Aller au contenu
Logo Caradisiac      

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info
Avant guerre (…-1945)

Rubrique Auto Union (1899-1969)


automobilix
 Partager

Messages recommandés

Identification d'un vl pour le topic des Hotchkiss.

12010611_10153063964857233_3441294994712575987_o.jpg

 

 

C'est tout sauf une Auto Union. J'y verrai pour l'allure générale, les jantes et les enjoliveurs de roues une BMW "326" cabriolet (carrosserie Autenrieth) 4 portes et 4 vitres de 1936-41. Seules les louvres de capot ne correspondraient pas.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les dégats collatéraux de la crise grecque bigruns77.gif.3e80974102742e7ffed13e5b9dd5c468.gif

 

http://imagizer.imageshack.us/ [...] 0GrmEn.jpg

 

Ca vient de fesse de bouc et c'est du à un Hélenne du nom de Nikos Roussos. Comme je me refuse aux réseaux sociétaux peut être que quelqu'un pourra en dire plus s'il est abonné à ce genre de truc machin. L'auto serait pourvue d'un V8...

 

 

Edit: vu l'immatriculation et l'architecture de la bicoque, je doute fort que ça vienne du côté de la mer Egée... Alors, Suède cool_haru.gif.0fac9d02c8a0c2e3df5c170a5ffa8602.gif

 

 

 

Perso je trouve qu'elle à de la gueule même si je ne suis pas friand de ces transformations. C'est du beau boulot !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

:D

 

 

 

 

:jap:

 

T'as signé chez les Fanatiks? :D

 

Je vois qu'il y avait un fort contingent de belgicains, à commencer par Eddie qui avait amené 2 autos :o

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

Ressemblant, non ?

 

http://imagizer.imageshack.us/ [...] exk9dz.jpg

 

BMW "326" cabrio 4 portes, 4 glaces

 

 

Très bien merci, j'avais bien pensé aussi à une BMW ( j'aurais dit 328 ) mais dans le doute j'ai préféré m'abstenir.

Si j'ai posé la question ici, c'est que j'ai remarqué que beaucoup d'intervenants sont assez pointus dans les allemandes d'avant-guerre.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

 

Perso je trouve qu'elle à de la gueule même si je ne suis pas friand de ces transformations. C'est du beau boulot !

 

On pourrait même dire que c'est un crime de lèse majesté, au même titre que d'autres "améliorations"...

 

Que dis-je, de la défiguration et un manque de respect inexcusable.

 

 

vox_volvo_p1800_7.jpg

 

p1800_900_400_1.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout un chacun connait et apprécie (enfin j'espère, surtout dans ce topic consacré …) les Auto-Union type A, B, C et même la type D (qui n'était "que" V12, mais que certains préfèrent, pour des raisons qui m'échappent, les précédentes étant tellement plus brutales et révolutionnaires).

 

Bon, tout ça pour dire que je m'attelle à une synthèse de l'histoire du type E (après avoir résumé les autres !), qui, selon les sources, n'a pas existé, ou bien a été sauvé in extremis, ou bien fut un bricolage soviétique (la Sokol 650), ou bien une confusion avec la Porsche-Cisitalia 360 de 1946, et autres suppositions ou anecdotes racontées / inventées par d'anciens participants techniques ou commerciaux.

 

EMW, DAMW, SOKOL, CISITALIA … et pourquoi pas Auto-Union ?

 

Donc, un grand merci d'avance à tous ceux qui auront des témoignages ou des précisions valides et/ou personnelles, autres que ceux que l'on trouve sur le net (que j'ai déjà stockés et étudiés) à me transmettre ici-même, ou par MP.

 

 

 

Sokol-7.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout un chacun connait et apprécie (enfin j'espère, surtout dans ce topic consacré …) les Auto-Union type A, B, C et même la type D (qui n'était "que" V12, mais que certains préfèrent, pour des raisons qui m'échappent, les précédentes étant tellement plus brutales et révolutionnaires).

 

Bon, tout ça pour dire que je m'attelle à une synthèse de l'histoire du type E (après avoir résumé les autres !), qui, selon les sources, n'a pas existé, ou bien a été sauvé in extremis, ou bien fut un bricolage soviétique (la Sokol 650), ou bien une confusion avec la Porsche-Cisitalia 360 de 1946, et autres suppositions ou anecdotes racontées / inventées par d'anciens participants techniques ou commerciaux.

 

EMW, DAMW, SOKOL, CISITALIA … et pourquoi pas Auto-Union ?

 

Donc, un grand merci d'avance à tous ceux qui auront des témoignages ou des précisions valides et/ou personnelles, autres que ceux que l'on trouve sur le net (que j'ai déjà stockés et étudiés) à me transmettre ici-même, ou par MP.

 

 

 

Sokol-7.jpg

 

 

M'étonnerait qu'il y ait eu un "Typ E" dans les cartons d'Auto Union en 1939/40, les teutons ayant d'autres préoccupations automobilix.gif.bd733e3ac47612973af59ee3c625061b.gif Nulle trace à ce jour dans les ouvrages de Peter Kirchberg l'historien de la marque. Je n'ai relevé qu'un changement de cylindrée prévu par l'ancêtre de la FIA qui aurait impliqué des moteurs de 1,5 litres. Cette décision aurait été prise pour préserver les chances des concurrents italiens et français à cette époque. Auto Union aurait alors commencé le développement d'un 12 cylindres en V à 60° qui aurait délivré 327ch à 8500 tr/min. Des essais auraient été effectués sur une "maquette" monocylindre, essais qui se seraient montrés encourageants. Mais les choses en seraient restées là. Je n'ai rien de plus.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il semblerait que la formule "1500" (voiturettes) n'ait été décidée par les italiens qu'en vue du Grand Prix de Tripoli en 1939. Mercedes avait su développer en 8 mois seulement son nouveau type "165" à moteur V8 qui remporta d'ailleurs l'épreuve. Auto Union n'y était pas mais semblait (voir plus haut) travailler sur cette formule qui aurait pu devenir la règle à partir de 1940.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

M'étonnerait qu'il y ait eu un "Typ E" dans les cartons d'Auto Union en 1939/40, les teutons ayant d'autres préoccupations automobilix.gif.bd733e3ac47612973af59ee3c625061b.gif Nulle trace à ce jour dans les ouvrages de Peter Kirchberg l'historien de la marque. Je n'ai relevé qu'un changement de cylindrée prévu par l'ancêtre de la FIA qui aurait impliqué des moteurs de 1,5 litres. Cette décision aurait été prise pour préserver les chances des concurrents italiens et français à cette époque. Auto Union aurait alors commencé le développement d'un 12 cylindres en V à 60° qui aurait délivré 327ch à 8500 tr/min. Des essais auraient été effectués sur une "maquette" monocylindre, essais qui se seraient montrés encourageants. Mais les choses en seraient restées là. Je n'ai rien de plus.

 

Oui et non !

Tout cela concorde, mais en même temps apporte de l'eau à tous les moulins…

Traduction (et synthèse) en cours d'un long blog US consacré à ce modèle mystérieux pour confirmer les dires des intervenants dont certains ont bien connu dans les années 50 des détails oubliés des tribulations Allemagne / URSS / DDR / Grande-Bretagne de deux exemplaires. Tout ça en complément des autres sources de renseignements d'origines diverses déjà accumulés.

Peter Kirchberg parle plutôt de l'adaptation problématique (à Chemnitz dans les "années d'après-guerre") à 2 litres atmosphérique d'un moteur de 1,5 litre qui avait été en cours d'élaboration (200cv à 7.000 t/mn). Ce moteur était prévu pour la future Formule 1500cc à compresseur qui devait – aurait dû - arriver en 1941 (et non pas en catégorie "voiturette").

Quelques notes d'Eberan von Eberhorst font des observations sur l'évolution du projet de moteur 1,5 litre en 1940.

Bon, à suivre, les recherches continuent.

Merci d'avance pour tout complément.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

Peut être, mais pas celle de Jeannette Veermesch qui elle roulait en Hotchkiss "Anjou" que je connais bien et qui roule toujours en Normandie :o

 

Sinon...

 

http://imagizer.imageshack.us/ [...] 5NLNuS.jpg

 

 

Jeannette Veermeersch roulait dans une Hotchkiss Anjou reçue à l'occasion d'un de ses anniversaires de la part de Maurice Thorez, qui, lui se "contentait"

d'une Delahaye 135 blindée ainsi d'ailleurs que son compère Jacques Duclos, deux voitures offertes par le " Parti " valeur d'époque 4 millions de francs

pièce, une 4 CV valait, je crois à peu prés 300/350 000 mille francs.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

Jeannette Veermeersch roulait dans une Hotchkiss Anjou reçue à l'occasion d'un de ses anniversaires de la part de Maurice Thorez, qui, lui se "contentait"

d'une Delahaye 135 blindée ainsi d'ailleurs que son compère Jacques Duclos, deux voitures offertes par le " Parti " valeur d'époque 4 millions de francs

pièce, une 4 CV valait, je crois à peu prés 300/350 000 mille francs.

 

 

 

D'ailleurs, la voici en 1989 encore dans sa teinte bordeaux d'origine. Quelques années plus tard elle sera repeinte en bleu nuit. Quant à bibi je pose près de ma "1000 S" sortant quasiment tout juste de restauration.

 

http://imagizer.imageshack.us/v2/xq90/903/EaX47t.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui et non !

Tout cela concorde, mais en même temps apporte de l'eau à tous les moulins…

Traduction (et synthèse) en cours d'un long blog US consacré à ce modèle mystérieux pour confirmer les dires des intervenants dont certains ont bien connu dans les années 50 des détails oubliés des tribulations Allemagne / URSS / DDR / Grande-Bretagne de deux exemplaires. Tout ça en complément des autres sources de renseignements d'origines diverses déjà accumulés.

Peter Kirchberg parle plutôt de l'adaptation problématique (à Chemnitz dans les "années d'après-guerre") à 2 litres atmosphérique d'un moteur de 1,5 litre qui avait été en cours d'élaboration (200cv à 7.000 t/mn). Ce moteur était prévu pour la future Formule 1500cc à compresseur qui devait – aurait dû - arriver en 1941 (et non pas en catégorie "voiturette").

Quelques notes d'Eberan von Eberhorst font des observations sur l'évolution du projet de moteur 1,5 litre en 1940.

Bon, à suivre, les recherches continuent.

Merci d'avance pour tout complément.

 

 

Si on parle d'Auto Union "Silberpfeil" pures et dures d'avant les hostilités il est sur qu'il n'y a jamais eu de "Typ E". Par contre après guerre et dans les anciennes usines du groupe devenues entre temps "VEB = Volkseigener Betrieb" = usines appartenant au peuple (ndt) a été construit une auto de compétition empruntant certains développements prévus mais non réalisés avant guerre. Le bouquin de Peter Kirchberg (que je ne possède pas mais que je vais commander!) décrit l'histoire de ce modèle.

 

http://www.spiegel.de/auto/fah [...] 89364.html

 

Si tu le souhaites Jerry je peux traduire l'article du Spiegel

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

Si on parle d'Auto Union "Silberpfeil" pures et dures d'avant les hostilités il est sur qu'il n'y a jamais eu de "Typ E". Par contre après guerre et dans les anciennes usines du groupe devenues entre temps "VEB = Volkseigener Betrieb" = usines appartenant au peuple (ndt) a été construit une auto de compétition empruntant certains développements prévus mais non réalisés avant guerre. Le bouquin de Peter Kirchberg (que je ne possède pas mais que je vais commander!) décrit l'histoire de ce modèle.

 

http://www.spiegel.de/auto/fah [...] 89364.html

 

Si tu le souhaites Jerry je peux traduire l'article du Spiegel

 

 

A noter dans les commentaires des lecteurs de l'article du Spiegel cette remarque peu amène:

 

 

3. Nichts Neues

Luckyman 09.09.2014

Herr Kirchberg kocht nur schon Bekanntes wieder auf. Im Buch "Dem Silber auf der Spur" (ISBN 3-613-02402-0) von Nikolai Alexandrow wurden die Wirrnisse um die ehemaligen Auto Union Rennwagen in der ehemaligen UdSSR schon recht ausführlich beschrieben. Herausgeber war eben jener Herr Kirchberg. Hier soll nur Silber zu Geld gemacht werden.

Traduction:

Rien de neuf

Luckyman 09.09.2014

Monsieur Kirchberg nous sert du réchauffé bien connu déjà. Dans le livre "Dem Silber auf der Spur" (sur la piste de l'argent, ndt) de Nikolaï Alexandrow (IBSN 3-613-02402-0) les tribulations des anciennes autos de course de l'ancienne Auto Union dans l'ex-URSS ont déjà été amplement décrites. L'éditeur en était justement un certain Monsieur Kirchberg. Il s'agit donc ici de transformer de l'argent en or.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

Si on parle d'Auto Union "Silberpfeil" pures et dures d'avant les hostilités il est sur qu'il n'y a jamais eu de "Typ E". Par contre après guerre et dans les anciennes usines du groupe devenues entre temps "VEB = Volkseigener Betrieb" = usines appartenant au peuple (ndt) a été construit une auto de compétition empruntant certains développements prévus mais non réalisés avant guerre. Le bouquin de Peter Kirchberg (que je ne possède pas mais que je vais commander!) décrit l'histoire de ce modèle.

 

http://www.spiegel.de/auto/fah [...] 89364.html

 

Si tu le souhaites Jerry je peux traduire l'article du Spiegel

 

Non, il n'est pas du tout question ici des Silberpfeil (étoilées ou annelées) dont je n'étais déjà occupé il y a quelques temps, mais seulement du fantôme du Typ E et de ses réapparitions plus ou moins controversées sous plusieurs appellations.

Beaucoup de boulot pour faire un point "objectif" parmi les nombreux témoignages, renseignements et données subjectifs glanés un peu partout.

Les VEB font évidemment partie de cette histoire, à titre d'épisode passager, en cette période trouble et mouvementée.

Quant à la traduction de l'article du Spiegel, c'est très volontiers, et même plus (ça m'évitera des maux de tête et surtout d'éventuels contre-sens …), mais en MP pour ne pas polluer ce topic.

Un grand merci d'avance.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non, il n'est pas du tout question ici des Silberpfeil (étoilées ou annelées) dont je n'étais déjà occupé il y a quelques temps, mais seulement du fantôme du Typ E et de ses réapparitions plus ou moins controversées sous plusieurs appellations.

Beaucoup de boulot pour faire un point "objectif" parmi les nombreux témoignages, renseignements et données subjectifs glanés un peu partout.

Les VEB font évidemment partie de cette histoire, à titre d'épisode passager, en cette période trouble et mouvementée.

Quant à la traduction de l'article du Spiegel, c'est très volontiers, et même plus (ça m'évitera des maux de tête et surtout d'éventuels contre-sens …), mais en MP pour ne pas polluer ce topic.

Un grand merci d'avance.

 

 

Donc, la "Sokol" (Faucon) :o . Pour ma part, je ne crois pas aux fantômes :ange:

 

Je traduis et t'envoie ça.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bon finalement Jerry je m'apprêtais à t'envoyer un hemmpé mais je pense que celà intéressera tout le monde. La Rubrique, dans ses "statuts" précise bien qu'elle est ouverte à tout ce qui concerne Auto Union, de près ou de loin. Donc...

 

La traduction de l'article du Spiegel

 

 

Voiture de compétition Typ 650 : Les Flèches d'Argent de Staline

 

Image :

 

En août 1949 furent développées 2 autos de compétition à Chemnitz. C'était un contrat des autorités soviétiques. Pour la première fois un livre raconte l'histoire de ces deux mystérieuses autos de compétition.

 

Lors de la course du Parc Municipal de Moscou le 30 juin 1952 deux voitures de compétition spéciales sont sur la ligne de départ. Elles appartiennent au Motorkommando des forces aériennes soviétiques du district militaire de Moscou dont le commandant est le fils cadet de Staline, Vassili. Ces autos de couleur argentée reçoivent une inscription (sur leur flanc, ndt), « Sokol », soit « Faucon ». Ces bolides possèdent un moteur 12 cylindres atmosphérique et sont importés d'Allemagne.

 

Le développement de ces deux autos du type « 650 » a débuté en 1949 à Chemnitz, siège de l'ancienne Auto Union. Le bureau d'études qui y a été mis en place par les autorités militaires soviétiques est chargé de s'occuper de l'héritage technique d' Auto Union et est rattaché à la division « Développement » de BMW à Eisenach.

 

Jusqu'à aujourd'hui les deux bolides du type « 650 » ont un long parcours derrière eux. Ils font partie, d'une part, de la lignée des ancêtres des Flèches d'Argent Auto Union et illustrent d'autre part les conditions des années d'après guerre dans la zone d'occupation soviétique. En collaboration avec 4 autres co-auteurs, l'historien Peter Kirchberg présente maintenant un ouvrage sur l'histoire mystérieuse de ces deux voitures de compétition du type « 650 » et raconte leur histoire pleine de suspense.

 

Apparitions désastreuses au cinéma.

 

Du temps de la RDA Peter Kirchberg était professeur à l'université technique de Dresde et a accompli longtemps beaucoup de recherches sur l'histoire automobile de l'Est. D'après ses recherches les deux autos du type « 650 » furent démontées en toute hâte au printemps 1952 et envoyées par voie aérienne à Moscou et ce directement après des essais effectués sur l'autoroute proche de la petite ville saxonne de Wüstenbrand.

 

Les ingénieurs, les mécaniciens et les pilotes d'essais considérèrent leur contrat comme accompli. Toutefois, les problèmes ne faisaient que commencer.

 

Car à Moscou personne n'était familiarisé avec ce genre de voiture, sans parler des connaissances raffinées nécessaires pour la mise au point et le réglage des 4 carburateurs. Ou pour le dosage exact et le mélange ad hoc de l'essence de compétition.

 

La course du Parc Municipal de Moscou de juin 1952 tourna donc immédiatement au fiasco : à cause de pannes les voitures ne virent jamais la ligne d'arrivée. Aussi vite qu'elles étaient arrivées d'Allemagne elles y retournèrent. Mais dans la jeune RDA, en plein dans la période de reconstruction, le temps tout comme les matériaux manquaient pour s'occuper de ces voitures. Et surtout il manquait un contrat des autorités compétentes pour ce faire. Mais aussi parce que Vassili Staline avait été jeté en prison après la mort de son père au printemps 1953.

 

Les bolides « Sokol » tombèrent dans l'oubli et furent tout simplement entreposés. Puis ils servirent aux Ecoles Supérieures Techniques de Dresde et de Chemnitz comme objets d'étude avant que, finalement, ils ne fissent une brillante réapparition. Mais pas sur un circuit. Ils servirent « d'accessoires » cinématographiques dans deux production de la régie d'état DEFA, « Rivaux au volant » en 1957 et, plus tard, pour une série de 5 épisodes « Pas de victoire sans combat » en 1966.

 

Des camouflages en plastique ajoutés pour les besoins des tournages endommagèrent assez fortement les carrosseries d'origine. Tandis que les restes d'une des deux voitures échouèrent dans les caves de l'Ecole Supérieure de Dresde, l'autre auto passa dans les mains de plusieurs collectionneurs avant de finir chez la société d'état Interport qui dépendait de la zone d'influence du fonctionnaire d'état pour l'économie Alexander Schalck Golodkowski, lequel était en charge de la recherche de devises étrangères.

 

Echange voiture de course contre devises.

 

Interport vendit les fragments de voiture au musée sportif automobile anglais de Donington (Tiens, tiens... ndt) qui restaura l'auto et la pourvut d'une nouvelle carrosserie. C'est ainsi qu'elle fut présentée comme « Auto Union unique » dans le hall d'exposition de ce musée. En 2010 les britanniques perdirent apparemment leur intérêt pour la voiture et la proposèrent à la vente. L'entrepreneur et collectionneur allemand Karl-Heinz Rehkopf (Ce patronyme signifie littéralement « tête de cerf » en français... ndt) fit état de son intérêt mais les négociations s'étirèrent. Finalement en 2012 elles aboutirent et l'auto regagna l'Allemagne.

 

L'année prochaine elle doit être exposée dans le « PS-Speicher (silo aux chevaux(vapeur)ndt), là où Rehkopf présentera un grand nombre de motos et de voitures. Les restes du type « 650 » de Dresde furent réassemblés de façon « présentable » à l'Ecole Supérieure ouest-saxonne de Zwickau. On peut les voir sous forme de « châssis roulant » au musée industriel de Chemnitz.

 

Kirchberg nous raconte tout cela de façon fouillée dans son livre. Il y joint des photos étonnantes, des plans de construction et beaucoup d'anecdotes. Il a réussi une tâche très spéciale : celle de parler de voitures de compétition qui jamais ne participèrent à une véritable épreuve

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
 Partager

×
  • Créer...