Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

grandrobert

Membre
  • Compteur de contenus

    31 412
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

5 Neutre

1 abonné

À propos de grandrobert

  • Rang
    Pilote d'essai
  • Date de naissance 17/06/1945

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Bonjour Jean Paul, ta visite me fait plaisir, tes interventions me manquaient ! J'ai vu cette vente, elle fait flores sur internet. A quel prix sera adjugé ce fleuron de l’histoire de l'automobile française ? Il est à craindre qu'elle parte à l'étranger, aux USA ? Si au moins son futur propriétaire, la sortait pour des événement tels que Le Mans Classic, ce serait un moindre mal, mais si elle git au fond d'une galerie d'un collectionneur, elle disparaitra à tout jamais. Un musée serait un moindre mal, on pourrait lui faire une petite visite...
  2. J'aime bien ton travail d'autant plus que j'ai eu une Gulietta Sprint à l'échelle 1. Un modèle 1954, un immense souvenir !
  3. Je sais mais ça me parait plus gros par rapport au socle...
  4. Un trés grand Monsieur de la race des seigneurs. Il était l'archétype du gentleman driver.
  5. C'est à cet accident que je faisais référence. L'article que je citais contenait donc une erreur de n° chassis. C'est donc bien la voiture d'Ulf Norinder qui a été restaurée/reconstruite. Elle ne comporte pas sa prise d'air caractéristique car Ferrari Classiche a choisi de la reconstruire telle qu'elle était lors de son achat auprés de la SSS Sérénissima avec son avant caractéristique aprés peinture aux couleurs suédoises. Elle porte d'ailleurs son n° fétiche, 112, qu'elle arbora pour la première fois à la Targa Florio si je ne m'abuse (où elle présente sa prise d'air "spéciale")
  6. Aprés quelque recherche, il apparait que cette voiture a bien eu à l'origine une carrosserie 62, chassis ce serait 3851GT : https://www.sportauto.fr/ferrari/une-250-gto-restauree-chez-ferrari-classiche-38588.html Mais si on consulte le site Barchetta, cette voiture n'a jamais appartenu à Ulf Norinder. Pourtant l'article évoque l'historique de la voiture de Norinder Elle a été restaurée en GTO 62 par le département Classiche de Ferrari. La livrée serait donc une évocation de la voiture du pilote suédois qui était 3445GT. Source Barchetta. (ou alors le j
  7. Ces transkits Automany étaient chouettes Par contre si la GTO du musée Ferrari est conforme à la voiture d'Ulf Norinder, on voit qu'il s'agit d'une restauration. En effet l'ouverture centrale des trois ouïes du capot était plus grande que les deux latérales, or là elles sont d'égale grandeur. J'avais lu quelque part que lors d'un rassemblement de presque toutes les GTO en France elle avait été percuté par un conducteur maladroit. Peut être cette photo date d'aprés les réparations effectuées
  8. Dans ce cas c'est réussi. Pour mes Solido, je les ai agrémentées de roues fils Sprint 43 et puis j'ai équipé les phares de pastilles Codolo et refait les portières de phares.
  9. Le problème avec cette GTO du Team UDT Laystal est étant une des premières produites, elle avait l'avant différent des suivantes en particulier une petite calandre, ce qui n'est visiblement pas le cas de ce modèle En tout monté il n'y a que Red Line qui l'a bien reproduite et en kit Renaissance a produit tous les chassis GTO avec leurs particularités. Donc celle ci : On voit bien l'avant différent, non seulement la petite calandre mais aussi les prises d'air pour les freins dont la forme diffère aussi
×
  • Créer...