Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

JENSEN, toute l'histoire! (topic officiel)


Messages recommandés

DANS LA LIGNEE DES FACEL, ISO ET DE TOMASO : JENSEN

 

roulax_1104785953_s4b3_6_l.jpg

 

LES ORIGINES

 

Les frères Jensen, Alan né en 1906 et Richard trois ans plus tard, se sentirent bien vite plus attirés par les carrosseries des années folles que par de longues études…

Alan devint apprenti chez un accessoiriste automobile et Richard entra chez Wolseley.

A temps perdu, les deux frangins transformèrent une Austin Seven afin de l’ alléger et de la rendre plus sportive. Cela attira l’attention des établissements de Carrosseries Industrielles « Carters Green ».

Sérieux et attentifs, les deux compères vont gravir une à une les marches de la société et, en 1934, Carters Green devint la « Jensen Motors Limited » tout en développant une nouvelle activité : La conversion de sages berlines Morris ou Wolseley en coupés et cabriolets.

 

roulax_1104786037_s_type.jpg

 

LE DEVELOPPEMENT

 

Les frères Jensen se tournent en 1935 vers une Ford V8 et la transforment en « tourer » : un élégant cabriolet à 4 places.

A Dearborn, on a vent de l’aventure et l’on se déclare très impressionné par la qualité de la transformation, mais c’est l’acteur Clark Gable qui donne à Jensen ses lettres de noblesse en commandant l’un des premiers exemplaires assemblés ; L’effet est immédiat, c’est une vingtaine de Ford ainsi transformées qui vont retraverser l’Atlantique !

Jusqu’à la seconde guerre, les productions de la marque conservent le V8 américain, mais les carrosseries deviennent de plus en plus spécifiques.

 

Après le conflit, Jensen comprit (contrairement aux Français de chez Franay ou Pourtout entre autres…) que l’époque n’est plus aux belles autos d’éxception…

Un appel fut lancé en direction d’Austin afin de fabriquer les carrosseries des nouveaux cabriolets A40, dont 3500 exemplaires sortiront de l’usine de West Bromwitch, laissant assez de bénéfices à Jensen pour commercialiser la première Interceptor : Une Austin A70 mue par un 6 cylindres 4 litres d’Austin Sheerline.

 

roulax_1104786111_earlyint.jpg

 

CONSTRUCTEUR A PART ENTIERE

 

En 1953, on note l’apparition du coupé 541, dessiné par Richard lui-même, elle est la première 4 places de série au monde à posséder une caisse en plastique, le tout sur un chassis inédit, propulsé par le même Austin 4 litres de 130cv SAE, lui permettant donc de rivaliser avec les Jaguar XK140 et Aston-Martin DB2.

D’autant que trois ans plus tard, le moteur fut poussé à 140cv.

 

roulax_1104786206_541_r.jpg

 

La 541 fut remplacée en 1963 par la C-V8, au design pour le moins « tourmenté », et équipée d’un V8 Chrysler de 5,9 litres, puis rapidement 6,2 litres.

 

roulax_1104786160_cv_8.jpg

 

Ce modèle fut un cuisant échec, seuls 496 voitures furent produites et cela aurait probablement signifié la mort de Jensen si ces dirigeants n’avaient eu le bon refléxe de sous-traiter la peinture et la finition des Volvo P1800S et le façonnage de la coque des Sunbeam Alpine « Tiger » du groupe Rootes…

 

PLACE A L’INTERCEPTOR !

 

roulax_1104786972_gv_interceptor1.jpg

 

Le coup de crayon malheureux de la C-V8 laissa des traces chez les deux frères Jensen, qui décidèrent que celle qui devait lui succéder aurait l’impérieuse nécessité d’être belle !

On se tourne alors vers l’Italie et c’est Vignale qui dessine la nouvelle Interceptor, que la marque présente en octobre 1966 au salon de Londres.

Sa carrosserie est en acier, ses lignes claires et élégantes restent classiques à l’exception de la lunette arrière en forme de « bulle », les journalistes et visiteurs présents sur le stand n’apprécient pas tous… (Force est donc de constater que Renault, 15 ans plus tard, n’a rien inventé avec les bulles des fuego, R11 et autres 25 !).

Le moteur est toujours un Chrysler V8 de 6276cm3 et 335cv SAE à 4600trs.

Les freins sont à 4 disques assistés, tout comme la direction ; Mais la suspension est trop classique avec son pont arrière rigide nantis de ressorts à lames…

Le client a le choix entre une boite mécanique à 4 vitesses ou une automatique à 3 rapports.

 

Jensen vient donc de mettre sur le marché une GT de premier ordre, capable de croiser à 225km/h tout en emmenant 4 passagers et leurs bagages sur de longues distances.

 

Une 1971... roulax_1104787286_jensen_interceptor_1971.jpeg

 

roulax_1104787353_jensen_interceptor_1971__1_.jpeg

 

...et une 1974 roulax_1104787401_jensen_interceptor_convertible_1974.jpeg

 

roulax_1104787425_jensen_interceptor_convertible_1974__1_.jpeg

 

 

Mais c’est une autre version de l’Interceptor qui allait défrayer la chronique :

 

LE MODELE « FF »

 

roulax_1104786085_ffa_0_l.jpg

 

Parallélement au coupé Mark1, Jensen frappe fort en présentant la FF, une version allongée de 10cm, reconnaissable à ses deux grilles d’aération au bas des ailes, et équipée de freins à disques Dunlop « Maxaret » : en fait le premier système ABS proposé sur une voiture de série, sans oublier la traction intégrale dont le brevet fut acheté à Harry Ferguson (« FF » voulant dire « Formula Ferguson ») et qui précéda l’Audi Quattro de 14 ans !

Malheureusement, le système, avec ses différentiels, ses arbres de transmission et sa boite de transfert étaient beaucoup trop lourds (la voiture pesait pas loin de 2 tonnes !), la FF ne dépassait pas 210km/h et son prix de vente, pourtant astronomique, n’en fit jamais un modèle rentable…

La production de la FF s’interrompit en 1971 après la production de 318 exemplaires seulement.

 

roulax_1104786328_ff.jpg

 

Parallélement, le coupé classique évolua, et en octobre 1969 apparut l’Interceptor Mark2, dont la plus visible des modifications consistait en des pare-chocs rehaussés…

 

 

La Mark3 arriva 2 ans plus tard, avec une nouvelle calandre, un habitacle totalement relooké et des freins à disques ventilés.

On lui ajouta une version « SP », plus méchante (en théorie du moins…), dotée du V8 de 7212cm3 et 390cv SAE, gavé par 3 carburateurs double-corps.

Ne dépassant pas 230km/h, ce fut aussi un échec, seuls 228 voitures seront produites en deux années…

 

 

LE DEBUT DE LA FIN

 

La toute dernière Interceptor Mk3... roulax_1104787134_last_interceptor.jpg

 

 

La crise pétrolière de 1973 portera un coup très dur à la firme, une Interceptor MK3 ne consommant jamais moins de 16 litres aux 100km…

 

Mais déjà à la fin des années 60, et bien qu’écoulant une grosse partie de sa production aux USA, Jensen chercha de nouveau à s’appuyer sur un partenaire, l’état de ses finances se dégradant d’années en années.

On recrute alors Kjell Qvale (un Américain d’origine Norvégienne), spécialisé dans la distribution de GT aux Etats-Unis comme Président de la Jensen Motors ainsi que Donald Healey (concepteur des fameuses Austin-Healey) en tant que directeur commercial de la marque.

 

Leur objectif était d’accroitre les ventes aux States, et ils étudièrent donc la réalisation d’un cabriolet à 2 places dans l’esprit des MG et autres Triumph Spitfire.

On envisage de monter un moteur Vauxhall (peu performant) voire BMW (incapable de fournir les quantités envisagées) avant d’apprendre que Colin Chapman (Mr Lotus !) vient de concevoir un 4 cylindres 2 litres double ACT sur base Vauxhall développant la bagatelle de 142cv DIN !

Contacté, ce dernier propose même l’impensable ! A savoir le vendre en exclusivité à Jensen…

La firme se rue dans ce qu’elle croit être l’affaire du siècle, dessine à la va-vite une carrosserie banale et présente la « Jensen-Healey » au salon de Genève en mars 1972.

Las ! Le moulin est un véritable piège ! Il n’est de toute évidence pas au point et quand miraculeusement, l’un d’entre eux tient le coup, c’est la boite Vauxhall (jamais conçue pour une utilisation sportive !) qui lâche… Beaucoup soutiennent d’ailleurs que Chapman n’avait proposé ce moteur à Jensen que dans le but inavoué de la mettre au point pour ses propres productions futures…

Quoi qu’il en soit, après un peu plus de 10 000 éxemplaires fabriqués (et vendus en amérique du nord), la production fut stoppée en mai 1976, en même temps que les dernières Interceptors Mk3, toujours aussi confidentielles malgré la mise en production d’un coupé tricorps et d’un cabriolet.

 

roulax_1104786674_copy_20of_20jensen_20healey2.jpg

 

LA RESSURECTION

 

Des fanatiques de la marque se sont réunis en 1984 pour faire revivre Jensen et proposer l’Interceptor Mk4 : Identique aux Mk3 de 1976 mais avec un V8 de 5,9 litres, commercialisée uniquement en coupé et cabriolet.

En 1987, l’arrière sera redessiné et le toit réhaussé pour une meilleure habitabilité.

Les responsables envisageaient même la mise en production d’une berline 4 portes « Saloon », réservée au marché Américain pour un prix avoisinant les 60 000$…

Le projet ne dépassa pas le stade de la planche à dessin et la firme cessa, cette fois définitivement, toute production à la fin de 1988.

 

AUJOURD’HUI

 

Une poignée d’enthousiastes ont gardés la main sur le site de West Bromwitch et articulent leurs activités sur la restauration d’anciens modèles et la fourniture de pièces détachées.

Encore assez répandues en Grande-Bretagne, aux USA mais aussi en Suisse où un club Jensen s’est constitué dès les années 80, force est de constater que les Jensen ne connurent pas le succès en France… Bien qu’officiellement représenté par France Motors depuis les années 60, les Jensen vendues (essentiellement des Interceptors) ne dépassèrent pas la trentaine…

De nos jours, 4 Interceptors Mk3 sont recensées dans l’héxagone, une Mk2 a été vue sur le parking réservé aux anciennes lors d’Epoqu’auto 2004 à Lyon en novembre dernier.

Les Jensen-healey n’ont jamais été distribuées en France, mais une poignée d’exemplaires ont été réimportés récemment venant des USA, profitant de la mode actuelle concernant les petits cabriolets.

 

PRODUCTION TOTALE

 

Interceptor (1950-53 ………………………. 87

541 (1954-63)……………………………… 845

C-V8 (1963-66)……………………………. 496

Interceptors Mk1,2,3……………………….. 6159

Interceptor SP (1971-73)…………………… 228

Interceptor FF (1966-71)…………………… 318

Jensen-Healey cabriolet (1972-76)…………. 10453

Jensen-Healey coupé (1975-76)..................... 459

 

TOTAL........................................................... 19045 exemplaires.

 

roulax_1104786841_fj2000_interceptor_dirk.jpg

 

Interceptor Mk4 (1985-88)............................. Confidentielle... (25 voitures ?)

 

 

FICHES TECHNIQUES

 

JENSEN-HEALEY 1974

 

roulax_1104786734_j_h.jpg

 

4 cylindres en ligne

1973cm3

2 ACT

2 carburateurs Dell’orto

142cv DIN à 6500trs

18mkg à 5000trs

Propulsion

Boite 4 (5 en fin de production)

Coque autoporteuse en acier

Roues Av indépendantes, triangle+ressorts hélicoïdaux et amortisseurs

Roues Ar : pont rigide, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs

Freins à disques à l’Av, tambours à l’Ar.

185km/h

0 à 100 en 9,2sec

1000m DA en 30,4sec

 

 

JENSEN INTERCEPTOR Mk3 1976

 

roulax_1104786776_2311.1666.jpg

 

 

V8 Chrysler de 7206cm3

1 carbu’ 4 corps inversé

284cv DIN à 4800trs

51,8mkg à 3200trs

1 arbre à cames central

Boite automatique « torqueflite » à 3 rapports

4 freins à disques ventilés Girling

Direction assistée à crémaillère

Chassis à charpente tubulaire.

Suspension Av à trapèzes transversaux et ressorts hélicoïdaux

Suspension Ar avec essieu rigide, ressorts à lames et amortisseurs Armstrong

Poids : 1800kg

Vitesse : 220km/h

0 à 100km/h en 7 sec

1000m DA en 28,5 sec

Consommation „moyenne“ : 20 litres aux 100...

 

Côte actuelle en collection : 16000€ pour un bel exemplaire.

roulax_1104786274_70.1.jpeg

 

CONCLUSION

 

Voilà !

Nous espérons, ROULAX et moi, avoir modestement contribués à parfaire votre culture automobile, en permettant à plusieurs d’entres-vous de faire la connaissance d’une marque dont vous n’aviez peut-être jamais entendu parler…

Par respect pour les deux frères Jensen, essayons ensemble d’entretenir la flamme d’une marque qui mérite mieux que la confidentialité dans laquelle elle est aujourd’hui plongée…

 

Un tableau d'Interceptor 1969 roulax_1104786387_69mk1_interior.jpg

 

Jensen P66 roulax_1104786881_p66.jpg

 

Jensen Avenger roulax_1104786434_jensen_avenger_red.jpeg

 

L'étonnante Jensen GT roulax_1104786473_jensen_gt.jpg

 

Prototype ff100 roulax_1104786527_fff_100.jpg

 

Concept-car CV8 1998 roulax_1104786567_page1.jpg

 

Concept-car CV8 2002 roulax_1104786610_jensen_cv_8_2002.jpeg

 

 

 

 

Merci de votre attention !

 

 

Texte : JENSEN

Iconographie et mise en page : ROULAX

roulax_1104787099_int_111.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 160
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

Effectivement, bien entourée... Malheureusement pour des raisons de carte mémoire et de batteries, je n'ai pas pu détailler toutes les voitures présentes... Mais cette manifestation est un must pour tout amateur d'anciennes...

 

Pour rappel, les photos du Mans Classic sont dans ce topic : http://forum-auto.caradisiac.com/sqlforum/section3/sujet193897-35.htm

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §isc528PJ

L'ami de mon père venait de prendre livraison de son Interceptor toute neuve dans les 70s et le jour même...

 

http://www.directupload.net/images/050106/4zeWWAl2.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §isc528PJ

Ils allaient très vite lorsqu'ils ont tous les deux mordu le bas coté et les graviers avant de partir en tete a queue au meme endroit les deux voitures l'un derriere l'autre ! Mon père avait la corvette en arrière plan, son copain la Jensen. Les 2 s'en sont tirés avec des blessures pas trop graves mais les deux voitures ont fini a la morgue...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §van045fv

Un petit :up: pour faire remonter ce topic à l'attention des nouveaux venus du forum... :W

Très jolies autos, je ne connaissais pas.

Le break de chasse est magnifique. :love:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y en a une en cabriolet par chez moi.

Je ne sais pas si elle est à vendre, elle a été repeinte et la capote est dans un état moyen. Par contre, elle roule, à l'air en bon état. Je la croise de temps en temps.

Savez-vous combien ça côte une bêbête comme celle là ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si elle est belle, ça dépasse allégrement les 15000... Ca dépend aussi de l'année... Est-ce une Jensen "d'après", ou une des 70's...

S'il y a du boulot, là, ça vaut pas tripette... Un coupé de 73 ou 74 s'est vendu moins de 20000F en Angleterre il y a quelques années, lors d'enchères... Une resto là dessus ça vaut la peau des c...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Remarquable historique de cette marque si peu connue!

 

Bonjour,

 

Effectivement, très sympa de parler de cette marque; en ce moment sur le site hollandais prewarcar, il y a plusieurs sujets consacrés à l'histoire de cette marque, notamment les premiers modèles; en particulier, j'ai relevé cette adresse qui pourrait intéresser les fans de cette marque :

 

Richard Calver's Jensen web site

 

Amicalement

gjm

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
  • Créer...