Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Le Topic des engins blindés (Index en page 1)


Messages recommandés

  • Réponses 10,2K
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

  • jensen

    1689

  • juluch

    1177

  • pierleo

    879

Participants fréquents à ce sujet

Oui...

 

Et ce afin d'en améliorer la protection.

 

Le problème étant une grosse augmentation du poids, avec pour résultante une fatigue de la mécanique et une baisse notable des performances.

 

Le général Patton ne supportait pas de tels "bricolages" et injuriait copieusement équipages et chefs d'unités qui se livraient à ça. :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui...

 

Et ce afin d'en améliorer la protection.

 

Le problème étant une grosse augmentation du poids, avec pour résultante une fatigue de la mécanique et une baisse notable des performances.

 

Le général Patton ne supportait pas de tels "bricolages" et injuriait copieusement équipages et chefs d'unités qui se livraient à ça. :jap:

 

 

De toute façon,ce crépis, avec le vibrations de la caisse ne devait pas tenir longtemps.

Mieux valait mettre des bouts de chenilles sur le glacis ou alors des sacs de sable ce qui était en principe "interdit"

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Renault FT : Tout y est !

 

 

125pxFlagofFrancesvg.png.11a5efa3400f1b9b1311f33ee9efb0ca.png

 

 

 

 

 

f23 rétromobile 14.jpg

 

 

Ceux qui suivent ce Topic connaissent le Général Estienne, considéré comme "le père des chars" il est l'instigateur de la mise en service des fameux "Cuirassés terrestres" dont le Schneider sera le premier à connaître le baptême du feu en avril 1917 du côté de Berry au Bac.

 

Semi-échec, l'offensive ne convainc pas grand'monde à l'Etat-major.

 

Il faut reconnaître que ces chars sont lents, mal protégés et quais-inaptes à l'évolution en terrains bouleversés. :bah:

 

Pourtant ces Schneider ne sont, pour l'instant, que la partie émergée de l'iceberg car Estienne a depuis 1915 un projet en tête : "Le fantassin blindé" ! :sol:

 

Comme tout le monde à l'époque, il constate que la guerre de tranchées s'éternise et que toutes les offensives en vue de remettre les troupes en mouvement sont mises en échec par le fil de fer barbelé et la mitrailleuse...

 

S'il soutient le concept du char "lourd" qu'il considère comme un "casseur de canons" il est convaincu qu'il y a une place pour un engin de taille beaucoup plus modeste, qui pourrait partir à l'assaut avec l'infanterie, écraser les barbelés et prendre les tranchées ennemies en enfilade avec une simple mitrailleuse de bord ou un canon de petit calibre.

 

Il n'est pas le seul à penser à cette éventualité, un certain Louis Renault a déjà décliné les appels d'offres précédents car ce mécanicien dans l'âme a vite compris que les chars souhaités par l'armée ne seront que des tas de ferraille sous-motorisés compte-tenu du cahier des charges et des possibilités offertes par la technologie de l'époque. :o

 

D'ailleurs les Saint-Chamond, voulus par la Direction du Service Automobile qui ne supportait pas les injonctions d'Estienne considéré comme un "amateur", et qui seront mis en service peu de temps après les Schneider seront sur le terrain... Encore plus mauvais ! :pfff:

 

En août 1916 les deux hommes se rencontrent dans les couloirs du Ministère de la Guerre et, d'emblée, l'entente est immédiate.

 

C'en est au point que Louis Renault va carrément décider de construire ce char, et ce sans le moindre appel d'offre, directement sur ses propres deniers ! :beuh:

 

Il met ses ingénieurs sur le coup. Le cahier des charges ?

 

-4 tonnes

-Chenille prenante pour "mordre sur le terrain"

-Une mitrailleuse de 8mm

-Moteur d'environ 20cv à l'arrière séparé de l'équipage

-Blindage à l'épreuve de la balle "S" Allemande

-Vitesse d'environ 12km/h, soit la vitesse alors réglementaire d'un convoi en marche.

 

Une maquette en bois est présentée en octobre 1916, les ingénieurs se sont cassés les dents sur plusieurs problèmes et n'ont pu faire autrement que de monter l'arme en casemate, chose qui ne satisfait d'ailleurs personne.

 

Estienne et Renault ne sont guère convaincus et il est décidé de reprendre le concept à zéro avant une présentation aux officiels le 30 décembre 1916.

Cette fois-ci l'essentiel s'y trouve, en particulier le montage de la mitrailleuse sur une tourelle rotative sur 360° (un concept emprunté à la marine qui l'utilise déjà depuis un moment sur ses navires).

 

Mais le "Service des Automobiles" est franchement hostile au projet :

 

-Ils n'a pas été consulté

-Estienne est l'instigateur du projet

-Le centre de gravité est trop en arrière

-Il est décrété une bonne fois pour toute qu'un homme ne peut servir seul une mitrailleuse

 

Mais surtout, SURTOUT, ces technocrates avant l'heure ont des projets concurrents avec Peugeot et Delaunay-Belleville, et ils ne se gênent pas pour intimer l'ordre à Estienne de ne plus interférer dans ce qu'ils considèrent comme leur pré carré.

 

Durant tout le premier trimestre 1917 on "pousse les feux" dans les ministères afin de présenter un concurrent à ce maudit Renault FT (dont le nom n'a rien à voir avec "Franchisseur de Tranchées", c'est tout simplement un code de sortie interne à l'usine).

 

Exit le Delaunay-Belleville qui ne sera jamais au point, par contre le Peugeot est intéressant :

 

-Moteur de 100cv pétroléo-électrique (le groupe entraîne une génératrice qui fait avancer le char)

-Blindage conséquent (mais le poids est de 8 tonnes)

 

Par contre il est très lourd sur le terrain, son moteur à l'avant ne recueille pas tous les suffrages et surtout il ne dispose pas d'une tourelle mais d'une simple "protubérance" qui peut accueillir un canon de 75mm.

 

Arrive la date fatidique du 4 mai 1917 où l'on convoque les deux chars pour un essai grandeur nature sur le terrain, avec pour pilotes et observateurs des soldats de l'Artillerie Spéciale survivants de la bataille de Berry au Bac survenue trois semaines auparavant.

 

Le résultat est sans appel : Les équipages ne jurent que par le FT ! :D

A l'Etat-Major personne n'ose contredire des héros dont beaucoup ne sont pas revenus du récent combat et le "Service des Automobiles" n'aura pour d'autres consignes que de se taire et d'accepter le verdict.

 

La précommande de 1000 exemplaires survenue en mars est désormais confirmée, on va même la monter à 1150 engins qui vont se répartir ainsi :

 

-650 chars équipés du canon de 37mm Puteaux SA18 emportant 225 obus

-500 chars dotés de la mitrailleuse Hotchkiss de 8mm approvisionnée à 4800 coups

 

 

 

f15.jpg

 

 

 

Que nous réserve t-il donc cet engin ? :)

 

Il mesure 4,10m de long (5m avec sa queue de franchissement), 1,74m de large et 2,14m de haut.

 

 

 

f08.jpg

 

 

 

Son moteur, à l'arrière, est un 4 cylindres en ligne Renault de 4,5 litres refroidi par eau développant 35cv, la boite de vitesse est mécanique à 4 rapports avant et une marche arrière.

 

Il permet au FT d'atteindre la "vitesse" de 8km/h (loin des 12 initialement prévu, mais le char pèse 6,5 tonnes en version mitrailleuse et 6,7 tonnes avec le canon alors que le cahier des charges établissait un poids de 4 tonnes).

 

 

Malgré ses presque 7 tonnes il reste facile à transporter, même à l'époque.

f05.jpg

 

 

 

Le porte-char est déjà un Renault, 80 ans avant le TRM 700-100 ! :p

f28.jpg

 

 

 

Son autonomie ne dépasse pas les 40km malgré un réservoir de 95 litres.

 

Son blindage est en acier laminé riveté, il est d'une épaisseur qui varie entre 6mm (le plancher), 8mm (les superstructures) et 16mm (les flancs, l'arc avant et la tourelle).

 

 

 

Moteur et barbotins à l'arrière, tourelle pivotante, chenilles prenantes et blindage intégral : Le char moderne est né.

f04.jpg

 

 

 

 

Il peut franchir des pentes de 10%, un obstacle vertical de 0,60m, une tranchée ouverte de 1,35m et une coupure humide de 0,70m.

 

 

 

f09.jpg

 

 

 

L'équipage est de deux hommes : Un pilote et un "chef de char-chargeur-tireur"...

 

 

Le béret porté "en cloche" est typique des membres de l'Artillerie Spéciale (les chars quoi...), où se retrouvaient toutes les fortes têtes et autres contestataires que l'on ne voulait plus ailleurs.

f07.jpg

 

 

 

Ce dernier est debout dans sa tourelle ou, parfois, assis sur une simple sangle de cuir.

Ne disposant pas d'interphone le chef communique ses ordres au pilote et lui tapant sur les épaules (gauche ou droite suivant la direction voulue... :ddr: ), une grande baffe sur la tête suffit pour lui intimer l'ordre de s'arrêter ! :lol:

 

 

 

Le poste de conduite, plutôt spartiate.

Au début Louis Renault ne voulait même pas y poser un siège, mais un essai qu'il réalise personnellement en décembre 1916 le convainc qu'il est indispensable d'en mettre un. :D

f24 rétromobile 14.jpg

 

 

 

La mise au point est laborieuse et il n'est désormais plus envisageable de disposer de la totalité de la commande en unités avant la fin de 1917 voire même le début de 1918, et ce d'autant que le carnet de commande s'allonge démesurément au point d'atteindre plus de 2000 exemplaires à l'été !

 

On décide alors de répartir les fabrications chez plusieurs constructeurs :

 

-Renault s’octroie la majorité des fabrications

-Schneider, dont le char n'est pas convaincant, s'engage pour au moins 600 engins via sa filiale SOMUA

-Berliet s'organise pour en sortir "un maximum au plus vite"

-Delaunay-Belleville, qui dit définitivement adieu à son projet, s'engage aussi à produire des FT

 

Mais pour l'instant les choses vont mal...

 

-Les plaques d'acier à blindage sont commandées en Grande-Bretagne (les aciéries Françaises n'arrivent pas à suivre le rythme) mais elles arrivent au compte-gouttes et Fichet (oui, le spécialiste des coffre-forts ! :oui: ) a toutes les peines du monde pour souder les premières carcasses.

 

-La tourelle en acier coulée n'est pas au point, c'est Berliet qui sort tout le monde de l'ornière en proposant une tourelle octogonale en acier riveté qui équipera les premiers modèles avant l'apparition des tourelles coulées "Girod" au printemps 1918.

 

 

Le FT du WTS de Koblenz, à tourelle Berliet.

f20.jpg

 

 

 

L'exemplaire du musée de Saumur à tourelle Girod.

f21.jpg

 

 

 

 

f22.jpg

 

 

 

-Les courroies d'entrainement du moteur, en cuir, ne tiennent pas le coup (et d'ailleurs il faudra "faire avec" jusqu'en novembre 1918)

 

-La suspension est presque inexistante, et elle le restera d'ailleurs... Mais on va perdre un temps fou à essayer d'améliorer les choses.

 

Fin novembre 1917 seuls 30 engins en acier doux sont sortis d'usine et servent à l'instruction des équipages...

 

 

f26.jpg

 

 

 

Le 30 mars 1918 si 450 engins "bons de guerre" sont fabriqués il n'y en a... Qu'un seul disponible en unité !

 

Il faut dire que les pilotes formés sont assez dubitatifs devant un char certes manœuvrable et infiniment plus apte au tout-terrain que ses prédécesseurs mais au comportement instable (il manque de largeur et se renverse facilement) et surtout ils doivent faire preuve de la plus grande maîtrise pour négocier les accidents de terrain, le risque de se blesser est grand pour l'équipage si le char bascule trop vite dans une ornière par exemple.

 

 

L'instabilité du FT était très connue.

Cet exemplaire cantonné en Afrique du nord après-guerre n'a pas eu de chance...

f19 maroc.jpg

 

 

 

Son vrai baptême du feu intervient le 31 mai 1918 lors de la dernière grande offensive Allemande.

 

30 engins sont envoyés en urgence à Berzy au Sec (pas très loin de Soissons) pour tenter d'arrêter des Allemands qui ont ouverts une grande brèche sur le front.

 

Les FT, dont les mauvaises langues disent "que leur état normal est d'être en panne mais qu'ils consentent, parfois, à fonctionner quelques instants" se retrouvent à 21 avant même de s'élancer.

 

Il ne leur faudra pas compter sur un soutien d'infanterie, les Biffins étant soit morts soit complètement épuisés.

 

Bref on les jette seuls dans la bataille à corps perdu et... Le succès est total ! :sol:

 

Les Teutons sont bousculés, éliminés les uns après les autres par les crépitement des mitrailleuses et les tirs d'obus de 37mm, c'est chez eux une parfaite déroute !

 

 

Le FT jeté en première ligne sera une excellente surprise pour les alliés, le début de la fin pour ceux d'en face...

f11.jpg

 

 

 

Le concept de char léger est le bon, seuls 6 FT restent sur le terrain, compte-tenu du succès engrangé c'est une perte presque négligeable.

 

 

Le "Nain jaune".

f06.jpg

 

 

 

 

"Bille de Clown". Qu'est-ce qu'on rigole... :sic:

f13.jpg

 

 

 

L'arrière s'organise et Renault est enfin capable de sortir de ses usines 200 chars par mois, c'est bien simple tout le monde en veut désormais...

 

Les commandes en août 1918 se montent à plus de 4700 engins, et de nombreuses nations sont intéressées, à commencer par les USA qui en ignoraient le concept six mois plus tôt.

 

Leurs industriels signent avec nous pour une licence de production concernant 950 chars qui seront renommés là-bas "Six tons M 1917 Tank" mais aucun ne franchira l'Atlantique, les 216 FT mis en ligne par les Américains en Argonne seront fourni par la France.

 

 

Photo très connue des troupes US en Argonne le 26 septembre 1918.

f30 USA 1918.jpg

 

 

 

L'Italie par une licence avec FIAT en veut 1500 mais ils seront notablement modifiés et prendront l'appellation de FIAT 3000, au demeurant aucun ne sera fabriqué avant 1920, et ce dans un nombre notablement inférieur.

 

Au moment de l'armistice 3177 chars ont été livrés.

 

 

"Le Tigre" dans une rue de Strasbourg,à nouveau Française.

f17.jpg

 

 

 

Ce qui choque avec ses vieilles photos c'est la taille modeste des hommes qui ont participé au premier conflit mondial.

Pas un ici qui ne dépasse les 1,60m.

f35.jpg

 

 

 

On sait que Berliet en fabriqua approximativement 800, Somua 600 et Delaunay-Belleville 280, le reste étant donc à la charge de Renault.

 

 

Les usines Berliet de Vénissieux en 1918.

f27 berliet 1918.jpg

 

 

 

 

Les pertes furent de 440 engins (356 par canons, 13 par mines, 1 par fusil antichar et 70 de manière indéterminée).

 

La production continuera encore quelques temps puisque 3728 engins étaient à l'inventaire de l'armée Française en 1921.

 

 

Défilé de la victoire le 14 juillet 1919.

f14 14 07 19.jpg

 

 

 

Après guerre le FT connaîtra un succès énorme à l'exportation, des nations comme la Pologne, la Suisse, l'Iran, la Belgique, la Roumanie, la Finlande, l'Espagne, la Chine, le Brésil, le Japon et bien d'autres encore feront leurs "premiers pas blindés" en FT.

 

 

Un FT aux couleurs Polonaises.

Toujours en première ligne en septembre 1939, pas besoin d'un dessin... :(

f31 pologne.jpg

 

 

 

Finlande.

f34 finlande.jpg

 

 

 

Même l'Afghanistan en percevra quelques exemplaires durant les années 20.

 

 

Grosse surprise en 2006 dans un parc à ferrailles Afghan.

Cette épave de FT, parfaitement conservée et quasi-complète, sera récupérée par les GI's et restaurée aux USA.

f18 afgh 2006.jpg

 

 

 

Les FT seront d'ailleurs de presque tous les conflits qui ensanglanteront le monde durant l'entre-deux guerres.

 

On connaîtra deux versions supplémentaires du blindé :

 

-Une version "TSF" équipée d'une casemate fixe et d'un poste de radio ER10 capable d'émettre en morse ou en phonie, équipage de trois hommes. 300 exemplaires commandés en novembre 1918 mais seulement 188 effectivement livrés.

 

 

Le char TSF, sans tourelle.

f16 tsf.jpg

 

 

 

-Une version "BS" équipée d'un canon court de 75mm sous casemate. 600 commandés mais 39 en service en 1921.

Ce tube était connu pour sa faible vitesse initiale, pas plus de 200m/s pour le projectile en sortie de bouche, on pouvait donc suivre sa course à l’œil nu.

 

 

Le char BS avec son tube court de 75mm.

En fin de compte l'ancêtre du Sturmgeschütz III de la dernière guerre !

f33 75mm.jpg

 

 

 

 

De multiples tentatives de modernisations/modifications seront réalisées au fil du temps, avec des chars porte-pont, fumigènes, avec lame de déblaiement, DCA etc etc... Aucune ne dépassera le stade du "bricolage amélioré".

 

 

 

Un char "phare", sans doute pour les combats par nuit sans lune ou jour de brouillard... :roll:

Plus sérieusement il semble avoir été conçu en vue d'une utilisation avec les forces aériennes.

f32 phare.jpg

 

 

 

Une tentative plus sérieuse de modernisation du FT interviendra avec les établissements Kegresse qui tenteront de doter le char de chenilles en caoutchouc qui lui aurait permis d'améliorer sa vitesse de pointe, hélas les exemplaires envoyés en essai eu Maroc verront leurs chenilles se désintégrer littéralement sur les pierres du désert, et l'affaire en restera la... :bah:

 

La seule modification notable sera l'installation de la mitrailleuse Reibel de 7,5mm à partir de 1931 (les 1580 chars modifiés y prendront d'ailleurs l'appellation de FT31)

 

 

Le FT31 avec mitrailleuse Reibel.

Quelle joie, quel entrain chez son équipage... :ddr:

f10 ft31.jpg

 

 

 

 

Lors de la mobilisation générale de 1939 le char FT est encore présent dans l'inventaire de l'armée Française à près de 1800 exemplaires !

 

 

Mais aussi dans l'armée Belge !

Il n'y fera pas plus d'étincelles...

f03 belgique 1940.jpg

 

 

 

 

Totalement dépassés ils ne sont plus la que "pour faire nombre", et d'ailleurs beaucoup n'ont même plus leur canon de 37mm démonté en catastrophe pour équiper les chars plus modernes qui sortent d'usine sans armement ! :pfff:

 

Jetés dans la mêlée des événements dramatiques de mai/juin 1940 ils ne feront même pas de la figuration, taillés en pièces par les PAK des troupes Nazies, leurs équipages se sacrifiant pour rien... :(

 

 

Fin de parcours pour ce FT qui n'avait plus rien à faire dans les effectifs de 1940.

Sa tourelle octogonale Berliet en fait l'un des premiers engins produit...

f01 1940.jpg

 

 

 

Les engins survivants, encore assez nombreux, seront utilisés par l'occupant comme véhicules de maintient de l'ordre ou de patrouille sur les aérodromes.

 

 

On pense que les Allemands firent main-basse sur au moins 1300 FT...

Je vous rassure, tous ne furent pas réutilisés.

On note ici le camouflage avec liseré noir entre les différentes couleurs.

f02 1940.jpg

 

 

 

Des FT se battaient encore lors de la libération de Paris et de l'offensive d'Arnhem (opération Market Garden) en août et septembre 1944 dans les rangs Allemands.

 

Ils n'iront pas plus loin mais quelques uns tournaient encore comme engins de travaux publics ou machines agricoles au début des années 50, et ce la où ils furent trouvés. :o

 

Sacrées bestioles que les Renault de l'époque ! :bien:

 

 

Fondation Berliet.

f25 berliet.jpg

 

 

 

Images d'époque :

 

Reportage en Français :

 

 

:coucou:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut les amis !

 

Je sais pas si vous connaissez Choualbox, et/ou si le jumeau de Jensen y sévit aussi.

Quoiqu'il en soit c'est un site où sont postés des photos/articles etc, et il y'a plusieurs catégories.

Dans la catégorie "Back to the Past", on y trouve des trucs vraiment sympathiques qui pourraient avoir leur place ici... Mais j'ai pas envie de faire un bête plagiat, alors je préfère vous filer le lien direct ;)

 

http://choualbox.com/g/backtothepast/new

 

On y trouve, entre autres exemples :

Des armes insolites de la 1GM : http://choualbox.com/YstnC

 

 

Qui pourrait être posté ailleurs on trouve des choses sympathiques aussi dans la catégorie Aviation :

http://choualbox.com/g/aviation/new

 

9912.gif.fd61f3c7be16c69cafb29735d4391261.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils font des prêts de 2.000 euros à 50.000.000 Euros avec un taux d'intérêt de 2% selon le montant demander et remboursable de 2 à 50 ans.Je vous laisse l'adresse pour envoyer vos demandes. E-Mail : axaservicefinanceparticulier@gmail.com, Web : https://aide-finance-investiss [...] bself.net/ Ps: Passez le message pour aider ceux qui sont dans le besoin.

Bonsoir .CA m’intéresse pour aller faire des courses en ville ,se garer sur le trottoir ou faire un créneaux entre deux autos ne doit pas etre trop difficile Et sur la neige ça va bien ? :) :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

VCC-80 Dardo : Nous aurions du faire de même ! :o

 

 

 

 

 

 

tns0-2002837945.png?v=6

 

 

 

 

 

 

d15.jpg

 

 

 

 

L'Italie, via les établissements OTO-Melara (dorénavant renommés OTO-Breda), a obtenu la licence de fabrication du légendaire M113 Américain qu'elle va fabriquer à plus de 4000 exemplaires, ces derniers se caractérisant par des parois latérales inclinées disposants de tapes de tir.

 

 

Le M113, engin de diffusion planétaire, sera fabriqué en Italie avec quelques améliorations...

d18 m113.jpg

 

 

 

C'est en 1982 que l'Etat-Major décide de trouver un successeur national à cet engin. :oui:

 

Le principal défaut du M113 étant sa protection pour le moins limitée, on décide de faire un effort conséquent de ce côté et de faire entrer le VCC-80 (Veicolo Corazzato da Combattimento ou Véhicule Blindé de Combat des années 80) dans son siècle.

 

Le prototype est présenté en 1985 mais il faudra attendre 1992 pour que le ministère de la Défense Transalpin ne s'engage officiellement en faveur du concept d'IFV chenillé.

 

Car non seulement le budget est "limité" (comme dans toutes les nations occidentales post-guerre froide) mais il est prévu dès le départ de permettre à ce blindé de suivre sur le terrain non seulement ce qui est alors le tout nouveau MBT national Ariete mais aussi le Centauro...

 

L'effort financier de l'Italie à cette époque en faveur de son armée de terre est considérable, on pourrait d'ailleurs le comparer à celui que notre pays aurait du subir si nous avions eu à mettre en oeuvre des projets tels que le Leclerc, l'AMX10RC et le VBCI de manière quasi-simultanée... :roll:

 

Une commande pour 200 VCC-80, rebaptisés Dardo (Dard en Français), est passée en 1998.

Les premières livraisons n'interviennent dans l'armée Italienne qu'à partir de mai 2002.

 

 

 

d04.jpg

 

 

 

Ce chenillé de transport et de combat d'infanterie possède une coque en aluminium sur laquelle sont boulonnées des plaques d'acier à haute dureté.

Ce concept a non seulement l'avantage de la légèreté (l'aluminium...) mais aussi de la robustesse avec en corollaire la possibilité au fil du temps de changer les plaques d'acier au profit de versions plus résistantes suivant l'évolution des techniques. :oui:

 

La mécanique se compose d'un moteur V6 Turbo-Diesel IVECO MTCA de 520cv associé à une boite automatique ZF à quatre rapports avant et deux arrières, le poids en ordre de marche de 23 tonnes permet un rapport poids-puissance de 22,6cv/tonne, synonyme de bonnes performances sur le terrain, la vitesse de pointe en particulier dépassant les 70km/h !

Le freinage est assuré par deux disques disposés en sortie de transmission ainsi que par un ralentisseur intégré à la boite de vitesses.

 

L'engin mesure 6,70m de long, 3,00m de large et 2,64m de haut (1,75m sans la tourelle).

 

La pression au sol est de 0,67kg/cm2, une bonne valeur gage de bon comportement sur terrain meuble. :oui:

 

Il grimpe des pentes de 60%, franchit des dévers de 40%, un obstacle vertical de 0,85m, une tranchée ouverte de de 2,50m et une coupure humide de 1,50m de profondeur (aucune capacité amphibie).

 

 

 

d14.jpg

 

 

 

Ses réservoirs de 620 litres lui autorisent une autonomie moyenne d'environ 500km.

 

La suspension fait appel à un système classique de barres de torsion secondées par des amortisseurs hydrauliques.

 

 

d03.jpg

 

 

 

L'ensemble moto-propulseur est disposé à l'avant et décalé sur la droite, laissant donc de la place pour le pilote à l'avant-gauche.

 

 

 

d05.jpg

 

 

 

Une tourelle biplace Hitfist (mise au point par OTO-Melara) participe à la cohésion du blindé, elle est dotée d'un canon-mitrailleur Oerlikon KBA de 25mm approvisionné à 400 coups (200 prêts au tir) et d'une mitrailleuse coaxiale MG de 7,62mm avec 1200 coups disponibles (700 prêts au tir).

Le canon dispose d'une grande capacité d'élévation (+60°) ce qui lui permet de prendre à parti une cible aérienne, avion ou hélicoptère, évoluant à faible vitesse dans un rayon de 2500 mètres.

 

On trouve aussi 8 lance-grenades fumigènes sur la tourelle.

 

 

 

d01.jpg

 

 

 

Les optiques de tir fournies par Galileo Avionica permettent au radio-tireur d'acquérir une cible par n'importe quelles conditions atmosphériques ainsi que de nuit, le chef d'engin présent lui-aussi en tourelle dispose d'un équipement similaire.

Il est bon de noter que le Dardo est l'un des seuls IFV à être équipé d'un télémètre-Laser. :jap:

 

Les trois hommes d'équipage disposent tous d'une imagerie thermique qui permet la manœuvre du blindé sans avoir recours à l'utilisation des phares de circulation.

 

Les six fantassins présents dans le compartiment arrière disposent de sièges suspendus et de cinq tapes de tir leur permettant d'utiliser leurs armes personnelles sans s'exposer.

 

 

 

d16.jpg

 

 

 

Leur accès se fait par l'intermédiaire d'une rampe arrière à manœuvre électrique, une porte à ouverture manuelle y a été creusée en cas de panne du système et une trappe d'évacuation d'urgence est montée en superstructure.

 

 

 

d06.jpg

 

 

 

Le Dardo est climatisé et protégé NBC par surpression et filtration de l'habitacle. Il dispose également d'un système automatique d'extinction des incendies.

 

Son blindage lui permet de résister à des tirs de calibre 14,5mm "perforants" sur ses flancs et même à des coups directs d'obus de 25mm à l'avant, une valeur plus que correcte pour un tel véhicule. :jap:

 

Il est disponible en plusieurs versions :

 

 

-IFV classique

 

 

d07.jpg

 

 

 

-IFV antichar avec deux containers latéraux en tourelle disposant de missiles Américains TOW ou Israëliens Spike d'environ 4000 mètres de portée.

d10.jpg

Le tir d'un missile TOW par un Dardo.

d17.jpg

-Poste de commandement avec cellule surélevée

 

-Ambulance (lui aussi surélevé)

PC et sanitaire.

d19.jpg

 

 

-Mortier interne de 120mm

 

 

 

d13.jpg

 

 

 

Des évolutions avec canon de 30mm et surblindage latéral ont été proposé à l'exportation, pour l'instant sans succès...

 

 

Le Dardo à participé à toutes les campagnes récentes où l'armée Italienne a été déployée, à savoir l'Irak, l'Afghanistan et le Liban sous mandat de la FINUL et ce en donnant toute satisfaction à ses utilisateurs.

 

 

 

Afghanistan.

d08 afg.jpg

 

 

 

Liban. On note sur ce cliché l'élévation considérable du canon de 25mm !

d11.jpg

 

 

 

Il est en fin de compte le descendant direct de notre fameux AMX10P, tout en étant plus performant et bien mieux protégé.

 

Nos cousins Italiens, qui ont donc su se doter tant d'un IFV chenillé "passe-partout" que du 8x8 VBM Freccia plus confortable et rapide pour leur transport de troupes sous blindage ont été de toute évidence mieux inspirés que les Français, désormais dépendants uniquement de leur VBCI à roues censé "suivre le Leclerc sur tous les terrains".

 

On va faire semblant d'y croire, ça leur fera tellement plaisir à nos chères Grosses têtes ! :hihi:

 

Non... Je n'arrive décidément pas à m'y faire au VBCI, et je ne suis pas le seul... :pfff:

 

 

On se quitte en images. ;)

 

 

Quel beau bruit... fake07.gif.edfbd010bed2ea3109ad2445d1c80faa.gif

 

A donf' en Irak :

 

 

 

d02.jpg

 

 

 

:coucou:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×
  • Créer...