Aller au contenu
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Somnolence 1ere cause de mortalité sur autoroute


Invité §fel450wR

Messages recommandés

Invité §fel450wR

Faisons Changer Les Choses:

 

Sécurité routière

 

> la somnolence première cause d'accident sur autoroute

Résultats d'une vaste étude scientifique: mieux cerner les enjeux de la somnolence au volant.

L'enquête a été menée par l'ASFA, en novembre 2007, sous la direction scientifique du Professeur Pierre Philip du CHU de Bordeaux:

28,2% des conducteurs interrogés déclarent avoir souffert de somnolence au moins une fois dans l'année

47% des conducteurs déclarent souffrir de somnolence lors de trajets de nuit.

Près de 3% des conducteurs déclarent conduire au moins une fois par mois en étant extrêmement somnolents au volant.

10% des conducteurs ont eu au moins un "presque accident" dans l'année, dont la moitié est attribuable à un endormissement au volant.

 

Il paraîtrait que la plupart des conducteurs ne somnolent plus en augmentant relativement leur vitesse? Et vous?

Le sondage se passe en configuration Allemagne ou sur une partie de voies en vitesse illimité autorisée.

(Vous venez de faire votre pause et IL EST IMPERATIF que vous fassiez ces 100 derniers kilometres MAINTENANT).

 

2 choix, pas un de plus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 166
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

Que je roule vite ou pas, je somnole si je suis crevé. Il n'existe AUCUN cas qui font que si je me sens fatigué, je ne m'arrete pas pour faire une sieste de 5 minutes. :bah:

 

Donc je vote blanc, la vitesse n'a rien à voir avec la somnolence de mon point de vue. :jap: La bonne solution, ce n'et pas d'augmenté sa vitesse, c'est de s'arretter 5 minutes pour dormir. Si de plus, la vitesse est libre ensuite, on peut rattraper un peu ces 5 minutes. :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §ete842CP

Bonjour, je n'ai pas pu répondre. Pour moi je Somnole aussi bien à vitesse modérée ou rapide. De toute façon, quand je suis fatigué, je peux pas rouler vite, j'ai plus les réflexes et je deviens dangereux. Je ralentis et si çà ne va pas mieux au bout de 30 min, soit je fais un tour à pied ou une petite sieste rapide.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense personnellement que réduire la vitesse sur autoroute augmente la durée du trajet, donc la durée passée à conduire de façon monotone, donc les risques de somnolence.

 

Descendre à 110 les limitations sur autoroute est une absurdité totale qui risque dans quelques années de montrer des effets négatifs sur les chiffres de la mortalité dû à la somnolence au volant.

 

En général je ne dis pas pour qui/quoi je vote (comme aux élections) mais là j'ai voté 2

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §fel450wR

Oui, de ton avis.

 

Pour les votes blanc: ce n'est pas une presidentielle, Messieurs, allons, voyons...

 

Mais ici c'est juste un test physiologique: "somnolez vous moins à grande vitesse". 1/non,je somnole encore + 2/je somnole moins.

 

Peut être, j'aurais du préciser un peu plus, 100excuses. :jap::jap::jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben, ni l'un ni l'autre, je somnole autant dans les 2 cas. Si je somnole, je somnole, la vitesse ou le son de l'autoradio n'y change rien. :bah:

 

A la limite, c'est moins dangeureux à basse vitesse, mais dans tout les cas, c'est très con de ne pas s'arreter et de risquer de se planter. :bah:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §zeb248jk

Je trouve personnellement que rouler un peu plus vite de temps en temps casse la monotonie et permet d'augmenter la vigilance.

 

On s'acclimate très vite à rouler à 110 sur l'autoroute, et même sans réellement commencer à s'endormir, la passivité fait que l'on devient moins attentif aux dangers potentiels.

 

En roulant un peu plus vite, le paysage passe plus rapidement et je ne sais pas si c'est psychologique ou pas, mais je reste plus concentré sur ma conduite et celle des autres.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui, sur la concentration, je suis d'accord avec toi. :jap: Je suis plus concentré quand je vais plus vite. :bah:

 

 

Idem.

Le régulateur n'arrange rien non plus le conducteur n'a quasiment plus rien à faire.

Certains en profitent d'ailleurs pour ne jamais se rabattre sur le voie de droite.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Bas411BQ

Quand j'ai un gros coup de barre au volant, je n'hesite plus à m'arrêter sur un parking et dormir 15-20 minutes.

Celà suffit pour pouvoir continuer 1.5-2 heures sans problèmes!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je pense personnellement que réduire la vitesse sur autoroute augmente la durée du trajet, donc la durée passée à conduire de façon monotone, donc les risques de somnolence.

 

Descendre à 110 les limitations sur autoroute est une absurdité totale qui risque dans quelques années de montrer des effets négatifs sur les chiffres de la mortalité dû à la somnolence au volant.

 

En général je ne dis pas pour qui/quoi je vote (comme aux élections) mais là j'ai voté 2

 

:jap:

 

Clairement quand je roule je vite je suis nettement plus concentré, ça stimule ma concentration, je ne peux pas m'endormir comme ça, l'inverse en revanche fonctionne, si je me traine sur la route j'ai effectivement tendance à m'endormir, à penser à autre chose que la route.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Mck047kk

IL est prouvé scientifiquement que la somnolence n'est pas du à la vitesse de croisière en cours, mais plutot à un ensemble de conditions qui évoluent en cours de trajet : luminosité, état de fatigue physique, phase de digestion..

 

Tout comme le fait que rouler vite exige une concentration plus importante, source de fatigue lors de la suite du trajet.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Teste personnellement grandeur nature le weekend dernier.

Situation: retour d'Allemagne (Heidelberg/Hockehneim) vers Nice. Depart a 5h du matin, sur Autobahn numero 5 en direction de Basel.

- 2h de trajet a vitesse soutenue (150 km/h minimum, sauf zones limitees) jusqu'a Basel => pas de somnolence.

- A partir de Basel, c'est la Suisse : limite a 120 km/h, 100 km/h sous les tunnels => debut de somnolence importante apres 1h de trajet. Je me suis arrete a la premiere aire d'autoroute, pour une pause de 10 minutes dans le froid vivifiant, puis encore une pause 45 minutes plus tard, a mon stop habituel, pour un bon cafe.

 

C'est absoluement evident: on s'endort plus facilement en roulant a 100 ou 120, qu'en roulant a 160 km/H ou plus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Bas411BQ
IL est prouvé scientifiquement que la somnolence n'est pas du à la vitesse de croisière en cours, mais plutot à un ensemble de conditions qui évoluent en cours de trajet : luminosité, état de fatigue physique, phase de digestion..

 

Tout comme le fait que rouler vite exige une concentration plus importante, source de fatigue lors de la suite du trajet.

 

Tout à fait d'accord.

 

Je pense cependant qu'un abaissement de la vitesse autorisöe sur autoroute risquerait d'induire une fausse söcuritö et un relachement d'attention qui entrainerait une augmentation du nombre d'accident mais probablement moins grave car à vitesse inférieure.

Autre conséquence possible: les gens prendront plus les nationales plus dangereuses et accidentogènes ce qui annulerait tout le bénéfice escompté.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
IL est prouvé scientifiquement que la somnolence n'est pas du à la vitesse de croisière en cours, mais plutot à un ensemble de conditions qui évoluent en cours de trajet : luminosité, état de fatigue physique, phase de digestion..

 

Tout comme le fait que rouler vite exige une concentration plus importante, source de fatigue lors de la suite du trajet.

 

:jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Teste personnellement grandeur nature le weekend dernier.

Situation: retour d'Allemagne (Heidelberg/Hockehneim) vers Nice. Depart a 5h du matin, sur Autobahn numero 5 en direction de Basel.

- 2h de trajet a vitesse soutenue (150 km/h minimum, sauf zones limitees) jusqu'a Basel => pas de somnolence.

- A partir de Basel, c'est la Suisse : limite a 120 km/h, 100 km/h sous les tunnels => debut de somnolence importante apres 1h de trajet. Je me suis arrete a la premiere aire d'autoroute, pour une pause de 10 minutes dans le froid vivifiant, puis encore une pause 45 minutes plus tard, a mon stop habituel, pour un bon cafe.

 

C'est absoluement evident: on s'endort plus facilement en roulant a 100 ou 120, qu'en roulant a 160 km/H ou plus.

 

 

Voilà, tu as roulé vite, concentré, ça t'a fatigué, donc après, tu as somnolé. :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Voilà, tu as roulé vite, concentré, ça t'a fatigué, donc après, tu as somnolé. :jap:

 

 

Pas vraiment.

J'etais fatigue des le depart, apres une nuit assez courte.

Le fait est qu'a fatigue egale, on s'endort plus facilement lorsqu'on roule lentement que lorsqu'on roule vite.

Lorsqu'on roule doucement, on a moins la sensation de danger. Comme souligne plus haut, on est moins concentre, plus relax, on s'assoupit bien plus facilement.

Lorsqu'on roule a plus de 150-160 a l'heure, la voiture est bien plus bruyante d'une part, les vibrations et mouvements de caisses sont plus importants, et le defillement beaucoup plus impressionnant. Du coup, on est absoluement pas relax, on est bien plus tendu et concentre sur la route et les dangers. Impossible de s'endormir dans ces conditions.

 

Deux exemples qui confortent ces theses:

- de temps en temps, au lieu de redescendre directement a Nice, je passe le weekend chez un pote a Zurich. Depart tres tot aussi, directement depuis la Suisse: somnolence direct ! Pourtant y'a pas eu les 2h d'autobahn avant pour soit-disant me fatiguer.

- lorsque je fais le trajet inverse, j'arrive en Allemagne apres 7 heures de trajet, avec tres grande fatigue donc. Pourtant, jamais de somnolence sur ces deux dernieres heures de trajet.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Que je roule vite ou pas, je somnole si je suis crevé. Il n'existe AUCUN cas qui font que si je me sens fatigué, je ne m'arrete pas pour faire une sieste de 5 minutes. :bah:

 

 

Tu fais des siestes de 5mn toi? Parce que moi quand ça commence, 1h30 après je suis encore en train de roupiller :W

 

Sinon je suis d'accord avec Daube: à partir d'une certaine vitesse je vois difficilement comment est-ce qu'on peut s'endormir au volant.

 

Il y a autre chose qui joue: à 180-200, quand tu commences à être crevé...tu ne restes pas à cette vitesse-là. Tu descends à 140 pendant quelques secondes. Si tu vois que ça dure, c'est le signal comme quoi il faut s'arrêter pour faire une pause. En gros tu sens que t'es fatigué, que t'es plus capable de tenir une vitesse.

 

En revanche quand t'es à 110, tu sens moins la fatigue venir, et c'est ça qui peut être fatal. A cette vitesse là, sur une autoroute dégagée, le paysage défile lentement, la voiture est silencieuse. En plus, psychologiquement tu te dis qu'il ne peut rien t'arriver, que tu roules pépère etc. En gros il ne se passe rien, et cela n'incite pas à rester concentré, mais plutôt à se reposer. C'est mon point de vue.

 

J'ai une amie qui a failli se flinguer il y a quelque temps en roulant la nuit avec sa 205: elle était à 110, elle s'est assoupie et elle s'est prise la glissière de sécurité avant de faire plusieurs têtes à queue et de s'immobiliser en plein milieu de l'autoroute. Je ne pense pas que ça serait arrivé si elle avait roulé plus vite.

 

Autre exemple: l'année dernière j'ai fait plusieurs trajets Espagne-France, à raison de 1200km par voyage. La première fois j'ai fait le trajet à fond la caisse: entre 180 et 210 en Espagne, puis à 160-170 en France avec des conditions de circulation optimales. J'avais dormi 4h la nuit précédente, et je n'ai pas ressenti de fatigue durant le trajet. Je ne me suis couché que 5 ou 6 heures après être arrivé.

 

Une autre fois j'avais bien dormi avant le trajet: je suis parti d'Espagne et j'ai roulé à 160 à l'étranger, avant de me retrouver dans des bouchons et dans une circulation assez dense en France. Résultat: après 800km et une baisse de rythme due aux conditions de circulation, j'en avais marre et j'étais crevé. Il a fallu que je m'arrête pour décompresser :bah:

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Tu fais des siestes de 5mn toi? Parce que moi quand ça commence, 1h30 après je suis encore en train de roupiller :W

 

 

Oui, ça m'arrive très souvent, je mets mon réveil 7 minutes après. Je m'arete sur le bord de la route dé que je sens des signes de somnolence.

Pour le reste du message, je ne suis pas d'accord, quand tu t'endors, que ce soit à 180 ou à 110, tu t'endors. :bah:

Perso, e fait de rouler vite ne me "réveille pas", et ne m'empèche pas de m'endormir. Je suis plus concentré quand je roule vite, et ça me fatigue plus de rouler vite aussi. :bah: Je fais 1000 bornes à rouler vite, j'arrive au bout, je suis mort de chez mort, je fais 1000 bornes à des allures à peu pret légal, j'arrive bien moins crevé. :bah:

Quand on est créve, on est crevé, il faut pas déconner, et il faut s'arreter. Rouler vite ne réveille pas. :bah:

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dadaz, ce qu'on essaie de dire, c'est qu'a 180 tu ne vas pas avoir ces somnolences qui font que tu bailles constemment, que tes yeux se ferment tout seuls, que ta tete tombe en arriere, etc...

Meme si t'es creve, ca n'arrivera pas, tout simplement parce qu'a 180 tu ne sera pas dans un etat de relaxation qui permettra un tel assoupissement.

 

Alors que pour la meme fatigue, a 110 bien cale dans ton fauteuil, tu vas tres vite voir les premiers signes d'endormissement, meme si au final tu n'es pas si fatigue que ca.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dadaz, ce qu'on essaie de dire, c'est qu'a 180 tu ne vas pas avoir ces somnolences qui font que tu bailles constemment, que tes yeux se ferment tout seuls, que ta tete tombe en arriere, etc...

Meme si t'es creve, ca n'arrivera pas, tout simplement parce qu'a 180 tu ne sera pas dans un etat de relaxation qui permettra un tel assoupissement.

 

Ben si. :bah: Ce que j'essaye de dire, c'est bien ça. :oui: Ca m'est déjà arrivé. :bah:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben si. :bah: Ce que j'essaye de dire, c'est bien ça. :oui: Ca m'est déjà arrivé. :bah:

 

Oui mais tu te serais endormi plus facilement à 110.

 

Tout le monde s'est déjà endormi devant la télé, mais est-ce que quelqu'un ici s'est déjà endormi en jouant à un jeu vidéo? La différence c'est qu'il y a une activité plus passive que l'autre. Et rouler à 110 sur une ligne droite bien large c'est ce qui se fait de plus passif comme conduite, alors que rouler à 180 fait monter l'adrénaline et demande de la concentration.

 

 

d'ailleurs c'est pour ça que je déteste l'autoroute. J'ai du mal à m'endormir dans mon propre lit alors je n'ai aucune chance de m'assoupir au volant, par contre ça ne m'empêche pas d'être moins attentif quand je m'ennuie au volant. Du coup, si je fais la route seul et que je n'ai pas d'horaire à respecter, je passe par la nationale, bien plus amusant, pas plus cher et j'ai le plaisir de voir du paysage.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui, ça m'arrive très souvent, je mets mon réveil 7 minutes après. Je m'arete sur le bord de la route dé que je sens des signes de somnolence.

Pour le reste du message, je ne suis pas d'accord, quand tu t'endors, que ce soit à 180 ou à 110, tu t'endors. :bah:

Perso, e fait de rouler vite ne me "réveille pas", et ne m'empèche pas de m'endormir. Je suis plus concentré quand je roule vite, et ça me fatigue plus de rouler vite aussi. :bah:Je fais 1000 bornes à rouler vite, j'arrive au bout, je suis mort de chez mort, je fais 1000 bornes à des allures à peu pret légal, j'arrive bien moins crevé. :bah:

Quand on est créve, on est crevé, il faut pas déconner, et il faut s'arreter. Rouler vite ne réveille pas. :bah:

 

 

Dans ce cas-là chacun doit avoir son propre ressenti...Rouler vite pendant plusieurs heures ne me fatigue pas outre-mesure. Et si je sens que la fatigue commence à m'envahir, je m'arrête illico. Ce qui me fatigue et qui me stresse le plus, c'est de devoir tenir une vitesse que l'on m'impose alors que rien ne le justifie. Rouler à 120 lorsqu'il pleut et/ou que la circulation est très dense, ok. Lorsqu'il fait beau et que la route est dégagée? Non. Je ne suis pas un mouton de panurge :bah:

 

Je trouve d'ailleurs que bon nombre d'usagers ne savent pas adapter leur vitesse: il y a quelques semaines je roulais de nuit à 160, la visibilité était bonne et il m'est arrivé de dépasser certains véhicules qui roulaient à 130 environ.

Puis j'arrive dans une zone où les nappes de brouillard étaient légion, et où rouler à plus de 100km/h relevait du pur suicide, je n'exagère pas...je me cale à 100-110 en attendant que ça passe (parfois j'ai même dû descendre à 80 tellement ça devenait dangereux), et là je vois les 2 ou 3 zozos que j'avais doublé 10mn avant me dépasser à 130 comme si de rien n'était. Une fois le brouillard dissipé je reprends mon rythme de croisière, et redépasse quelques km plus loin les mêmes voitures, qui roulaient encore à 130.

ça se passe de commentaire...c'est à se demander si certaines personnes ont des facultés intellectuelles et si elles sont capables d'analyser une situation avec leur cerveau. ça fait peur :L

 

Après on dit que la vitesse tue. Je dirais plutôt que c'est la connerie.

 

Bon, je ne voudrais pas partir sur un autre sujet. J'aime être maître de mes actes et de mon volant. Et à l'origine, une autoroute est une voie de circulation rapide réservée aux automobilistes. Pour moi, mettre le régulateur à 120 en toutes circonstances, c'est se laisser aller, se laisser conduire et par là même perdre une partie de sa concentration.

 

 

 

 

 

Oui mais tu te serais endormi plus facilement à 110.

 

Tout le monde s'est déjà endormi devant la télé, mais est-ce que quelqu'un ici s'est déjà endormi en jouant à un jeu vidéo? La différence c'est qu'il y a une activité plus passive que l'autre. Et rouler à 110 sur une ligne droite bien large c'est ce qui se fait de plus passif comme conduite, alors que rouler à 180 fait monter l'adrénaline et demande de la concentration.

 

 

ça dépend du jeu aussi... :W

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Bon, je ne voudrais pas partir sur un autre sujet. J'aime être maître de mes actes et de mon volant. Et à l'origine, une autoroute est une voie de circulation rapide réservée aux automobilistes. Pour moi, mettre le régulateur à 120 en toutes circonstances, c'est se laisser aller, se laisser conduire et par là même perdre une partie de sa concentration.

 

 

 

Je roule tout le temps au régulateur (enfin, quand les conditions le permettent), et je reste concentré autant. :bah: C'est "moins sterssant" comme tu dis, vu que tu n'as pas besoin de scruter le compteur tout le temps. :bah: Et je reste maître de mes actes, hein. :D C'est toujours moi qui suis au volant. :D

 

Bref, tout ce que je défends, c'est que c'est une connerie de dire que conduire vite évite de s'endormir, et que si on somnole au volant, la seule solution sérieuse, c'est de s'arreter pour roupiller. Le coup du froid de la clim/rouler plus vite/monter le son de la radio/accélérer puis freiner/etc, c'est, pour moi, de la connerie : quand on commence à somnoler, c'est qu'il est temps de s'arreter. :bah:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Je roule tout le temps au régulateur (enfin, quand les conditions le permettent), et je reste concentré autant. :bah: C'est "moins sterssant" comme tu dis, vu que tu n'as pas besoin de scruter le compteur tout le temps. :bah: Et je reste maître de mes actes, hein. :D C'est toujours moi qui suis au volant. :D

 

Tout pareil, regulateur 99% du temps. Ca permet d'eviter de faire un vas-et-viens constant des yeux entre la route et les compteurs. La concentration n'est pas diminuee, bien au contraire: je peux me focaliser 100% sur le reste du traffic, vu que je n'ai pas besoin de surveiller ma vitesse, donc de quitter la route des yeux.

 

Bref, tout ce que je défends, c'est que c'est une connerie de dire que conduire vite évite de s'endormir, et que si on somnole au volant, la seule solution sérieuse, c'est de s'arreter pour roupiller. Le coup du froid de la clim/rouler plus vite/monter le son de la radio/accélérer puis freiner/etc, c'est, pour moi, de la connerie : quand on commence à somnoler, c'est qu'il est temps de s'arreter. :bah:

Et nous, tout ce qu'on defend c'est que ton etat de somnolence se declarera beaucoup plus tot a 110 km/S qu'a 180 :)

Pour le reste, on est d'accord: lorsque les premiers signes apparaissent, il faut faire un arret. Simplement, la clim, les vitres ouvertes et la radio a fond, c'est ce qui te permettra de rejoindre la prochaine aire d'autoroute sans soucis.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et nous, tout ce qu'on defend c'est que ton etat de somnolence se declarera beaucoup plus tot a 110 km/S qu'a 180 :)

 

Bah, pour moi, non. ;)

Pour le reste, on est d'accord: lorsque les premiers signes apparaissent, il faut faire un arret. Simplement, la clim, les vitres ouvertes et la radio a fond, c'est ce qui te permettra de rejoindre la prochaine aire d'autoroute sans soucis.

:jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Mck047kk

 

Je roule tout le temps au régulateur (enfin, quand les conditions le permettent), et je reste concentré autant. :bah: C'est "moins sterssant" comme tu dis, vu que tu n'as pas besoin de scruter le compteur tout le temps. :bah: Et je reste maître de mes actes, hein. :D C'est toujours moi qui suis au volant. :D

 

Bref, tout ce que je défends, c'est que c'est une connerie de dire que conduire vite évite de s'endormir, et que si on somnole au volant, la seule solution sérieuse, c'est de s'arreter pour roupiller. Le coup du froid de la clim/rouler plus vite/monter le son de la radio/accélérer puis freiner/etc, c'est, pour moi, de la connerie : quand on commence à somnoler, c'est qu'il est temps de s'arreter. :bah:

 

 

 

 

c'est clair, une fois fatigué, je me suis surpris a somnoler des 10èmes ou + on se rend pas compte a plus de 180 km/h.

 

et j'ai vu pire, quelqu'un qui finissait les 3/8 qui tenait le discours, vite pour pas dormir, maintenant il dort pour de bon...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me suis "presque" endormi sur l'autoroute à plus de 160, un coup, étant jeune. :oui: C'est le "brrrrrrrrrrrrr" des bandes de droites qui m'ont réveillés d'un coup, je partais sur la gauche au lieu de la droite, je pense que ça aurait été plus violent dans la barrière. :oui:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §mar733Fl

Je n'ai pas lu tous les messages dans le détail (sauf le premier, :D ) et en ce qui me concerne, je me trouve bien moins réactif à 134 au régulateur à 134 qu'à 160-180 en "manuel".

 

Évidemment, c'est mââllll mais c'est une simple constatation... :bah:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Mck047kk

Après c'est aussi une question de gros rouleur ou non, et d'horaire en décalage, moi je me suis toujours endormi aux heures ou c'est métaphyique, le corps appelles le sommeil, après 4-5h du mat, à la fin des longs trajets, qu'importe la vitesse, mais je diminue surtout parce que je deviens conscient de l'augmentation du risque.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
  • Créer...
Aller en haut de page