Aller au contenu
Logo Caradisiac      

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

[Topic Officiel] Actualités Chevrolet: Gamme, Projets et Informations


Invité §did038Fg

Messages recommandés

  • Réponses 1K
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

Invité §2Ha335Wy

Daewoo Evanda : une certaine image du luxe

 

 

Tout constructeur qui se respecte se doit d'avoir un véhicule haut de gamme. Fort de ce principe, Daewoo propose comme navire de proue de sa gamme, l'Evanda. Bonne affaire ou ersatz d'allemande, voici quelques éléments de réponse.

 

2havjc_1128359698_nouv_daewoo_evanda_01_big.jpg.08d7d4f31db13b525baf0846714769fe.jpg

 

Les chiffres en témoignent, les constructeurs coréens ont connu en 2003, une progression fulgurante. Même si le principal bénéficiaire de cette embellie est Hyundaï, Daewoo en profite également et voit ses ventes décoller.

 

Ce redressement s’explique par plusieurs facteurs dont notamment le rachat par le géant américain GM l’an passé qui a entraîné le renouvellement de la gamme avec la disparition de la Lanos mais surtout les arrivées de la Kalos, de la Nubira et bien sûr de l’Evanda qui remplace la vieillissante Leganza. Commercialisée en 1998, la Leganza avait une philosophie simple : privilégier le rapport qualité/prix dans une grande berline aux lignes classiques et dotée d'un équipement complet. Un objectif que l'Evanda reprend à son compte sous une ligne inédite et plus imposante réalisée encore par Ital Design comme ce fut déjà le cas des Matiz, Kalos et Nubira et Leganza.

 

Daewoo Evanda : une certaine image du luxeL’Evanda mesure en effet 4,77 m, soit 10 cm de plus que sa devancière. Elle a également gagné 4 cm en largeur et en hauteur, ce qui en fait une des voitures les plus grandes de son segment. Les lignes de cette berline 4 portes, relativement classiques, lui donnent donc des faux airs de modèles plus illustres comme les Volvo S60 ou autres Mercedes, mais le point fort de cette Daewoo est sans aucun doute possible son rapport prix/équipement.

 

Est-ce suffisant pour autant pour se faire une place dans un marché ultra concurrentiel et dominé par les allemandes ? Les amateurs du haut de gamme seront-ils séduits ? Voici quelques éléments de réponse.

 

Olivier Pagès

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Un seul niveau d'équipement…

 

Daewoo Evanda : une certaine image du luxeSi certains constructeurs multiplient les versions et les finitions sur leurs modèles, Daewoo ne se perd pas dans les méandres des catalogues car l’Evanda est uniquement disponible dans la seule finition CDX. Une politique volontairement minimaliste qui permet de mettre l’accent sur l’équipement particulièrement riche. Jugez plutôt.

 

2havjc_1128360064_nouv_daewoo_evanda_04.jpg.19bba518e67aaabd485517b7f34caf03.jpg

 

Daewoo Evanda : une certaine image du luxeCôté sécurité, on trouve la direction assistée, l’antipatinage (TCS), le rétroviseur intérieur électrochrome, les ceintures avant à prétensionneurs, de même que quatre airbags frontaux et latéraux. Côté confort, là aussi, la dotation est pléthorique avec la climatisation automatique, les quatre lève-vitres électriques, le coffre à ouverture motorisée actionnable par télécommande, les phares au xénon à hauteur réglable, les antibrouillards, un intérieur en bois d’un bel aspect, le siège conducteur réglable électriquement, les jantes en alliage, la sellerie en cuir, les sièges chauffants, les appuis-tête inclinables, sans oublier une installation audio 6 HP à commandes au volant intégrant lecteur de K7 et chargeur frontal à 5 CD. Regrettons simplement l’absence de radar de recul très pénalisant pour une berline de ce gabarit et incompréhensible pour un véhicule dit haut de gamme.

 

2havjc_1128360048_nouv_daewoo_evanda_05.jpg.4d8db944061652e0efe2a64781b9ba83.jpg

 

Même si la qualité des matériaux a indéniablement progressé, on est encore loin des standards européens. La planche de bord bicolore est garnie de plastiques durs brillants peu flatteurs au regard mais aussi au toucher. Ce défaut est principalement visible au niveau du tableau de bord avec ses 3 compteurs cylindriques à la manière d’une Alfa 156, la qualité en moins.

 

2havjc_1128360036_nouv_daewoo_evanda_06.jpg.6640228875f4b9d7aad34478353661ed.jpg

 

Daewoo Evanda : une certaine image du luxePour le reste, pas de manque majeur, mais malheureusement aucun point d’excellence. L’Evanda est juste dans la moyenne. L’impression de départ demeure globalement positive, mais sans atteindre le niveau d’équipement d’une Vel Satis ou d’une berline allemande. Par rapport à l’une des ses concurrentes directes, la Hyundaï Sonato, également très bien équipée, l’Evanda se différencie principalement par sa sellerie en cuir.

 

Une bonne habitabilité

 

2havjc_1128360012_nouv_daewoo_evanda_08.jpg.3b913949515c028947943352273773c9.jpg

 

Daewoo Evanda : une certaine image du luxeEn grosse berline qu’elle est, l’Evanda offre une habitabilité généreuse, notamment aux places arrière, incontestablement l'un des points forts de la voiture, tout comme le coffre, assez vaste (420 dm3) mais à l’accès un peu trop exigu. Regrettons également le confort des sièges avant qui demeure perfectible par manque de maintien latéral. Les sièges souffrent d'un dossier qui s’avère plutôt dur. On a tendance à glisser, ce qui nuit fortement au bien-être surtout sur longues distances.

 

Daewoo Evanda : une certaine image du luxe Les lombaires fatiguant énormément. Il est parfois difficile de trouver une position de conduite idéale. A l’arrière, les grands gabarits trouveront facilement la place de loger leurs jambes, tandis que le 5e passager se sentira beaucoup moins à l’aise que ses voisins avec une place plus étroite et moins confortable.

 

Malgré le gabarit imposant de cette berline, les rangements sont plutôt rares et petits. C’est le cas notamment de la boîte à gants et des différents vide-poches.

 

2havjc_1128360025_nouv_daewoo_evanda_07.jpg.1ff46a80e946b870ddfb6593cee88ac1.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

…et un moteur unique

 

Pas grand choix au niveau de la motorisation puisque l’Evanda n’est disponible qu’avec le 2.0 essence de 131 ch déjà présent sur la Leganza qui a été légèrement optimisé. Ce 4 cylindres n’est pas de première jeunesse puisqu’il était installé sur certains modèles Opel dont les Vectra au début des années 90. Malgré son âge, il se veut relativement silencieux.

 

2havjc_1128405264_nouv_daewoo_evanda_10.jpg.76452c76a761b1af8cd1f199f2fdaed6.jpg

 

Daewoo Evanda : une certaine image du luxeCeux qui auraient pu croire que l’Evanda disposait d’un caractère sportif caché vont très vite déchanter. L’Evanda aime être conduite paisiblement en bon père de famille et s’en sort honorablement, bien aidée par un couple de 185 Nm qui, suffit à assurer des relances satisfaisantes. La boîte à 5 rapports est douce et précise. Seul hic, la consommation moyenne annoncée par le constructeur de 8,8 l/100 km, est très largement sous-estimée. Comptez plutôt plus de 10 litres en conduite normale. Un critère pénalisant pour une grande routière puisque l’autonomie est réduite à moins de 500 kilomètres.

 

2havjc_1128405252_nouv_daewoo_evanda_09.jpg.8ca4ebe18ebd090b23f2f0695a5d7537.jpg

 

Daewoo Evanda : une certaine image du luxeSur route, L’Evanda confirme son côté "pépère". Le comportement routier est sain mais, compte tenu de son poids et de liaisons au sol plutôt ordinaires , l’Evanda ne doit pas être brusquée, surtout en virages où le roulis peut devenir important et désagréable pour les occupants. Le filtrage des inégalités est très correct. La direction nous a semblé surassistée, à l’américaine. Un critère pénalisant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Roumanie : le marché de l’auto en croissance constante

 

Les ventes d’automobiles neuves ont augmenté de 56,9 % au cours des 7 premiers mois de l’année par rapport à la même période de l’année précédente, atteignant 154 128 unités.

 

129 109 sont des voitures de tourisme, dont 74 875 sont des Dacia (Logan, Solenza et pick-up). La marque détient 46,7 % du marché.

 

Daewoo de Craiova a vendu 14 575 véhicules (avec une majorité de modèles Matiz) représentant 11 % du marché.

 

Renault détient 9,7 % des parts de marché avec 15 000 véhicules vendus (Clio Symbol, Megane Sedan).

 

Skoda augmenté ses ventes de 77 % par rapport à 2004 avec 5 839 véhicules vendus.

 

Volkswagen occupe 4,5 % des parts du marché ayant vendu 5.839 automobiles.

 

Commentaire : Dans le pays de Dacia, Chevrolet se débrouille bien avec sa Matiz. Il dépasse Skoda, Vag et même Renault. Quand vont ils rattrapper Dacia avec un réseau plus imposant?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Essai Chevrolet Matiz : La citadine sympa à bon prix

 

 

La Matiz se veut avant tout sympathique avec sa calandre en sourire et ses grands phares. Normal, la clientèle de la première génération était essentiellement féminine. Pour le deuxième Opus, la Chevrolet se dit plus maniable, plus conviviale et plus sûre.

 

2havjc_1128489276_10.jpg.4c89c7b41e27960c84adb3f8d3fdef1e.jpg

 

Dans le segment A, la Matiz talonne la Twingo. Il faut dire que le profil se ressemble, mais elles ont leur propre personnalité. La Matiz seconde génération débarquera chez nous à la mi-avril. C’est à Perrugia que nous avons eu l’opportunité d’essayer la compacte en avant-première. On a cru que l’on pourrait goûter d’avance au printemps alors que la Belgique était encore sous la neige. Perdu ! Le temps était pluvieux. Au moins, on l’aura testée en conditions « belges ».

 

Petits moteurs

 

La Chevrolet Matiz est clairement une citadine. Il suffit de regarder les cylindrées : 0,8 et 1 litre ! Le bloc de 796 cm³ trois cylindres développe 52 chevaux (38 kW). Le 4 cylindres de 1 litre dispose lui de 66 ch (49 kW). Autant dire que sur l’autoroute, surtout en 800 cm³, on risque la crise de nerf. Dès que l’on est sorti des agglomérations, il n’a pas été simple de s’imposer dans la circulation. Pensez donc, en 0,8 elle passe de 0 à 100 km/h en… 18,2 secondes. La vitesse maximale est de 145 km/h. Un peu moins cantonnée à la ville, la version 1 L n’a plus besoin « que » de 14,1 secondes pour le Tempo 100. Le tachymètre pourra monter jusqu’à 156 km/h. Les deux blocs essence sont toutefois sobres : 4,2 et 4,7 L par 100 km en cycle mixte moyen. Cette consommation moins gourmande (0,9 litre de gagné par rapport à la devancière) a été rendue possible par l’allégement de 13 kg de la voiture. La transmission manuelle à 5 rapports n'a posé aucun problème particulier. Et pourquoi pas de Diesel ? Parce que Chevrolet est coincé par des accords entre constructeurs… et d’une politique coréenne du temps de Daewoo.

 

Atouts

 

Il ne faut pas se leurrer, le principal atout, outre esthétique, de la Matiz reste son prix : le modèle de base sera vendu à moins de 8000 euros ! Ce n’est vraiment pas cher. Évidemment, qui dit mini voiture à mini prix, dit kit d’équipement de base. Toutefois, la finition est convenable, un point non négligeable car on a souvent moins bien pour plus cher. La Matiz montre aussi une très bonne maniabilité. On n’a guère eu de peine à la manipuler. Elle va de droite à gauche avec une franche facilité, d’autant que la visibilité périphérique est bonne. Mesurant à peine 3,50 mètres de long, elle bénéficie d’un faible rayon de braquage de 9,20 m. La petite Chevrolet permet également de se garer très facilement car elle propose aussi la direction assistée de série (sauf en finition S). De ce point de vue là, elle est idéale pour se faufiler dans la circulation urbaine. La sécurité active et passive de l’auto fait partie du kit d’équipement de base.

 

2havjc_1128489465_14.jpg.95613202323736bdec44fd9248625034.jpg

 

Sécurité

 

L’habitacle de sécurité comprend des structures conçues dans le but d’absorber l’énergie qui se libère lors d’une collision frontale, arrière ou latérale. Réalisée en acier haut de gamme, l’habitacle est plus stable qu’auparavant. La réduction de poids est aussi passée par l’utilisation de pédales en plastique. Pour compléter les dispositifs de sécurité passive, la Matiz a été équipée d’un ensemble complet de sécurité. La voiture comprend ainsi toujours des airbags conducteur et passager, des ceintures de sécurité à trois points d’ancrage et des appui-tête pour chacun des cinq passagers, des tendeurs de ceinture et des limiteurs de force de tension à l’avant, une colonne de direction avec dispositif d’absorption d’énergie et des protège genoux. En matière de sécurité active, la Matiz dispose d’un système de freinage à quatre canaux ABS en version standard du fournisseur allemand Bosch.

Suspensions

 

2havjc_1128489459_13.jpg.ca8c8533984a485d98eed28103f7cf61.jpg

 

L’amortissement arrière est assuré par un essieu arrière à torsion entièrement nouveau pour remplacer le bras de suspension monté dans le modèle précédent. La combinaison de coussinets de châssis plus doux, d’amortisseurs à gaz et d’un essieu avant avec des jambes de suspension McPherson donne de bons résultats. Elle doit beaucoup pour son confort à la suspension, car les sièges ont vite montré leurs limites. Les places à l’arrière sont évidemment étriquées. L’empattement a été allongé au maximum mais il reste à 2345 mm. Selon les normes VDA, la capacité du compartiment à bagages est de 170 litres. Le dossier du siège arrière est rabattable 2/3 – 1/3. Une fois le siège arrière entièrement rabattu, la capacité du coffre passe à 845 litres. Le tout se manipule de manière traditionnelle. On a aussi noté pas mal d'espaces de rangement dont un porte-gobelet et un porte-cartes.

 

Pas pour aller à la mer

 

2havjc_1128489286_11.jpg.12911e4e4583098ab46ede8ef8e53fb1.jpg

 

Très légère et super maniable, la Matiz a abandonné ses phares ronds mais garde un look sympathique avec des lignes souples. Elle a donc de quoi séduire sa clientèle actuelle. Mais il faut bien garder à l’esprit que cette citadine Chevrolet est avant tout une voiture pour la ville. Elle s’y sent vraiment à l’aise. Dès que l’on sort des agglomérations, la consommation grimpe vite, le bruit devient gênant et l’accélération rend certains parcours laborieux. Ou alors il faut la réserver pour de petits parcours en banlieue ou à la campagne.

 

© Eric Spitzer & Olivier Duquesne

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Source : Cette url n'existe plus

 

Voici la version chevrolet de la matiz ( qui est d'ailleur une toute nouvelle voiture ) qui sera surement vendue en europe puisque GM a decidé de faire disparaitre la marque en europe :

 

extremlyflamable_1095775730_esterne210742252109074317_big.jpg.d95bf34b5509fe7916c2d26f3aa813bd.jpg

extremlyflamable_1095775763_esterne210742232109074319_big.jpg.4d6d830c73f9810c807933890ef2d9ff.jpg

extremlyflamable_1095775786_esterne210742302109074310_big.jpg.0bf47f5606e1e7c6ba10b313692ba0e2.jpg

extremlyflamable_1095775811_esterne210742272109074322_big.jpg.62cf8b493bc337a5416e467da22fa0d4.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Le fabricant chinois Chery vendra ses voitures sous un nouveau nom en Amérique du Nord

 

par Trevor Hofmann , Canadian Auto Press

 

L'armée d'avocats de GM était trop forte pour l'opération de démarrage de Visionary Vehicles

 

Chery Automobile Co. n'est pas le plus grand constructeur automobile chinois, mais à cause de certains événements de presse rusés, quelques déclarations extrêmement audacieuses, et le leadership américain de l'une des figures les plus colorées de l'industrie automobile (ou l'une des plus notoires s'il arrivait que vous viviez au Nouveau-Brunswick et avez personnellement financé son entreprise ratée de voitures sport), Malcolm Bricklin, fait marche arrière dans son plan de commercialiser la marque Chery sur le marché nord-américain.

 

Mais cela ne veut pas dire que les voitures de grande valeur avec une qualité comparable à celle des Lexus (selon les dires de Bricklin) ne seront pas expédiées de ce côté-ci du Pacifique. Visionary Vehicles LLC, la compagnie de Bricklin, responsable de l'importation et de la vente des voitures Chery en Amérique du Nord, a décidé de renommer la marque pour ce marché lorsque ses voitures seront disponibles en 2007, et ce à cause d'actions légales prises par General Motors (voir les archives de la section Actualités du 14 mai 2005: GM ne veut rien savoir de Chery en Amérique du Nord).

 

En mai dernier, les avocats de General Motors ont fait parvenir à Visionary Vehicles une lettre l'avisant de ne pas tenter d'obtenir une marque de commerce américaine au nom de la marque Chery. GM croit que Chery est trop proche de Chevy, le surnom de Chevrolet et l'actuelle marque de commerce que GM utilise pour les camions Chevy, et que les consommateurs pourraient être confus si les deux marques se retrouvaient côte à côte.

 

GM a un bon point, et voudrait bien gagner sa cause à défaut de drainer Visionary de ses fonds de démarrage en seuls coûts légaux.

 

"Ils sont plus gros que nous le sommes et ils ont plus d'avocats que nous en avons," a commenté la porte-parole de Visionary Vehicles, Wendi Tush.

"Ils sont plus gros que nous le sommes et ils ont plus d'avocats que nous en avons," a commenté la porte-parole de Visionary Vehicles, Wendi Tush. "C'est une question de conserver les valeurs pour le consommateur."

"C'est une question de conserver les valeurs pour le consommateur."

 

Ainsi, Visionary ne tentera pas d'obtenir une marque de commerce pour le nom Chery aux USA. Bien sûr, ce serait une bonne chose en fin de compte. Est-ce que Chery est réellement un nom qui pourrait gagner le respect dans les cercles nord-américains? Pas vraiment.

 

Visionary travaille maintenant sur un nom de remplacement, est en réflexion avec cinq ou six alternatives, et planifie d'annoncer une nouvelle marque bientôt. Hmmm... peut-être que Eagle est disponible? Ou American Motors Corporation (AMC)? Studebaker semble avoir abandonné son véhicule aux airs de Hummer, une autre action légale de GM (voir dans les archives de la section "news" du site anglais, le 18 février 2003: GM to Sue Avanti over Studebaker XUV). Desoto? Non, il semble que Visionary arrivera avec son propre nom original au lieu d'adopter une marque du passé américain.

 

L'annonce de Bricklin disant que sa compagnie vise un objectif de ventes de 250,000 véhicules Chery pendant sa seule première année en Amérique du Nord, à travers un réseau de 250 concessionnaires à travers la nation, a soulevé certaines inquiétudes parmi les constructeurs domestiques, et il est ainsi compréhensible que GM soit inconfortable avec le nom courant de la compagnie chinoise. Les fabricants de Détroit perdent déjà des parts de marché aux mains de leurs rivaux japonais et sud-coréens, alors GM, et c'est aussi le cas pour Ford, n'a vraiment pas besoin qu'un concurrent aux prix encore plus bas vienne tenter ses consommateurs.

 

Est-ce que Visionary retirera son annonce sensationnelle? Avec Malcolm Bricklin aux commandes, c'est difficile à dire. Il avait entrepris d'établir la marque Subaru aux USA, mais les temps sont très différents, et le marché beaucoup plus compétitif qu'à l'époque. Ceci dit, un prix visé d'environ 7000 US$ pour le modèle d'entrée de gamme de la marque le rend extrêmement concurrentiel.

 

Quand on regarde sérieusement la question, le véritable point n'est pas de savoir si les véhicules Chery deviendront une part du marché automobile nord-américain, mais plutôt que les chinois sont de plus en plus sérieux dans l'exportation de leurs marchandises en Amérique du Nord et en Europe - le salon de Francfort a vu deux fabricants chinois exposer leurs produits - et ceci, avec le temps, rendra le marché automobile, déjà ridiculement contesté, encore plus compétitif. Bien sûr, les consommateurs gagneront en bout de ligne, mais probablement au prix de nombreux emplois nord-américains.

 

 

 

2havjc_1128504634_inline_11.jpg.aea0210242dfce8076afc2338caf0b00.jpg

La Visionary Vehicles de Malcolm Bricklin fait marche arrière dans son plan de commercialiser la marque Chery sur le marché nord-américain, du moins par son nom. Un nouveau nom moins controversé devra être choisi. (Photo: Visionary Vehicles)

 

2havjc_1128504624_inline_08.jpg.3be60a7abd1df5ce0b1bd45bd84e6c4f.jpg

GM a entrepris des actions légales contre Visionary Vehicles parce que le nom Chery est trop proche de Chevy. (Photo: Visionary Vehicles)

 

2havjc_1128504615_inline_02.jpg.c83da8ea5819db53636bd6c32cc9e2ed.jpg

Ils sont plus gros que nous le sommes et ils ont plus d'avocats que nous en avons," a commenté la porte-parole de Visionary Vehicles, Wendi Tush. "C'est une question de conserver les valeurs pour le consommateur."

 

2havjc_1128504605_inline_07.jpg.49f7cdbe9ed4e5f9add8123ca39eca89.jpg

L'annonce de Bricklin disant que sa compagnie vise un objectif de ventes de 250,000 véhicules Chery pendant sa seule première année en Amérique du Nord, à travers un réseau de 250 concessionnaires à travers la nation, a soulevé certaines inquiétudes parmi les constructeurs domestiques. (Photo: Visionary Vehicles)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Ghosn rêve d'une alliance avec Ford ou GM

 

07/10/2005 09:26 - Selon l'hebdomadaire Challenges, le patron des constructeurs français Renault et japonais Nissan, Carlos Ghosn, étudie de près une alliance avec l'un des géants américains General Motors ou Ford, actuellement dans une mauvaise passe financière.

 

M. Ghosn souhaiterait une opération amicale, prenant la forme d'un échange d'actions, et voudrait au préalable que l'Etat américain reprenne à son compte au moins une partie des charges de retraites du partenaire américain concerné.

 

Challenges dévoile également que l'actuel PDG de Renault-Nissan aurait été approché l'été dernier pour prendre la tête de Ford, mais il aurait décliné l'offre.

 

Une porte-parole du constructeur français a refusé de commenter ces informations, rappelant seulement que "Renault-Nissan s'est déjà dit ouvert à des partenariats, mais pas sous forme de rachat. Si des opportunités se présentent nous les analyserons, mais pour l'instant il n'y a pas de projets". Du côté de Ford, on se refuse par contre à tout commentaire.

 

Après avoir envisagé au printemps dernier un rachat de Daimler Chrysler, Carlos Ghosn aurait, semble-t-il, changé de cible en raison des capitalisations boursières en chute libre de GM et Ford.

 

:up:

Commentaire : le rachat ou le partenariat par Renault avec une des deux marques américaines autoriserait certains réfractaires de la marque Chevrolet à acheter du Made in China!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Le SUV en question aux USA

 

Par Patrick Garcia le 4 octobre 2005

 

Sales_auto_gfx_100405_1 La "SUVophobie" qui sévit dans nos mégapoles embouteillées est entrain de gagner les USA, terre généralement hospitalière de ces diplodocus de la route.

D'une part, après l'embellie factice de l'été générée par des promotions sauvages, les vente autos et trucks aux Etats Unis dégringolent pour les constructeurs locaux. En Septembre, GM et Ford perdent respectivement 24 et 20 % par rapport à Septembre 2004. Plus précisement, les ventes de "LightTrucks"(SUV et Pickup) baissent de 30 et 28%. Dans le même temps, les asiatiques ont tous les voyants au vert dans un marché en recession de 7,6%, même si leur offre 4x4 ne recueille pas les suffrages des acheteurs .

 

2havjc_1128699777_sales_auto_gfx_100405_1.jpg.03ded6fd9245783023bf76118a0136fc.jpg

 

Il est sans doute un peu tôt pour affirmer le changement durable, mais la prise de conscience énergétique semble devenir une réalité aux USA.

Dans le même ordre d'idée, ce sont d'abord 42 puis 30,4 millions de dollars que Ford devra payer en dédommagement de victimes mortellement blessées lors de tonneaux en Ford F-150 et Expedition. Les juges ont estimé que la marque à l'ovale n'avait pas tout fait pour garantir la sécurité de ses clients. L'avocat de la défense allant même jusqu'à dire :

 

Ford devrait traiter ses clients comme des biens précieux et au lieu de ça, Ford les prend pour des rats de laboratoire

 

Si une grande part de mauvaise foi est plus que probable (les experts de Ford estimant que les passagers ne portaient pas la ceinture de sécurité), il est symptomatique de constater que les jurés sont plus facilement enclin à condamner le constructeurs de ce type de véhicule, dénotant ainsi une défiance naissante à l'encontre des SUV. Les constructeurs US vont être amenés, bon gré mal gré, à revoir leur offre produit pour ne pas sombrer dans des crises financières irréversibles.

 

La montée du prix du pétrole y est pour beaucoup. En plus, à 3 dollars le gallon, le prix de l'essence à la pompe est encore de moitié inférieur (0,66 euros/litres) au prix en France. Si d'aventure les Etats-Unis devaient s'aligner rapidement sur les tarifs du reste du monde, je n'ose pas imaginer les proportions que prendrait la baisse des ventes.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Nouvelles: GM investit trois milliards en Chine

 

Le premier constructeur automobile au monde a annoncé un investissement de trois milliards de dollars américains pour les trois prochaines années en Chine. General Motors veut ainsi doubler sa capacité de production, pour atteindre 1,3 million de véhicules par année. GM a construit quatre usines en Chine depuis son entrée sur ce marché en 1997. L'an dernier seulement, ses ventes ont progressé de 46 % sur ce même territoire. Ce sont les différents modèles de Cadillac, Chevrolet, Buick et Pontiac qui occupent la plus grande part du marché. Avec cette annonce, faite à trois jours de l'ouverture du Salon de l'automobile de Pékin, le géant américain espère maintenir sa position de leader mondial et ravir quelques parts de marché à son principal compétiteur en Chine, Volkswagen, en tête du marché chinois. Ce dernier a annoncé à la fin de l'année dernière des investissements de sept milliards de dollars américains sur cinq ans pour doubler sa capacité de production.

 

Date: 04-09-19

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Nouveauté : Chevrolet Lacetti WTCC R+ Concept

 

Sulfureuse Américano-Coréenne

 

Modérée chez Daewoo, la compacte Lacetti se dévergonde depuis son passage sous blason Chevrolet. Tout d’abord en participant à la nouvelle série WTCC, puis en dévoilant sous les traits de ce concept R+, la future version sportive de la gamme.

 

2havjc_1128761361_270.jpg.300fd58ae881a4ee8997321adebcb5d2.jpg

 

Jusqu'ici cantonnée dans un rôle assez obscur de (bonne) compacte aux tarifs relativement accessibles, le destin de la Chevrolet Lacetti (ex-Daewoo) vient de changer radicalement depuis le changement de blason et l'apparition de l'illustre nœud papillon américain. Là voilà du coup propulsée en pleine lumière.

 

Première raison : la décision prise par Chevrolet de participer avec trois Lacetti officielles, au nouveau championnat du monde de Voitures de Tourisme WTCC, dont la deuxième épreuve faisait justement escale à Magny-Cours ce week-end (lire notre article). Une façon comme une autre de se faire connaître auprès d'une clientèle européenne pour qui les noms Matiz, Evanda, Lacetti ou Rezzo, voire même... Chevrolet demeurent encore plus qu'anonymes.

 

2havjc_1128761349_arr.jpg.ca6b10d361077b1287a01a4aa6d13feb.jpg

 

Dans leur superbe livrée bleu ciel, les américano-coréennes se contentent pour l'instant de jouer les seconds rôles. Mais d'ores et déjà, elles ont les yeux tournés vers la fin de la saison et plus encore vers l'année prochaine qui reste leur principale priorité.

 

Venons-en à présent au second point. Lors de ce week-end nivernais, Chevrolet en a profité pour dévoiler une nouvelle variante de sa Lacetti : une version civilisée du modèle de course ! La WTCC R+ —c'est son nom — n'est encore qu'un concept, mais il n'y a aucune raison pour que la firme américaine ne franchisse pas le cas de la production. Il n'y a d'ailleurs qu'à écouter Eric Nève, responsable Chevrolet Sport en Europe, pour s'en persuader : "De nombreux fans nous demandent où ils peuvent acheter cette berline de compétition. La R+ est une réponse à leurs souhaits. Si la demande s'avère suffisamment importante, nos distributeurs l'auront avant la fin de l'année dans leur showroom". Difficile effectivement d'être plus explicite...

 

Comme le modèle de compétition, le concept R+ (à mettre en rapport avec la forme du logo de Chevy) se distingue de la sage Lacetti par une carrosserie beaucoup plus agressive. Dorénavant plus massif, le bouclier avant a été rabaissé et bénéficie d'importantes prises d'air et d'une aérodynamique plus travaillée. Les ailes ont également subi une cure d'hormones, tandis qu'à l'arrière, l'apport d'un becquet vient apporter la touche finale d'un ensemble qui sent bon la sportivité.

 

Même traitement spécifique à l'intérieur. Les sièges se parent de cuir noir, tandis que des monogrammes R+ fleurissent à la fois sur l'assise mais également sur le tapis de sol ou le tableau de bord. Des inserts aluminium viennent agrémenter cette ambiance volontairement intimiste.

 

2havjc_1128761339_wtcc.jpg.5d93e564de42d5cc3ac9e16d3b8e12a8.jpg

 

Côté moteur, sans être aussi extrême que la version WTCC —dont le 2.0 atmosphérique délivre la bagatelle de 270 ch pour un couple de 267 Nm à 5.800 tr/min, et une vitesse de pointe de 254 km/h— la Lacetti R+ n'en demeure pas moins sans commune mesure avec les chiffres habituellement revendiqués par la compacte américano-coréenne.

 

Pour ce faire, Chevrolet a fait appel au spécialiste suisse Delta-Motor : l'adjonction d'un compresseur permet au 2.0 de revendiquer la bagatelle de 172 ch, pour un couple de 230 Nm à 4.900 tr/min. Comme pour le modèle de course, il faudra donc grimper haut dans les tours pour tirer la quintessence de ce quatre cylindres. Ainsi parée, la Lacetti R+ franchit le cap des 100 km/h départ arrêté en tout juste 8 secondes, et atteint une vitesse maximale de 217 km/h.

 

Les trains roulants ont été améliorés en circonstance dans le but d'offrir la meilleure efficacité : suspension rabaissée de 30 mm, amortisseurs retravaillés et présence de stabilisateurs à diamètre renforcé permettant de contenir la prise de roulis.

 

Dans cette refonte presque totale, les freins n'ont bien entendu pas été épargnés, avec notamment de gros disques de 325 mm de diamètre à l'avant. La panoplie est complétée par des pneus taille basse de 215/45-17 montés sur des jantes noires en alliage léger.

 

Si le passage de série ne fait plus l'ombre d'un doute, aucune date n'a encore été avancée quant à une éventuelle commercialisation. Pas plus de renseignement du côté des tarifs, mais gageons que la future Lacetti R+ saura être aussi radicale sur ce point que sur route.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Essai comparatif : Chevrolet Lacetti 1.4/Citroën C4 1.4/Peugeot 307 1.4/Toyota Corolla 1.4

 

 

Sortie vainqueur de la première manche face à des rivales «économiques», la Chevrolet Lacetti doit maintenant se mesurer à trois des principales actrices du segment des familiales compactes. Ce deuxième round prend donc une tout autre allure, mais il n'en reste pas moins passionnant.

 

Ces deux comparatifs démontrent qu'un modèle 1.4 «basique» à essence peut être beaucoup plus qu'un moyen de transport élémentaire. Ce deuxième round en témoigne davantage encore. Il est réellement possible de prendre du plaisir au volant de nos quatre protagonistes ou, du moins, de ne pas s'y ennuyer.

Moyennant, bien entendu, quelques concessions en matière de dotation et en gardant à l'esprit que la puissance et le couple sont assez limités. Comme il y a quinze jours, la même constatation s'impose à l'issue de cette seconde confrontation: la différence de prix entre la Chevrolet Lacetti et ses rivales est principalement à mettre sur le compte de la qualité de la finition et, surtout, des matériaux utilisés.

 

2havjc_1128761361_270.jpg.4d9c8946a69a0b5c571194888851a88a.jpg

 

C'était à prévoir, ce second round a pris une tout autre tournure que le premier. Cette fois, la Chevrolet a dû mettre en avant sa fonctionnalité et son prix face à la qualité de finition, ainsi qu'à des arguments aussi peu rationnels que les performances ou le comportement routier de ses concurrentes. Quoi qu'il en soit, en additionnant les points, on en arrive à la conclusion que la Toyota Corolla et la Peugeot 307 sont les deux gagnantes de ce match. La française s'impose grâce à ses qualités dynamiques, son confort de roulage, son habitabilité et son équipement, soit autant de critères pour lesquels la japonaise n'est pas très loin derrière. Par ailleurs, la Corolla se distingue aussi par son confort, sa solidité et son agrément de conduite.

 

2havjc_1128775381_lacetti_innen1g.jpg.851729abf0d73821b15ed095f3d846e4.jpg

 

Bref, la grande gagnante, c'est elle! La Citroën C4 arrive finalement en troisième position, principalement grâce à son avantage en matière de confort d'amortissement sur la Chevrolet Lacetti, qui reste néanmoins la championne économique de ces deux rencontres.

 

:up:Car si, comparativement à la première manche, la Lacetti a eu la vie moins facile face aux valeurs sûres du segment, elle n'en reste pas moins imbattable sur le plan du rapport prix/qualité/agrément. :cool:

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Commentaire : Regardons le principal, avoir de la qualité et de l'agrément avec un prix trés attractif : c'est l'essentiel. Les Francaises auront du mal à l'international. C'est peut être pour cela que PSA va délocaliser dans les pays de l'est. ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

La Lacetti de Chevrolet est une voiture agréable à l'oeil, bien équipé avec des prix trés accéssible allant de 13000€ (moteur de 92ch) à 163000€ (122ch).

 

C'est une bonne alternative à beaucoup de voitures francaises et allemandes. Pourquoi dépenser plus pour avoir mieux? :oui:

 

La version sport, elle a une belle gueulle.

2havjc_1128937795_13.jpg.05ed73a95f20ac8b8468eaffd1dd6c34.jpg

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §bud475sx

La Lacetti de Chevrolet est une voiture agréable à l'oeil, bien équipé avec des prix trés accéssible allant de 13000€ (moteur de 92ch) à [g]163000€ (122ch)[/g].

 

C'est une bonne alternative à beaucoup de voitures francaises et allemandes. Pourquoi dépenser plus pour avoir mieux? :oui:

 

La version sport, elle a une belle gueulle.

2havjc_1128937795_13.jpg.ea1db008f01212cc61aee90a84adcdac.jpg

Salut, je pense que tu a mis un zéro de trop. J'ai acheter une Daewoo parsqu'elle sont moin chere et aussi bien équiper qu'une autre marque, alors là à 163.000€, j'achette une allemande! Je pense que 16.300€ est très bien pour cette Lacetti.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Salut, je pense que tu a mis un zéro de trop. J'ai acheter une Daewoo parsqu'elle sont moin chere et aussi bien équiper qu'une autre marque, alors là à 163.000€, j'achette une allemande! Je pense que 16.300€ est très bien pour cette Lacetti.

 

Moi, également pour 163.000€, on peut se faire plaisir. Je te remercie d'avoir souligné l'erreur.

 

Qu'est ce que tu as acheté comme modéle?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

GENERAL MOTORS : la valeur chahutée hier à Wall Street

 

Extrait :

General Motors, dont la dette atteint le montant astronomique de 280 milliards de dollars (234 milliards d'euros), doit depuis la faillite de Delphi assumer des engagements supplémentaires de l'ordre de 11 milliards de dollars (9 milliards d'euros). Sa dette, désormais notée BB-, s'enfonce encore un plus dans le statut de junk bonds.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Chevrolet WTCC R+: galop d'essai réussi

 

En exclusivité, Caradisiac a pu essayer sur le circuit de Pouilly en Auxois la version route du modèle engagé en WTCC par Chevrolet. Quelques tours de roues convaincants …

 

2havjc_1129120871_41.jpg.0f9dea2db61ce2f2c0ad31ea8b58ac70.jpg

 

Chevrolet WTCC R+: galop d'essai réussiEn terme d'image, Chevrolet a frappé fort en cette année 2005. Tout a débuté en janvier dernier avec le rebadging de l'ex-gamme Daewoo puis ensuite avec le retour de la marque en compétition à l'occasion du WTCC (World Touring Car Championship) avec 3 voitures aux mains d'Alain Menu, Nicolas Larini et Robert Huff. Cet engagement au-delà du pur intérêt sportif trouve aujourd'hui un prolongement avec la prochaine commercialisation d'un modèle directement inspiré de la voiture de compétition dénommé WTCC R+.

 

2havjc_1129120882_43.jpg.ccd814c189cab9a95cf7cb748a2f3911.jpg

 

Cette démarche n'est pas une première dans le monde automobile puisque de nombreux constructeurs y ont recours. Citons notamment comme exemple le plus parlant Subaru avec son Impreza.

 

2havjc_1129120877_42.jpg.cf279271a6a391f479829a267eb8410c.jpg

 

Chevrolet WTCC R+: galop d'essai réussiCette stratégie constitue une bonne façon pour une marque de dynamiser son image mais également sa gamme qui manque pour l'instant de modèle-phare. Une lacune qui devrait être doublement comblée avec cette WTCC R+ mais également un SUV dénommé S3X dévoilé sous la forme d'un concept car au Mondial de Paris qui fera ses grands débuts en version définitive au prochain salon de Francfort. Bref, une belle actualité en perspective.

 

2havjc_1129120864_40.jpg.1c9fcf894548b48ad1848fb8f80e3bb8.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Un look inspiré de la piste

 

Chevrolet WTCC R+: galop d'essai réussi

 

Même si l'esthétique est un critère très subjectif, il faut bien reconnaître que la Lacetti 4 portes qui a servi de base à la conception du modèle de compétition n'est pas la plus belle berline du marché. Le kit carrosserie développé à l'occasion du WTCC tombe donc à pic. Les modifications portent sur l'ensemble de la carrosserie: le pare-chocs avant a ainsi été rabaissé et intègre désormais d'énormes prises d'air qui confirment le positionnement sportif du modèle. Les bas de caisse sculptés assurent pour leur part le lien avec les passages de roues élargis tandis que la face arrière se distingue par un imposant aileron, un déflecteur et une double sortie chromée. La touche finale est apportée par le sigle "+" qui fait référence au logo Chevrolet.

 

2havjc_1129121151_45.jpg.a21366576f5d94e6aa1eec25279f63cf.jpg

 

Chevrolet WTCC R+: galop d'essai réussiCette ambiance sportive se retrouve aussi dans l'habitacle avec l'introduction d'une sellerie cuir noire qui enveloppe des sièges sports ornés du logo R+. Cette signature est aussi présente sur les tapis de sol, la console et les baguettes décoratives en aluminium. On retiendra également le volant gainé de cuir bicolore ainsi que le pédalier anti-dérapant et le pommeau de vitesses en aluminium. Pour le reste, pas de changement majeur. La Chevrolet WTCC+ conserve, à notre grand dam, une présentation relativement classique et des plastiques peu flatteurs même si leur qualité a toutefois progressé de façon importante depuis quelques années.

 

2havjc_1129121145_44.jpg.9dc1acf2572c8b1dbad8c637ddadb9d9.jpg

 

Chevrolet WTCC R+: galop d'essai réussiQuelques ajustements doivent être encore apportés à la version définitive et à sa dotation. Ainsi, suivant les pays, la WTCC R+ pourra recevoir en lieu et place des sièges sport, des baquets ajourés pouvant laisser passer d'hypothétiques harnais. Cet accessoire ne sera disponible uniquement que dans les pays qui n'exigent pas les airbags latéraux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Une mécanique surprenante

 

Chevrolet WTCC R+: galop d'essai réussi

 

Sans être aussi extrême que la version WTCC dont le moteur délivre la bagatelle de 270 ch et atteint la vitesse de pointe de 254 km/h, la WTCC R+ possède toutefois des caractéristiques sans commune mesure avec les chiffres habituellement affichés par les autres modèles de la marque. Jugez-en plutôt: 172 ch et 217 km/h en vitesse maximale.

 

2havjc_1129121362_46.jpg.26ce4ac99543d05b121aa3b4f480ffcf.jpg

 

Chevrolet WTCC R+: galop d'essai réussiPour ce faire, Chevrolet a confié le 1.8 aux mains du spécialiste suisse Delta-Motor qui lui a ajouté un compresseur dont la pression atteint 0.5 bar lui permettant ainsi de revendiquer la bagatelle de 172 ch, pour un couple de 230 Nm à 4.900 tr/min. Le gain par rapport à la version route se chiffre à 40 % soit une progression de la puissance de 49 ch et du couple de 65 Nm. La première chose qui frappe lorsqu'on met le contact est la sonorité très valorisante, même au ralenti, que ce soit à l'extérieur ou dans l'habitacle. Relativement rauque, elle a été obtenue grâce à un travail effectué sur l'échappement et plus particulièrement sur le silencieux. Autre remarque, nous avons constaté de nombreuses vibrations au ralenti, un problème qui devrait être réglé lors de la mise en production, selon Chevrolet.

 

2havjc_1129121368_47.jpg.b39713127c2b93ceac97fd3261e526ee.jpg

 

Chevrolet WTCC R+: galop d'essai réussiUne fois lancé, on prend plaisir à faire rugir le moteur pour essayer de tirer la quintessence du quatre cylindres qui monte facilement dans les tours. Sans comparaison avec les Mégane RS et autres Golf GTI nettement plus puissantes, la WTCC R+ offre de bonnes sensations même s'il faudra composer avec une boîte de vitesses rétive, au guidage passablement médiocre notamment entre le second et le troisième rapport. Parmi les autres reproches, on a aussi constaté des pertes de motricité qui pourraient disparaître avec l'installation d'un autobloquant ou différentiel à glissement limité; un équipement jugé non nécessaire pour une utilisation sur routes ouvertes selon le constructeur. Une affirmation qui reste à confirmer lors d'un véritable test routier plus approfondi.

Question performances, Chevrolet annonce que le 0 à 100 km/h départ arrêté est abattu en tout juste 8 secondes. La vitesse maximale atteindrait 217 km/h; des données impossibles à vérifier lors de notre essai.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Chevrolet S3X Concept 2004

par Justin Couture , Canadian Auto Press

Précurseur d'une nouvelle ère pour Chevrolet en Europe?

 

Étonnant comme le paysage de l'industrie automobile peut changer en si

peu de temps. Il n'y a pas deux ans, la Daewoo Kalos fut introduite sur le marché mondial à l'exception de celui de l'Amérique du Nord. Ce fût alors la création de GM Daewoo Auto & Technology (GMDAT). Un nouveau souffle de vie se présentait pour la firme sud coréenne qui en arrachait beaucoup. Peu d'observateurs réalisaient que Chevrolet, la branche bas de gamme de General Motors, prendrait bientôt la place de Daewoo en Europe.

 

2havjc_1129208800_1.jpg.3a9d1fc57c781230198bcafa49a7f799.jpg

 

Puisque que tous les changements sont réalisés, il s'agissait d'accroître la visibilité de la marque Chevrolet dans les marchés d'outre-mer. Pour ce faire, la firme américaine a présenté plusieurs nouveaux véhicules au Mondial de l'automobile de Paris en 2004 dont un nouveau VUS de taille moyenne appelé le concept S3X. Contrairement à tous les VUS Chevrolet que nous connaissons, le S3X s'adresse directement au marché européen puisqu'il possède une technologie avancée et un style pour satisfaire les besoins de la clientèle d'outre-Atlantique.

 

Le design, l'ingénierie et la construction sont entièrement réalisés par GMDAT en Corée du Sud et il s'agit du premier concept que la firme a produit depuis le concept de VUS SCOPE présenté en 2003. Contrairement au SCOPE, le S3X est considéré comme un concept près du modèle de série, un précurseur du véhicule qui est attendu en Europe pour l'année 2006.

 

2havjc_1129208935_2.jpg.b217c351b146c080ba7db3f791527564.jpg

 

GMDAT utilise le S3X pour percer le marché des diesels et celui de la technologie hybride. Le moteur turbodiesel est reconnu pour sa consommation réduite, ses faibles émissions polluantes et ses performances, mais dans le cas du S3X, il sera secondé par un système hybride. Comme pour la technologie développée par Honda pour la Insight, la Civic hybride et plus récemment, la Accord hybride, un moteur électrique assiste le moteur à combustion interne (MCI) dans le but de réduire la consommation et les émissions polluantes. Le S3X est un des premiers véhicules à appliquer cette technologie avec un moteur diesel, ce qui en fait un des VUS les moins polluants sur le marché. C'est fort probablement la raison pourquoi Chevrolet garde le silence sur la fiche technique complète de ce groupe motopropulseur.

 

2havjc_1129208941_3.jpg.8b2071067ea0deb03b2fee81529b5e97.jpg

 

Sous sa carrosserie utilitaire sport élégante et moderne, on pourrait difficilement deviner que le S3X cache une technologie presque sans émission polluante. Ses dimensions réduites font du S3X un des plus petits VUS produits par GM aux côtés de la Saturn VUE. Cette dernière, habillée d'une carrosserie en polymère, n'est plus courte que de 34 mm (1,3 po) comparée au concept S3X. À l'exception de l'imposant logo doré qui orne la calandre, le S3X est résolument européen et de tous les VUS produits par General Motors, il est celui qui ressemble le plus à une automobile si on exclut la Pontiac Vibe. Cette dernière n'est pas véritablement un produit GM puisqu'il s'agit d'une Toyota Matrix retouchée et rebaptisée.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Suite

 

La ligne bombée et les feux arrière en coin qui font le charme du duo Matrix/Vibe ne sont que deux aspects visuels du S3X. Les garnitures métalliques à l'avant et à l'arrière, la large calandre, les moulures de bas de caisse et le support à bagages sur le toit sont typiques de ce qu'on retrouve dans un VUS américain, mais les différents détails comme la moulure en forme de nid d'abeille insérée au pare-chocs avant et les évents verticaux sur les ailes avant du G3X le rapprochent d'une automobile.

 

Le concept de Chevrolet possède une garde au sol étonnamment basse pour un véhicule muni de roues de 20 pouces et de pneus à profil bas. Cela relègue les capacités hors route au second rang au profit d'une meilleure adhérence sur route sinueuse afin de plaire à la clientèle européenne. Le concept S3X comprend également un large toit ouvrant en verre à panneaux multiples et qui donne un sentiment d'espace et de fraîcheur à l'intérieur comme le système offert en option sur la berline Pontiac G6. Selon Chevrolet, le S3X n'est qu'un avant-goût du style adopté pour les futures Chevrolet en Europe.

 

2havjc_1129209371_4.jpg.2433e15ea9700fa2cb3625e59973915f.jpg

 

À l'intérieur, les visiteurs seront surpris par la qualité de la finition et le design inspiré du S3X. Le bois véritable qui orne le volant, les portières et le tableau de bord, sans oublier les garnitures en métal poli utilisé sur le tableau de bord, sur le volant ainsi que sur la base du levier de vitesse sont plutôt inhabituels pour une Chevrolet et surtout pour une marque à vocation économique comme Daewoo. Le cuir perforé à deux teintes ajoute une touche de luxe et de classe à l'habitacle. L'aspect intérieur du S3X ressemble à celui d'une automobile et on peut se réjouir de la présence de la console centrale et du levier de vitesse incliné qui favorisent l'ergonomie. La console centrale présente un système de navigation sur DVD relié à un écran à cristaux liquides de 18 cm (7 po) qui montrent les informations reliées au système audio et à la climatisation.

 

Malgré ses dimensions compactes, l'empattement de 2,7 m de longueur permet d'accueillir une troisième rangée de sièges, ce qui est inhabituel pour un véhicule de cette taille. L'excellent aménagement permet d'accueillir un total de 7 passagers. Si le besoin d'agrandir l'espace de chargement se fait sentir, la troisième rangée de sièges se rabat 50/50 pour laisser un plancher parfaitement plat. Les moulures en aluminium au plancher facilitent le chargement du coffre en réduisant la friction. Parmi les autres détails pratiques, le seuil de chargement du coffre est bas et la lunette arrière peut s'ouvrir en permettant d'accéder au coffre sans ouvrir le hayon.

 

2havjc_1129209377_5.jpg.8553a1f75fe7d293fc1ef33c0348d50c.jpg

 

Selon des sources d'information internes, on doit s'attendre à plus du S3X que ce qui a déjà été officiellement annoncé. Les rumeurs vont bon train à l'effet que lorsque la production du véhicule commencera en Corée du Sud en 2006, le S3X partagera la même plateforme technique que la Saturn VUE et la Chevrolet Equinox afin de réduire les coûts.

 

Avec la possibilité d'appliquer la technologie du système hybride essence/électrique de GM (déjà disponible pour les camionnettes Chevrolet Silverado et GMC Sierra) au système diesel/électrique, ce qui ne devrait pas comporter de problèmes majeurs, on s'attend aussi à ce que le S3X offre des moteurs conventionnels à essence ou diesel. Ainsi un moteur turbodiesel 2 litres et un V6 2,8 litres à turbocompresseur de la gamme Opel feront partie des choix de motorisation. Tous les moteurs seront reliés à un système de traction intégrale permanente.

 

2havjc_1129209382_6.jpg.8d07878a3576e2c9c3b72e5150b53637.jpg

 

Croyez-le ou non, le S3X a de bonnes chances d'être commercialisé sur notre continent. Il ne serait pas offert sous le nom de Chevrolet puisqu'il a trop de similitudes avec l'Equinox construit au Canada. Il serait tout simplement retouché et vendu sous la bannière Pontiac ou Buick. Opel, la division européenne de General Motors, aura également la version 5 places du S3X pour remplacer la Frontera qui est basée sur l'ancienne Isuzu Rodeo. Bien qu'on puisse se demander si le véhicule de production conservera la qualité de construction et les caractéristiques du concept, le design réussi du S3X s'avère essentiel pour renforcer l'image de Chevrolet en Europe.

 

Fiche technique :

 

Type de carrosserie : VUS, 5 portes

Disposition : Moteur avant, 4 roues motrices en permanence

Moteur : Système hybride diesel- électrique

Transmission : CVT

Freins (av. / arr.) : Disques / Tambours, ABS et distribution lectronique de freinage

Poids en ordre de marche : 730 kg (1 609 lbs)

Nombre de passagers : 7

Dimensions extérieures (long. / larg. / hau. / emp.) : 4,64 / 1,85 / 1,72 / 2,7 m (182,7 / 72,8 / 67,7 / 106,3 po)

Roues/Pneus : Pneus de performance montés sur roues en alliage de 20 pouces

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

L'onde de choc Delphi LExpansion.com

 

La faillite de l'équipementier américain est celle de tout un secteur. GM, son ex-maison mère, est désormais menacée. Elle pourrait être contrainte d'endosser les charges "retraites" des dizaines de milliers de salariés de Delphi.

 

Le numéro un mondial de l'automobile se serait évidemment bien passé du dépôt de bilan des activités américaines de son ex-filiale, l'équipementier Delphi. Car en se plaçant sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites, le premier fournisseur de General Motors – encore 50% de son chiffre d'affaires avec son ancienne maison-mère – met directement en danger un constructeur aujourd'hui à la peine, principalement sur son marché domestique. GM a certes diversifié ses approvisionnements mais reste tributaire des livraisons de pièces détachées de Delphi, lequel couvre toute la gamme des produits, des plaquettes de frein aux installations musicales. Or, nul ne garantit qu'un mouvement social ne finisse pas par éclater chez l'équipementier, avec à la clé des répercussions funestes pour le constructeur, lequel ne pourrait plus tenir ses propres cadences de livraison. Les investisseurs ont immédiatement sanctionné GM. Son action dévissait de près de 10% hier lundi à Wall Street, sachant que la veille, le titre Delphi avait sombré de plus de 70% en une seule séance. Un analyste de Bank of America s'est empressé de relever le risque de faillite du géant de Detroit de 10 à 30%.

 

A vrai dire, la crise du groupe de Troy (Michigan) était prévisible sinon attendue. Parce que d'une manière générale, les grands équipementiers auto nord-américains cumulent trois handicaps structurels. Primo, ils sont plombés par une structure de coûts prohibitive. En clair, le salaire horaire en vigueur chez Delphi ou Visteon – pour ne citer que les deux plus gros – demeure trop élevé. Leur rentabilité est donc trop faible. C'est du reste dans cette optique que la direction de Delphi continue de soumettre un ultimatum clairement inacceptable pour ses troupes : réduire le salaire horaire de 27,35 dollars à environ 11 dollars et alourdir dans le même temps les cotisations d'assurance maladie.

 

Secundo, ils restent trop dépendants des cycles d'activités de leurs anciennes maisons-mères. Visteon réalise encore 60% de son business auprès de Ford et Delphi, plus de la moitié auprès de GM, six ans après son indépendance. Résultat ? Quand leurs clients souffrent, ils souffrent aussi. Aujourd'hui, avec l'envolée des cours du brut et partant ceux de l'essence à la pompe, tout le secteur tourne au ralenti. Dernièrement, les ventes de GM ont sombré de près d'un quart. Delphi a perdu au premier semestre 747 millions. Delphi en est réduit aujourd'hui à supplier GM de lui garantir 1 milliard d'activité mensuelle pour soutenir son plan de relance.

 

Enfin, tertio, les équipementiers outre-Atlantique doivent se coltiner l'épineux dossier des plans retraite de leurs salariés. Une charge qui s'est traduite par un déficit de 4,7 milliards de dollars pour Delphi. GM, pour sa part, pourrait être contrainte d'endosser les risques à compter de 2007. Ce qui se traduirait par un nouvelle ligne de passif social de l'ordre de 5 à 6 milliards, encore que ce chiffre ne soit pas définitif. Sur ce point, Visteon a été plus gâté. Le groupe a été pris sous l'aile protectrice de Ford qui a consenti à reprendre 24 sites de production de son ex-division ainsi que les plans retraite et frais de santé de quelque 17.400 salariés.

 

LExpansion.com

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §2Ha335Wy

Chevrolet roule son cinéma sur le Web

 

2havjc_1129287394_12.gif.cc4fdcb87a8c27beb20667ac1a5c966a.gif

 

Pour voir le premier webisode, cliquez ici.

 

Le réalisateur Ricardo Trogi signe quatre courts-métrages humoristiques diffusés sur le Web pour promouvoir autant de modèles de voitures Chevrolet. Le premier message de quatre minutes, "Dépanneur", est montré depuis hier sur Filmschevrolet.ca. "Cadeau", "Pop-corn" et "Match" suivront à raison d'un "webisode" aux deux semaines.

 

Une campagne Web soutient la diffusion des films. Elle comprend plusieurs bannières affichées sur une vingtaine de sites, notamment sur Cinemamontreal.com, où les internautes peuvent regarder les épisodes et leur bande-annonce.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • mike29b a épinglé sujet
Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.



×
  • Créer...
Aller en haut de page