Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

PEUGEOT et RENAULT : quel avenir dans leur rivalité ?


Messages recommandés

En France, en Europe, dans le Monde ? Peugeot semble avoir réussi une montée en gamme que Renault n'a pas véritablement opéré : le 3008/5008 sont les symboles de cette volonté.

 

http://www.largus.fr/images/images/peugeot-5008-renault-grandscenic-05.jpg?width=612&qtype=mixing&quality=90

 

Renault est toujours leader en France, et Peugeot 2e, mais les parts de marché se rapprochent année après année. En Europe, Renault progresse fort et reste devant Peugeot, en progrès aussi

 

Si Renault garde avec la Clio 4 une avance nette face à la 208 ( idem Twingo face à la 108 ), le vent a tourné dans les autres segments :

 

- La Peugeot 308 est au coude à coude avec la Megane 4 dans les ventes européennes mais attend son restylage. La 308 se vend mieux en France.

 

- Le Captur regnait en maitre face au 2008 mais surprise, depuis le profond restylage de ce dernier, le Captur a été dépassé en France par le 2008 mais reste leader en Europe, de justesse.

 

- La Talisman vient enfin de dépasser en 2017 la vieillissante 508

 

- Le Kadjar est complètement dominé en terme d'image et de qualité par le 3008.

 

- Plus serré entre le 5008 et et le Koleos

 

- Le Scenic 4 et l'Espace n'ont pas de concurrence chez Peugeot... mais chez Citroen, le C4 Picasso résiste en Europe au Scenic.

 

- Le Kangoo 5 places est dominé par le Peugeot Partner Tepee et plus encore par le Berlingo en Europe.

 

- Le minibus Trafic reste devant les nouveaux Peugeot et Citroen réunis en Europe.

 

 

http://www.leparisien.fr/econo [...] 203816.php

 

 

[h1]Automobile : PSA gagne 40 % de plus par voiture que Renault[/h1]

>

Economie|Daniel Rosenweg|21 août 2017, 8h53|

http://s1.lprs1.fr/images/2017/08/21/7203816_q11b9340_1000x625.jpg

En 2016, PSA et Renault ont réalisé un bénéfice de respectivement 2,15 et 3,5 milliard d'euros.LP / Philippe Lavieille1/2

Daniel Rosenweg

PSA gagne 1 400 € par véhicule vendu alors que Renault n'empoche que 1 000 €. Mais le groupe au losange se rattrape sur les volumes grâce à Dacia.

 

Chaque fois que PSA vend une voiture, il fait un bénéfice de 40 % supérieur à celui de Renault. C'est ce qui ressort d'une étude publiée ce week-end par « le Figaro », qui a calculé la marge opérationnelle des constructeurs par véhicule vendu. Cette meilleure rentabilité de PSA peut surprendre même si, en moyenne, PSA vend ses voitures plus cher que Renault : 16 137 € contre 15 580 €. A partir de là, le groupe au losange gagne 1 043 € à chaque vente alors que PSA, qui regroupe les marques Peugeot, Citroën et DS, empoche 1 405 €.

 

 

Autre surprise de cette étude, la marge de PSA est supérieure à celle d'Audi (8,7 %), alors que le constructeur allemand facture ses produits quatre fois plus cher (voire notre infographie ci-contre). Ces chiffres signifient-ils que la firme de Carlos Tavares est plus performante que sa rivale, dirigée par Carlos Ghosn ? Consultant et directeur de l'agence Auto Presse Club, Didier Laurent y voit d'abord le résultat de la stratégie de « pricing power » défendue par Carlos Tavares.

 

 

 

En clair, PSA privilégie la vente au meilleur prix en évitant remises et promos, qui dégradent l'image et la valeur du produit. Le pricing power, « c'est aussi, précise Didier Laurent, l'art de faire pression sur les fournisseurs dans la chaîne d'achat pour accroître ses marges en ne baissant pas le prix de vente final ». Autre explication : « La technique des options est plus répandue chez PSA, et les options rapportent gros. De même, la personnalisation des véhicules se développe, comme sur les C3, mais ne coûte rien à faire et rapporte beaucoup. »

[h2]Bénéfice net : avantage Renault[/h2]

De son côté, Renault, avec une marge de 6,7 % par voiture, de deux points inférieure à celle de PSA, mise davantage sur les volumes. Pour la première fois, ses ventes (3,18 millions, + 13,3 %) ont supplanté celles de PSA (3,14, millions, + 5,8 %) en 2016.

S'il gagne très peu d'argent sur une Dacia, le groupe se rattrape sur le nombre. Avec 560 000 unités en 2016, la filiale low-cost représente aujourd'hui une vente sur cinq. « En plus, ajoute Didier Laurent, ces marques low-cost permettent d'amortir plus largement les investissements puisqu'elles utilisent souvent les moteurs et les châssis produits par Renault. Elles permettent aussi d'écouler les surplus de pièces. En rachetant Opel, Peugeot vise la même stratégie », conclut-il.

Finalement, Carlos Ghosn a engrangé plus de bénéfice net en 2016 que Carlos Tavares : 3,5 Mds€ contre 2,15, selon les données constructeurs. Et, au cours des trois dernières années, Renault a refondé sa gamme tout en rénovant son outil de production. Un investissement qui se chiffre en dizaines de milliards d'euros et qui devrait porter ses fruits. Pour preuve, le groupe veut faire passer son chiffre d'affaires de 51,2 à 70 Mds€ en 2022 avec un taux de marge supérieur dans cinq ans à celui de son rival hexagonal.

http://www.leparisien.fr/images/2017/08/21/7204302_web-marge-constructeurs-automobiles-v2.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

intéressant de voir le prix moyen de vente par marque kmikz.gif.e08309a99a92590185221c51e92f4a49.gif

grosse différence entre Audi et BM/Mercedes [:ardeme:5]

de même je pensais pas que Toyota serait si "haut" en prix moyen de vente par rapport à Renault/psa/ford :o

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

intéressant de voir le prix moyen de vente par marque kmikz.gif.e08309a99a92590185221c51e92f4a49.gif

grosse différence entre Audi et BM/Mercedes [:ardeme:5]

de même je pensais pas que Toyota serait si "haut" en prix moyen de vente par rapport à Renault/psa/ford :o

 

 

Sans doute le côté hybride qui fait gonfler le prix moyen. Et une plus grande part aux SUV ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mauvaise passe pour l'usine Renault de DOUAI, qui produit les Scenic/Espace/Talisman. La faute aux SUV ?

 

http://www.lavoixdunord.fr/225 [...] s-semaines

 

 

[h1]L’usine Renault va baisser sa production dans quelques semaines[/h1]

Fin novembre, il y aura moins de monde dans les ateliers de l’usine Renault Douai. Moins d’intérimaires. Confrontée à une baisse des ventes, la direction a annoncé aux représentants du comité d’entreprise une baisse de la production de 25 %.

Par La Voix Du Nord | Publié le 28/09/2017

 

Le moteur se bloque. Mercredi, en comité d’entreprise, Jérôme Moinard, directeur de l’usine Renault Douai, a annoncé aux représentants du personnel qu’une des deux équipes tournerait à mi-cadence à partir du 20 novembre et ce pour très longtemps.

« On subit la concurrence des SUV. C’est la raison pour laquelle nous adaptons notre activité au marché. »

« Les segments de marché des modèles que l’on fabrique (Espace, Talisman berline et break, Scénic et Grand Scénic) sont plutôt en baisse même si l’on a des performances notables, notamment en France avec Scénic. On subit la concurrence des SUV (tout-terrain et pick-up). C’est la raison pour laquelle nous adaptons notre activité au marché », concède Bertrand de la Roche Saint-André, responsable du service communication.

« Ça va avoir des répercussions sur l’emploi. »

Côté syndicats, on est tombé du placard. « Le directeur nous dit ça très tranquillement alors que ça va avoir des répercussions sur l’emploi, rétorque David Dubois, secrétaire général CGT Renault Douai. Le comité d’entreprise n’a duré que 48 minutes. Un record ! »

« Les deux équipes tournent aujourd’hui à 60 véhicules/heure, souligne pour sa part Pascal Pottiez, secrétaire général SUD. L’une des deux va passer à 30 véhicules. On perd un quart de la production ! Un tiers des intérimaires vont sauter. » D’où son interrogation : « Il est incroyable qu’en début de vie de cinq véhicules, notre usine ne tourne pas à plein régime. Nous n’avons jamais connu ça par le passé. Autant vous dire que dans l’usine l’ambiance est morose. » David Dubois a fait les comptes : « Il y a 1 461 intérimaires dans l’usine. Avec la baisse de cadence, 700 resteront sur le carreau. »

Une première étape ? C’est la question que se pose Pascal Pottiez : « L’usine Georges-Besse n’est-elle pas surdimensionnée pour ne produire que du haut de gamme ? Tout est-il fait pour que nos véhicules soient visibles auprès du grand public ? Je constate qu’il y a très peu de publicité nationale pour nos véhicules premium (Espace et Talisman) »

Philippe Velu, délégué syndical central adjoint CFDT Renault, constate qu’ « il est difficile de reconnaître sur les routes une Talisman d’une Mégane ». Alors que la Talisman et l’Espace peinent à trouver des clients.

 

 

[h2]Mise en place d’un dispositif de formation[/h2]

« Nos véhicules sont en début de vie ! C’est quoi la prochaine étape ? », souffle David Dubois en pensant aux presque 3 400 salariés en CDI. « On va procéder à un ajustement des effectifs », répond en écho Bertrand de la Roche Saint-André. « Il n’y aura pas de rupture de contrats de mission anticipés. On entre dans une période où beaucoup de gens arrivent au terme de leurs contrats. »

Il y aura aussi la mise en place d’« un dispositif de formation » et « une adaptation des postes de travail » pour ceux qui se coltineront le travail des partants, sans être pour autant rassurés sur leur sort.

 

[h2]Loin des 180 000 véhicules promis[/h2]

« En 2017, à Douai, on devait fabriquer 180 000 véhicules, on en fera vraisemblablement 150 000 », dit Philippe Velu. La faute notamment à la Talisman.

La faute aussi au fournisseur tchèque Recticel, une usine qui fournit des pièces de portières pour Scénic et Grand Scénic, qui, en début d’année, à la suite d’un incendie, a paralysé de longs jours la production de l’usine douaisienne.

Le mois prochain, la CFDT (et les autres syndicats) rencontre Thierry Bolloré, directeur des fabrications et de la supply chain (la logistique). « On va aborder la question », dit Philippe Velu, en rappelant que l’accord de compétitivité signé en début d’année (CAP 2020) « oblige la direction Renault à donner de la production aux usines. »

 

L’Espace peine à accélérer

 

L’Espace, le modèle emblématique de la marque au losange, a vu ses ventes baisser de 30 % au premier semestre 2017 (11 700 unités contre 17 000), deux ans seulement après sa commercialisation.

http://lvdnena.rosselcdn.net/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2017/09/28/node_225209/32486557/public/2017/09/28/B9713334932Z.1_20170928181751_000%2BGAQ9SFMQV.2-0.jpg?itok=UDw6-OtR

D’emblée, le nouveau véhicule premium Renault produit à Douai avait séduit les flottes d’entreprises (les ventes ont reculé depuis), beaucoup moins les familles. Et ce même si au premier semestre de cette année, l’Espace restait leader du segment E (on y retrouve notamment certaines Mercedes) en France.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est sympa ce comparatif mais il manque pas mal de choses non ?

- quid de l'alliance REnault Nissan (et Mitsubishi maitenant) ?

- les voitures electriques, vous savez l'avenir de l'auto, cela existe chez PSA (je r=parle de voiture moderne...)?

- Qui du rachat d'OPel par PSA, fausse bonne idée (marché uniquemen europééen...)?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle m'a bien fait rire l'image n’empêche ! apalta.gif.df6d34180c296835044c7949d391da86.gif

 

BMW : Prix moyen 41 913€ / Mercedes : Prix moyen 47 475€

 

Audi : Prix moyen 60 651€

 

Oh bah oui ! C'est bien connu ! Audi vend plus d'A6 et de Q7 que d'A1 et d'A3 ..... tertulien.gif.a8ce94aab29aa49e81a2e575acd14b48.gif

 

 

Oui, je me demande aussi s'il n'y a pas une jolie erreur là :D

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au cours de l'année 2018, Peugeot est devenu LA marque française à succès. Alors ils vont rester numéro 2 d'un chouilla sur l'ensemble de 2018 car Renault compense par des ventes aux canaux courts ( loueurs, pros ) mais le dynamisme est passé chez Peugeot :

 

https://www.caradisiac.com/bar [...] 172916.htm

 

 

Novembre 2018 - FRANCE

Peugeot 32820 exemplaires

Renault 25699

 

 

11 mois 2018 - FRANCE

Renault 374922

Peugeot 362473

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Renault n'a pas une tres bonne image :ange: au niveau finition ,c'est au dessous de la moyenne et trop proche de dacia sur les modeles sous 15000 euros

 

en hdg ( si on peut dire ) les ventes restent médiocres des qu'on sort de la france

 

 

Et pourtant, Renault a toujours conçu des voitures bien pensées, mais la qualité intérieure inégale.

 

Quelqu'un de ma famille a gardé une R19 diesel atmo de 64ch de 25 ans. Je l'ai essayée quelques fois : si le moteur n'a pas de répondant, bruyant, agricole, je trouve néanmoins que c'est une excellente auto : tenue de route très bonne, voiture agréable (excepté ce moteur ). Et finition du tableau de bord encore propre, bien meilleure que ... la Megane 2 que moi j'ai eue :o

 

Je crois savoir que l'Espace, la Twingo sont restés des références dans leur catégorie, certains Scénic aussi, la Clio. Maintenant Renault est numéro 2 en Europe, même si en France la marque se tasse

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

sauf que Renault voir ses ventes mondiales augmenter tous les ans et celles de PSA baisser

PSA ne rencontre du succès qu'en France et un peu en Europe, point, son manque de fiabilité l'handicape (que de problèmes et de rappels sur le 3008... sûrement lançé à la va-vite) toujours même si ils ont réussi à faire croire à une montée en gamme, bien joué.

La marque Dacia semble faire des marges supérieures à celles de Peugeot, et vu le volume vendu, c'est au contraire une excellente image pour Renault, surtout dans le contexte actuel.

 

Et puis il y a "le style", pour moi beaucoup plus réussi chez Renault, plus "doux", Peugeot préfère jouer le "style tarabiscoté, compliqué, torturé", mais cela à l'air de plaire, surtout en France, pour le moment... on verra sur la durée.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

sauf que Renault voir ses ventes mondiales augmenter tous les ans et celles de PSA baisser

 

 

 

attention, si on parle de la marque Renault et non du groupe Renault, c'est un peu biaisé.

 

Car par exemple en amérique du sud, les dacia sont badgées renault (on y vend donc des renault sandero, renault logan, etc...). Alors que Peugeot n'a pas de marque lowcost qu'il puisse rebadger donc ce sont des peugeot 301, peugeot 408 qui sont du coup des modèles spécifiques, donc à amortir en plus de la gamme européenne.

 

 

Il faudrait que PSA sorte une marque lowcost en Europe qu'ils rebadgent sur les autres pays. Ou qu'ils utilsent pour cela la marque Opel pour vendre en argentine une "peugeot corsa", surtout que la Corsa est un modèle connu dans ces pays (car comme d'autres modèles de la gamme Opel comme la zafira, elle existait en "chevrolet corsa" sur ce marché)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au cours de l'année 2018, Peugeot est devenu LA marque française à succès. Alors ils vont rester numéro 2 d'un chouilla sur l'ensemble de 2018 car Renault compense par des ventes aux canaux courts ( loueurs, pros ) mais le dynamisme est passé chez Peugeot :

 

https://www.caradisiac.com/bar [...] 172916.htm

 

 

Novembre 2018 - FRANCE

Peugeot 32820 exemplaires

Renault 25699

 

 

11 mois 2018 - FRANCE

Renault 374922

Peugeot 362473

Je te confirme que Peugeot n'a rien compris à la gamme pro... :lol:

 

Leur 308 par exemple sont horriblement cher, au même prix qu'une golf... alors que la megane est facilement moins cher de 60-80€/mois pour la même finition et la même puissance. (je parle pour les contrats dans mon cas)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

https://www.leblogauto.com/201 [...] rance.html

 

 

[h1]Peugeot devrait dépasser 18 % de parts de marché en 2018 (en France)[/h1]

ParElisabeth Studer-4 décembre 20189

PARTAGERFacebookTwitter

2018_Peugeot-508-640x360.jpg

Peugeot devrait atteindre une part de marché supérieur à 18 % en 2018. C’est en tout cas ce que vient d’affirmer au Journal de l’Auto, Guillaume Couzy, directeur commercial du constructeur pour la France.

S’il table certes sur une baisse du marché automobile dans l’Hexagone durant le mois de décembre – qui a tout de même fort mal commencé compte-tenu de très vives tensions actuelles, le bilan annuel de la marque ne devrait pas être impacté par le mouvement des Gilets Jaunes. Quant à 2019 ….[h2]Peugeot demeure leader sur le marché des particuliers en France[/h2]

« Notre portefeuille de commandes reste élevé avec 1,5 mois de livraisons, ce qui va nous permettre de poursuivre sur notre lancée »,a -t-il ainsi déclaré au journal. Le constructeur devrait ainsi demeuré leader sur le marché des particuliers.

Sur les onze premiers mois de l’année 2018, la marque affiche un volume d’immatriculations de 362 473 véhicules, dépassant Renault de 12 449 unités.[h2]Inquiétude très importante des réseaux sur l’impact du mouvement des Gilets jaunes[/h2]

Mais le mois de décembre et les jours d’après pourraient s’avérer extrêmement difficiles. Le constructeur note tout d’abord un attentisme certain des consommateurs face aux annonces gouvernementales de doublement de la prime à la conversion. Lesquelles ne devraient au final concerner peu de monde.

 

 

 

 

 

 

crossover_des237.jpg

 

[h3]Kia Niro, le Crossover Hybride.[/h3]

Crossover et hybride, dès 287 €/mois ! SANS APPORT.[h4]Plus d'infos[/h4]

Publicité

Mais c’est avant tout le contexte social ambiant extrêmement tendu – alors que les conséquences économiques des mouvements liés s’amplifient chaque jour « un sentiment d’inquiétude très important » des réseaux Peugeot, « que ce soit au niveau des ventes ou de l’après-vente. »[h2]Un Black Friday pas si black que cela[/h2]

Certains consommateurs semblent tout de même ne pas devoir faire face à de graves difficultés en terme de pouvoirs d’achats. Peugeot indique ainsi que la baisse de fréquentation observée en novembre a pu être compensée par une opération Black Friday « très dynamique. »

La marque semble ainsi poursuivre sur sa lancée, notamment avec la 508. Depuis le début de sa commercialisation, les commandes la concernant ont atteint 4 000 unités.

Sources : Peugeot, Journal de l’Auto

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En France, en Europe, dans le Monde ? Peugeot semble avoir réussi une montée en gamme que Renault n'a pas véritablement opéré : le 3008/5008 sont les symboles de cette volonté.

 

http://www.largus.fr/images/im [...] quality=90

 

Renault est toujours leader en France, et Peugeot 2e, mais les parts de marché se rapprochent année après année. En Europe, Renault progresse fort et reste devant Peugeot, en progrès aussi

 

Si Renault garde avec la Clio 4 une avance nette face à la 208 ( idem Twingo face à la 108 ), le vent a tourné dans les autres segments :

 

- La Peugeot 308 est au coude à coude avec la Megane 4 dans les ventes européennes mais attend son restylage. La 308 se vend mieux en France.

 

- Le Captur regnait en maitre face au 2008 mais surprise, depuis le profond restylage de ce dernier, le Captur a été dépassé en France par le 2008 mais reste leader en Europe, de justesse.

 

- La Talisman vient enfin de dépasser en 2017 la vieillissante 508

 

- Le Kadjar est complètement dominé en terme d'image et de qualité par le 3008.

 

- Plus serré entre le 5008 et et le Koleos

 

- Le Scenic 4 et l'Espace n'ont pas de concurrence chez Peugeot... mais chez Citroen, le C4 Picasso résiste en Europe au Scenic.

 

- Le Kangoo 5 places est dominé par le Peugeot Partner Tepee et plus encore par le Berlingo en Europe.

 

- Le minibus Trafic reste devant les nouveaux Peugeot et Citroen réunis en Europe.

 

 

http://www.leparisien.fr/econo [...] 203816.php

 

 

[h1]Automobile : PSA gagne 40 % de plus par voiture que Renault[/h1]

>

Economie|Daniel Rosenweg|21 août 2017, 8h53|

http://s1.lprs1.fr/images/2017 [...] 00x625.jpg

En 2016, PSA et Renault ont réalisé un bénéfice de respectivement 2,15 et 3,5 milliard d'euros.LP / Philippe Lavieille1/2

Daniel Rosenweg

PSA gagne 1 400 € par véhicule vendu alors que Renault n'empoche que 1 000 €. Mais le groupe au losange se rattrape sur les volumes grâce à Dacia.

 

Chaque fois que PSA vend une voiture, il fait un bénéfice de 40 % supérieur à celui de Renault. C'est ce qui ressort d'une étude publiée ce week-end par « le Figaro », qui a calculé la marge opérationnelle des constructeurs par véhicule vendu. Cette meilleure rentabilité de PSA peut surprendre même si, en moyenne, PSA vend ses voitures plus cher que Renault : 16 137 € contre 15 580 €. A partir de là, le groupe au losange gagne 1 043 € à chaque vente alors que PSA, qui regroupe les marques Peugeot, Citroën et DS, empoche 1 405 €.

 

 

Autre surprise de cette étude, la marge de PSA est supérieure à celle d'Audi (8,7 %), alors que le constructeur allemand facture ses produits quatre fois plus cher (voire notre infographie ci-contre). Ces chiffres signifient-ils que la firme de Carlos Tavares est plus performante que sa rivale, dirigée par Carlos Ghosn ? Consultant et directeur de l'agence Auto Presse Club, Didier Laurent y voit d'abord le résultat de la stratégie de « pricing power » défendue par Carlos Tavares.

 

 

 

En clair, PSA privilégie la vente au meilleur prix en évitant remises et promos, qui dégradent l'image et la valeur du produit. Le pricing power, « c'est aussi, précise Didier Laurent, l'art de faire pression sur les fournisseurs dans la chaîne d'achat pour accroître ses marges en ne baissant pas le prix de vente final ». Autre explication : « La technique des options est plus répandue chez PSA, et les options rapportent gros. De même, la personnalisation des véhicules se développe, comme sur les C3, mais ne coûte rien à faire et rapporte beaucoup. »

[h2]Bénéfice net : avantage Renault[/h2]

De son côté, Renault, avec une marge de 6,7 % par voiture, de deux points inférieure à celle de PSA, mise davantage sur les volumes. Pour la première fois, ses ventes (3,18 millions, + 13,3 %) ont supplanté celles de PSA (3,14, millions, + 5,8 %) en 2016.

S'il gagne très peu d'argent sur une Dacia, le groupe se rattrape sur le nombre. Avec 560 000 unités en 2016, la filiale low-cost représente aujourd'hui une vente sur cinq. « En plus, ajoute Didier Laurent, ces marques low-cost permettent d'amortir plus largement les investissements puisqu'elles utilisent souvent les moteurs et les châssis produits par Renault. Elles permettent aussi d'écouler les surplus de pièces. En rachetant Opel, Peugeot vise la même stratégie », conclut-il.

Finalement, Carlos Ghosn a engrangé plus de bénéfice net en 2016 que Carlos Tavares : 3,5 Mds€ contre 2,15, selon les données constructeurs. Et, au cours des trois dernières années, Renault a refondé sa gamme tout en rénovant son outil de production. Un investissement qui se chiffre en dizaines de milliards d'euros et qui devrait porter ses fruits. Pour preuve, le groupe veut faire passer son chiffre d'affaires de 51,2 à 70 Mds€ en 2022 avec un taux de marge supérieur dans cinq ans à celui de son rival hexagonal.

http://www.leparisien.fr/image [...] les-v2.jpg

 

 

Vraiment intéressant de voir les marges constructeur par vente :jap:

 

Oui par contre pour le prix moyen d'une Audi, je crois qu'il y'a une erreur :??:

Même si une A4 3.0TDI coûte autour de 60k€, la plupart vendue sont des 2.0TDI

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Et pourtant, Renault a toujours conçu des voitures bien pensées, mais la qualité intérieure inégale.

 

 

 

Oui mais je trouve que les Renault même derniers modèles (Tasliman / Mégane 4) sont déjà démodées, surtout depuis la sortie de la nouvelle 508.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur l'ensemble de l'année 2018 en France, Renault a pu conserver sa 1ere place des ventes totales mais c'est Peugeot qui pour la 1ere fois a le plus vendu aux particuliers ! Mais la tendance du changement de numéro 1 semble se poursuivre :

 

JANVIER 2019

Peugeot 29652 exemplaires

Renault 26363

https://www.autoplus.fr/actual [...] 35331.html

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:sol: perso j'aime pas rino , donc si psa vend plus , tant mieux , bon , avec la new clito qui arrive :D , les ventes augmenteront , apres rino ne vend plus que du bdg ( clio , captur , sandero et un autre modele dacia ) sont les quatres meilleures ventes en europe ) du groupe

 

apres faut voir sur 6 mois…………..

,

apres la pseudo alliance me semble vacillante car les nippons sont dominateurs sur la planète ( 6,7 pour nissan- mitsu) et seulement 3,9 pour rino dacia '( millions produits )

 

pour psa , avec le concours d'opel ,ca va renforcer le groupe , au moins en europe

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Inquiétant ...

 

https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/et-si-renault-abandonnait-le-haut-de-gamme-qui-lui-reussit-peu_685824

 

 

[h1]Et si Renault abandonnait le haut de gamme qui lui réussit si peu[/h1]

 

Par Alain-Gabriel Verdevoye le 21.11.2019 à 07h30

Clotilde Delbos, directrice financière du constructeur et directrice générale intérimaire, envisage de revoir le plan "Drive the Future" (2017-2022) en cours. Renault risque de ne pas remplacer l'Espace V. Pas sûr non plus que la berline Talisman ait un successeur. Mais la décision reviendra au futur directeur général de Renault.

 

cover-r4x3w1000-5dd55d33d9622-dsc-0457-resultat.jpg

Le Renault Espace n'aura probablement pas de remplaçant.

CHALLENGES - N. MEUNIER

 

"Ce que je fais c'est d'essayer de revoir nos objectifs d'ici à la fin de l'année ou début d'année prochaine”, souligne Clotilde Delbos, directrice financière du constructeur au losange au "Fortune Global Forum » organisé par le magazine Fortune. "Nous avons besoin de retravailler notre plan à moyen terme", ajoute celle qui est aussi directrice générale de Renault par intérim (actionnaire minoritaire de Challenges), depuis plus d'un mois. Renault n'exclut pas de renoncer à certains modèles ou de revoir les ambitions sur certains marchés dans le cadre de son plan "Drive the Future" (2017-2022).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:sol: si ca se vend pas ( ventes de talisman tres faibles :ange: ), pk pas , rino vend surtout la clio et le captur et dacia ne suscite pas d'inquiétudes ( sandero)

 

et le concept grand monospace à du plomb dans l'aile

 

donc ca ne parait pas anormal ,cette idée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais la rentabilité se fait plus sur des autos non citadines. Le futur Kadjar 2021 va avoir une très grosse pression.

 

 

https://www.caradisiac.com/le-nouveau-renault-kadjar-arrive-en-2021-179847.htm

 

 

[h1]Le nouveau Renault Kadjar arrive en 2021[/h1]

avatar_50x55.jpg

 

Dans Futurs modèles / Scoops

Paul Pellerin Le 19 Novembre 2019 à 09h30

73

[h2]Face à un Peugeot 3008 toujours en forme, un Citroën C5 Aircross en plein essor, le Renault Kajar fait pâle figure. Afin de redonner des couleurs à son SUV compact, Renault va opérer un renouvellement salutaire en 2021. Le Futur Renault Kadjar 2 va prendre des forces pour être plus désirable et plus performant. On vous explique tout.[/h2]S1-le-nouveau-renault-kadjar-arrive-en-2021-611375.jpg

 

Le récent restylage du Renault Kadjar ne suffit pas. Le SUV compact du Losange est toujours à la peine face à ses deux rivaux du groupe PSA, Peugeot 3008 et Citroën C5 Aircross. Pour inverser la tendance, le constructeur français va renouveler son modèle. Ce renouvellement interviendra dans le courant de l’année 2021 et il sera très conséquent.[h3]Plateforme sous tension[/h3]

Tout d’abord, la marque au losange va reprendre pour son Renault Kadjar 2 la plateforme CMF-C qui va être modifiée (pour être encore plus rigide et légère) et électrifiée, c’est-à-dire qu’elle pourra recevoir des motorisations hybrides. Cette offre hybride devrait être constituée d'une hybridation légère empruntée à la Renault Clio 5 (la citadine en disposera à partir de l'an prochain). Cette motorisation hybride affichera 140 ch et permettra au Kadjar 2 de réduire sa consommation de manière imprtante en milieu urbain. Enfin, le constructeur pourrait puiser chez Mitsubishi (propriété du groupe) pour récupérer la motorisation hybride rechargeable du modèle japonais. Plus puissant, puisqu’il dépasse les 200 ch, ce propulseur plug-in devrait permettre une utilisation du mode tout électrique pendant plusieurs dizaines de kilomètres. De plus, cette motorisation est associée à une transmission 4x4 grâce à l’utilisation de deux moteurs électriques, un pour les roues avant, l’autre pour les roues arrière.[h3]Style plus affirmé (...)[/h3]

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais la rentabilité se fait plus sur des autos non citadines. Le futur Kadjar 2021 va avoir une très grosse pression.

 

 

https://www.caradisiac.com/le-nouveau-renault-kadjar-arrive-en-2021-179847.htm

 

 

[h1]Le nouveau Renault Kadjar arrive en 2021[/h1]

https://static.caradisiac.com/ [...] _50x55.jpg[/url]

 

Dans Futurs modèles / Scoops

Paul Pellerin Le 19 Novembre 2019 à 09h30

73

[h2]Face à un Peugeot 3008 toujours en forme, un Citroën C5 Aircross en plein essor, le Renault Kajar fait pâle figure. Afin de redonner des couleurs à son SUV compact, Renault va opérer un renouvellement salutaire en 2021. Le Futur Renault Kadjar 2 va prendre des forces pour être plus désirable et plus performant. On vous explique tout.[/h2]https://images.caradisiac.com/ [...] 611375.jpg[/url]

 

Le récent restylage du Renault Kadjar ne suffit pas. Le SUV compact du Losange est toujours à la peine face à ses deux rivaux du groupe PSA, Peugeot 3008 et Citroën C5 Aircross. Pour inverser la tendance, le constructeur français va renouveler son modèle. Ce renouvellement interviendra dans le courant de l’année 2021 et il sera très conséquent.[h3]Plateforme sous tension[/h3]

Tout d’abord, la marque au losange va reprendre pour son Renault Kadjar 2 la plateforme CMF-C qui va être modifiée (pour être encore plus rigide et légère) et électrifiée, c’est-à-dire qu’elle pourra recevoir des motorisations hybrides. Cette offre hybride devrait être constituée d'une hybridation légère empruntée à la Renault Clio 5 (la citadine en disposera à partir de l'an prochain). Cette motorisation hybride affichera 140 ch et permettra au Kadjar 2 de réduire sa consommation de manière imprtante en milieu urbain. Enfin, le constructeur pourrait puiser chez Mitsubishi (propriété du groupe) pour récupérer la motorisation hybride rechargeable du modèle japonais. Plus puissant, puisqu’il dépasse les 200 ch, ce propulseur plug-in devrait permettre une utilisation du mode tout électrique pendant plusieurs dizaines de kilomètres. De plus, cette motorisation est associée à une transmission 4x4 grâce à l’utilisation de deux moteurs électriques, un pour les roues avant, l’autre pour les roues arrière.[h3]Style plus affirmé (...)[/h3]

 

 

Il est vrai que le nouveau 3008 a été un challenge hyper gagnant. Apres Renault a d'autres modèles dominants, il faut regarder dans la globalité...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

2018 et 2019, Renault est resté numéro 1 des ventes en France, avec un Peugeot tout proche de lui ravir sa place historique.

 

 

JANVIER 2020 - Peugeot démarre en tête.

 

http://journalauto.com/lja/article.view/33001/peugeot-domine-le-marche-francais-en-janvier-2020/1/constructeurs

 

http://journalauto.com/var/docs/media_lja/articles_img/art-33001-orig.jpg

Avec 29 426 cartes grises, Peugeot baisse "seulement" de 1,4 % alors que le marché global recule 13,4 %.

[h1]Peugeot domine le marché français en janvier 2020[/h1]

Avec 29 246 immatriculations sur le premier mois de l'année 2020, Peugeot démarre la course en tête. La marque obtient 21,8 % de part de marché et son carnet de commandes, auprès des particuliers, repart même à la hausse depuis deux mois.

 

 

 

https://www.caradisiac.com/c-est-officiel-la-peugeot-208-n-est-plus-le-poulidor-de-l-automobile-181120.htm

 

Et la 208 II est numéro 1 des ventes, loin de la Clio V en janvier. Rappelons que le marché chute lourdement avec -13,4%, que Peugeot recule seulement de 1,4% contre -9,4% pour Renault.

 

Mais tout cela n'est que provisoire, et Renault paye peut-être une plus forte vente de décembre avec la peur des gens pour les nouveaux malus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Renault ne rigole pas avec ses dernières annonces de pertes et proposent déjà des coupes budgétaires radicales :

 

https://www.europe1.fr/economie/les-syndicats-desabuses-face-au-plan-deconomie-de-renault-3952203

 

 

[h1]Les syndicats désabusés face au plan d'économie de Renault[/h1]

 

09h20, le 28 février 2020 , modifié à 09h34, le 28 février 2020

  • A
  • A

 

<div class="container" style="margin:0px auto;padding:0px 20px;list-style-type:none;width:960px;">Les-syndicats-desabuses-face-au-plan-d-economie-de-Renault.jpg1:09La vente de dix des 50 garages de Renault concerne 1.600 employés. © PHILIPPE DESMAZES / AFP

 

Partagez sur :Renault a décidé de se séparer de dix de sa cinquantaine de garages afin de réaliser des économies. Une mesure qui concerne 1.600 salariés. Stéphane Rivière, délégué CFE-CGC, a exprimé sur Europe 1 vendredi sa lassitude et son exaspération face à des systèmes d'organisation "catastrophiques pour l'entreprise".

 

Renault lance les premières mesures de son plan d'économies, a révélé Europe 1 jeudi. Le groupe a décidé de se séparer d'une partie de son réseau de distribution, soit dix garages (Orléans, Montpellier et Toulouse notamment) sur la cinquantaine que compte sa filiale, Renault Retail Group. "Il va falloir s'assurer que le cash dégagé par la vente de ces établissements va servir à pérenniser la filiale et non à remplir un puits sans fond", prévient Stéphane Rivière, délégué CFE-CGC chez Renault Retail Group.[h2]"Ce qui a été mis en place n'était pas cohérent avec les évolutions du marché"[/h2]

En vendant ces garages, Renault veut faire rentrer de l'argent et surtout il veut faire des économies. "On doit rénover nos sites, on doit y apporter plus de numérique. Avoir moins de garages permet que ces rénovations coûtent moins chères", assume-t-on au siège de Renault. Cette mesure concerne 1.600 salariés. Renault assure qu'au moins à court terme, l'emploi est préservé. Les acheteurs, dont l'identité n'a pas filtré, ont déjà été trouvés.</div>

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

PSA a bien réussi à segmenter son positionnement entre Citroën, Peugeot et DS. Ce sera aussi un enjeu majeur pour VAG avec Skoda et Seat qui commencent à empiéter sur les autres marques du groupe et rendent la démarcation confuse. Quant à Renault, il y a Dacia pour le low cost, Renault pour le généraliste, mais quid du haut de gamme ? Alpine ?

 

Sur certains modèles, Renault a régressé. Par exemple, l'Espace IV était un excellent véhicule, habitable, polyvalent. L'Espace V n'a rien à voir.

 

A mes yeux, Renault souffre aussi d'être connoté véhicule de flotte de société. J'ai eu plusieurs Renault de fonction, c'était de bons véhicules, sobres, fiables. Mais j'ai souvenir du parking de l'entreprise avec des Clio blanches à perte de vue. Rien d'excitant, on en voit trop.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×
  • Créer...