Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Covid-19 et comportement routier.


Messages recommandés

  • Réponses 805
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

Au moins ces neuneus n'auront plus besoin d'attestation pour se déplacer ... en voiture ... et pourront jouir du déconfinement ... à vélo :lol: :lol: :lol:

 

 

Erreur tu n'auras pas le droit d'utiliser un vélo pour 1 heure de promenade...si plus de 65 ans sauf dérogation spéciale...

 

Toléré l'usage du vélo pour les courses quoique si l'agent le juge tu auras droit au PV 135 €.

 

Beau pays cette France ou le verbalisateur interprète comme il le veut la réglementation.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Erreur tu n'auras pas le droit d'utiliser un vélo pour 1 heure de promenade...si plus de 65 ans sauf dérogation spéciale...

 

Toléré l'usage du vélo pour les courses quoique si l'agent le juge tu auras droit au PV 135 €.

 

Beau pays cette France ou le verbalisateur interprète comme il le veut la réglementation.

 

 

 

Ah bon?

 

Aucune indication n'est faite sur le type d'activité physique et l'âge.

 

"5° Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie ;"

Visiblement, le verbalisateur, si il interprète, peut établir un PV. Mais le contrevenant peut sans aucune difficulté contester et à la vue du texte, il obtiendra gain de cause.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous

 

 

A la mairie de Lille (où aucun arrêté municipal n'a été pris sur le confinement en plus des textes de loi nationaux), on renvoie au ministère de l'Intérieur : le cyclisme n'est pas autorisé dans le cadre de la dérogation de déplacement lié à l'activité physique. Plus précisément, selon le même ministère, les enfants peuvent être à vélo ou à trottinette à moins d'un kilomètre du domicile et pendant moins d'une heure et accompagnés d'un seul adulte, qui lui doit être à pied.

 

Thierry du Crest, coordinateur interministériel du vélo, a précisé la position de l’État sur ce sujet le 23 mars dernier. Pour lui, la pratique du vélo est interdite lorsqu’il s’agit « d’une activité physique ».

 

https://france3-regions.france [...] 13454.html

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà l'avis du ministère des transports

 

Après plusieurs jours de flou, ces comportements sont désormais adoubés par le ministère des transports :

« L’usage du vélo est autorisé, sous réserve que l’utilisateur soit porteur de l’attestation dûment renseignée, pour les déplacements entre domicile et travail, pour effectuer des achats de première nécessité, pour motif de santé, motif familial impérieux, convocation judiciaire, achat de fournitures ou participation à une mission d’intérêt général. »

Olivier Schneider, président de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), qui réunit trois cents associations locales, se félicite de cette clarification, mais regrette « la fermeture, par les municipalités, d’un certain nombre d’axes cyclables sécurisés, qui servent aux gens qui ont besoin de se déplacer ». Il cite les berges du Rhône, à Lyon, ou une piste cyclable le long d’un axe très routier à Verrières-le-Buisson, dans l’Essonne.

Le président de la FUB préfère de concentrer sur l’après-crise : « Lorsque le confinement se terminera, la vie d’avant ne va pas reprendre du jour au lendemain. Dans les premiers temps, de nombreuses personnes voudront éviter les transports en commun. Il sera alors judicieux que les pouvoirs publics facilitent les déplacements à vélo, qui ne polluent pas et occupent moins d’espace. » Sans compter qu’on aura bien besoin, après le confinement, de faire de l’exercice physique.

 

Celui de Macron

 

 

 

 

Le lundi 16 mars dernier, Emmanuel Macron a demandé à l’ensemble de la population française de limiter ses sorties qu’aux besoins vitaux. C’est-à-dire qu’on ne peut se déplacer que pour travailler si cela est nécessaire, pour se ravitailler en aliment, ou en médicament. Le Président a également autorisé la pratique d’activités physiques en extérieur, en solitaire, et sous conditions. Alors, peut-être que certains d’entre vous se sont dit qu’ils allaient profiter de cette période de calme pour se (re)mettre au sport. Se dégourdir les jambes avec un footing, ou en marchant, est toujours possible. Mais il faut savoir qu’aller faire un tour de vélo est désormais interdit.

Parce que l’activité physique, comme toutes les autres sorties autorisées, doit être brève et se faire à proximité de son lieu de résidence. Et avec une attestation, sur laquelle est inscrit nom, prénom, adresse, ainsi que la raison de la sortie. En l’occurrence, la case à cocher serait : « Déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective (…) ». Ainsi, la pratique du vélo ne rentre pas dans les règles en vigueur durant cette période, puisque les coureurs ne doivent pas dépasser à un rayon de 2 km autour de chez soi.[h2]Le vélo désormais amendable[/h2]

La Fédération Française de Cyclisme (FFC), qui a stoppé l’activité de tous ses clubs depuis le 14 mars dernier, proscrit l'entraînement en solitaire pour ses propres licenciés. « Face à l'épidémie de COVID-19, la FFC demande à tous les cyclistes de faire preuve de responsabilité en évitant toute pratique à l'extérieur durant cette période », a partagé la fédération sur son compte Twitter.

« Eu égard à ces disposition (de confinement), (…) la pratique du sport cycliste communément admise, n’entre pas dans les conditions prévues au décret et constitue donc une infraction susceptible de verbalisation », peut-on lire dans le communiqué officiel de la FFC. L’amende pour ce type d’infraction va de 38 à 135 euros. Ce document a été partagé sur les réseaux sociaux du Ministère des sports, avec ce commentaire : « Pour tous les cyclistes et VTTistes qui nous suivent, un seul message : #RestezChezVous ». Maintenant, pour votre bien, et celui de votre entourage, il vaut mieux écouter les consignes sanitaires. Et pour les amoureux de la petite reine, ça passe par repousser votre sortie dans quelque temps.Etc....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une fis, il n'y a pas de texte qui interdit de faire du vélo dans un rayon de moins d'un km de ton domicile...

 

@le passant , tu confirmes?

 

 

Il fait beau, les rues sont désertes, la qualité de l’air s’est considérablement améliorée, mais non, ce n’est pas une raison pour aller faire une balade de 20 kilomètres sur son vélo. Le premier ministre, Edouard Philippe, l’a dit de manière explicite, lundi 23 mars : les déplacements liés à l’activité physique individuelle sont limités à un rayon d’un kilomètre autour de chez soi, et pour une heure tout au plus, à condition d’être muni de la nouvelle attestation dérogatoire, en vigueur depuis mercredi 25 mars.

 

Jusqu’à présent, les règles posées par le gouvernement ne mentionnaient nullement le type d’activité physique autorisée. Pouvait-on remplacer le sacro-saint jogging par un tour à vélo ? Seule la Fédération française de cyclisme (FFC), qui organise des courses cyclistes mais ne dispose pas du pouvoir de réglementer, avait publié, le 18 mars, un communiqué indiquant que « la pratique du sport cycliste constitue une infraction ». La FFC a même conçu un site spécial confinement, « Roulez chez vous », qui dispense des programmes de remise en forme.

 

 

Mais la bicyclette n’est pas seulement un sport ou un loisir, c’est aussi un outil de déplacement. Or rien, dans le décret du 16 mars réglementant les allées et venues en ces temps de confinement, ne précise quel moyen de transport est autorisé ou interdit pour les trajets quotidiens.

A Carquefou, la gendarmerie a verbalisé un homme qui utilisait un vélo pour se rendre chez son médecin

Face à ce flou, les forces de l’ordre pratiquent une verbalisation à géométrie variable. Confiné dans la bourgade de Jullouville (Manche), Eric se déplace seul, à vélo, pour faire les courses et porter les poubelles, soit 2 kilomètres au total. Samedi 21 mars, il a été interpellé par les gendarmes qui lui ont indiqué que, quel qu’en soit le motif, la pratique du vélo était interdite. « Les déplacements dérogatoires doivent se faire à pied ou en voiture », lui ont assuré les gendarmes. A Carquefou (Loire-Atlantique), au bord de l’Erdre, la gendarmerie a verbalisé un homme qui utilisait un vélo pour se rendre chez son médecin, à l’occasion d’une visite trimestrielle, rapporte le quotidien Ouest-France. « C’est considéré comme du sport », argumentent les forces de l’ordre. A Brest, les pouvoirs publics estiment qu’il faut encourager les déplacements en voiture, car le vélo « donnerait de mauvaises idées à ceux qui ne travaillent pas », rapporte un témoin.

Pour ajouter à la confusion, selon d’autres témoignages recueillis à Dijon, Le Havre, Béziers ou Grenoble, les forces de l’ordre comprennent parfois que l’on puisse pédaler, pourvu évidemment qu’on ait une raison valable de le faire. Ainsi, « à Mulhouse, il est encore possible de circuler à vélo, et la police ne verbalise pas si la feuille dérogatoire est en règle. Et ce, quel que soit le motif, professionnel, courses ou garde d’enfant », témoigne Rémy Burgy. « Je me rends tous les jours sur mon lieu de travail, à vélo, et je n’ai pas été verbalisée », corrobore Clémence Langloys, qui travaille pour une collectivité territoriale, à Montpellier.Lire aussi Combien de fois puis-je sortir de chez moi ? Combien de temps cela va durer ? Nos réponses à vos questions sur le confinement

La bicyclette est également utilisée, pour les trajets domicile-travail, par de nombreux soignants. Cécile Reynaud, cadre dans le secteur de la santé à Orsay (Essonne), se rend « tous les jours à l’hôpital à vélo, comme avant ». A la campagne, dans le Loiret, Mathilde Fournier enfourche sa bicyclette quotidiennement pour se rendre à la pharmacie où elle travaille, ainsi que pour livrer des patients. A Paris, Florence met, elle, trois quarts d’heure pour se rendre à l’Ehpad où elle travaille.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Attestation de sortie : le vélo est enfin autorisé pour les loisirs pendant le confinement.

Le ministère de l’Intérieur vient de trancher : la pratique du vélo, même dans le cadre d’un loisir, est bel et bien autorisée en période de confinement.

Source: https://www.phonandroid.com/ve [...] ement.html

 

Coronavirus : qu’a-t-on vraiment le droit de faire à vélo pendant le confinement ?

La pratique du vélo est autorisée dans le cadre des cinq motifs de déplacements autorisés, dont l’activité physique individuelle à proximité de chez soi et pendant une heure par jour maximum.

Source: http://www.leparisien.fr/socie [...] 306514.php

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ar baol

 

Rien n'interdit de faire du vélo à moins d'un km de son domicile. Oui ou non?

 

Si non, quel texte? pas d'article de journal, un texte de loi précis...

 

Sinon, l'interdiction de faire du vélo au delà d'un km de son domicile est logique et incontestable. Mais si tu te fais verbaliser à moins d'un km, c'est contestable sans aucune difficulté.

 

Après, faut pas prendre le policier ou le gendarme pour un con... s'il te vois arriver et sortir d'une zone forestière, plein de boue et de retour d'une boucle de 50 km avec le compteur qui va bien avec... il peut être agacé au point de te verbaliser, juste devant ton domicile. Mais là encore, c'est contestable car il n'est pas interdit d'être sur un vélo à moins d'un km de chez soi en ayant l'attestation bien remplie!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Il fait beau, les rues sont désertes, la qualité de l’air s’est considérablement améliorée, mais non, ce n’est pas une raison pour aller faire une balade de 20 kilomètres sur son vélo. Le premier ministre, Edouard Philippe, l’a dit de manière explicite, lundi 23 mars : les déplacements liés à l’activité physique individuelle sont limités à un rayon d’un kilomètre autour de chez soi, et pour une heure tout au plus, à condition d’être muni de la nouvelle attestation dérogatoire, en vigueur depuis mercredi 25 mars.

 

Jusqu’à présent, les règles posées par le gouvernement ne mentionnaient nullement le type d’activité physique autorisée. Pouvait-on remplacer le sacro-saint jogging par un tour à vélo ? Seule la Fédération française de cyclisme (FFC), qui organise des courses cyclistes mais ne dispose pas du pouvoir de réglementer, avait publié, le 18 mars, un communiqué indiquant que « la pratique du sport cycliste constitue une infraction ». La FFC a même conçu un site spécial confinement, « Roulez chez vous », qui dispense des programmes de remise en forme.

 

 

Mais la bicyclette n’est pas seulement un sport ou un loisir, c’est aussi un outil de déplacement. Or rien, dans le décret du 16 mars réglementant les allées et venues en ces temps de confinement, ne précise quel moyen de transport est autorisé ou interdit pour les trajets quotidiens.

A Carquefou, la gendarmerie a verbalisé un homme qui utilisait un vélo pour se rendre chez son médecin

Face à ce flou, les forces de l’ordre pratiquent une verbalisation à géométrie variable. Confiné dans la bourgade de Jullouville (Manche), Eric se déplace seul, à vélo, pour faire les courses et porter les poubelles, soit 2 kilomètres au total. Samedi 21 mars, il a été interpellé par les gendarmes qui lui ont indiqué que, quel qu’en soit le motif, la pratique du vélo était interdite. « Les déplacements dérogatoires doivent se faire à pied ou en voiture », lui ont assuré les gendarmes. A Carquefou (Loire-Atlantique), au bord de l’Erdre, la gendarmerie a verbalisé un homme qui utilisait un vélo pour se rendre chez son médecin, à l’occasion d’une visite trimestrielle, rapporte le quotidien Ouest-France. « C’est considéré comme du sport », argumentent les forces de l’ordre. A Brest, les pouvoirs publics estiment qu’il faut encourager les déplacements en voiture, car le vélo « donnerait de mauvaises idées à ceux qui ne travaillent pas », rapporte un témoin.

Pour ajouter à la confusion, selon d’autres témoignages recueillis à Dijon, Le Havre, Béziers ou Grenoble, les forces de l’ordre comprennent parfois que l’on puisse pédaler, pourvu évidemment qu’on ait une raison valable de le faire. Ainsi, « à Mulhouse, il est encore possible de circuler à vélo, et la police ne verbalise pas si la feuille dérogatoire est en règle. Et ce, quel que soit le motif, professionnel, courses ou garde d’enfant », témoigne Rémy Burgy. « Je me rends tous les jours sur mon lieu de travail, à vélo, et je n’ai pas été verbalisée », corrobore Clémence Langloys, qui travaille pour une collectivité territoriale, à Montpellier.Lire aussi Combien de fois puis-je sortir de chez moi ? Combien de temps cela va durer ? Nos réponses à vos questions sur le confinement

La bicyclette est également utilisée, pour les trajets domicile-travail, par de nombreux soignants. Cécile Reynaud, cadre dans le secteur de la santé à Orsay (Essonne), se rend « tous les jours à l’hôpital à vélo, comme avant ». A la campagne, dans le Loiret, Mathilde Fournier enfourche sa bicyclette quotidiennement pour se rendre à la pharmacie où elle travaille, ainsi que pour livrer des patients. A Paris, Florence met, elle, trois quarts d’heure pour se rendre à l’Ehpad où elle travaille.

 

 

Ce sont des interprétations, pas des textes de loi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LE CREUSOT : Un motard triplement verbalisé et sa moto confisquée.

Lundi après-midi, alors qu'ils étaient en opération de contrôle, les Policiers du Creusot ont intercepté, dans le quartier de la Molette, un motard qui mettait un peu trop les gaz dans les rues du Creusot. Il a expliqué aux Policiers qu'il venait des Combes. Par contre il a eu du mal à justifier le motif de son déplacement, pour lequel il a écopé d'une amende à 135 euros. Il a aussi été verbalisé parce que la moto était faussement immatriculée, mais aussi parce qu'elle n'était pas assurée. Son passager a également été verbalisé à 135 euros.

Source: https://www.creusot-infos.com/ [...] squee.html

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vingt motards verbalisés pour avoir bravé le confinement.

Lundi 27 avril en fin d’après-midi, ils étaient venus avec tout leur matériel, moto-cross ou quad chargés sur des remorques ou dans des fourgons, casques, combinaisons et protections, pour se donner rendez-vous sur un champ de la commune de Balan. Comme si de rien n’était, en plein confinement.

 

L’endroit, baptisé l’École des Ponts, sert habituellement de lieu de promenade et on y croise aussi des militaires puisqu’il est situé en partie sur le camp militaire de la Valbonne.

Les motards pensaient-ils que leur sortie pétaradante allait passer inaperçue ? Sans doute puisqu’une vingtaine d’entre eux, originaires de la région lyonnaise, s’y est donné rendez-vous.

 

Mais seuls quelques-uns ont eu le temps de mettre les gaz. Les gendarmes de Montluel, aidés par leurs collègues d’autres unités, ont rapidement sifflé la fin de la récréation.

Les vingt motards ont été verbalisés pour non-respect du confinement, certains étant aussi verbalisés pour diverses infractions routières.

 

shooter.gif.36615ed763dbcb51529af63d74672f32.gif

 

Source: https://www.leprogres.fr/faits [...] onfinement

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

pas de masques , pas de médocs , pas de lits en réanimation, pas de tests, pas de "vrai" confinement, mais des frontières ouvertes,

5 fois plus de morts qu'en allemagne avec 20 millions d'habitants en moins , des résultats pires que la grece, le portugal ou le maroc :eux ils ont fermés leurs frontieres

des mensonges tous les jours etc.

 

 

les "20.000++ morts officiels" et leurs familles remercient macron

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux articles qui confirment en partie ton post:

http://www.slate.fr/story/1899 [...] qui-raison

https://www.ouest-france.fr/sa [...] 19-6815031

 

 

Il y a des différences d'investissement et de préparation mais aussi sociales (enfants partant plus rapidement entre autres).

 

En conclusion de l'article d'Ouest France: "Une partie de l’explication pourrait venir de l’absence en Allemagne de tests au coronavirus post-mortem sur les personnes décédées. Nous partons du principe que les patients sont diagnostiqués avant de mourir, expliquait ainsi fin mars l’Institut Robert Koch (IRK), qui pilote la lutte contre l’épidémie au niveau fédéral. Cela veut dire que lorsqu’une personne décède en quarantaine à domicile et non pas à l’hôpital, il y a de fortes chances que son cas n’entre pas dans les statistiques. En France, les tests post-mortem sont très souvent pratiqués, ce qui augmente mécaniquement les chiffres de décès.

Il faudra donc attendre plusieurs mois pour pouvoir évaluer s’il y a bien eu une surmortalité en Allemagne durant cette période".

 

Il est donc probablement trop tôt pour tirer des conclusions définitives, mais les points de préparation, de décisions et d'investissement sont clairement en faveur de nos voisins.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des bas du front qui seront les 1ers à râler s'il y a une 2ème vague ... qui sera de la faute à Macron !

 

Notre fine équipe de financiers a suffisamment fait de la merde pour que ça ne puisse être de la faute des gueux qui les payent...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


×
  • Créer...