Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Capacité réservoir Classe E W211 diesel


Messages recommandés

Bonsoir,

 

J'aimerais connaître la capacité du réservoir d'une Classe E W211 diesel E320 CDi de 2007-2008.

 

Bon, ceci dit, j'imagine que toutes les W211 ont un réservoir identique, peu importe l'année ou la motorisation. En tout cas, j'ai vu divers résultats sur internet: ça varie de 65 à 80 litres.

Des avis éclairés de proprios ou d'anciens proprios?

 

Merci d'avance :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toutes les Mercedes n'ont pas le même réservoir.

 

Il existe depuis fort longtemps chez l'étoile, une option "grande capacité" qui augmente justement la taille du réservoir.

 

ça doit correspondre à l'option 915 (du moins à l'époque des W124)

 

Le réservoir "normal" est entre 65 et 70L avec la réserve, et 85 à 90L en grande capacité.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toutes les Mercedes n'ont pas le même réservoir.

 

Il existe depuis fort longtemps chez l'étoile, une option "grande capacité" qui augmente justement la taille du réservoir.

 

ça doit correspondre à l'option 915 (du moins à l'époque des W124)

 

Le réservoir "normal" est entre 65 et 70L avec la réserve, et 85 à 90L en grande capacité.

 

 

Merci bien :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

J'aimerais connaître la capacité du réservoir d'une Classe E W211 diesel E320 CDi de 2007-2008.

 

Bon, ceci dit, j'imagine que toutes les W211 ont un réservoir identique, peu importe l'année ou la motorisation. En tout cas, j'ai vu divers résultats sur internet: ça varie de 65 à 80 litres.

Des avis éclairés de proprios ou d'anciens proprios?

 

Merci d'avance :jap:

 

 

 

Sur les W211 un réservoir standard (je crois 65L) et un réservoir option 80 Litres

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut ! Chez MB, leurs réservoirs sont conçus de telle manière qu'en remplissage "main-libre " à la pompe , lorsque le pistolet déclenche, le réservoir est bien plein - sur ma W210, pas place pour 1/2l en plus ! C'est génial !

 

 

Lorsque l'on ne connaît pas la vraie capacité d'un réservoir à carburant - valable pour toutes bagnoles d'un certain âge dont souvent le fond est encrassé et dont, partant, on ne consommera jamais tout le fond ou une partie de la réserve, - le calcul de ce que l'on peut vraiment mettre dedans diffère de la Q renseignée à l'origine par le constructeur sur une bagnole au réservoir bien propre !

 

La seule manière de procéder pour calculer l'autonomie réelle que l'on a avec un réservoir d'auto consiste en deux points :

-1) on remplit le réservoir à raz bord - facile chez MB - et on relève le compteur kilométrique, tandis que....

-2) l'on emporte avec soi un bidon de 5l de carburant en réserve, puis ...

-3) on roule normalement en relevant le kilométrage parcouru à chaque fois que l'aiguille " réservoir " atteint un des repaires au TB ( tableau de bord) dont souvent l'indicateur de niveau est divisé en 4 . Et, en fonction des circonstances et du trafic, on roule jusqu'à la panne sèche.

 

Afin de ne pas se tromper et après arrêt en lieu sûr, on relève et note immédiatement le kilométrage total parcouru avant de verser les 5l du bidon de réserve pour repartir directement vers une station-service afin de faire à nouveau le plein à raz-bord.

 

On calculera et connaîtra ainsi plusieurs choses intéressantes sur la bagnole :

-1) la capacité " utile " ou " pratique " du réservoir: càd celle sur laquelle on peut vraiment compter quand on prend la route, une fois le plein fait .

-2) la consommation moyenne au choix selon ses habitudes: Q litres/100 kms ou kms /litre.

 

On note le nombres de litres versés, le prix/l, le prix total et le kilométrage/compteur . On a ainsi toutes les données pour effectuer le calcul de la règle de 3. On obtient à quelques litres près l'autonomie de la voiture. On réitère l'opération plusieurs fois, histoire d'affiner la moyenne personnelle en fonction de la conduite : ville, grands routes/autoroutes ou conduite mixte.

Que demander de plus ?

Pourquoi arrive t-il après l'achat d'une voiture d'occasion de tomber en panne " sèche " apparente alors que l'on se rend compte que l'aiguille ne descend pas à fond de cadran et que l'on ne peut mettre que 50 ou 75 l de carburant dans le réservoir au lieu des 60 ~ 70 litres ou des 80~90 litres théoriquement annoncés par le fabricant ?

L'explication est simple : la crépine du réservoir - ce filtre vertical vissé sur la base du réservoir et pointé vers le haut - s'encrasse tout simplement et progressivement de crasses et boues plus ou moins durcies sur sa partie basse, ce qui empêche la pompe de consommer tout le volume de carburant présent . Cela fait drôle la première fois que la panne arrive.

 

Il y a cependant un moyen de retarder si pas d'empêcher ce phénomène d'encrassement de crépine de se produire lorsque l'on achète une voiture neuve ou assez récente. Très simple et très efficace si on s'y tient, à savoir en s'obligeant à n'effectuer les pleins qu'en procédant de la manière détaillée ici en plusieurs points , soit ....

-1) n'effectuer le plein que dans une station qui a du débit, mais en évitant surtout de le faire dans les deux premières heures qui suivent le réapprovisionnement de la station par le camion-citerne, histoire de laisser se reposer au fond les crasses mélangées à l'eau de condensation qui se forme dans une citerne de très grand volume à chaque changement de température de l'air qu'elle renferme .

-2) remplir son réservoir à fond à chaque fois .Ouiiii, c'est cher de faire le (premier) plein de 70l à 1,5 €/l , soit plus de 100€ à chaque passage à la pompe ! Mais il y a un truc pour l'éviter : ne faire que des 1/2 pleins , soit à chaque fois ne prendre qu'environ , disons 30l, soit en ne dépensant que +/- 50 € chaque fois ( au prix actuel du carburant ).

 

Mais mais, attention, cela n'aura de sens positif complet pour la mécanique que si on le fait intelligemment. Et en s'y tenant autant que faire se peut , càd, en effectuant des 1/2 pleins chaque fois que le réservoir atteint le niveau 50%, donc en gardant le rythme demi-> plein, demi--> plein, etc etc.....

 

Ainsi, le porte-feuille ne souffre pas trop à chaque passage à la pompe tandis que le réservoir de la voiture reste propre plus longtemps : peu de crasses seront pompées du fond des citernes, moins de réservoirs seront victimes de la condensation (formée dans un volume vide lors des changements de T°C ... constants et des boues, voyant ainsi l'autonomie du véhicule prévue par le fabricant durer plus longtemps sans tomber en panne et vraiment autoriser de longs déplacements sans passage à la pompe. On achète aussi son carburant là où il est le moins cher et on risque moins de tomber en panne dans un embouteillage.

Tout ceci ne restera valable que tant que nos moteurs thermiques à essence ou diesel ou bio-carburants seront autorisés à mouvoir nos bagnoles qui se retrouveront un jour jetées à la mitraille et pour certaines remplir nos musées et nos garages qui le deviendront chez les nostalgiques ! Tout a une fin. Mon explication aussi ! A tes calculs ! Bon plaisir au volant tant qu'on le peut ! Ciao. :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut ! Chez MB, leurs réservoirs sont conçus de telle manière qu'en remplissage "main-libre " à la pompe , lorsque le pistolet déclenche, le réservoir est bien plein - sur ma W210, pas place pour 1/2l en plus ! C'est génial !

 

 

Lorsque l'on ne connaît pas la vraie capacité d'un réservoir à carburant - valable pour toutes bagnoles d'un certain âge dont souvent le fond est encrassé et dont, partant, on ne consommera jamais tout le fond ou une partie de la réserve, - le calcul de ce que l'on peut vraiment mettre dedans diffère de la Q renseignée à l'origine par le constructeur sur une bagnole au réservoir bien propre !

 

La seule manière de procéder pour calculer l'autonomie réelle que l'on a avec un réservoir d'auto consiste en deux points :

-1) on remplit le réservoir à raz bord - facile chez MB - et on relève le compteur kilométrique, tandis que....

-2) l'on emporte avec soi un bidon de 5l de carburant en réserve, puis ...

-3) on roule normalement en relevant le kilométrage parcouru à chaque fois que l'aiguille " réservoir " atteint un des repaires au TB ( tableau de bord) dont souvent l'indicateur de niveau est divisé en 4 . Et, en fonction des circonstances et du trafic, on roule jusqu'à la panne sèche.

 

Afin de ne pas se tromper et après arrêt en lieu sûr, on relève et note immédiatement le kilométrage total parcouru avant de verser les 5l du bidon de réserve pour repartir directement vers une station-service afin de faire à nouveau le plein à raz-bord.

 

On calculera et connaîtra ainsi plusieurs choses intéressantes sur la bagnole :

-1) la capacité " utile " ou " pratique " du réservoir: càd celle sur laquelle on peut vraiment compter quand on prend la route, une fois le plein fait .

-2) la consommation moyenne au choix selon ses habitudes: Q litres/100 kms ou kms /litre.

 

On note le nombres de litres versés, le prix/l, le prix total et le kilométrage/compteur . On a ainsi toutes les données pour effectuer le calcul de la règle de 3. On obtient à quelques litres près l'autonomie de la voiture. On réitère l'opération plusieurs fois, histoire d'affiner la moyenne personnelle en fonction de la conduite : ville, grands routes/autoroutes ou conduite mixte.

Que demander de plus ?

Pourquoi arrive t-il après l'achat d'une voiture d'occasion de tomber en panne " sèche " apparente alors que l'on se rend compte que l'aiguille ne descend pas à fond de cadran et que l'on ne peut mettre que 50 ou 75 l de carburant dans le réservoir au lieu des 60 ~ 70 litres ou des 80~90 litres théoriquement annoncés par le fabricant ?

L'explication est simple : la crépine du réservoir - ce filtre vertical vissé sur la base du réservoir et pointé vers le haut - s'encrasse tout simplement et progressivement de crasses et boues plus ou moins durcies sur sa partie basse, ce qui empêche la pompe de consommer tout le volume de carburant présent . Cela fait drôle la première fois que la panne arrive.

 

Il y a cependant un moyen de retarder si pas d'empêcher ce phénomène d'encrassement de crépine de se produire lorsque l'on achète une voiture neuve ou assez récente. Très simple et très efficace si on s'y tient, à savoir en s'obligeant à n'effectuer les pleins qu'en procédant de la manière détaillée ici en plusieurs points , soit ....

-1) n'effectuer le plein que dans une station qui a du débit, mais en évitant surtout de le faire dans les deux premières heures qui suivent le réapprovisionnement de la station par le camion-citerne, histoire de laisser se reposer au fond les crasses mélangées à l'eau de condensation qui se forme dans une citerne de très grand volume à chaque changement de température de l'air qu'elle renferme .

-2) remplir son réservoir à fond à chaque fois .Ouiiii, c'est cher de faire le (premier) plein de 70l à 1,5 €/l , soit plus de 100€ à chaque passage à la pompe ! Mais il y a un truc pour l'éviter : ne faire que des 1/2 pleins , soit à chaque fois ne prendre qu'environ , disons 30l, soit en ne dépensant que +/- 50 € chaque fois ( au prix actuel du carburant ).

 

Mais mais, attention, cela n'aura de sens positif complet pour la mécanique que si on le fait intelligemment. Et en s'y tenant autant que faire se peut , càd, en effectuant des 1/2 pleins chaque fois que le réservoir atteint le niveau 50%, donc en gardant le rythme demi-> plein, demi--> plein, etc etc.....

 

Ainsi, le porte-feuille ne souffre pas trop à chaque passage à la pompe tandis que le réservoir de la voiture reste propre plus longtemps : peu de crasses seront pompées du fond des citernes, moins de réservoirs seront victimes de la condensation (formée dans un volume vide lors des changements de T°C ... constants et des boues, voyant ainsi l'autonomie du véhicule prévue par le fabricant durer plus longtemps sans tomber en panne et vraiment autoriser de longs déplacements sans passage à la pompe. On achète aussi son carburant là où il est le moins cher et on risque moins de tomber en panne dans un embouteillage.

Tout ceci ne restera valable que tant que nos moteurs thermiques à essence ou diesel ou bio-carburants seront autorisés à mouvoir nos bagnoles qui se retrouveront un jour jetées à la mitraille et pour certaines remplir nos musées et nos garages qui le deviendront chez les nostalgiques ! Tout a une fin. Mon explication aussi ! A tes calculs ! Bon plaisir au volant tant qu'on le peut ! Ciao. :jap:

 

 

 

Compliqué tes explications et très mauvaise idée d'aller jusqu'à la panne sèche, on fait 3 ou 4 pleins ont note les quantités et on fait le ratio avec les kms.

Pour les stations ce n'est pas indiqué à qu'elle heure le camion citerne est passé, donc éviter de faire le plein pendant le réappro pourquoi pas mais faut pas exagérer non plus les voitures qui roulent régulièrement, le carburant est constamment brassé et renouvelé dans le réservoir, ensuite avant d'arriver à l'injection il passe dans un filtre prévu à cet effet et c'est l'entretien et remplacement du filtre à gasoil qui est primordiale :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

surtout que l'explication ne me convainc guère

 

j'ai eu et ai encore des vieilles autos

jamais rien remarqué de tel

 

je peux imaginer qu'un vieux diesel ait du dépot au fond du réservoir mais pas au point que cela ait un impact significatif sur la capacité utile

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

surtout que l'explication ne me convainc guère

j'ai eu et ai encore des vieilles autos

jamais rien remarqué de tel

 

je peux imaginer qu'un vieux diesel ait du dépot au fond du réservoir mais pas au point que cela ait un impact significatif sur la capacité utile

 

 

En même temps, l'explication était tout sauf convaincante.

 

Perso je reste simple :

 

Je fais le plein dès que le voyant de réserve s'allume

 

 

La réserve ne me sert qu'à rallier la station la plus proche (faut vraiment être dans la pampa pour ne pas avoir de station dans un rayon de 10/20km, facilement localisable grâce à n'importe quel Smartphone)

 

Dans ces conditions, connaitre la capacité réelle de mon réservoir et celle de ma réserve, c'est pas très important (un peu comme quand le voyant d'huile moteur s'allume, bah tu en remet rapidement, ce qu'il reste exactement dans le carter, tu t'en tape !) ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À ta place, je ferais gaffe:

À force de toujours attendre que la réserve ne s'allume, et ce pendant plusieurs dizaines de milliers de km, j'avais fini par bousiller la pompe à essence sur mon ancienne 323i E36. Du moins, je pense bien que cette panne n'était pas anodine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À ta place, je ferais gaffe:

À force de toujours attendre que la réserve ne s'allume, et ce pendant plusieurs dizaines de milliers de km, j'avais fini par bousiller la pompe à essence sur mon ancienne 323i E36. Du moins, je pense bien que cette panne n'était pas anodine.

 

 

 

Oui enfin lorsque j'écris : "je fais le plein dès que le voyant de réserve s'allume" c'est une façon de parler (pour rebondir sur la démo ci-dessus), en réalité j'attends rarement que le voyant s'allume, dès que la réserve s'approche, je fais le plein (je ne remplis jamais partiellement).

 

Pourtant il m'est arrivé une fois de tirer au maximum sur la réserve (bon, la voiture n'avait que quelques mois !)

 

Un embranchement malencontreux (d'autoroute) m'a mise dans une situation délicate alors que j'étais déjà en réserve depuis plusieurs dizaines de km (vous savez, ce genre d'embranchement qui fait que la station prévue à 50km, tu ne la vois jamais !), donc :

 

-réserve allumée depuis plus de 90km

-voyant de carburant qui clignote tout rouge

 

-Alerte sonore sur le Command

 

-alerte également sur Smartphone (via Mercedes me) avec quantité de carburant à 0% !

 

-bagnole qui passe d'elle même en mode "éco", puis en mode "dégradé" (elle bride toutes accélérations)...

 

J'ai fini par arrivé à une station service (à 80KM/h) et ce jour, j'ai remis 70.5L dans mon réservoir qui est censé en contenir 67 ;)

 

 

Histoire véridique !

La bonne nouvelle c'est que, pour tomber en panne sèche avec une M-B récente, faut vraiment en vouloir ou être victime d'un sacré concours de circonstances...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Oui enfin lorsque j'écris : "je fais le plein dès que le voyant de réserve s'allume" c'est une façon de parler (pour rebondir sur la démo ci-dessus), en réalité j'attends rarement que le voyant s'allume, dès que la réserve s'approche, je fais le plein (je ne remplis jamais partiellement).

 

Pourtant il m'est arrivé une fois de tirer au maximum sur la réserve (bon, la voiture n'avait que quelques mois !) :

 

Un embranchement malencontreux (d'autoroute) m'a mise dans une situation délicate alors que j'étais déjà en réserve depuis plusieurs dizaines de km (vous savez, ce genre d'embranchement qui fait que la station à 50km, tu ne la vois jamais !), donc :

 

 

-réserve allumée depuis plus de 90km

-voyant de carburant qui clignote tout rouge

 

-Alerte sonore sur le Command

 

-alerte également sur Smartphone (via Mercedes me) avec quantité de carburant à 0% !

 

-bagnole qui passe d'elle même en mode "éco", puis en mode "dégradé" (elle bride toutes accélérations)...

 

J'ai finis par arrivé à une station service (à 80KM/h) et ce jour, j'ai remis 70.5L dans mon réservoir qui est censé en contenir 67 ;)

 

 

Histoire véridique !

La bonne nouvelle c'est que, pour tomber en panne sèche avec une M-B récente, faut vraiment en vouloir ou être victime d'un sacré concours de circonstances...

 

 

Tu as bien une W211?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut ! Chez MB, leurs réservoirs sont conçus de telle manière qu'en remplissage "main-libre " à la pompe , lorsque le pistolet déclenche, le réservoir est bien plein - sur ma W210, pas place pour 1/2l en plus ! C'est génial !

 

 

Lorsque l'on ne connaît pas la vraie capacité d'un réservoir à carburant - valable pour toutes bagnoles d'un certain âge dont souvent le fond est encrassé et dont, partant, on ne consommera jamais tout le fond ou une partie de la réserve, - le calcul de ce que l'on peut vraiment mettre dedans diffère de la Q renseignée à l'origine par le constructeur sur une bagnole au réservoir bien propre !

 

La seule manière de procéder pour calculer l'autonomie réelle que l'on a avec un réservoir d'auto consiste en deux points :

-1) on remplit le réservoir à raz bord - facile chez MB - et on relève le compteur kilométrique, tandis que....

-2) l'on emporte avec soi un bidon de 5l de carburant en réserve, puis ...

-3) on roule normalement en relevant le kilométrage parcouru à chaque fois que l'aiguille " réservoir " atteint un des repaires au TB ( tableau de bord) dont souvent l'indicateur de niveau est divisé en 4 . Et, en fonction des circonstances et du trafic, on roule jusqu'à la panne sèche.

 

Afin de ne pas se tromper et après arrêt en lieu sûr, on relève et note immédiatement le kilométrage total parcouru avant de verser les 5l du bidon de réserve pour repartir directement vers une station-service afin de faire à nouveau le plein à raz-bord.

 

On calculera et connaîtra ainsi plusieurs choses intéressantes sur la bagnole :

-1) la capacité " utile " ou " pratique " du réservoir: càd celle sur laquelle on peut vraiment compter quand on prend la route, une fois le plein fait .

-2) la consommation moyenne au choix selon ses habitudes: Q litres/100 kms ou kms /litre.

 

On note le nombres de litres versés, le prix/l, le prix total et le kilométrage/compteur . On a ainsi toutes les données pour effectuer le calcul de la règle de 3. On obtient à quelques litres près l'autonomie de la voiture. On réitère l'opération plusieurs fois, histoire d'affiner la moyenne personnelle en fonction de la conduite : ville, grands routes/autoroutes ou conduite mixte.

Que demander de plus ?

Pourquoi arrive t-il après l'achat d'une voiture d'occasion de tomber en panne " sèche " apparente alors que l'on se rend compte que l'aiguille ne descend pas à fond de cadran et que l'on ne peut mettre que 50 ou 75 l de carburant dans le réservoir au lieu des 60 ~ 70 litres ou des 80~90 litres théoriquement annoncés par le fabricant ?

L'explication est simple : la crépine du réservoir - ce filtre vertical vissé sur la base du réservoir et pointé vers le haut - s'encrasse tout simplement et progressivement de crasses et boues plus ou moins durcies sur sa partie basse, ce qui empêche la pompe de consommer tout le volume de carburant présent . Cela fait drôle la première fois que la panne arrive.

 

Il y a cependant un moyen de retarder si pas d'empêcher ce phénomène d'encrassement de crépine de se produire lorsque l'on achète une voiture neuve ou assez récente. Très simple et très efficace si on s'y tient, à savoir en s'obligeant à n'effectuer les pleins qu'en procédant de la manière détaillée ici en plusieurs points , soit ....

-1) n'effectuer le plein que dans une station qui a du débit, mais en évitant surtout de le faire dans les deux premières heures qui suivent le réapprovisionnement de la station par le camion-citerne, histoire de laisser se reposer au fond les crasses mélangées à l'eau de condensation qui se forme dans une citerne de très grand volume à chaque changement de température de l'air qu'elle renferme .

-2) remplir son réservoir à fond à chaque fois .Ouiiii, c'est cher de faire le (premier) plein de 70l à 1,5 €/l , soit plus de 100€ à chaque passage à la pompe ! Mais il y a un truc pour l'éviter : ne faire que des 1/2 pleins , soit à chaque fois ne prendre qu'environ , disons 30l, soit en ne dépensant que +/- 50 € chaque fois ( au prix actuel du carburant ).

 

Mais mais, attention, cela n'aura de sens positif complet pour la mécanique que si on le fait intelligemment. Et en s'y tenant autant que faire se peut , càd, en effectuant des 1/2 pleins chaque fois que le réservoir atteint le niveau 50%, donc en gardant le rythme demi-> plein, demi--> plein, etc etc.....

 

Ainsi, le porte-feuille ne souffre pas trop à chaque passage à la pompe tandis que le réservoir de la voiture reste propre plus longtemps : peu de crasses seront pompées du fond des citernes, moins de réservoirs seront victimes de la condensation (formée dans un volume vide lors des changements de T°C ... constants et des boues, voyant ainsi l'autonomie du véhicule prévue par le fabricant durer plus longtemps sans tomber en panne et vraiment autoriser de longs déplacements sans passage à la pompe. On achète aussi son carburant là où il est le moins cher et on risque moins de tomber en panne dans un embouteillage.

Tout ceci ne restera valable que tant que nos moteurs thermiques à essence ou diesel ou bio-carburants seront autorisés à mouvoir nos bagnoles qui se retrouveront un jour jetées à la mitraille et pour certaines remplir nos musées et nos garages qui le deviendront chez les nostalgiques ! Tout a une fin. Mon explication aussi ! A tes calculs ! Bon plaisir au volant tant qu'on le peut ! Ciao. :jap:

 

Rouler jusqu'à la panne sèche pour connaitre la contenance d'un réservoir.

Fallait bien un pavé de 45 lignes pour l'apprendre...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

J'ai fini par arrivé à une station service (à 80KM/h) et ce jour, j'ai remis 70.5L dans mon réservoir qui est censé en contenir 67 ;)

 

Histoire véridique !

La bonne nouvelle c'est que, pour tomber en panne sèche avec une M-B récente, faut vraiment en vouloir ou être victime d'un sacré concours de circonstances..

 

 

 

En effet j'ai déjà mis plus de 67 à plusieurs reprises alors qu'il m'en restait encore 4 ou 5 litres selon l'autonomie annoncée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
  • Créer...