi souvent au rendez-vous...

     

     

    Merci pour votre passage... :jap:

  9. Le 01/04/2021 à 18:38, pprv94 a dit :

    je ne connaissais pas replicars

    Salut Paul,

    Replicars doit être, il me semble une boutique de miniatures hollandaise qui a dû demander à Spark de lui tirer une édition limitée de la voiture 100% hollandaise des 24 heures 2005. 

    Il n'est aucunement fait mention de Spark ni sur (sous) la boîte ni sur (sous) la miniature.

    image.thumb.png.af9a52b5b744b5cd7f484368b232591a.png

     

    Un modèle pas facile à trouver aujourd'hui que je suis bien content d'avoir déniché à petit prix...

  10. 2005

     

    nl  85 - SPYKER C8 SPYDER

     

    spyker.gif

     

    image.png.00413f458200e42d72958a411bcb9b0b.png

    Drapeau : Pays-Bas Tom Coronel  Drapeau : Pays-Bas Peter Van Merksteijn Drapeau : Pays-Bas Donny Crevels

     

     

     

    2005 - Après une année d'absence, Spyker revient au Mans avec une nouvelle voiture, la C8 Spyder, différente à bien des niveaux des C8 Double vues en 2002 et 2003. Engagée en GT2, cette auto découverte, plus courte, motorisée différemment est préparée aux Pays Bas dans les locaux de l'usine, Le Spyker C8 Spyder GT2R utilise le moteur Audi V8 utilisé dans toutes les voitures de route. La version course de ce moteur a été développée en interne par l'équipe technique de Dutch Spyker Squadron, dirigée par Peter van Erp et est couplée à une boîte de vitesses séquentielle à six rapports Hewland.

     

    image.thumb.png.57ba4e72c206f8e1dd84b2b50cc26ed1.png

     

    Un projet fier de ses origines à l'image de son équipage 100 % hollandais qui regroupe 3 pilotes ayant tous participé au moins une fois aux 24 heures.

    Tom Coronel ayant pris le départ à 6 reprises depuis 1999, pilotant une Spyker en 2002 et 2003

    Danny Crevels dont la seule apparition en Sarthe en 2001 le fut au volant d'une Dome, elle aussi 100% néerlandaise,

    Peter Van Merksteijn, quant à lui, était déjà présent en juin dernier au sein du Seikel Motorsport.

     

    image.thumb.png.24feed0a99c9c03eec91ab86daf25f6b.png

     

    Durant les essais du mercredi, s'il est un équipage se serait bien passé de la pluie, c'est bien le trio de la n° 85, seul spider des 23 GT présentes. Un handicap qui n’empêche pas les néerlandais de se hisser provisoirement au 6ème rang de leur catégorie. Le lendemain, Coronel améliore de plus de 4 secondes avec un temps de 4'32''043 avant de sortir violemment de la route. Les dégâts sont tels que la Spyker n’apparaîtra plus en piste. C'est en position de lanterne rouge (orange) que la C8 Spyder se présente sur la grille de départ.

     

    image.thumb.png.1287564ca64b56c18e218d613ca5c47d.png

     

    La course est tout juste lancée que Coronel écope d'un Stop and Go pour quille renversée au raccordement. La Spyker effectue malgré tout une très belle remontée puisque, partie de la dernière place, elle déborde 5 rivales de sa catégorie. Mais elle peine à progresser d'avantage. D'autant que la direction donne des signes de faiblesse. La demie heure perdue pour y remédier lui fait perdre 2 places

     

    image.thumb.png.d4dda643ec13c758accf98a654f983d0.png

     

    Tout juste avant 23h, Donny Crevels arrive à Indianapolis lorsqu'une durite d'huile explose. L'huile est pulvérisée sur le tuyau d'échappement et les pneus arrières. Partie en tête à queue, la voiture sort de la piste et prend feu. Le moteur tourne toujours mais les flammes causent trop de dommages à la voiture pour continuer. Cet incendie provoque la seconde neutralisation de l'épreuve et l'abandon, après 76 tours, d'une auto qui reste à ce jour la dernière apparition d'un "cabriolet ouvert". La n° 85 pointait alors en 36ème position.

     

    image.thumb.png.c502fdf8088c38030f352e18d35573e6.png

    image.png.64a78dd46ce21fed085ec05deb2fcbb1.png   BY  56158bad98da3   

  11. Un joli modèle de chez IXO que cette GT1, même si je préfère les "queue courte".

    Une nippone que l'on aura pas vu longtemps...

     

    Quand à la collection LPBV des 24H du Mans, vu qu'elle est sortie en 2003 (ou 2005 pour la réédition), tu ne devais pas être bien vieux à l'époque...

     

  12. Le 25/03/2021 à 10:46, Arnage67 a dit :

    mais elle apporte un peu de fraicheur ..

    Tout a fait, Jérôme. De la fraîcheur, de la couleur, de l'originalité , c'est tout ça qui m'a séduit, plus que la voiture par elle-même.

    Le 25/03/2021 à 10:46, Arnage67 a dit :

    oui la vrai avec sa carrosserie de 450 KG était bien exposée dans le village le jour de la course,

    M'en souviens plus...:bah:

  13. Un récit qui m' apprend bien des choses sur cette auto, même si on ne sait finalement rien de sa motorisation...

    J'ai longtemps réfléchi pour savoir si je la prenais ou pas. Mais finalement, je suis arrivé à la conclusion qu'elle resterait chez mon dealer. Pourtant, j'aime bien les autos improbables participant aux 24 heures mais cette grosse Ami 6 ne m'a pas fait craquer. :bah:

  14. Il y a 4 heures, pprv94 a dit :

    Coucou ! 

    J'en ai entendu des anecdotes et des descriptions des oeuvres de Fernando Costa : l'un de mes collègues qui collectionne les oeuvres d'arts est un de ses amis proches ! 

    On a passé tout un midi y à déjà quelques années à discuter de la manière dont Costa s'y est pris pour cette Morgan ! Il m'avait appris plein de choses ! 

    Sinon pour l'auto du coup je la trouve très sympa ! Ça changeait en plus des Oreca 03 déjà en grand nombre à cette époque ! 

    Ça fait toujours plaisir aussi de lire et revivre l'histoire de l'auto ! 

    Salut Paul, effectivement c'est toujours intéressant de savoir comment un artiste travaille

    Concernant les Morgan LMP2, je ne les affectionne pas plus que les Oreca , Zytek, HPD ou "Alpine" de cette époque. Des autos sans grande personnalité. Nettement moins digeste à mon gout que les Lola B12/60 ou Lotus T128 qui, tout en étant également des LMP2, avaient quand même, elles, une gueule de voiture de course digne de ce nom...

  15. Il y a 5 heures, gennaro1 a dit :

    Originale et sympathique, à défaut d'être belle ou attractive, cette Morgan ne m'a pas vraiment fait de l'oeil. Elle est cependant dans mes vitrines à moi, on va dire pour le côté original...Présentation détaillée et précise, c'est un régal que de te lire Philippe.

    Quant à la vraie, celle de 450 kilos, il me semble qu'elle trônait sur le parvis, non ?

    Merci Hugues.

    C'est pas le genre de voitures que j'affectionne particulièrement non plus mais elle offrait beaucoup de couleur parmi la meute de LMP2 et puis effectivement elle avait une livrée originale que j'aime bien.

    Donc, normal pour ça de la retrouver chez moi.
    Je ne me souviens pas avoir vu la vraie Art Car (450 kg de plus... qu'une LMP2 classique) exposée dans le village mais elle est maintenant visible au musée des 24 Heures.
    La version course était exposée au Classic 2014 :

     

    image.thumb.png.4b395f109279cfd5659181ddcac631fb.png

  16.  

    il y a 37 minutes, claude24 a dit :

    Désolé, suite à une salade de doigts, je n'arrive pas à éditer et / ou supprimer ce dernier post .....

    Any help, please ?

    .

    Salut Claude, pour éditer ton message, tu cliques sur les 3 points verticaux dans le coin droit en haut de ton message et tu cliques sur "Editer".

    Après, tu supprimes ce qu'il y a dedans, mais je ne suis pas sûr que tu puisses supprimer complètement le message..

  17. image.png.1c62a23725b554d0e744ed899f3047d0.png 

     

    drapeau  45 - MORGAN LMP2

     

    Logo

     

    image.png.4684bc0961eff91637289a6a740b09c1.png

    Drapeau : France Jacques Nicolet  Drapeau : France Philippe Mondolot  Drapeau : France Jean-Marc Merlin

     

     

     

    2013 - Pour fêter le 90ème anniversaire des 24 Heures du Mans, OAK Racing souhaite rendre hommage à l'épreuve sarthoise. L'équipe mancelle, en collaboration avec Speed Art, initie la réalisation d'une Art Car mettant en scène à la fois le circuit lui-même et la sécurité, sur piste comme sur route. 

     

    image.thumb.png.e4547690f00d83b09a00d7a45ebb4093.png

     

    Jacques Nicolet confie au sculpteur soudeur Fernando Costa le soin de réaliser cette Art Car conçue autour d'un châssis Morgan LMP2 ayant disputé quatre fois les 24 Heures du Mans. Costa travaille plus de 600 heures pour recouvrir l'auto d'une peau de tôle de 120 kg ajustées grâce à 1000 rivets et 250 kg de plaques émaillées provenant de panneaux routiers. Cette opération nécessite 20 000 points de soudure.

     

    image.thumb.png.d7f82049a59750777584a05c48fa0abc.png

     

    L'Automobile Club de l'Ouest lui confère le prestigieux label « Art Car des 90 ans des 24 Heures du Mans.

    La Art Car Oak Racing Costa est la 19ème voiture à obtenir cette appellation où des artistes prestigieux ont apposés leur nom : César, Calder, Stella, Lichtenstein ou encore Warhol. C'est en 1975 que la première Art Car est apparue au Mans à l'initiative d'Hervé Poulain sur une BMW 3.0 CSL.

     

    image.thumb.png.a5f686c9d615e01d425b7b1f0aa792c9.png

     

    Cette Morgan LMP2 ne prendra bien sûr pas la piste vu ses 450 kg de plus qu'un prototype LMP2.

    Par contre, la Morgan Nissan n°45 motorisée par un V8 nippon de 460Ch prendra part à la course habillée avec une livrée fidèle à l’œuvre de Costa. On trouve à son volant le patron Jacques Nicolet et deux gentlemen drivers, Jean-Marc Merlin et Philippe Mondolot. Venus de la série VdeV et des courses historiques, ces derniers figurent parmi les 41 rookies de l'année. L' équipage n'a d'ailleurs d’autre ambition que de finir cette 81ème édition.

     

    image.thumb.png.a9878e46fb6c69e7d2196acb7efcca65.png

     

    Dès son entrée en piste pour les essais, la Art Car attire la curiosité de tous, ce qui est d'ailleurs un peu le but avoué de l'opération. Par contre, elle se montre beaucoup plus discrète au niveau des chronos puisqu'elle ne se qualifie qu'en 15ème position des LMP2, avec un équipage 100 % Gentlemen dont les deux débutants qui cherchent avant tout à trouver leurs repères sur un tracé qu'ils n'ont guère pu découvrir lors de la journée test.

     

    image.thumb.png.a40b8d8930914db9eb877be030c15fea.png

     

    Le début de course se déroule sans trop de problème et quand arrive la nuit, elle exhibe toujours sa robe multicolore dans le peloton des LMP2.  Pour l'équipage, l'objectif est de rester dans le sillage de la première moitié de la catégorie. Ce qui n'est malheureusement pas le cas puisqu'à minuit la n° 45 pointe toujours à la 15ème place sur les 22 LMP2 du départ.

     

    image.thumb.png.bf3e867e22dd8090070d11ccdd650157.png

     

    Après avoir traversé la nuit sans encombres, la Morgan Art Car entrevoit la possibilité de passer sous le drapeau à damier. A 11h14, Jacques Nicolet rentre au stand. Sauf que Matucelli, trop pressé sur la 458 Italia d'AF Corse, part avant la fin complet de son ravitaillement. Non seulement il renverse le préposé au carburant et désaccouple les tuyaux de la tour de ravitaillement mais il heurte l'arrière de la Morgan. Pendant que Mondolot s'installe au volant, les mécaniciens du OAK Racing inspectent rapidement l'Art Car avant de la laisser partir 3 minutes plus tard. 

     

    image.thumb.png.34f2542f1c3376e961bd094d8b627166.png

     

    Conséquence indirecte de ce léger choc ou pas, Mondolot se retrouve dans le bac à graviers de la seconde chicane. Ne pouvant repartir, la voiture est mise à l'abri derrière les glissières. Malgré les efforts du pilote, c'en est fini de la course de la Art Car n° 45.  Jusque là 14ème du LMP2, elle restera immobilisée définitivement, démarreur HS. L'abandon est officialisé à 13h15.

     

    image.thumb.png.df4066a5f76e02f2bd113ad83dfef6ee.png

    56158bad98da3

    Photos de la voiture 1/1 : copyright à qui de droit

×
  • Créer...
Aller en haut de page