Aller au contenu
Logo Caradisiac        

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Constat, suis-je vraiment en tort ?


Messages recommandés

Bonjour,

 

J'ai eu un accrochage avec une voiture, que des légers dégâts matériels mais il faut quand même payer les réparations.

 

Sans titre.png

 

Pour le contexte : Je suis la voiture B, je viens de la Rue André Blanc et j'arrive à un STOP donc je m'arrête (beaucoup plus de 3s), je souhaite poursuivre la Rue André Blanc en prenant la route tout droit mais pour cela il faut que je franchisse l'Avenue du Derby qui est à double sens.

 

Cette dernière est bouchée ce jour-là (beaucoup de voiture), donc le véhicule non nommé (je vais le nommer C) me laisse passer par courtoisie d'un accord commun, à ce moment-là je vérifie donc que je peux passer sans danger puis je m'engage et au même moment, la voiture nommée A, pressée (de ses propres mots) a décidé de débouler de derrière du véhicule C (peut-être même d'autres véhicules avant encore), il se met donc en sens inverse de la circulation pour prendre la même route que moi et nous nous sommes percutés.

 

Il est à noter (chose que nous n'avons pas représenté sur le croquis) que ce sont par terre des lignes de dissuasion (je ne le savais pas le jour J).

La personne reconnait entièrement son tort.

 

 

Verdict de mon assureur, je suis en tort...à 100% !

Cela s'est passé le 07/11 et depuis je bataille car je refuse catégoriquement d'être en tort sur cette situation. Cela voudrait dire que le conducteur A peut faire n'importe quoi sur la route en me percutant, il s'en tirerait autant que moi, il a bien plus mis en danger les autres usagers que moi. Cela voudrait dire également que je dois patienter 30min ou plus pour pouvoir passer avant qu'il n'y ait plus personne ? Je commence à devenir fou.

 

Malgré plusieurs mails de contestations pour détailler davantage la situation car avec du recul je comprend que le croquis peut porter à confusion. Ma responsabilité est toujours totalement engagée. De ce que j'ai compris, mes explications supplémentaires par mails de contestation ne servent à rien, c'est vraiment le constat qui détermine le tout car il est signé.

 

Chose étonnante, j'ai eu la personne avec qui j'ai cru l'accroc et c'est exactement la même chose pour lui, il est en tort à 100% ! Est-ce possible ?

 

C'est le tout 1er accident de ma vie et j'avoue que je ne connaissais pas du tout ces pratiques, c'est un vrai combat.

 

 

Est-ce que mon assureur a raison ou est-ce qu'il se fiche de moi ? Suis-je vraiment en tort à 100% ? Si c'est le cas est-ce que j'ai vraiment toutes les réparations à payer de ma poche ? (tiers confort) ou je paierai seulement une franchise ?

 

Je souhaite faire un constant "annule et remplace" avec l'autre personne mais je ne sais pas si cela changera grand chose. Quel conseil avez-vous à me donner pour contester ? J'ai entendu parler d'un médiateur d'assurance mais cela peut prendre de 3 à 6 mois sans certitude que cela fonctionne au bout du compte.

 

Ou dois-je tout simplement accepter ma responsabilité totale ?

 

Merci pour vos éclaircissements !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Au seul regard du croquis: votre cas est impossible à défendre.

 

Il faudrait que l on connaissent les observations et cases cochés.

 

Refaire un constat, ou même avoir une déclaration du tiers reformulant les faits: oui c est possible, mais avant de développer, il nous faudra connaitre le reste du constat.

 

Cdt,

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu avais un stop, tu devais t'arrêter et laisser passer tous les véhicules circulant sur la transversale avant de t'engager, or il se trouve que tu n'as pas laissé passer A qui, comme il y avait un stop sur ta voie, avait tout à fait le droit de dépasser le véhicule arrêté.

 

Donc 100 % des torts pour toi, c'est parfaitement logique en regard du Code de la route.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tout cas ce n'est pas possible d’être en tors tous les deux à 100%, il y a un abus de l'une des assurances.

Demande à la tienne de revoir sa position, d'autant que l'autre véhicule était en train de doubler dans un mauvais endroit, si on regarde le croquis , puis tu n'as pas forcé le passage .

A voir, ça coûte rien de faire un reco à part les timbres.

Il faut savoir que chaque assurance gère ses assurés sur de petits accidents, donc ils doivent charger au max leurs clients, d'ou les 100% chacun...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais enfoncer le clou mais je formulerai 3 observations sur cet accident :

 

1 - A avait un STOP, il s'est arrêté, rien à redire mais il est reparti sans avoir vérifié, avec certitude, qu'il pouvait franchir l'intersection en toute sécurité. Peu importe l'emplacement du choc sur sa voiture et l'emplacement du choc sur la voiture C, les torts sont à 100 % pour A, y a pas photo.

 

3 - la ligne de dissuasion est inconnue au Code de la Route. Le CDR parle de lignes continues et de lignes discontinues. La ligne de dissuasion est une ligne discontinue, rien d'autre, elle autorise donc le dépassement, même celui des véhicules autres que les véhicules, lents. La ligne de dissuasion est un marquage prévu par le code de l'urbanisme ou celui des Collectivité territoriale. Il incite, mais n'interdit pas, à ne pas dépasser les véhicules non lents. En présence d'une ligne de dissuasion un automobiliste qui la franchit pour dépasser un véhicule rapide ne pourra pas être verbalisé pour ce motif.

 

3 - de plus, les véhicules B et C sont sur une voie à caractère prioritaire, la route empruntée par A étant munie d'un Stop, rien n'interdisait à C de doubler B à hauteur de cette intersection. Le motif que C est à contresens sur sa route, ne sera pas retenu par un juge. 100 % de responsabilité pour A, là aussi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

« En tout cas ce n'est pas possible d’être en tors tous les deux à 100%, il y a un abus de l'une des assurances. »

 

C est tout à fait possible au contraire.

 

Pour le reste des infos présentés par les autres membres, on ne le répètera jamais assez, mais les règles du CDR sont à respecter RAISONNABLEMENT. En effet, ce ne sont pas des robots qui sont jugés...

 

Donc la question ici est: Peut on affirmer que le stop n a pas été RAISONNABLEMENT respecté? Au regard du croquis: pas de doute là-dessus.

 

Maintenant, s il est possible pour notre internaute d avoir une déclaration du tiers, ayant pour effet « d atténuer » l infraction au stop, c est jouable.

 

Cdt,

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

« En tout cas ce n'est pas possible d’être en tors tous les deux à 100%, il y a un abus de l'une des assurances. »

 

C est tout à fait possible au contraire.

 

Pour le reste des infos présentés par les autres membres, on ne le répétera jamais assez, mais les règles du CDR sont à respecter RAISONNABLEMENT. En effet, ce ne sont pas des robots qui sont jugés...

 

Donc la question ici est: Peut on affirmer que le stop n a pas été RAISONNABLEMENT respecté? Au regard du croquis: pas de doute là-dessus.

 

Maintenant, s il est possible pour notre internaute d avoir une déclaration du tiers, ayant pour effet « d atténuer » l infraction au stop, c est jouable.

 

Cdt,

 

 

Si les juges appliquent une certaine "compréhension" ce sera au niveau de l'amende pénale et de la durée de la suspension prévue par le CDR. Il n'y aura aucune indulgence sur le pourcentage des responsabilités et ce sera la perte de 4 points, pas 1 de plus ni 1 de moins.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Si les juges appliquent une certaine "compréhension" ce sera au niveau de l'amende pénale et de la durée de la suspension prévue par le CDR. Il n'y aura aucune indulgence sur le pourcentage des responsabilités et ce sera la perte de 4 points, pas 1 de plus ni 1 de moins.

 

 

Source?

 

Cdt,

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Merci pour réponses, j'essaie toujours d'éclaircir cette zone d'ombre...

Il y a eu ambiguïté (même dans mon message que je viens de modifier), je suis bien le véhicule B qui souhaite aller en face.

 

Du coup @Tissuise, lorsque tu dis que le A est totalement responsable, tu parles bien du A sur le croquis ou tu veux dire que c'est moi véhicule B?

Je croyais que d'après le CDR, il n'était pas autorisé justement un quelconque dépassement à hauteur d'intersection.

 

 

@Grominko, j'ai bien essayé de rappeler mon assurance hier lorsque le tiers m'a indiqué que son assurance le déclaré totalement responsable, d'après mon assurance c'est possible que l'on soit tous les 2 100% en tort et ils ne veulent rien savoir ils me jettent directement vers le service qualité avec un courrier à faire...

Je ne comprend pas la logique, cela signifie du 50/50 avec un malus plus important ? Cela signifie donc également que l'assurance en face va me rembourser et que mon assurance va rembourser le tiers ?

 

 

@Daniel762, je n'ai pas laissé passé A parce que 1) je ne l'ai tout simplement pas vu car le véhicule C me laisse passer et 2) il n'est pas sensé rester sur sa voie pour s'engager à hauteur de l'intersection ? Ici il n'était pas à hauteur de l'intersection mais s'est déporté avant. Ce n'est pas précis sur le croquis mais le véhicule C est bien arrêté avant l'intersection.

 

@FRDA, sur le constat, pour le véhicule A, nous avons coché la case "Doublait" même si je pense que le terme n'est pas exact car doubler un véhicule voudrait dire se remettre sur sa voie après dépassement, je suppose. Nous avons coché également "virait à gauche". Pour moi véhicule B il y a "s'engageait dans un parking, lieu privé, chemin de terre" et "venait de droite (dans un carrefour). Nous n'avons rien mis dans le champs observations. Comme c'est le 1er constat de ma vie, il n'est certainement pas parfait.

Le STOP comme indiqué à mon assurance a forcément été raisonnablement respecté puisque si je n'avais pas marqué le stop j'aurai forcément percuté le véhicule C avant le véhicule B. De ce fait le véhicule C par courtoisie m'a laissé passé, je n'ai pas forcé le passage, donc impossible pour moi d'imaginer que quelqu'un derrière cette personne, pressée, se mettait à contresens de la circulation pour s'engager au même moment que moi.

 

La personne tiers serait ok pour refaire un constat sauf que c'était sa voiture de société et je ne sais pas si ça va être aussi facile.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Si les juges appliquent une certaine "compréhension" ce sera au niveau de l'amende pénale et de la durée de la suspension prévue par le CDR. Il n'y aura aucune indulgence sur le pourcentage des responsabilités et ce sera la perte de 4 points, pas 1 de plus ni 1 de moins.

 

 

 

Qu'est ce que tu racontes?

 

Tu connais beaucoup d'automobilistes qui pour un constat suite à un accident avec une part de responsabilité ont été verbalisés et ont perdu des points?

 

Faut à un moment, arrêter de raconter des conneries pour faire peur au gens car il faudrait être en pénal... et là c'est du civil.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Ok, donc ce qu il faudrait avoir c est une déclaration du conducteur du véhicule B, comme quoi: Sa manœuvre de dépassement derrière le vhcle C vous a mis, raisonnablement, dans l impossibilité de le laisser passer.

 

Là votre cas serait éventuellement défendable.

 

Et non ce n est pas parce que l autre personne a 100% de responsabilité par son assureur, que vous ne pouvez pas avoir de votre coté, également 100%.

 

Ce peut paraître contre intuitif, j en conviens, mais ça ne fonctionne pas comme un système de balancier.

 

Cdt,

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Merci pour le retour FRDA. Comme indiqué précédemment, je vais voir avec le tiers si on peut refaire un constat pour annuler l'ancien et le détailler davantage pour jouer plus en ma faveur car comme le tiers le dit, lui c'est sa voiture de société donc il se fiche un peu de la finalité. Ca peut être effectivement intéressant aussi de rajouter les informations que tu as indiqué dans le champs "observations", j'y penserai si on refait le constat. Heureusement pour moi de ce côté-là on reste en contact car il veut lui aussi être tenu informé malgré tout.

 

 

Cependant j'ai du mal avec cette notion de 100% chacun, comment je peux être totalement responsable de l'accident (donc moi seul et pas le tiers) alors que le tiers est également totalement responsable également de l'accident? Pour moi c'est soit l'un soit l'autre ou au pire 50/50. J'ai du mal à trouver un sens.

 

J'ai vraiment du mal à imaginer, comme tu le dis, certainement car je fonctionne en mode "balancier"

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Daniel762, je n'ai pas laissé passé A parce que 1) je ne l'ai tout simplement pas vu car le véhicule C me laisse passer et 2) il n'est pas sensé rester sur sa voie pour s'engager à hauteur de l'intersection ? Ici il n'était pas à hauteur de l'intersection mais s'est déporté avant. Ce n'est pas précis sur le croquis mais le véhicule C est bien arrêté avant l'intersection.

 

 

 

A toi de ne pas t'engager si tu n'as pas une visibilité parfaite à l'intersection... Si une voiture te masquait la visibilité de qui pouvait la dépasser, tu devais attendre qu'elle soit passée pour t'engager.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@daniel762 Dans ce cas on entre dans la paranoïa à mon sens car la visibilité je l'avais par rapport à la personne qui me laisse passer, cette voiture là était effectivement prioritaire par rapport à moi sur cette intersection donc aucun danger que je percute cette personne me laissant passer et personne n'est sensé surgir de derrière ce véhicule car c'est une voie unique. Surtout qu'elle n'était pas même pas à hauteur d'intersection, elle roulait donc en sens inverse de la circulation sans raison évidente à l'instant T (au moment où le tiers à démarré pour dépasser) et en mettant également la vie en danger notamment des personnes qui venaient de face. Partons du principe que cette voiture doublait, cela n'aurait pas été possible car elle se serait retrouvée en plein milieu de la route sans pouvoir se rabattre en ne mettant pas les usagers venant de face en danger.

 

Chaque voiture sur une voie unique est sensé être derrière une autre voiture (sauf pour tourner etc), surtout dans ces conditions en pleine ville.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu avais la visibilité sur celui qui te laissait passer, mais sa simple présence créait un angle mort et une zone sur laquelle tu n'avais pas la visibilité. Et donc, tu n'aurais pas du t'engager en aveugle...

Et peut importe la raison pour laquelle A était là, il y était et donc tu aurais dû lui céder le passage. Et même en pleine ville, le dépassement en empruntant la voie de sens contraire n'est pas interdit...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sauf que le dépassement pur et simple dans ces conditions là c'est du danger à l'état pur, ce qui n'était pas du tout l'intention du véhicule A.

Donc malgré qu'il ait eu une conduite dangereuse et moi ayant respecté les signalisations, je me retrouve en tord, ça n'a aucun sens pour moi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc malgré qu'il ait eu une conduite dangereuse et moi ayant respecté les signalisations, je me retrouve en tord, ça n'a aucun sens pour moi.

 

Dans ton malheur tu as eu la chance que l'usager stupide A n'ait pas été un deux roues. Auquel cas l'accident aurait été corporel.

 

Faible consolation, mais il y a toujours une leçon à tirer dans une telle mésaventure.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais enfoncer le clou mais je formulerai 3 observations sur cet accident :

 

1 - A avait un STOP, il s'est arrêté, rien à redire mais il est reparti sans avoir vérifié, avec certitude, qu'il pouvait franchir l'intersection en toute sécurité. Peu importe l'emplacement du choc sur sa voiture et l'emplacement du choc sur la voiture C, les torts sont à 100 % pour A, y a pas photo.

 

3 - la ligne de dissuasion est inconnue au Code de la Route. Le CDR parle de lignes continues et de lignes discontinues. La ligne de dissuasion est une ligne discontinue, rien d'autre, elle autorise donc le dépassement, même celui des véhicules autres que les véhicules, lents. La ligne de dissuasion est un marquage prévu par le code de l'urbanisme ou celui des Collectivité territoriale. Il incite, mais n'interdit pas, à ne pas dépasser les véhicules non lents. En présence d'une ligne de dissuasion un automobiliste qui la franchit pour dépasser un véhicule rapide ne pourra pas être verbalisé pour ce motif.

 

3 - de plus, les véhicules B et C sont sur une voie à caractère prioritaire, la route empruntée par A étant munie d'un Stop, rien n'interdisait à C de doubler B à hauteur de cette intersection. Le motif que C est à contresens sur sa route, ne sera pas retenu par un juge. 100 % de responsabilité pour A, là aussi.

 

 

 

Pour le 1

pas d’accord sur le forcément 100%

Selon l’impact le VL qui était prioritaire pour être considéré comme ayant fait un abus de priorité

 

2

Si il y a des lignes de dissuation c’est pas parcequ’un employé communal fou a décidé de les poser c’est bien prévu par le code

Si elle n’interdisent rien en effet leur présence a une fonction

 

3

Si rien n’interdit de doubler à cette intersection en effet

Les responsabilités peuvent être engagé en fonction des règles à respecter par celui qui dépasse comme par celui dépassé

Donc par forcément 100% automatiquement

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Pour le 1

pas d’accord sur le forcément 100%

Selon l’impact le VL qui était prioritaire pour être considéré comme ayant fait un abus de priorité

 

2

Si il y a des lignes de dissuasion c’est pas parcequ’un employé communal fou a décidé de les poser c’est bien prévu par le code

Si elle n’interdisent rien en effet leur présence a une fonction

 

3

Si rien n’interdit de doubler à cette intersection en effet

Les responsabilités peuvent être engagé en fonction des règles à respecter par celui qui dépasse comme par celui dépassé

Donc par forcément 100% automatiquement

1. il y a des lustres que cette disposition n'existe plus, l'abus de priorité n'existe pas.

2. les lignes de dissuasion n'existent pas au CDR, ce sont des lignes discontinues, rien d'autre.

3. les 100 % pour A, y a pas photo, c'est ce qu'appliquera n'importe quel juge.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1. il y a des lustres que cette disposition n'existe plus, l'abus de priorité n'existe pas.

2. les lignes de dissuasion n'existent pas au CDR, ce sont des lignes discontinues, rien d'autre.

3. les 100 % pour A, y a pas photo, c'est ce qu'appliquera n'importe quel juge.

 

 

1

2013 c’esr Des lustres ??

(une 1 s de recherche et pour n trouvé sur Google )

2

Elle fait partie des lignes discontinue et a une fonction elle existe c’est pas pour des prunes

A une fonction

3

Non rien Je suis lassé

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

C'est malheureusement un cas classique de la courtoisie.

Le prioritaire laisse la priorité, mais masque le passage, les suivants ne comprennent pas toujours (ou ne sont pas directement concernés et s'en foutent), et ça va de la grosse frayeur à l'accident.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sauf que le dépassement pur et simple dans ces conditions là c'est du danger à l'état pur, ce qui n'était pas du tout l'intention du véhicule A.

Donc malgré qu'il ait eu une conduite dangereuse et moi ayant respecté les signalisations, je me retrouve en tord, ça n'a aucun sens pour moi.

 

 

Puisque tu n'as pas cédé le passage à A, c'est bien que tu n'as pas respecté une signalisation qui t'imposait de t'arrêter - ce que tu as fait certes - mais aussi et surtout de céder le passage à tous les véhicules circulant sur la chaussée abordée avant de repartir - ce que tu n'as pas fait puisque tu as coupé la route à A.

 

Et c'est pour cela que tu te retrouves en tort.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans ton malheur tu as eu la chance que l'usager stupide A n'ait pas été un deux roues. Auquel cas l'accident aurait été corporel.

 

Faible consolation, mais il y a toujours une leçon à tirer dans une telle mésaventure.

 

 

Rien ne démontre que l'usager A ait été stupide, il était parfaitement en droit de dépasser à cette intersection.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Merci pour le retour FRDA. Comme indiqué précédemment, je vais voir avec le tiers si on peut refaire un constat pour annuler l'ancien et le détailler davantage pour jouer plus en ma faveur car comme le tiers le dit, lui c'est sa voiture de société donc il se fiche un peu de la finalité. Ca peut être effectivement intéressant aussi de rajouter les informations que tu as indiqué dans le champs "observations", j'y penserai si on refait le constat. Heureusement pour moi de ce côté-là on reste en contact car il veut lui aussi être tenu informé malgré tout.

 

 

Cependant j'ai du mal avec cette notion de 100% chacun, comment je peux être totalement responsable de l'accident (donc moi seul et pas le tiers) alors que le tiers est également totalement responsable également de l'accident? Pour moi c'est soit l'un soit l'autre ou au pire 50/50. J'ai du mal à trouver un sens.

 

J'ai vraiment du mal à imaginer, comme tu le dis, certainement car je fonctionne en mode "balancier"

 

 

FRDA ne connait visiblement pas les regles en matière d'assurance! Il ne peut y avoir de 100% de torts pour les deux parties, mais de plus en plus d'assureurs verreux mettent d'office 100% des torts dans les cas litigieux pour des raisons purement financières, a l'assuré de se débrouiller pour prouver la contraire...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour @Saibot_

 

« J'ai vraiment du mal à imaginer, comme tu le dis, certainement car je fonctionne en mode "balancier »

 

C est normal, car effectivement dire que 2 personnes peuvent toutes les deux êtres 100% responsable d un accident n a pas de sens.

 

Mais en réalité, on est pas « responsable » par rapport à 1 accident, mais par rapport à des dommages causés à une tierce personne.

 

Donc, il y a autant de « responsabilités » indépendantes les unes des autres, qu il a de dommages subis par des personnes indépendantes les unes des autres.

 

C est un peu comme le cas des 2 chiens blessés qui se sont battus entre eux: Si aucune faute ne peut être reprochée aux 2 propriétaires des chiens, bien les 2 sont 100% responsables des blessures causés au chien de l autre = les 2 propriétaires s indemnisent réciproquement.

 

En matière d accident automobile c est encore un peu différent, car il est en réalité juridiquement incorrect de parler de « responsabilité », mais on parle plus ici de droit à indemnisation des victimes.

 

Ce droit vous est acquis sauf si il est prouvé que vous avez commis une faute en relation avec vos dommages et la jurisprudence impose que cette faute doit s apprécier selon sa seule gravité, tout en faisant abstraction du comportement de l autre conducteur impliqué.

 

Donc dans le cas de 2 conducteurs qui se croisent en sens inverse sur une route et qui rentrent en contact, si aucune faute comme un empiètement sur la voie en sens inverse n est prouvé pour l un, comme comme pour l autre: bien les 2 conducteurs ont le droit de se faire totalement indemniser par l autre. On parle alors d indemnisation réciproque.

 

A l inverse, si les 2 conducteurs empiétaient lourdement sur la voie opposée, bien les 2 ont commis une faute qui peut avoir pour effet de leur faire perdre à chacun le droit d être indemnisé par l autre.

 

C est contre intuitif, mais c est comme ça.

 

Aussi, si votre assureur maitrise bien son sujet (rien n est moins sûr car c est très technique), attaquer son argumentation sous l angle du: « 100% pour les deux conducteurs c est impossible », sera un coup d épée dans l eau...

 

L objectif n est pas non plus de rejeter la faute vers l autre conducteur.

 

La solution ici pour que vous ayez gain de cause, est simplement d essayer de faire disparaître votre faute (le stop).

 

Pour cela je vous invite à reprendre mes précédents messages.

 

« Fais tes recherches.... »

 

@Tisuisse... Une nouvelle fois... Ce n est pas aux autres de prouver que ce que vous avez imaginé est faux, mais à vous d apporter la démonstration que c est vrai. Chose que vous ne faites jamais...

 

« FRDA ne connait visiblement pas les regles en matière d'assurance! Il ne peut y avoir de 100% de torts pour les deux parties »

 

@sofasurfer, je suis curieux de connaitre votre conception du droit sur ce point qui à mon sens, se fonde plus sur des « on dit », que sur les règles juridiques ad-hoc.

 

« de plus en plus d'assureurs verreux mettent d'office 100% des torts dans les cas litigieux pour des raisons purement financières »

 

Au contraire, un assureur qui ôte entièrement le droit à indemnisation de son assuré, s interdit conventionnellement d exercer un recours vers la compagnie d assurance de l autre véhicule impliqué.

 

Dans la majeure partie des cas il n a donc aucun intérêt de le faire et ce que vous dites n a pas de sens.

 

Cdt,

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

 

@FRDA merci pour ce retour complet !

 

Je comprend mieux tes explications, donc c'est théoriquement possible d'être tous les deux responsables à 100%. Je pense que dans les habitudes cela ne se passe pas comme ça mais comme dit plusieurs fois, bon courage à moi pour prouver que cela n'est pas possible.

 

 

Mais dans ce cas je rejoins @sofasurfer, en ayant échangé avec le tiers, d'après son service de gestion à lui, les assurances ont tout à gagner au contraire de mettre 100% aux deux, comme ça ils s’exonèrent des réparations, c'est à l'assurer d'en assumer les frais. Aucune indemnisations pour l'autre assuré non plus, c'est chacun pour sa peau en gros. De plus ils appliquent forcément un malus, ce qui est tout bénef pour eux car les mensualités seront plus élevées. Je me trompe peut-être car je ne connais pas ce milieu mais cette explication est pour moi la plus logique.

Cela ne m'étonnerait même pas vu que mon assurance n'a absolument jamais cherché à me défendre bien au contraire.

 

Sinon pour continuer ce sujet, le tiers m'a demandé à ce que je lui transfère le mail de mon assurance prouvant ma responsabilité totale. Il va de son côté essayer de faire en sorte que les deux assurances se mettent en relation pour trouver un compromis et peut-être convenir d'un 50/50. Du côté du tiers, peu importe la décision, c'est une voiture de société et son assurance a l'air d'être indifférent quant à la prise de responsabilité totale pour eux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
  • Créer...