Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Topic des Mercedes des Fiveties et Sixties ... Des légendes ...


Messages recommandés

:) Bonjour amis des Anciennes, j'inaugure, ici avec une série de Mercedes des années "50" et "60" en présentant celles qu'a possédé mon père et des monographies de modèles de ces années là qui débute à l'ère du Baby-Bomm et à suivre...

Vos documents et articles s'y rapportant sont les bienvenus .

Merci de faire vivre ce Topic :)

 

La Mercedes 170D de 1952

 

Ce devait être pour les vacances de Pâques 1959 Je revenais en car (STAO) du collège Saint-Louis de Saumur où j’étais en pension … Normalement je changeais de car à Loudun prenant la orrespondance pour Mirebeau… Ce soir là, je n’ai pas eu à le faire car mes parents m’attendaient à la halte de Loudun… Embrassades joyeuses …

« Nous avons changé de voiture » lança mon père sur le ton de la surprise « devines laquelle est-ce ? »… Je balayais du regard l’esplanade Place du Chaussée et, parmi les quelques autos stationnées là, tentais de trouver laquelle pouvait bien être la nouvelle voiture familiale… Je n’ai pas longtemps hésité … c’était la Mercedes noire garée un peu plus loin à côté d’une vénérable "203"… Mercedes reconnaissable à sa calandre chromée haute noble et austère. Ce n’était pas une voiture récente … Il s’agissait d’un modèle 170D, de 1952, précisa mon père. Une ligne dans le style des Tractions mais en bien moins élancée. L’allure de la belle est nettement plus ramassée que celle des célèbres Citroën.

Et c’est parti pour une promenade de 26 kilomètres afin de rentrer au bercail… Bruit mat des portières massives, siège de velours beige, (recouverts de housses en skaïe rouge sur la photo), grand volant avec cerclo chromé , compteurs ronds ourlés de chrome, radio d’origine avec haut parleur avant et arrière… A l’époque c’était le pied quoi ! Ca démarre au premier coup de démarreur mais après le temps de préchauffage indispensable. Moteur qui, au ralenti fait un curieux bruit de casse-noisettes et qui, à l’accélération, ne s’emballe que très progressivement. Les voitures particulières diesels sont peu nombreuses à cette époque… Nous voilà sur la RN 147 et on prend de la vitesse… le « 90 » atteint, on s’y maintient, c’est en fait la vitesse de croisière de cette allemande là… Extraordinaire car elle garde cette même vitesse dans les côtes. Celle de Dandésigny sera avalée à cette allure et en haut de celle de Chouppes, juste avant Mirebeau, l’aiguille du compteur central indique "85 ". Certes la voiture n’est pas un foudre de guerre pour ses accélérations mais une fois lancée, c’est une vraie locomotive. Aujourd’hui on pourrait très bien rouler à bord de cette antique Mercedes en se maintenant dans le flot de circulation, bien en phase avec les limitations de vitesse imposées par le code de la route sur nos nationales et départementales… A l’intérieur le bruit du diesel n’est pas assourdissant preuve en est que je comprends bien les paroles de la chanson de Juliette Gréco : "La cuisine" - « Et puis y en a qui font floresque en vison sport et Mercedes … » - Souvenir d’une première promenade dans la Mercedes de papa maman … Mon père avait trouvé cette occasion en allant à Paris pour acheter une "Frégate" afin de remplacer notre vieillissante « 2 CV » Dans un des garages visités, cette Mercedes rentrait pour la vente, mon père n’a pas bégayé pour l’en sortir... Mieux que la Frégate !… peut-être pas aussi esthétique mais, question matériel, c’était du solide et qui plus est, la voiture roulant au gas-oil était bien plus économique en coût de carburant surtout à cette époque où le litre de gas-oil valait à peu près la moitié du prix de celui de l’essence ordinaire… L’année suivante mon père achetait une caravane "Tesserault" de 1300Kg que la Mercedes tractait assez facilement en maintenant un bon « 75 » Une vraie locomotive cette auto ! Vacances, liberté, jamais de panne, mon père a gardé cette voiture jusqu’en 1962 pour la remplacer par une autre Mercedes : la « 180D ».

 

 

170D.jpg.f2354c50ce9c628866053a5ae1f876f9.jpg

 

Scan10199A.jpg.3fe3fab4e99688776010dcee4c98cdba.jpg

 

Historique : La genèse des Mercedes 170 remonte avant guerre. C’est en 1936 qu’est produite la première 170 d’abord en version cabriolet puis déclinée en berline. Ce sera l’unique modèle produit dans l’immédiat après guerre. De la série des 170, le modèle 170V servira surtout comme taxi berlinois, permettant à la firme de Stuttgart fort éprouvée par les dommages de guerre, de renaître de ses cendres…

 

File0397.jpg.f479d2c9a37358b7a677a37bb92d0085.jpg

 

Caractéristiques techniques :

-Moteur Diesel 4 cylindres en ligne totalisant 1697cm3 et développant une puissance de 38 CV à 3200 tr/min. Couple : 9,8 m/kg à 2000 tr/min.

Bloc cylindre en fonte. Culasse en fonte avec soupapes verticales en tête. Distribution par pignons, poussoirs, tiges et culbuteurs – Alimentation par pompe et injecteurs BOSCH . Injection indirecte avec chambre de turbulence.

- Boîte de vitesse mécanique à 4Vit. et M.A commandée par levier central.

-Transmission par arbre tubulaire à manchon coulissant reliant boîte et pont arrière par deux flectors – Pont arrière articulé ( essieu brisé )

- Suspension à 4 roues indépendantes avec lames et amortisseurs à l’avant et ressorts hélicoïdaux et amortisseurs à l’arrière .

- Freins tambours à commande hydraulique sur les 4 roues

- Contenance réservoir : 42 litres

- Dimensions : Longueur hors tout : 4285mm – Largeur hors tout : 1630mm – Hauteur hors tout : 1610mm – Empattement : 2845mm

- Poids à vide : 1220 kg – Maxi en charge : 1545 kg.

- Vitesse maxi : 108 km/h

 

File0402.jpg.17eac161a8e030d5cca2c41dc1ce751d.jpg

 

File0408.jpg.c6ec060951e13672f52eec19524cd461.jpg

 

Scan10197.jpg.47d05098e98f40eb31921b67829e00a1.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 83
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

Le probleme c'est que si les photos n'étaient pas disposées les unes à coté des autres, on ne serait pas obligés de scroller de droite à gauche tout le temps pour lire le texte (très bien écrit par ailleurs). Ce que je dis, c'est que c'est dommage que la mise en page le rendre plus ou moins désagréable à lire... c'est tout

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:ange: Excuses Diabol X mais je ne connais encore pas bien le système d'emplacement des images . En fait , je viens de découvrir qu'il s'uffit de revenir à laligne avec le curseur pour mettre les photos les unes en dessou les autres . c'est dponc rectifié...

J'ai un portable à écran large type 16/9ième et avec Mozilla ma barre de rubriques et catégories est au dessus . J'ai fait le test avec IE et je me suis rendu compte du problèmme que tu évoquais ... Voilà c'est réparé :lol:

Merci pour les infos :) Meilleure lecture à tous ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1962 : La Mercedes 180D

 

405 EA 86 L’attrait de la nouveauté s’exerçant et l’opportunité se présentant sous la forme d’une belle occasion à la station « BP » où mon père prenait son gas-oil le voici essayant une magnifique « 180D » de 1954. L’affaire fut vite conclue et, cet été là, nous roulions dans une Mercedes verte à la carrosserie plus moderne, à l’habitacle plus vaste et plus lumineux et aux performances en sensible amélioration par rapport à la vieillissante « 170D ». L’insonorisation avait aussi progressé et, à allure normale, la mécanique n’émettait qu’un sourd bourdonnement régulier et le moteur grondait moins lors des accélérations. Ce modèle possédait extérieurement des joncs chromés soulignant les renflements au dessus des passages de roues, reliant la base des phares aux feux arrières en suivant les courbures de la caisse via l’ébauche juste suggérée d’ailes arrières. S’y ajoutent des sabots d’ailes et des enjoliveurs spécifiques à ajours dont le motif central, le logo cerclé à 3 branches, se détache en chromé sur le même ton vert de la carrosserie. Ces superbes enjoliveurs recouvrent intégralement chaque jante. A la base et, de part et d’autre de la célèbre calandre verticale, des antibrouillards à la coque également chromée finissent d’habiller harmonieusement la proue si bien que de trois-quarts avant et de profil la voiture se remarque par sa silhouette luxueuse et son allure racée. Avec sa rutilante couleur verte difficile de passer inaperçu…

Cette magnifique auto mon père ne la conserva hélas qu’un peu plus de deux ans car en hiver 1963, entre Bressuire et Nantes, suite à un dérapage sur le verglas, l’accident qui en résulta, s’il fut sans gravité au niveau corporel, par contre, endommagea assez considérablement la voiture au point qu’il lui fallut en changer…

 

Scan10210.jpg.b0ea17c078da3efe112d324fbef12a01.jpg

La Première Mercedes 180D de mon père(sur la photo), achetée d'occase en 1961... Superbe finition . Hélas cette photo est altérée, il s'agit d'une reproduction à partir d'une vieille diapositive pigmentée ...

 

Scan10206.jpg.954beefe2e574aa7b5705bce71f4bcb9.jpg

Militaire je pose devant la 180D en 1962...

 

à suivre ... ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:) Bien sûr L24 , je comprends , ça remonte à presque 50 ans... en tous cas, avec la série des "180" , Mercedes inaugurait avec les carosseries "Ponton"

La contemporaine Française de l'époque, s'en approchant le plus, était la "403" Peugeot ...

Vont suivre d'autres articles sur les Mercedes de cette époque :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Karburator :) Mon père était VRP et faisait au moins 150 kms par jour dans es tournées de prospection . Une voiture pouvant rouler au gaz-oil était donc la bienvenue avec un carburant à moindre coût et une consomation inférieure à un véhicule essence de m^me cylidrée ... A cette époque , la première française Diesel commercialisée était la "403" Peugeot apparue en 1959 avec moteur Indienor ... :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Certainement Karburator :) surtout que les diesels de cette époque faisait un sacré bruit de cass-noisettes à froid Et ne parlons pas des fumées noires au démarrage chaque matin ; Il fallait attendre un certain temps de préchauffage avnt d'actionner le démareur ...

En campagne mon père profitait de la moindre déclivité pour démarre la voiture en enclenchant la seconde, histoire de soulager la batterie et les charbons du démarreur

L'avantage des diesels comme toujours a été le couple obtenu à bas régime , c'était des voitures idéales pour la tenue en côte et tirer des caravanes seulement avec à peine 40 ch ... :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Kar114Cf

Certes :jap: , néanmoins certaines essences de cette époque avait ce type de comportement moteur (je pense à ma VW 1200 et son couple perché à ... 2000 trs/min ). Ensuite il reste le couple spécifique plus élevé des moteurs à huile lourde comme on disait.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

923 ES 86

Ayant pris goût à la marque à l’étoile, voici mon père en quête d’une autre Mercedes…

C’est dans un garage de Nantes qu’il trouve la remplaçante… Une autre Mercedes 180D de 1957, et cette fois sans accessoires d’ornement externes aussi ostentatoires que sur la précédente. La nouvelle, dans la livrée noire est bien plus discrète, presque austère… Mais bon, l’essentiel y est : une mécanique fiable robuste et économique allié à un confort de roulement typé Mercedes … Cette auto mon père la conservera 25 ans et parcourra, avec, plusieurs centaines de milliers de kilomètres… Elle fut, au quotidien, son outil de travail infaillible (V.R.P.) et, d’aventures, son navire amiral lors de nombreux voyages en métropole et à l’étranger allant jusqu’à tracter sans jamais rechigner la lourde caravane Tesserault sur les petites routes de montagne tortueuses et pierreuses du Portugal…

Scan10213.jpg.408639fcaef23d8abaaaaa26c4daf563.jpg

Mon Père, ma Tante et mon Oncle vers l'Isle Jourdain dans le sud du département de la Vienne en 1964...

 

Cette auto qui parcoura toute la campagne aux alentours de Mirebeau était bien connue dans toute la contrée… En Août 1971, après examen et expertise, cette voiture ayant parcouru avec sa motorisation d’origine plus de 500 000 Kms (572 000 exactement), en hommage pour elle et pour mon père, ils reçurent de la maison mère, une distinction honorifique). Une médaille ornait la calandre de la voiture et une attestation du constructeur fut accordée à mon père. A l’issu d’un concours du plus gros rouleur organisé par la « Daimler-Benz » cette 180D obtint une honorable deuxième place derrière une de ses consoeurs qui avait effectué plus de 700 000 Kms, sans doute un taxi de Lisbonne car le modèle très prisé au Portugal, y a accompli une carrière remarquable dans sa typique livrée noire au pavillon vert d’eau…

Mon père décédé à l’âge de 85 ans en Janvier 1988, j’héritais de cette fabuleuse auto…

Hommage ultime pour mon père et sa vénérable auto, après mûre réflexion, je décidais de faire don de sa Mercedes au musée de l’automobile de Châtellerault sis en place de l’ex manufacture d’armes, sur les bords de la Vienne … Contact pris avec la direction de ce musée, moi, venant spécialement de Normandie, comme prévu, je remis donc l’auto à ce conservateur. C’est avec émotion que, l’ayant mise en route pour la dernière fois, j’en pris le volant pour la monter sur la remorque plateau du transport… Je ne devais plus la revoir… Tout un concours de circonstances fit que la voiture, que 15 ans plus tard, je croyais encore être au musée, n’y figurait hélas plus … Le directeur du musée étant décédé au début des années « 90 », son fils n’étant pas intéressé pour reprendre sa succession, c’est la ville de Châtellerault qui a racheté le musée et son contenu. Seulement voilà, pour amortir le coût de l’opération, une vente de certaines pièces de collections fut organisée et dans cette histoire disparue la Mercedes du père … Pour l’heure je n’ai toujours pas retrouvé sa trace… je n’ai plus qu’à espérer que l’heureux acquéreur en prenne grand soin …

 

 

 

180D.jpg.6dca69c4a7477240a44c312c684b376f.jpg

Un profil classique ...

File0052.jpg.125e813f3ce22acd7ca6346172f00751.jpg

Le certificat Mercedes attestant le cap des 500 000kms effectués ..

 

Historique : La Mercedes 180 D vit le jour en 1953, elle reprenait le flambeau porté par sa devancière, la «170». Elle inaugurait le type de carrosserie « ponton », reprenait la motorisation des «170 Da et Ds». La solidité et la fiabilité de cette auto sont plus que légendaires. Elle fera le bonheur de nombreux chauffeurs de taxi parcourant sans faillir des centaines de milliers de kilomètres. Aujourd’hui elle est prisée par les collectionneurs. En France, elle incita le doyen de nos constructeurs «Peugeot» qui comme le constructeur allemand s’était ,déjà avant guerre, lui aussi, essayé à la diesel familiale, à produire une concurrente, ce fut la 403 D qui en 1959 sortit des chaînes de production de Sochaux nantie d’un moteur « Indienor »

 

 

 

Vues ext &t int 180 D.jpg

Quelques mois avant de la placer au musée de Châtellerault :non:

 

 

Caractéristiques techniques :

- Années de production : 1954 – 1962 (150 000 exemplaires produits)

- Carrosserie type « ponton » semi porteuse.

- 4 roues indépendantes - architecture du châssis repris à la « 170 » avec essieu brisé arrière à deux leviers puis , à partir de 1955, ancrés à un seul point de rotation.

- Moteur diesel de 1767 cm3 développant 40cv puis 43cv à partir des modèles 1957.

- Vitesse maxi rotation moteur : 3500 tr.

- Transmission aux roues arrière par arbre - Boîte à 4 vit. + MA avec levier au volant.

- Dimensions : L :4485mm – l : 1740mm – h : 1560 mm – Empattement : 2650mm

- Poids : 1285 kg

- Capacité réservoir 56l

- vitesse maxi 115- 120 km/h

 

File0027.jpg.7f712f978a23412d1d836ab9c556c4e6.jpg

Une calandre bien médaillée !... Que de regrets !... et qu'est-elle devenue ? :??:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

File0619.jpg.949c8614c1d7f310eff3b3810fbd0816.jpg

Et celle-là !... ça vous dit quelque chose ?...

Certainement la plus légendaire mais aussi la plus abouti en matière de sport grand tourisme au label de l'Etoile à Trois branches...

Une véritable flèche d'argent

article de référence :http://www.mirebalais.net/article-10572434.html :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

File0618.jpg.0a6f6e7f7d1f2fddfa600d0ad8f9e554.jpg

Voici Celle qui en 1952, pur sang de course, ( W194) surnommé "Gullwing"

qui a lancé les modèles commercialisés baptisés par la suite "300SL" (W198) :love:

Elle possédait déjà les fameuses portes Papillon mais ne disposait pas encore de l'injection directe d'essence

dont, curieusement, le modèle commercialisé 2 ans plus tard, était, lui, doté ....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

 

je suis à la recherche d'éléments de carrosserie pour une 190SL

il s'agit d'un masque avant et d'ailes (les quatres).

Si vous connaissez un plan abordable ( pas 1000€ le

masque avant) ça m'intéresse.

par avance merci!

 

@+Gong :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §da 765sf

Franchement farfadet, ton topic est l'un des plus beau de la section ancienne! Quel encyclopédie tu nous offres la sur les mercedes! Une encyclopédie comté avec ta propre histoire! C'est passionnant à lire!

 

J'adore l'histoire de la 180D de ton père! Qu'elle belle histoire, belle et pourtant un petit pincement au coeur en pensant que tu as perdu la trace de cette voiture formidable, de par son histoire, son kilométrage, et la valeur sentimentale qu'elle a pour toi :cry:

 

En tout cas, continu ce topic, il est passionnant! On en apprend énormément! Merci :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §vet233KH

Je vous envoie une photo trouvée dans un album de famille. Elle est de mauvaise qualité mais qui peut quand même intéresser les fan de Mercedes à ailes pointues. Elle a été prise dans les années 70.

http://img266.imageshack.us/img266/3393/mercedes60ae8.th.jpg

et une berline 230 dans une publicité de 1967:

http://img103.imageshack.us/img103/146/mercedes1967ka1.th.jpg

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, bonne idée, ce topic !

 

Je parlerai donc un peu de la mienne : c'est une 230 S immatriculée en janvier 1968 (une des toutes dernières, donc), blanche, intérieur vert.

 

Petit rappel : la gamme 220 S/220 SE (type W111) est apparue en 1959. Elle se singularisait par une ligne bien dans l'air du temps, inspirée de la mode américaine des ailerons (souvenez-vous la Cadillac 59 !), qui rompait avec les rondeurs de la série précédente.

 

En 1965, apparaîtra la série 108, dûe au styliste français Paul Bracq, mais la 111 perdurera un cran en dessous dans la gamme, jusqu'en mars 68, à travers la "230 S", un peu moins bien finie que la 220 SE, et avec des carbus en lieu et place de l'injection mais toujours le 6 en ligne !

 

Mon père l'a achetée neuve et elle est toujours restée avec nous : j'avais 23 mois quand elle est arrivée dans la famille, je l'ai donc toujours connue.

 

De plus, mes parents étant enseignants tous les 2, ça voulait dire 3 mois de "grandes vacances", nous avons donc sillonné la France entière, des Vosges au Massif Central et passant par la Haute Savoie et le Loiret.

 

Je garde le souvenir de voyages très confortables, ma soeur et moi dormant tête bêche sur la banquette arrière (oui, les sièges-enfants, rehausseurs et autres ceintures, c'est encore de la science-fiction :lol: )

 

Naturellement, je pourrais écrire un livre d'anecdotes liées à cette voitures.

 

J'en retiendrais seulement 2 :

 

1/ mon père avait versé des arrhes à la commande, en juin 67, mais, la voiture n'arrivant pas, ma mère appela directement Paris en octobre : après enquête, il s'est avéré que le concessionnaire local avait remboursé ses dettes de jeu avec !!! Tout rentra dans l'ordre, mais la voiture ne put donc être livrée avant la fin de l'année !!!

 

2/ en 1979, mon père prit sa retraite et acheta une 4L pour tous les jours. Comme il disposait d'une place dans son garage, il entreposa la mercédès. A l'époque, j'avais 13 ans...et pas encore le virus....mais ça n'allait pas tarder...

 

Quelques temps après, il se décide enfin : il va vendre la voiture. Se présente un gars du coin, un peu "bohème", qui part l'essayer avec lui. Au retour, essai concluant, il dit à mon père : "c'est d'accord, je prends la voiture, je descendrai vous payer dans la semaine". Réponse du paternel : "Paye-moi d'abord et prends-là ensuite"...Je ne me souviens pas de la somme, mais il en voulait 3 fois rien....

 

Le type répond alors : "OK, je reviens". Il n'est jamais revenu, nous avons gardé la voiture !!!!!

 

J'ai donc commencé à la regarder différemment au milieu des années 80. Elle est passée en tolerie en 1990 et j'ai participé au mon premier rallye de régularité avec, en 1993. J'ai vite acheté autre chose, pour la ménager et la conserver uniquement dans un esprit "voiture de famille".

 

Aujourd'hui, elle est toujours là, elle va bientôt fêter ses 40 ans, un mois avant mes 42, avec son immatriculation et ses 117.000 km d'origine. Je l'ai un peu oubliée ces derniers temps, dans son garage, mais elle va bientôt retrouver la grande forme, je le ferai en souvenir de mon père, parti l'an dernier.

 

Voilà, je voulais juste vous faire connaître l'histoire d'un membre à part entière de ma famille...

 

Je glisse une petite photo (c'est la seule que j'ai numérisée) : c'était au cours de mon premier rallye évoqué plus haut : ça avait un peu surpris le paternel et je lui avait alors promis que je ne recommencerais plus ! ;)

 

JJO9.JPG

 

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×
  • Créer...