Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Les autos cultes dans le cinéma français des 70's 80's


Invité §LCD318tB

Messages recommandés

Il me semble au risque de dire une connerie qu'a un moment il avait un contrat avec la marque.

 

Pas un vrai contrat je crois, mais une espace d'entenete avec l'importateur Francais de la marque.

 

Depuis que Fiat en a repris les rennes en France Lancia est en chutte libre....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 276
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

Bonjour tout le monde ! :)

 

Moi aussi peut etre vais-je répéter des films déjà cités, mais bon : voici quelques bons souvenirs :

 

- "- Ferari non identifiée dans "c'était un rendez vous" de Claude Lelouch : court metrage en "plan-séquence" avec "caméra subjective" (avant l'heure!!!) la caméra filme au niveau du pare-choc un parcours "à fond" depuis la Porte Dauphine jusqu'à Montmartre...chaud !!!!

-

 

 

Certains mythes ont la vie dure!

 

En fait de Ferrari il s'agit d'une Mercedes 6,9L conduite par Lelouch lui même le son a été rajouté en post production

 

 

http://www.espaces.free.fr/Muscle/Rendezvous.jpg

R comme... "Rendez-vous"

1976... C'était un rendez-vous...

filmé par Claude Lelouch

Un plan séquence de 9 minutes, un film culte !

 

 

Dans quelles circonstances avez-vous entrepris "C'était un rendez-vous" ?

Je venais d'achever le tournage de "Si c'était à refaire". Quand un film se termine, on effectue les "rendus". J'ai donc demandé à mon régisseur quel métrage de pellicule il nous restait. Après inventaire, nous avions pas mal de chutes, entre 3000 et 4000 mètres au total. Beaucoup de petits rouleaux de 30 ou 50 mètres, mais aussi un magasin de 300 mètres, qu'il était prévu de rendre. Moi, j'avais envie de faire un court métrage que nous aurions placé en première partie du film. Depuis longtemps je voulais raconter l'histoire d'un type en retard à un rendez vous qui commet plein d’infractions pour arriver à l’heure. Pour moi , être à l'heure est une obsession. Je suis capable de prendre des risques inouïs pour ne pas être en retard. J'ai suggéré à mon opérateur Jacques Lefrançois, l'idée d'un plan-séquence, la caméra accompagnant un type qui a rendez-vous à Montmartre avec une fille. Comme il est à la bourre, il traverse Paris à toute allure, en grillant les stops et les feux rouges.

Dans le film, le conducteur prend-il le chemin le plus direct ? Si un Parisien veut aller de l'avenue Foch à Montmartre, il n'est pas obligé de passer par les guichets du Louvre...

Il va prendre l'avenue de Wagram, bien sûr. Mais, Mous vous en doutez, je voulais en même temps proposer une sorte de reportage. Mon problème était d'élaborer un plan qui n'excède pas dix minutes et qui trouve son intérêt à la toute fin avec la fille qui arrive sur les marches.

J'ai réfléchi au projet. J'ai demandé à Elie Chouraqui, mon assistant à l'époque, de voir quelles autorisations il nous faudrait obtenir. Nous nous sommes vite rendu compte qu'un plan comme celui-ci nécessitait de bloquer tout Paris. Ce n'était même pas la peine de demander nous n'étions pas prêts à mettre en œuvre les moyens d'un long métrage pour réaliser un court. J'ai interrogé un cascadeur : "Si je filme très tôt, qu'est-ce que je risque en grillant les feux rouges ?". Il m'a expliqué que c'était de deux choses l'une. En arrivant à un feu rouge, s'il n'y a personne dans le champ de vision, le risque n'est pas bien grand de passer en force : il faudrait qu'au même moment, un même cinglé déboule à la même vitesse. Et s'il y a quelqu’un dans le champ de vision, il est toujours possible de freiner. Je suis donc parti du postulat que si je roule vite et que je ne vois rien, c'est qu'il n'y a rien ... Le seul inconvénient majeure c'étaient les guichets du Louvre. Ils me faisaient peur à cause de leur absence de visibilité. Pour le tournage, j'ai demandé à Chouraqui de s'y installer avec un talkie-walkie et de me prévenir au moment où j'arrivais. S'il ne me disait rien, c'est que tout allait bien. C'est la seule véritable précaution que j'ai prise. Pour la beauté du film, il fallait vraiment que je ne m'arrête pas. Que je stoppe à un feu rouge, et le film disparaissait. Il y avait d'ailleurs neuf chances sur dix pour que nous n'arrivions pas au bout.

 

La caméra est fixée à la calandre de la Mercedes. Comment la voiture était-elle équipée ?

Nous avons accroché la caméra sur le pare-chocs de la voiture, une 6,9 litres Mercedes. A l'intérieur nous étions trois, attachés comme des mulets : moi-même au volant, mon chef machino, et mon chef opérateur pour éventuellement changer le diaphragme. Au dernier moment, il a fallu régler un diapo moyen. L'image devait être au ras du sol pour être encore plus spectaculaire. Nous sommes en plein mois d'août. Bien sûr, nous avions décidé de sacrifier le film et de tout arrêter au premier danger. Nous roulions vraiment vite.

Quand vous dites "Nous roulions vite" vous parlez de quelle vitesse ?

La montée de l'avenue Foch, entre 150 et 180 km/h. Les Champs-Élysées à 130 à 150 avec une pointe à 160 km/h au niveau de Franklin Roosevelt. Puis jusqu'à la Concorde, comme c'était bien dégagé, j'ai dû monter à 200 km/h. J'ai pris la place de la Concorde à 150. Sur les quais, j'ai franchi les 200 km/h. J'ai pris les guichets presque normalement, c'est-à-dire à 80 ou 90 km/h. Comme Chouraqui ne m'appelait pas, je suis passé sous les guichets à fond, 100 km/h, car le passage est tout de même assez étroit. Je ne savais pas que le talkie de Chouraqui était en panne ! Je ne l'ai su que le tournage terminé. Puis j'ai remonté l'avenue de l'Opéra. Le carrefour était bloqué par un bus. Pour éviter de ralentir, j'ai dû passer de l'autre côté de la chaussée, des voitures venant en sens inverse. Place de I'Opéra, pas de problème ! J'ai ensuite pris la rue de la Chaussée-d’Antin vers Clichy. Je suis tombé sur des camions-poubelles que je n'ai pu dépasser qu'en montant sur le trottoir. Je croyais ne plus avoir de problèmes. Mais en arrivant rue Lepic, j'ai été bloqué par un type qui livrait. J'ai pris de l'autre côté, vers le paumant Palace, en destruction à l'époque. J'ai remonté l'avenue Rocquencourt, ce qui me rallongeait énormément. Je ne savais pas s'il allait me rester suffisamment de pellicule. J'ai donc pris des rues en sens unique pour arriver à Montmartre dans les temps ...

 

Vous aviez effectué des repérages ?

J'avais fait le parcours une fois, lentement, pour bien déterminer les passages. Je disposais de l'équivalent de 9-10 minutes de pellicule ! Il me restait 15 secondes pour couper le moteur descendre de voiture et prendre la fille dans mes bras. Nous avions convenu que lorsque je klaxonnerais elle monterait deux marches, pénétrant ainsi dans le champ. Le plan-séquence ne pouvait être réussi que sur ces dernières secondes. Je m'étais dit que si je ne réussissais pas la première prise, je ne recommencerais pas. Par superstition. Si le miracle devait avoir lieu, il aurait lieu ... Et il a eu lieu. En forçant quand même le destin, puisque nous avons grillé dix-huit feux rouges.

Comment expliquez-vous la notoriété de ce court métrage, qui est devenu un film culte, ce qui est plus que rare peur un film court...

J'ai montré le film un peu partout. Il n'a pas toujours été très bien accueilli compte tenu de son manque de sens civique flagrant, ce que je ne saurais contester. Mais il a aussi ses fana. Quand j'ai montré le film pour la première fois à Los Angeles, où le non-respect des règles de conduite est toujours fortement sanctionné, le triomphe s'est mêlé à d'incroyables sifflets. « C'était un rendez-vous » a toujours suscité la polémique, mais il montre aussi tout ce qu'on aime dans le cinéma. Comme j'aime le cinéma plus que la loi ... Je savais que je tenais un morceau de bravoure. Je me disais, en toute modestie, qu'il y avait là la possibilité de faire l'un des plus beaux plans de l'histoire du cinéma. Les plans-séquences de dix minutes sont rares, en raison de l'étroitesse du magasin de la caméra. Même Hitchcock dans « La Corde » a anticipé ses changements de pellicule.

Vous avez repris ce principe de courses sous différentes formes.

Dans "Un homme et une femme : vingt ans déjà", mais c'était sur un circuit, tout comme dans "Partir Revenir". Pour "Le Chat et la Souris", réalisé quelque temps plus tôt, nous avions expérimenté la chose. Mais le tournage était bétonné avec des flics devant et derrière. Pour "C'était un rendez-vous", nous avons fait un truc de voyou.

Qu'est-ce que vous risquiez ?

D'abord, un accident ! Ensuite, les conséquences d'un tournage sans autorisation. Enfin un retrait de permis de conduire. Le film est beau par sa prise de risque. S'il a eu autant de succès et qu'il prête tant à discussion, c'est qu'il est risqué.

Vous aimez les courts métrages ?

D'une certaine façon, il est plus difficile de faire un court qu'un long. Economiquement c'est un cauchemar. Artistiquement, il faut être dans l'essentiel. Quand on regarde un court métrage, on sait tout de suite si son signataire a de l'avenir dans le cinéma. Quand j'ai vu le court métrage de Xavier Giannoli par exemple, j'ai su qu'il s'agissait d'un vrai metteur en scène.

 

Entretien réalisé par

Yves Alion et Jean Ollé-Laprune

pour le livre "Claude Lelouch, mode d'emploi"

 

Voilà

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §mik154qe

Désolé mais ce n'est pas un film français, "La Grande Evasion" est très intéressant du fait de son grand nombre de véhicule de la période 39-45, il y a même une vieille BMW que je n'ai pu identifié

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §oyi506jQ

Super ce sujet ! je me suis inscrit juste pour répondre !! ;)

 

Je me souviens de "viva la vie" de Lelouch ou Picoli conduit la version routière de la Lancia Stratos... A confirmer ! le souvenir est lointain !!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §pri705nh

Et puis pour en revenir encore a Lancia mous75, cette marque n'est en chute libre que depuis 199O,date ou chardonnet a pris sa retraite. Avant, la marque marchait bien en france, avec la gamme Beta, Delta, les pitites autobianchi...

Pour le film de lelouch, c vrai qu'il est cultisime! Dommage juste que le bruit ai été rajouté en sus, sa le fait vraiment pas (le mec qui passe les vitesses en pleins virages, etc...)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §COM110vE

je viens de decouvrir ce sujet tres passionant

qui se souvient de la miura de gianalberto maria merli (alias minos dans peur sur la ville) dans "le professeur" avec delon en 72??

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §COM110vE

la mustang "blindée" de belmondo dans "le marginal"

la cadillac eldorado du même gaillard dans "joyeuse pâques"

la seven blanche dans "flic ou voyou"

je ne cache pas ma passion pour belmondo!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §pri705nh

Big guns? Mon dieu, tu n'a pas chosi le meilleur Delon ! :p

Alors, voila ce que j'ai pu relever : Delon roule en BM 16OO noire, en alfa guila, en Fiat (hum... 131? non 124 ou 125 je pense) Les mechants, eux, roulent en grosse ricaine noire, surrement une cadillac!

Voila! Tu as vu d'autres voitures interessantes dans le film?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Lea388nj

Super ce topic..

 

Le petit baigneur ( De Funès) avec la Jaguar E qui s'étire

 

Film culte de ma fille ( elle préférait ça a Dorothée.. je connais les répliques par coeur )

 

La gros paysan dans son champ avec son tomberau à pneus tiré par un cheval , qui demande à de funès en Jaguar : "vous êtes content de vos pneus, j'ai les mêmes" !

 

Avec ma fille ( 4 ou 5 ans ) on aperçoit une jaguar E verte qui vient de se garer sur un parking d'une jardinerie..

Ma fille me dit tout fort : " maman la même voiture que De Funès !!! !"

Les gens qui en descendaient ont été véxés !!! ( j'étais morte de rire ) ( l'autre a du changer de voiture, si les gamins lui font la me remarque chaque fois . Cassé ! ) On a attendu qu'ils soient rentrès pour aller la voir de près..

 

La scène du tracteur Renault aussi pas mal ! Il ne sait pas l'arréter : " je commence à l'avoir en main"

 

Léa !

 

http://www.commeaucinema.com/news.php3?nominfos=9448&Rub=BA&baid=&CACPLAYER=rp

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Joh420ek

Vue récemment aussi mais peut-être déjà citée:

 

L' Alpine A110 1100 dans "Le soleil des voyous". Quand ils arrêtent la femme qui a le butin caché dans la malle de sa voiture.

 

John

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §old352zk

Je déterre ce topic (que j'ai pô encore pris le temps de le lire... mais ça viendrera!)... et commence par un chtit cadal pour Tatraplan:

 

 

 

tirée de "Dr Rage", dont c'est auquel que voici plus de précisionnements: http://imcdb.org/vehicle_102416-Tatra-Tatraplan-T600-1949.html , merki encore à IMCDb, un site qu'il est bôôôôôô (je sais, je me répète!)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super ce sujet ! je me suis inscrit juste pour répondre !! ;)

 

Je me souviens de "viva la vie" de Lelouch ou Picoli conduit la version routière de la Lancia Stratos... A confirmer ! le souvenir est lointain !!

 

 

037 pas Stratos! :o

 

Et puis pour en revenir encore a Lancia mous75, cette marque n'est en chute libre que depuis 199O,date ou chardonnet a pris sa retraite. Avant, la marque marchait bien en france, avec la gamme Beta, Delta, les pitites autobianchi...

Pour le film de lelouch, c vrai qu'il est cultisime! Dommage juste que le bruit ai été rajouté en sus, sa le fait vraiment pas (le mec qui passe les vitesses en pleins virages, etc...)

 

 

Chardonnet fut "remercié" par Fiat France qui reprit la distribution de Lancia à la date du 1er mai 1987.

 

Je confirme que Delon était bien sous-contrat avec l'importateur Chardonnet, il bénéficiait d'une voiture neuve par an à condition de laisser la "vedette" aux voitures de la marque dans les films qu'il produisait: Une Gamma 2.5l ie pour "3 hommes à abattre", une Prisma dans "Le Choc" et une Delta 1.6ie dans "pour la peau d'un flic".

 

A titre d'anecdote, Lancia décrocha un fameux contrat publicitaire en 85 avec "Un homme et une femme, 20 ans après" de Claude Lelouch:

 

-Au début, on assiste à une course entre grosses cylindrées sur un circuit (R25, Bmw série 5, Mercedes, lancia Théma...) avec pas mal de stars au volant (Trintignant, Sardou...)

 

==> C'est la Lancia qui a gagnée! :fresh:

 

Motif: Le constructeur lui a prété sa piste d'essai pour tourner ce film... :D

 

 

Renvoi d'ascenseur en règle! :ddr:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Désolé mais ce n'est pas un film français, "La Grande Evasion" est très intéressant du fait de son grand nombre de véhicule de la période 39-45, il y a même une vieille BMW que je n'ai pu identifié

 

 

 

Celle de Steeve mac Queen ?

Normal c'est une anglaise camouflée, une Triumph si j'ai bonne mémoire.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello!

 

Je recherche le titre d'un Feuilleton français diffusé dans les 70's/80's. Une voiture française prototype à moteur gonflé surnommée Le Marchand de Glace à cause de ses couleurs vanille, fraise, pistache qui faisait des Rallyes.

 

Je n'ai pas d'autres renseignements à vous communiquer... si vous avez une petite idée, merci de m'aider à retrouver ce titre :jap:

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §k-j570PT

Véra,je pense que tu veut parlé de la série tv LES PILOTES DE COURSES,avec francois duval,yves heuzé,marie georges pascal,je viens de mettre les trois premier épisodes sur dailymotion,la suite dans quelque temps car je souhaite amélioré la qualité vidéo.Le proto et de couleur blanc,mais par la suite elle sera repeinte en rouge verte et roses,donc je pense que c'est bien cette serie que tu recherche,je me demande si ce n'est pas a toi que j'avais répondu sur un autre site,enfin voila pour le moment et a bientot

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §nic017Rg

Anecdote perso sur Delon et les Lancia: au début des années 80 il a tourné une scène de "Notre histoire" (de Bertrand Blier avec Nathalie Baye) à la gare de Troyes, étant étudiant dans cette ville je l'ai vu s'engoufrer dans une belle Gamma.Dans un polar à peu près contemporain il en pulvérise une dans une vitrine...Shocking!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Alf188ri

La Fiat Uno de Rosy Varte brillament piloté par Bébél dans Joyeuses Pâcques :D

 

Autres scènes cultes du ciné français: la DS coupé en 2 dans le Cerveau, l'AMC Pacer de Coluche dans l'Aile ou la Cuisse (sa voiture de tout les jours à ce moment là je crois) et comment ne pas parler de la 2cv cultissime de Bourvil dans le Corniaud (bon on est dans les années 60 mais quand même cette scène me fera toujours autant rire même après de nombreux revisionnages :lol: ).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §tra667fZ

Bonjour tous le monde,

 

Je recherche le nom de la voiture jaune dans le film "le quart d'heure américain" avec jugnot. C'est une voiture typé sport, début année 80 je pense, avec le coffre qui s'ouvre comme une porte !

 

Merci

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §amp182GR

Un GMC duk amphibie ....pendant 30 secondes dans le film "Les petits matins" film des année 60, avec des acteurs tels que

 

Pierre Mondy

Darry cool

Jean-Claude Brialy

....

 

Ce véhicule amphibie (Malgré tout) était en service pour les touristes à cette époque sur les plages Ouest de Belgique, pour info, il existe encore à ce jour deux amphibies en service touristique sur la côte belge.....un à Blankenberge (José) et un à Koksijde - Nieuwpoort - De Panne (Normandie)...

 

deux magnifiques reliques.....mues maintenant par des diesels ....adieu, le doux feulement des GMC..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×
  • Créer...