Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

[Topic officiel] Mitsubishi Debonair : VIP à bord


Messages recommandés

Mitsubishi Debonair : VIP à bord. :sol:

 

 

d26.jpg

 

 

Mitsubishi est un constructeur multi-facettes aussi compétent dans le domaine de l'automobile que dans l'électronique, la finance, l'immobilier ou l'aéronautique. :jap:

 

Au début des années 60 le marché automobile local est en plein essor et la firme aux trois losanges ne souhaite pas laisser le leadership à Toyota ou encore Nissan puisque une gamme de véhicules de petites et moyennes cylindrées est alors au catalogue, mais on lorgne avec envie vers le haut de gamme en général bien plus rémunérateur et parfait pour l'image de marque. :oui:

 

On met alors au point la future "grosse cylindrée" qui apparaît officiellement au salon de Tokyo en octobre 1963.

 

 

d03.jpg

 

 

 

 

J'ai mis des guillemets car la réglementation Nippone est, depuis 1951, assez stricte quand à l'homologation. :o

 

Pour être clair aucune voiture de tourisme ne peut, par exemple, dépasser six mètres de long et deux mètres de large sur l'archipel. :bah:

 

Les autos, dont la cylindrée ne dépasse pas 2 000 cm3 et la longueur 4,70 mètres, ne sont pas "trop" taxées (le Japon nous dépasse très largement à ce niveau) raison pour laquelle Mitsubishi a choisi délibérément de ne pas faire une très grosse voiture.

 

Sa longueur est de 4,67 mètres, sa largeur de 1,69 mètre et sa hauteur de 1,46 mètre pour un poids de 1 330 kilos.

 

 

La Debonair (presque en Français dans le texte... :p ) sera donc une "compacte" mais à l'équipement intérieur très raffiné afin de capter la clientèle des chefs d'entreprises et des politiciens (sans parler des Yakuzas...), d'ailleurs les choses sont très claires dès le départ : Cette voiture de prestige n'est pas destinée à être vendue "au peuple", uniquement à l'élite du pays (le Japon est un autre monde par rapport à nos mentalités d'européens, surtout à cette époque... ;) )

 

Pour l'heure c'est une jolie voiture, au style d'ailleurs délibérément copié sur la Lincoln Continental 1961, ce qui est compréhensible puisque elle a été dessinée par Hans Bretzner débauché de la General-Motors, d'où le look assez typé US... :o

 

Elle est dotée tout de même de quelques raffinements techniques :

 

-Coque autoporteuse

-Suspension avant à double triangulation

-Banquettes à réglages électriques

-Climatisation

-Direction assistée

-Boite automatique Borg-Warner à trois rapports (une boite manuelle 4 est disponible sur demande)

 

 

Bon, la Debonair n'est pas une auto très originale de par son style, ouvertement copié...

d13.jpg

 

 

... Sur ce qui se faisait de "mieux" à l'époque aux USA : Lincoln Continental ! :sol:

d38.jpg

 

 

 

Afin de rester dans les clous la mécanique se contentera d'un six cylindres en ligne de 1 991 cm3 gavé par deux carburateurs Stromberg développant 103 ch SAE à 5 000Trs ce qui permet à cette berline (en fin de compte assez débonnaire ! :D ) de pointer à 155 km/h, après tout dans un pays où la vitesse sur autoroute est strictement limitée à 80 km/h c'est bien suffisant... :oops:

 

A bord nul ne sera collé au siège par les accélérations puisque le 0 à 100 n'est couvert qu'en 15,3 secondes.

 

Son avantage est ailleurs...

 

Bien que de taille relativement modeste face à la concurrence locale Mitsubishi a réussi, par sa qualité de fabrication et sa rareté (pas plus de quelques centaines d'exemplaires par an), à en faire la voiture de l'élite du pays.

 

 

Et même si elle reste objectivement assez banale ce n'est pas Monsieur tout le monde qui va voyager à bord ! :fier:

d24.jpg

 

 

 

d40.jpg

 

 

 

 

Strictement réservée au marché intérieur l'auto est disponible pour l'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo à l'été 1964 dans le but d'être aussi une sorte de "vitrine technologique" pour les visiteurs étrangers.

 

 

 

d25.jpg

 

 

 

Intérieur en velours, les Japonais n'aiment pas le cuir. :non:

D'un raffinement certain mais loin du luxe d'une Jaguar ou d'une Rolls-Royce la Debonair était surtout un signe distinctif d'appartenance sociale. :jap:

d36.jpg

 

 

 

 

On n'est pas la pour rigoler hein ! :o

d37.jpg

 

 

 

A partir de septembre 1970 le moteur est changé : C'est dorénavant le "Saturn 6" de 1 994 cm3 exclusif au modèle qui est installé sous le capot.

Il développe la puissance de 128 ch SAE et permet à l'auto de croiser à près de 180 km/h.

 

Bien que déjà très âgée pour une voiture Japonaise il faut attendre 1973 (dix ans après sa première présentation) pour noter l'apparition d'un léger restylage, et encore se borne t-il à de nouveaux feux arrière et à une face avant aux clignotants déplacés...

 

 

Les clignotants intègrent désormais le pare-chocs avec un rappel sur l'aile "à l'italienne".

d15.jpg

 

 

 

Les changements à l'arrière sont plus profonds avec l'abandon du combiné de feux en "L" au profit d'un ensemble plus "carré".

d31.jpg

 

 

 

Mais l'intérieur reste toujours aussi classique, la Toyota Century ne faisait pas mieux à l'époque...

d14.jpg

 

 

 

En juin 1976 la boite manuelle, optionnelle et jamais demandée, est définitivement abandonnée.

 

La palette de couleurs est également très simplifiée puisque la clientèle ne la commande guère qu'en blanc, noir ou gris. :o

 

Les normes antipollution devenant de plus en plus draconiennes dans le pays le six cylindres est abandonné et remplacé par un quatre cylindres de 2 555 cm3 "Astron" qui fait retomber la puissance, en pleine crise de l'énergie, à 118 ch...

 

Dans la foulée la Debonair gagne des rétroviseurs électriques et... Quatre pneus radiaux ! :lol:

 

En 1979 on consent tout de même à la doter d'un ABS ! :fier:

 

Pourtant la voiture commence désormais à dater sérieusement et les volumes de vente s'étiolent. :bah:

 

Si au début des années 70 il était toujours possible de diffuser bon an mal an un petit millier d'autos dans le pays le début des années 80 tourne à la correction avec une Debonair qui reste désormais au catalogue plus comme "modèle emblématique" qu'autre chose... :sic:

 

Pour Mitsubishi il est désormais grand temps de songer à sa succession.

 

Car notre "véhicule image" va effectivement avoir une descendance, et cette fois-ci tout le monde pourra l'acheter car les mentalités évoluent, au Japon comme ailleurs !

 

En 1985 seules 205 Debonair ont trouvé preneurs dans l'archipel, la production s'arrête en fin d'année pour laisser la place à celle qui lui succède en juillet 1986, juste le temps d'écouler les autos encore en stock.

 

 

Debonair photographiée aux côtés d'une autre production de la marque : Le bi-turbopropulseur MU-2 qui sera, lui aussi, fabriqué de 1963 à 1986 !

On remarquera que les avions "vieillissent" tout de même beaucoup moins vite que les voitures... :ddr:

d02.jpg

 

 

 

 

Désormais modèle de haut de gamme livrable pour tous ceux qui en ont les moyens la Debonair est entièrement nouvelle avec ses motorisations transversales et sa transmission aux roues avant.

 

 

Désormais fille de son époque la Debonair, il était temps ! :sol:

d45.jpg

 

 

 

Mais hormis le traitement des passages de roues...

d44.jpg

 

 

... L'ensemble reste assez banal. :bah:

d05.jpg

 

 

 

 

 

d12 1989.jpg

 

 

 

 

d32 1987.jpg

 

 

Sous le capot on ne trouve plus que des V6 :

 

- Deux litres (1 998 cm3) de 105 ch à 5 000trs

- Trois litres "Cyclone" (2 972 cm3) pour 150 ch au même régime.

 

 

Le V6, on le verra aussi dans les berlines Galant de la même période.

d10 1987.jpg

 

 

Le boite est une automatique à quatre rapports sur tous les modèles.

 

L'attrait de la nouveauté permet à la Debonair de dépasser les 6 200 ventes en 1987 et la commercialisation d'une version deux litres turbocompressée de 150 ch en février de la même année permet de diversifier un peu l'offre.

 

La marque parvient aussi à céder la licence de production au Coréen Hyundai qui cherche alors une berline statutaire pour véhiculer les VIP lors des JO de Séoul de l'été 1988.

Elle sera rebaptisée "Grandeur" au pays du matin calme. :jap:

 

 

Il faudra encore une quinzaine d'années aux Coréens pour se passer de l'aide technique des puissances automobiles occidentales, ici une Hyundai Grandeur clone de Debonair.

La seule différence notable est le volant à gauche... :roll:

d42 hyundai.jpg

 

 

 

Hélas le style de la carrosserie, qu'il faut bien reconnaître comme "un peu baroque", ne lui permet pas de maintenir des chiffres de ventes extraordinaires et l'arrivée dans la gamme de la Diamante fin 1989 destinée à contrer les Nissan Maxima et autres Honda Legend donne un véritable "coup de vieux" à la Debonair. :sic:

 

Mitsubishi a alors l'idée de contacter le préparateur Allemand AMG pour relancer les ventes de son modèle-phare. :jap:

 

Alors encore indépendante (elle ne deviendra filiale de Mercedes qu'en 1999), l'officine d'outre-Rhin accepte l'offre du Japonais et présente en octobre 1990 SA vision de la Debonair... :W

 

 

alh.gif.dd79a7b73048d6ae8c6319763faef7a5.gif

d07.jpg

 

 

 

salegosse1.gif.2c68bb97828b037f6bee579ff159bd01.gif

d23.jpg

 

 

 

chaster_malarkey.gif.eadc93fc21343f86a8e8f76fde127dc4.gif

d21.jpg

 

 

 

On s'en remet un p'tit coup ! :D

Et c'est signé m'sieurs-dames ! :fier:

d17.png

 

 

 

 

Plus sérieusement...

 

Disons qu'AMG ne devait pas être dans un bon jour... :roll:

Je pense que tout le monde sera d'accord pour trouver ce kit carrosserie non seulement déplacé sur une telle voiture mais surtout franchement ridicule ! :buzz:

 

Mécaniquement un petit travail a tout de même été réalisé puisque cet Opus est disponible avec le trois litres "standard" de 150 ch, mais aussi des versions plus évoluées de 155 ch (par modification de l'échappement), 200 ou 210 ch (avec une culasse à 24 soupapes pour la dernière).

 

 

:hihi:

d35.jpg

 

 

 

Bon, ça n'en fera pas un succès commercial non plus et s'il est vrai que les Japonais ont souvent des goûts "différents" personne ne voudra de ce bidule Tuning du dimanche et la commercialisation cessera sur un constat d'échec absolu, ça vous étonne ? :ddr:

 

 

Et vous savez quoi ?

Elles sont désormais très recherchées par les collectionneurs de nos jours ! :lol:

d22.jpg

 

 

 

 

La berline normale continuera sa carrière jusqu'en octobre 1992 (soit 6 années de commercialisation au lieu de 22 pour la première génération, les temps ont bien changés...) moment où la troisième génération est présentée.

 

 

 

d29.jpg

 

 

 

Les transformations sont multiples, Mitsubishi cherchant visiblement à faire de la Debonair de nouveau le vaisseau-amiral de la marque :

 

-Quatre roues directrices

-Suspension à commande électronique

-Portières à fermeture assistée

-ESP

-Boite auto à cinq rapports

-Système de navigation GPS

-Lidar (avertisseur de collision en cas de rapprochement trop rapide avec le véhicule qui précède)

 

Statutaire, elle se moque des normes et des taxes gouvernementales et mesure désormais 4,98 mètres pour 1,81 mètre de large.

Les futurs propriétaires sont prévenus il faudra mettre "la main au Larfeuille" pour la taxe de circulation annuelle en vigueur dans le pays ! :cyp:

 

 

La suspension fait appel à un système McPherson à l'avant et à un essieu multibras à l'arrière.

Elle partageait d'ailleurs quelques raffinements technologiques avec le coupé 3000 GT...

d27.jpg

 

 

Les motorisations restent fidèles aux V6 avec un 2,5 litres 6G73 de 161 ch et un 3,5 litres 24 soupapes 6G74 de 256 ch exclusivement livré avec un empattement plus long qui portait sa longueur à 5,12 mètres.

 

 

Ambiance "Stars 90" à bord ! :sol:

d28 1993.jpg

 

 

 

Pour le moins "rentrée dans le rang" la Debonair est abandonnée en 1999 au profit des Proudia et surtout de la Dignity et son V8 de 4,5 litres qui fera un bide absolu et mènera la marque au bord du gouffre en pleine crise Asiatique. :sic:

 

Après 36 ans de présence au catalogue le nom a vécu et ne réapparaîtra plus... :(

 

Désormais collector une belle Debonair "première génération" ne se négocie pas à moins de l'équivalent de 16 000€ au Japon, les deux autres sont bien moins recherchées et il est possible de faire de belles affaires, tout en gardant à l'esprit que le volant sera obligatoirement à droite ! :o

 

Mention spéciale pour l'AMG devenue une icône de l'automobile Nippone et désormais quasi-introuvable, comme quoi... :ddr:

 

 

On ne va pas se quitter comme ça :

Vous n'allez pas rater ça : L'AMG vue de très près ! :D=====>

 

Le tour du propriétaire :

 

Millésime 1975 :

 

 

 

d01.jpg

 

 

 

 

d43.jpg

 

 

 

 

d46.jpg

 

 

 

 

:coucou:

 

 

 

Jensen.

 

NB : Cette histoire est issue du topic suivant : Cette voiture a une histoire peu banale. (Index en page 1)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×
  • Créer...