Aller au contenu
Logo Caradisiac      

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Vendre epave à l'expert ou vendre directement à l'epaviste?


Invité §var805Fc

Messages recommandés

Invité §var805Fc

Bonjour à tous et merci d'avance pour vos réponses!

 

Pendant tout le temps ou l'assurance, le garagiste et l'expert était censé accomplir leurs obligations administratifs j'ai eu le temps de réfléchir de mon cote, à que faire de la moto une fois réparé, j'ai aujourd'hui appris que le prix de la réparation et supérieur la valeur de la moto avant le sinistre, il me semble qu'elle est donc considéré comme épave et je serai alors indemnisé a hauteur de la valeur d'achat sachant qu'elle a été acheté neuve, moins de 6 mois avant le sinistre

 

Je souhaiterai donc faire appel à vos lumières qui pourront m'éclairer sur le "que faire de cette épave".

Cette épave va être vendue à un épaviste par l'intermédiaire de l'expert qui lui même demande si je souhaite céder mon véhicule pour destruction etc. etc.

Si je refuse de céder l'épave et décide de la revendre de mon cote je serai indemnisé selon les garanties déduction faite de la valeur résiduelle et des frais de gardiennage éventuels

 

Comment connaitre cette valeur résiduelle??

J’ai bien évidement contacté le cabinet d’expertise pour connaitre la valeur de l'épave et ils me disent qu’un appel d'offre a été lancé et ils attendent donc les offres des épavistes. Ce que je ne crois absolument pas

 

Merci pour vos reponses

je precise que je ne suis pas assuré chez AMV

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Vartouille,

 

Voici quelques informations générales pour vous éclairer sur ce sujet.

 

Il est habituel que l'assureur propose à l'assuré la cession de l'épave lorsque le montant des réparations est supérieur à la valeur vénale du véhicule en auto comme en moto.

 

A cette occasion, l'assuré a soit la possibilité de refuser la cession et dans ce cas là, l'indemnité proposée interviendra déduction faite de la valeur de l'épave, soit d'accepter la cession et dans ce cas, l'indemnité correspondra à la valeur vénale dont à déduire la franchise contractuelle le cas échéant.

 

Dans le cas où l'assuré décide de conserver son véhicule (pour le vendre de son côté ou le réparer), il appartient à l'expert de lancer un appel d'offres auprès de professionnels afin de déterminer la valeur résiduelle en fonction de la meilleure offre.

 

Si l'assuré conserve son véhicule en vue de le réparer, il peut être confronté à des réparations non prévues initialement qui peuvent s'avérer élevées.

 

Enfin, lorsque le véhicule est économiquement irréparable, sa remise en état passe systématiquement par le suivi d'un expert et une validation des réparations par ce dernier qui remet un certificat de conformité des travaux ; ce surcoût est supporté par l'assuré.

 

Bonne journée,

 

Laure - AMV

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites


×
  • Créer...
Aller en haut de page