Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

 
Publi info
   / / / /

Pédophilie au Portugal

 

Papa Dams et 6 utilisateurs inconnus
Ajouter une réponse
 

     
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Pédophilie au Portugal

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Zir74ef
Invité
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 12:28:08  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Publicité
Nausée au Portugal
 
Depuis la révélation, en novembre 2002, d'une affaire de pédophilie impliquant une série de personalités politiques et médiatiques, le pays est emporté dans une tornade de fuites, de doutes et de remords.




De la terrasse du restaurant, on voit tout Lisbonne, étalé jusqu'à la mer. Dans la lumière pâle de l'hiver, c'est splendide, mais elle regarde à peine. Sous prétexte d'éteindre sa cigarette, Felicia Cabrita détourne même la tête, comme pour éviter de deviner à l'horizon la longue silhouette de la Casa Pia.  Casa Pia, c'était la bonne conscience portugaise, une institution d'Etat réputée, chargée depuis le XVIIIe  siècle des enfants défavorisés. Et pourtant, ces trente  dernières années, elle a été le cadre des agissements d'un réseau de pédophiles, aidé par un employé de l'établissement. Une affaire longtemps sous-estimée. Personne ne voulait y croire, jusqu'à ce que, un beau jour de novembre  2002, la journaliste, alertée par la mère de l'un des enfants agressés, dévoile tout dans l'hebdomadaire L'Expresso et la télévision privée, la SIC.

Depuis, un maelström de révélations, de doutes et de remords s'est abattu sur le Portugal. Felicia est devenue un symbole. Dans la rue, on l'encourage. On lui écrit. Ce qui lui vaudra de révéler une seconde affaire de pédophilie, cette fois aux Açores. Mais la nuit, quand le téléphone sonne, le ton n'est plus le même, et la menace est évidente  : "Tu en as assez fait... Nous savons où ton enfant va à l'école."

Est-ce lourd à porter  ? Elle triture ses longs cheveux blonds, chipote devant son assiette presque intacte et finit par exploser  : "Je ne regrette rien. J'ai pu commettre moi aussi des erreurs, mais le mur du silence est tombé sur la pédophilie, les langues se délient. Un directeur d'hôpital m'a même confié qu'il recevait dans son établissement un enfant violé par jour..."

Ce qui l'inquiète, ce n'est pas l'affaire en soi, même si, pour l'instant, les noms des dix accusés ont causé la stupeur, car ils vont de Paulo Pedroso, numéro deux du Parti socialiste, à Carlos Cruz, le présentateur-vedette de la télévision, en passant par Jorge Ritto, un ambassadeur connu, ou Herman José, le plus médiatique des humoristes. Ce qui l'inquiète, ce serait plutôt l'exploitation de l'affaire et ses conséquences. "Je suis sidérée, conclut-elle. Après un an d'investigation poussée, je ne sais toujours pas, moi, ce qu'il y a vraiment derrière tout cela, mais, ici, on commente et on écrit n'importe quoi. Marasme économique ou pas, l'opposition socialiste ne fait plus son travail et magistrats et avocats se livrent une guerre ouverte. La machine s'est emballée. Pour une jeune démocratie, d'à peine trente ans, c'est un test terrible  !"

De fait, la justice piétine. Le dossier enfle démesurément, plus de 15  000 pages et 600  témoins entendus, mais l'on n'en est qu'aux prémices du procès. En attendant, vraies fuites et fausses révélations alternent dans des journaux qui se livrent une surenchère féroce. Avant même d'être accusées officiellement, début janvier, les personnalités mises en cause dans le scandale avaient leurs noms étalés dans la presse depuis des mois. Voire leurs surnoms. Qui ne connaît aujourd'hui "Bibi", le chauffeur de l'institution et pourvoyeur du réseau, ancien pupille de Casa Pia, et probablement abusé lui aussi dans son adolescence, selon les psychiatres  ? Qui n'a pas spéculé sur le pseudo "Catherine Deneuve", dont certains croient savoir qu'il abrite un ministre, habitué du parc Edouard-VII, lieu privilégié de la prostitution juvénile masculine  ?

Et que dire de ces enfants cagoulés, traînés, comme le dira un éditorialiste, dans ce "supermarché du témoignage" que sont devenues les caméras de télévision  ? Certains ont dénoncé d'hypothétiques violeurs qui, renseignements pris, étaient eux-mêmes des enfants à l'époque des faits. L'un d'eux a même cru avoir identifié... le chef du gouvernement britannique, Tony Blair  ! D'autres enfin ont décrit dans le détail verrues, taches de naissance et déformation des parties intimes des agresseurs supposés. Rien n'a été épargné aux Portugais. "La nausée  !" résumait récemment le titre d'un journal.

Petit à petit, jusqu'aux plus hautes institutions du pays ont été éclaboussées dans ce déballage invérifiable. Ainsi, en janvier, un journal populaire a révélé qu'une lettre anonyme, pourtant jugée "irrecevable" par la justice, figurait inexplicablement dans le dossier. Et que disait cette lettre  ? Elle mettait directement en cause le président de la République, Jorge Sampaio, ainsi que le commissaire européen Antonio Vitorino. C'était assez pour que le président portugais s'adresse au pays dans une dure allocution télévisée, pour exprimer sa "préoccupation", fustigeant "les fuites inconsidérées" venues de la justice et "l'irresponsabilité" de la presse.

Le climat est tel qu'à la tribune de la Chambre la droite a réclamé des "bornes" pour contenir les débordements des journaux. Initiative vivement écartée par le premier ministre Durao Barroso. De leur côté, les socialistes, cédant à leur orgueil blessé, ont accueilli au Parlement, avec une douteuse effusion, leur dirigeant mis en cause, présenté comme un "  prisonnier politique". Comme si le Portugal s'était placé lui-même sous une loupe grossissante, chaque faiblesse, chaque anomalie est désormais disséquée. Justice, presse, politique, tout y est passé. Jusqu'à ces écoutes, invérifiables, opérées par la police judiciaire, et qui, selon le sociologue Antonio Baretto, concerneraient, dans l'arbitraire le plus total, jusqu'à 12  000  personnes.

Mais qu'est-il donc arrivé au Portugal  ? Bibliothèque en bois, lustres anciens, vitrines de décorations surannées, installé au cœur de Lisbonne, dans un palais qui a échappé au tremblement de terre de 1755, le siège de l'ordre des avocats est le temple feutré de l'ordre établi. Le bâtonnier José Miguel Judice y officie avec humour et fermeté. Ce qui est arrivé  ? La question lui arrache un sourire fatigué  : "Imaginez, dit-il, que tout à coup, dans une institution prestigieuse type orphelinat de la Légion d'honneur, éclate un scandale, et que Jack Lang, Henri Emmanuelli, Coluche, s'il existait encore, et Michel Drucker soient accusés de pédophilie. Eh bien, voilà  ! Les télévisions privées et l'explosion des tabloïds ont fait le reste. La presse découvre que la justice a un côté très scénographique." Petit silence, le temps de savourer son effet, et il continue  : "Alors ce pays catholique empreint d'irresponsabilité, où la religion enseigne que tout raconter à un prêtre suffit pour être pardonné, a dû ouvrir les yeux. Fini la règle hypocrite  : vertus publiques, vices privés. Et puis, le choc passé, on se tourne vers la justice. Et, là, on découvre que nous avons des lois magnifiques qui affichent que nous sommes une démocratie, mais dans la pratique, c'est plus confus."

Et d'énumérer ces anomalies qui pourrissent le procès en cours et qu'il a épinglées, la veille, en public, lors de l'ouverture de l'année judiciaire, devant le président de la République, dans un discours-réquisitoire qui fera date au Portugal  : la prison préventive interminable sans accès au dossier pendant des mois pour les accusés et un secret judiciaire allégrement violé chaque jour  : "Un secret quasi victorien, tellement excessif et hermétique qu'il obtient le résultat contraire."

En redescendant vers le port, le petit bar-salon de thé rempli d'étudiants avait des allures tentantes de forum improvisé. Profitant d'un rayon de soleil, plusieurs sont sortis, leur verre à la main. Casa Pia  ? Alléguant des examens à préparer, l'un d'eux tente d'éluder. Sa compagne, plus décidée, se lance  : "Au début, nous étions en colère contre l'incurie de l'Etat, à présent, c'est la honte." Et comme tous ont l'air d'acquiescer, elle enchaîne  : "Il y en a pourtant assez de cette saudade, ce vague à l'âme général. Au Portugal on a tendance à gratter ses plaies pour se faire saigner. Nous ne sommes ni pires ni meilleurs qu'ailleurs. Ce que je regrette, c'est que, comme d'habitude, à la fin "ils" ensableront le procès. On ne saura rien." Les jeunes Portugais n'auraient-ils plus confiance dans leurs institutions  ? Des sondages montrent que moins de 40  % d'entre eux croient à l'efficacité de la politique et qu'une grande majorité estime que la justice "est bloquée".

Le premier à donner un début d'explication est un historien, député socialiste de surcroît, José Medeiro Ferrera. Pour lui, il y a un "profond malaise social", qui s'exprime à travers un "certain courant justicialiste". "Je crois, dit-il en souriant, que s'est créée une alliance tacite entre cette couche populaire qui a beaucoup gagné avec la démocratie, mais sait que les grandes décisions lui échappent, et la télévision. Grâce au petit écran, nous assistons à une véritable catharsis dans le pays. La télé n'a pas de bornes, on peut tout écouter, tout fouiller." Le résultat, selon M.  Medeiro Ferrera, c'est que le Portugal, qui était encore dans l'exaltation de l'Exposition universelle de 1998 et de son architecture futuriste, a pris conscience qu'existait toujours, sous ce vernis, un pays arriéré. "  Et ça fait mal  !"

"Catharsis  ? Plutôt lynchage médiatique  ! Quand je pense que nous avions fait une révolution exemplaire, tout cela pour tomber à nouveau dans la culture du doute  !" Dans son vaste bureau de fonction, Manuel Alegre, vice-président du Parlement, poète reconnu et ancien exilé au temps de la dictature, a retrouvé le ton des révoltes de sa jeunesse pour défendre l'honneur perdu d'une classe politique suspectée.

Il poursuit  : "Que les coupables payent, mais que chacun balaye devant sa porte. La justice, ce n'est pas faire le procès des institutions. Un pays a besoin de références. Savez-vous que les enquêteurs ont montré aux victimes de Casa Pia, parmi les photos d'agresseurs potentiels à identifier, celles du président de la République, du cardinal Policarpo et de l'ancien leader socialiste Mario Soares  ! Que cherche-t-on à faire exactement  ?"

"Casa Pia, c'est un venin, mais aussi un vaccin", dit l'historien Medeiro Ferrera. De fait, comme dans un miroir correcteur, l'affaire de pédophilie des Açores, dont le procès, serein et sans tapage, semble plus avancé, renvoie au Portugal l'image de ses erreurs de ces derniers mois. Certaines tentent de se corriger. Des réformes de la justice ont été promises pour le courant de l'année et, timidement, une nouvelle politique envers les enfants défavorisés se met en place. Il était temps, dans ce grand show médiatique d'expiation collective, on n'entendait plus parler des petites victimes, sinon par les avocats des accusés, pour les discréditer. "Ce qu'ils voudraient, c'est en faire juste une bande de petits prostitués vénaux." Celle qui parle, Maria Antonia Palla, est une figure des luttes pour les droits civiques au Portugal. Son verdict n'est pas tendre  : "Dans ce pays longtemps pauvre, les enfants ont toujours été mal assistés. Durant la dictature, il n'y avait pas de planning familial. On disait "ça" meurt beaucoup, pour désigner la mortalité infantile. Reconnaître la pédophilie comme un crime, c'est récent  ; jusque-là, c'était un simple attentat à la pudeur."

Quant à la presse, si décriée, elle est pourtant la première à avoir dû tirer un enseignement de ses propres dérives  : "Garder la tête froide", résume José Manuel Fernandez. Derrière son sourire courtois, le directeur du journal de référence Publico cache un air de jubilation mérité. Son quotidien est un des rares à ne pas avoir cédé à la tentation sensationnaliste  : 3  % à 4  % de lecteurs en plus montrent qu'il a eu raison. D'autres, moins scrupuleux, ont vu leur audience baisser. Les seuls qui peuvent se permettre toutes les outrances, ce sont les journalistes de "Contre-Information"​, version portugaise des "Guignols de l'info". Ambiance cybercafé, le studio où est concoctée l'émission est une ruche tranquille  : plus d'un million d'auditeurs sont fidélisés. "Cela prouve que, quand tout s'écroule, l'humour permet de ne pas désespérer des Portugais..." commentent Rui Cardoso Martin, le parolier, et Nuno Antur Silva, le producteur, qui se disent "accablés par le soap opéra national de Casa Pia". Chez eux, les hommes politiques ne s'expriment que par téléphone, pour influencer les incontournables écoutes, et les confrères journalistes sur la mauvaise pente démagogique sont sévèrement caricaturés. Mais comment feront-ils si un jour s'ouvre enfin ce procès dont on dit qu'il sera très secret  ? Ils éclatent de rire  : "On attendra les fuites, évidemment..."

Le Monde 21 Février 2004

Sujets relatif
Profil : Pilote senior
  1. config
kazouille
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 12:34:54  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Mais tu peux pas faire un résumé :mad: spice de feignasse :p


---------------
Le cul chez les socialistes, ça sent pas la rose©
Invité
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 12:36:30  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

kazouille a écrit a écrit :


Mais tu peux pas faire un résumé :mad: spice de feignasse :p





Pas évident en fait,dans ce genre d'histoire,chaque détail compte énormément.

Publicité

Profil : As du volant
  1. config
eldrad
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 12:37:30  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
C'est la mode, les copier/coller d'énormes articles ? :beuh:


---------------
BMW 220da cabriolet
Porsche 997 Carrera S
Invité
Coupe argent Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 12:38:38  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Oui toute cette affaire est desolante,ils en parle tout le temps sur la parabole.
Ca fait froid dans le dos de savoir que rien encore n'a ete fait au niveau des compte rendus.

Publicité

Invité
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 12:42:21  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Eldrad a écrit a écrit :


C'est la mode, les copier/coller d'énormes articles ? :beuh:





C'est sûrement ennuyeux à lire,mais je préfère faire un copier-coller d'un article tiré d'un journal sérieux que d'en faire un résumé plus ou moins complet et qui n'aiderait pas forcément à une bonne compréhension.

Profil : As du volant
  1. config
eldrad
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 12:44:44  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Ziriako a écrit a écrit :


C'est sûrement ennuyeux à lire,mais je préfère faire un copier-coller d'un article tiré d'un journal sérieux que d'en faire un résumé plus ou moins complet et qui n'aiderait pas forcément à une bonne compréhension.




Perso j'aurais plutot vu un 1er post avec quelques phrases personnelles, et un lien vers l'article, ça fait moins "froid" et ça incite plus au débat je pense ;)

Ne commence pas comme Octobre Rouge :o|


---------------
BMW 220da cabriolet
Porsche 997 Carrera S
Profil : As du volant
chechu
Coupe argent Les Clubs Les Clubs - succès argent nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 12:48:15  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Publicité
C'est vrai que c'est triste. :L

Invité
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 14:17:46  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Ziriako a écrit a écrit :


Pas évident en fait,dans ce genre d'histoire,chaque détail compte énormément.




Vicieux :p

Profil : As du volant
  1. config
eldrad
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 14:29:39  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Error404 a écrit a écrit :


Vicieux :p




Si c'etait pas un sujet grave ça serait presque marrant :W


---------------
BMW 220da cabriolet
Porsche 997 Carrera S
Profil : Pilote confirmé
  1. config
s-xvi
Coupe argent Les Clubs Les Clubs - succès argent nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 15:41:19  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
La pédophilie est un problème de société largement sous dimensionné.

Longtemps considérée comme tabou, on a commencé à évoquer sérieusement cette déviance sexuelle grâce à l'affaire Dutroux (dont le procès va s'ouvrir, plus de 7 ans après son arrestation). Au moins, il aura servi à quelque chose !

Maintenant, il faut essayer de ne pas re-re-retomber dans l'éternel débat "torturer ou pas les pédocriminels avant leur exécution" :nanana:

La majeure partie de la société se braque dès que point le sujet de la pédophilie (il suffit de relire les thread du Bistrot à ce sujet...), alors qu'il est de mon avis qu'il faut apprendre à mieux connaître les pédophiles.

En effet, si désormais l'information donnée aux enfants est largement diffusée, il convient de s'intéresser également aux pédophiles, et de réfléchir à des solutions afin d'éviter qu'un jour, ils ne passent à l'acte :oui:

Le nombre de pédophiles potentiels est certainement ahurissant, mais bien fort heureusement, le passage à l'acte reste proportionnellement faible.

Apprendre à connaître les pédophiles, dialoguer, créer des groupes de paroles auxquels ils oseront participer, leur faire admettre que même s'ils pensent le contraire, ils peuvent un jour craquer et faire du mal à un enfant (souvent sans même se rendre compte des dégâts qu'ils peuvent occasionner).

Ce n'est pas en mettant les pédophiles au ban de la société, en les rejettant, en leur promettant le bûcher après la torture, que nous auront le plus de chance de les détecter et de les aider.

Ce scandale de la Casa Pia a le mérite de soulever une nouvelle fois le problème de la pédophilie, mais nous assistons malheureusement plutôt à des règlements de compte (politiques notamment) qu'à une véritable entreprise pour établir une justice. Rien de plus facile, pendant une telle affaire médiatique, que de lâcher des noms et laisser faire la rumeur :roll:

Bien sûr qu'en France, les Ballets roses et bleus ont toujours lieu. Evidemment, que de nombreuses personnalités sont pédophiles, derrière leur parfait mariage (et encore, parfois il suffit de se faire passer pour homo...). Pourtant, ce n'est pas demain la veille de ces agissements cesseront, car la pédophilie est dans la nature humaine, et qu'il est particulièrement difficile d'aller contre ses pulsions, surtout lorsque comme dans le cas de la pédophilie, on se sait désigné comme un monstre (syndrome banal du "quitte à être un monstre...")

D'un autre côté, il faudrait des lois plus claires et moins contraignantes.

A l'heure de l'Union Européenne, il est incroyable de voir que la majorité sexuelle est à 12 ans aux Pays Bas et 13 ans en Espagne par exemple, alors qu'elle est de 15 ans en France ou 16 ans en Belgique :voyons:

C'est à dire qu'à Barcelone, un jeune homme de 20 ans peut avoir une petite amie de 14ans. A 200km de là, à Perpignan, il risque des années de prison pour viol.

Combien de cas sont jugés "pédophiles" dans de tels couples vivant en parfaite harmonie ?

Pour quelle raison la population sera moins choquée par un professeur de musique et l'une de ses élèves âgée de 13 ans qui tombent amoureux, que par un homme de 30 ans en couple avec un garçon de 14 ? :voyons:

Pour mieux combattre la pédosexualité, tentons de mieux la comprendre :oui:

Purée, j'ai fait aussi long que l'article du Monde :lol:

edit : ortho
Message édité par S-XVI le 22/02/2004 à 15:53:13
Invité
  1. Posté le 22/02/2004 à 17:14:28  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
En ce qui concerne le procès Dutroux, il fait l'objet chez nous d'un battage médiatique impressionnant.

Dans un sens, cela fait peur: un journal en manque de sensations pourrait révéler certains éléments qui pourraient compromettre le procès et servir de vice de procédure ce qui aurait pour conséquence de le libérer.

L'enquète a été baclée, certaines pistes oubliées, et un policier ayant fait la grève de la faim pour se faire entendre au sujets de certains manquements qu'il aurait remarqué a été déclaré atteint de graves troubles psychologiques et mis à la retraite. Son épouse travaillant aussi à la gendarmeris fait l'objet de pressions.
Beaucoup de personnes croient chez nous que Dutroux était en fait un "rabatteur" pour de grosses pointures qui, elles, ne seront jamais découvertes.

Le problème chez Dutroux, c'est qu'il y a eu enlèvements et meurtres, mais combien d'autres cas où la pédosexualité se passe de façon plus sournoise ne seront jamais découverts?

Il y a 25 ans, en Hollande et en Allemagne, les revues pédophiles trainaient à vue sur les comptoirs des sex shops (Avant que certains pourrissent, oui, j'en ai vu personnellement) et la majorité sexuelle très jeune dans ces pays n'y est surement pas étrangère.
Message édité par Sha91wc le 22/02/2004 à 17:15:44
Profil : Pilote confirmé
  1. config
s-xvi
Coupe argent Les Clubs Les Clubs - succès argent nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 18:21:17  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Oui, comme beaucoup, j'ai entendu la version comme quoi Dutroux va porter le chapeau pour tous ses clients, et probablement emporter leurs noms dans la tombe !

En ce qui concerne ta remarque sur les revues pédophiles d'il y a 25ans, effectivement on peut penser que la trop faible limite concernant l'âge légal en est pour partie à l'origine.

Cependant, il devrait être possible d'abaisser l'âge de consentement sans pour autant autoriser la production de medias pornographiques concernant les mineurs :voyons:

En tous cas, je remarque que quand il s'agit de se défouler (appel au meurtre, au barbarisme, insultes en tous genre...) sur les pédophiles, il y a beaucoup de réponses, mais que dès qu'il s'agit d'avoir un peu de réflexion...

Peut-être parce qu'on est dimanche :oui:

Publicité

Profil : As du volant
  1. config
eldrad
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 19:23:56  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

S-XVI a écrit a écrit :



A l'heure de l'Union Européenne, il est incroyable de voir que la majorité sexuelle est à 12 ans aux Pays Bas et 13 ans en Espagne par exemple, alors qu'elle est de 15 ans en France ou 16 ans en Belgique :voyons:

C'est à dire qu'à Barcelone, un jeune homme de 20 ans peut avoir une petite amie de 14ans. A 200km de là, à Perpignan, il risque des années de prison pour viol.




Je pensais pas qu'il y avait de telles différences dans l'Europe :eek:

N'empeche c'est assez juste comme remarque, et d'ailleurs ça dépasse ce cadre là, on peut la généraliser...



Bref pour etre tranquille, faut s'installer aux Pays Bas :D


---------------
BMW 220da cabriolet
Porsche 997 Carrera S
Profil : Pilote confirmé
  1. config
s-xvi
Coupe argent Les Clubs Les Clubs - succès argent nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 20:58:05  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Eldrad a écrit a écrit :



Bref pour etre tranquille, faut s'installer aux Pays Bas :D




:lol:

Plus sérieusement : http://www.ageofconsent.com/ag​eofconsent.htm

Invité
  1. Posté le 22/02/2004 à 21:18:04  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Il est vrai que j'avais lu quelque part qu'il existe une différence importante entre violeurs d'enfants et pédophiles.
Les pédophiles seraient des personnes aimant les enfants au point de ne pas faire de différences entre l'amour sentiment et la relation sexuelle.
Les violeurs eux ne pensent qu'a l'acte sans sentiments.

Les premiers peuvent se soigner, les seconds doivent etre jugés et enfermés.

Profil : As du volant
  1. config
eldrad
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 23:35:55  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

S-XVI a écrit a écrit :


:lol:

Plus sérieusement : http://www.ageofconsent.com/ag​eofconsent.htm




:W oui j'avais déjà vu

Pour l'instant je ne trouve pas beaucoup de pays qui m'accueilleraient légalement :lol:


---------------
BMW 220da cabriolet
Porsche 997 Carrera S
Invité
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 22/02/2004 à 23:49:23  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Eldrad a écrit a écrit :


Perso j'aurais plutot vu un 1er post avec quelques phrases personnelles, et un lien vers l'article, ça fait moins "froid" et ça incite plus au débat je pense ;)

Ne commence pas comme Octobre Rouge :o|





Je suis devenu une référence, enfin. :D

Invité
Coupe or Les Clubs Les Clubs - succès or nombre de vues Les Clubs - succès or sujets
  1. Posté le 25/11/2004 à 16:31:27  
  2. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Citation :

Ouverture jeudi du premier grand procès pour pédophilie au Portugal
 
Sept personnes comparaissent à partir de jeudi devant la justice dans le cadre du premier grand procès pour pédophilie au Portugal, deux ans après la révélation d'abus sexuels sur des mineurs accueillis par l'institution publique Casa Pia.

Reporté à plusieurs reprises, le procès des six hommes et d'une femme, accusés d'abus sexuels sur 32 mineurs, se déroulera à huis clos au tribunal criminel de Boa Hora à Lisbonne.

L'affaire Casa Pia, du nom d'une institution publique reconnue qui accueille des enfants et des adolescents de milieux défavorisés ou en difficulté, fait la une des médias au Portugal depuis la publication dans la presse en novembre 2002 de témoignages de victimes présumées.

Selon les responsables actuels de la Casa Pia, plus d'une centaine de mineurs auraient été victimes d'abus sexuels dans plusieurs foyers gérés par l'institution. Plus de 700 témoins ont été entendus au cours de l'instruction.

Parmi les accusés qui comparaîtront à la barre à partir de jeudi figure un présentateur vedette de télévision, Carlos Cruz, un ancien diplomate, Jorge Ritto, un médecin ou encore Carlos Silvino dit "Bibi", un ancien employé de la Casa Pia.
[...]
Actuellement, seul l'ancien chauffeur Bibi, formellement accusé de plus de 600 crimes de violences sexuelles sur des mineurs, se trouve en détention préventive.

Plusieurs autres prévenus placés en détention préventive au début de l'instruction ont été remis en liberté sous contrôle en attendant le procès, en particulier Carlos Cruz, 63 ans, et Jorge Ritto, 68 ans.
[...]
La couverture par la presse de l'affaire de la Casa Pia a suscité un vif débat au Portugal sur le respect du secret de l'instruction, largement battu en brèche, ou encore sur le recours jugé parfois abusif à la détention préventive. Début novembre, une cinquantaine de journalistes avaient été mis en examen pour violation du secret d'instruction.

L'affaire Casa Pia a ébranlé la confiance des Portugais dans leurs institutions, lorsqu'il est apparu que les autorités avaient ignoré pendant des années les témoignages d'enfants sur les agressions sexuelles dont ils étaient victimes.

http://www.courrierinternation​al.com/AFP/depeche.asp?obj_id=​041124082919.hdpie6ap


 

Publicité

 Page :
1

Aller à :
 


Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Question sur travail et assedic. 10
Alex Métayer est mort 21
Etes vous déjà allé voir un psy ??? 100
Antichristianisme 35
Religion & Business 55