Aller au contenu
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

[ Topic officiel ] Citroën DS


Invité §Vol717TD

Messages recommandés

  • Réponses 14,1K
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

Messages populaires

Une D Spécial de 1972, vue mardi dernier à Leiden (Pays-Bas).        

Vue cette après-midi :        

Eurocitro 2006              

Invité §sno773bP

On ne peut traîter une réalisation de Chapron de chose ignoble.:non:

 

 

Il y a une loi ?

 

Ce monsieur était un artiste et certainement le dernier des géants qui ont fait la réputation de style français d'après-guerre.:bien:

[/quotemsg]

 

Les cabriolets les plus sobres sont beau effectivement :jap:

 

Je trouve que toutes les autres chaprons (ainsi que les pichon et autres versions modifiées) n'ont aucun interet, alourdissent la ligne de la DS, cassent le charme de l'auto et n'ont pour seule avantage (pour certains) que d'être tape à l'oeuil !!!

 

Biensur, ça ne reste que mon avis.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §sno773bP

Tu penses a nous pour de nouvelles photos de ta restauration ? :)

 

La, je n'en poste pas des tonnes, c'est du ponçage "bête et méchant".

 

Je me suis dailleurs poncé une partie de la gueule en même temps aujourd'hui :D

 

snorcky_1122679803_1314.jpg.55efbca4d9da9aff9c55206951c83c55.jpg

 

snorcky_1122679660_4.jpg.f2389e907fc1d2435ae6a97e5bfc4918.jpg

 

snorcky_1122585958_1285.jpg.61b2871362a3e089a3542592aae47e91.jpg

 

snorcky_1122585594_1290.jpg.c85772900cd64a689a32d726c85ae22f.jpg

 

:)

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui quand meme c'est une mise à nue totale que tu nous fait!

 

En voyant tes posts de présentation de l'auto je m'attendais pas à une resto pareille!

 

En tout cas bon courage, et que cette DS puisse être à la fin à la hauteur de tes espérances. :)

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §sno773bP

Ah oui quand meme c'est une mise à nue totale que tu nous fait!

 

En voyant tes posts de présentation de l'auto je m'attendais pas à une resto pareille!

 

En tout cas bon courage, et que cette DS puisse être à la fin à la hauteur de tes espérances. :)

 

Oui, et je ne regrette pas :oui:

 

Les seules parties rouillées visibles étaient le fond de coffre et les bas de portières (rien de nouveau sur DS).

 

En la mettant à nue, j'ai découvert d'autres points ataqués par la rouille. Je n'aurais jamais douté de la présence de rouille à ces point là avant :)

 

Je ne m'attaque qu'à la partie arrière pour l'instant (il faut que je finisse de poncer l'auto, que je ressoude un fond de coffre neuf, traitement au derphose, anti rouille puis noir AC 200.

 

Les joints seront tous remplacés aussi, pour que la réstauration dure :)

 

PS: je vire également le blackson, existe t'il une peinture ou un revetement pouvant protéger efficacement les dessous d'ailes ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je te conseille une couche d'appret antirouille Rustol, genre 2 couches, puis de la peinture antigravillons, que tu peux peindre de la couleur de la voiture. Puis j'ai mis un vernis costauf par dessus, genre vernis pour jantes.

 

J'ai fait çà sur la R6 (sauf que j'ai repeind en noir) et çà a pas bougé d'un poil en 2 ans.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §sno773bP

Une resto de DS :bien: J'adorerais mais mon épouse ne veut plus entendre causer d'avoir une citroen :bah:

 

Elle a toujours été malade dedans.

 

Certains sont malade à l'arrière des DS (pas des hydro plus récentes).

 

Mais si elle est à la place conducteur ou passager avant, pas de problème :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §sno773bP

Moi je te conseille une couche d'appret antirouille Rustol, genre 2 couches, puis de la peinture antigravillons, que tu peux peindre de la couleur de la voiture. Puis j'ai mis un vernis costauf par dessus, genre vernis pour jantes.

 

J'ai fait çà sur la R6 (sauf que j'ai repeind en noir) et çà a pas bougé d'un poil en 2 ans.

 

Je vais passer ue peinture au minium après le derphose et avant le noir AC 200.

 

Par contre, sous les ailes, une peinture antigavillons ferait l'affaire :oui:

 

Pas de risques de décollement de la peinture et d'apparition de rouille dessous (comme le blackson) ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §sno773bP

Le nerf de la guerre, c'est de traiter les corps creux. Rustol, cire ...

 

Exact ;)

 

Il y a un gars (Jean Yves pour ce qui connaissent)très actif sur d'autres forums qui restaure une ID 19. Je le suis dans ma résto (je fais quasiment la même chose) ce qui me permet de bénéficier de sont expérience (il fait de plus un très bon boulot).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais passer ue peinture au minium après le derphose et avant le noir AC 200.

 

Par contre, sous les ailes, une peinture antigavillons ferait l'affaire :oui:

 

Pas de risques de décollement de la peinture et d'apparition de rouille dessous (comme le blackson) ?

 

 

Non, c'est de la vraie peinture, pas un goudron qui finit par secher et se craqueler.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, étant un passionné de citroën et notemment de la DS, j'en recherche une pour mon mariage.

Je suis de Belgique (région de Mons), donc si un collectionneur ou un amateur belge ou français à proximité de la frontière pourrait se manifester, ce serait sympa, soit parce qu'il en possède une soit parce qu'il connait quelqu'un qui en a une.

Mon rêve serait une DS cabriolet, je sais, c'est très rare... :(

Vous pouvez me contacter par MP ou par mail.

Merci :coucou:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voiture des mieux nantis de l'époque, limousine des personnalités importantes ou stars de cinéma au côté des de Funès, Belmondo ou Ventura ; la Citroën DS fut, au même titre que la Beetle, une voiture marquante dans l'histoire de l'automobile. Trop en avance sur son temps à son dévoilement, elle demeura d'avant-garde jusqu'à son dernier jour de production, vingt ans plus tard. De nos jours, la DS fait toujours rêver les amateurs qui la désirent autant pour ses qualités intrinsèques que pour sa renommée.

 

Les performances de la DS auraient même sauvé la vie du général De Gaulle lors de la tentative d'assassinat d'août 1962. La croyance populaire voudrait que, dès les premiers coups de feu, son chauffeur ait accéléré à fond, à tel point que la tête du président aurait été projetée suffisamment vers l'arrière pour que les balles, qui le visaient, lui passent sous le nez.

 

Origines

 

Devenu PDG de Citroën à la mort de Pierre Michelin en 1937, Pierre Boulanger avait établit, dès 1938, les lignes directrices qui allaient guider la conception d'une éventuelle remplaçante de la Traction. Mais en raison de la seconde guerre mondiale et de la période d'austérité qui s'en suivit, le projet prit son envol qu'en 1950 sous la direction d'André Lefebvre, ingénieur aéronautique. Soucieux de créer un modèle original qui emploierait les technologies de pointe de l'époque, il lança son équipe dans un coûteux programme de recherche, que ce soit pour les matériaux, le confort, les lignes, l'insonorisation, la suspension ou le vitrage, tout devait être révolutionnaire. Après avoir donné, pendant cinq ans, des ulcères aux dirigeants de Citroën, la DS fut dévoilée avec fracas au 42ième salon automobile de Paris, en octobre 1955. Peu fiable à ses débuts en raison de graves problèmes de mise au point, la DS mis quelques années avant d'être appréciée par le public qui la considérait plutôt comme une curiosité.

 

Technique

 

On constate au premier coup d'œil que de la carrosserie a grandement bénéficié des compétences en aérodynamique de Lefebvre. Nous retrouvons même encore des traces de son génie sur les voitures actuelles, plus particulièrement sur la Honda Insight : cette dernière possédant l'un des plus faibles coefficients de trainée (Cx = 0.25) sur le marché.

 

Au cours de sa carrière la DS fut équipée de quatre motorisations différentes, toutes des quatre cylindres en ligne, mais de cylindrées différentes : 1.9 L, 2.0 L, 2.1 L et 2.3 L d'où les désignations des différentes versions (DS 19, 20, 21, 23). Considérés comme la plus grande faiblesse de la voiture en raison de leurs manques de sophistication, les moteurs évoluèrent tout de même pour offrir dès le début des années 70 un système d'injection électronique Bosch sur la version 2.3 L. Pour le reste, il faut aussi compter des freins à disques à l'avant, une transmission semi-automatique disponible en option, des phares pivotants selon la direction des roues et une suspension indépendante utilisant un système hydropneumatique.

 

S'il y a un élément qui fait de la DS une voiture à part des autres, c'est bien sa suspension. Bien que critiquée pour sa complexité, sa mollesse et son débattement excessif, il n'en demeure pas moins que cette suspension confère à la DS une tenue de route et un confort de roulement exceptionnels. Au cœur de cette complexe quincaillerie, se trouve un système hydropneumatique composé d'une sphère et d'un cylindre. La sphère est divisée en deux par une membrane flexible qui permet de séparer l'azote au-dessus, de l'huile située au-dessous (voir diagramme). Le bas de la sphère, contenant l'huile, communique avec un cylindre muni d'un piston lui-même relié au bras de suspension. Lorsque la suspension est sollicitée, l'huile contenue dans le cylindre est poussée vers le haut jusque dans la sphère exerçant une pression sur la membrane et comprimant ainsi l'azote.

 

Cet assemblage permettait aussi au conducteur de faire varier la hauteur de la suspension, caractéristique qui était extrêmement utile lorsque venait le temps de faire du « off-road » ou de changer un pneu crevé. Sur terrain difficile ou dans la neige, il était toujours possible de surélever la DS pour augmenter sa garde au sol. Et pour les crevaisons, plus besoin de cric : il suffisait régler la suspension à sa hauteur maximale, d'installer la petite béquille fournie par le constructeur sous la voiture, vis-à-vis la roue à changer et d'abaisser la suspension jusqu'à ce que le pneu quitte le sol. Un seul problème : si la crevaison était à l'arrière, l'aile devait être démonter avant de pouvoir retirer la roue.

 

Comme autre élément insolite, il y avait aussi le mécanisme de la porte avant, côté passager qui permettait à tous les conducteurs de DS de passer pour des personnes extrêmement polies. Ne pouvant pas être déverrouillée de l'intérieur, le conducteur devait obligatoirement sortir de la voiture pour ouvrir la porte à son passager (passagère de préférence).

 

En raison d'une mécanique complexe et de la rareté de pièce, le maintient d'une DS en état de marche relève de l'exploit ; c'est pourquoi, il est toujours surprenant d'en croiser une sur la route. La satisfaction de posséder une tranche d'histoire et de conduire une voiture exceptionnelle nous assure par contre que les quelques DS roulant encore au Québec continueront de le faire pour encore bien des années.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très intéressant point de vue que je partage pleinement. Quelques remarques

 

les moteurs évoluèrent tout de même pour offrir dès le début des années 70 un système d'injection électronique Bosch sur la version 2.3 L.

La 21 injection électronique est sortie en 1970, la DS 23 injection en 1972.

 

Pour le reste, il faut aussi compter des freins à disques à l'avant, une transmission semi-automatique disponible en option, des phares pivotants selon la direction des roues et une suspension indépendante utilisant un système hydropneumatique. [/quotemsg]J'ajoute: les freins accolés à la boîte, le capot en alu, l'axe de pivot au centre des roues (déport nul), les roues à fixation centrale (jusqu'en 1966), les vitres de portes sans encadrement, les phares asservis en hauteur à la suspension ...

 

les quelques DS roulant encore au Québec continueront de le faire pour encore bien des années.[/quotemsg]Ca se fait rare tabarnak ! La DS a malheureusement une très mauvaise protection anticorrosion et les bas de portes résistent très mal à l'hiver québécois. J'ai roulé en DS au Québec ... en 1968.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §sno773bP

Très intéressant point de vue que je partage pleinement. Quelques remarques

 

La 21 injection électronique est sortie en 1970, la DS 23 injection en 1972.

 

J'ajoute: les freins accolés à la boîte, le capot en alu, l'axe de pivot au centre des roues (déport nul), les roues à fixation centrale (jusqu'en 1966), les vitres de portes sans encadrement, les phares asservis en hauteur à la suspension ...

 

Ca se fait rare tabarnak ! La DS a malheureusement une très mauvaise protection anticorrosion et les bas de portes résistent très mal à l'hiver québécois. J'ai roulé en DS au Québec ... en 1968.

 

A l'hivers Breton aussi :D

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois que point de vue rouille, on est tous à peu près logé à la même ancienne : on va tous devoir refaire nos DS un jour ou l'autre... Peut-être que nos amis québecois ou bretons seront confrontés plus vite que les autres (là je pense que les Alsaciens vont se faire entendre...), mais bon, tous tous tous on y passera tous...

 

Comme les heureux proprio d'Alfa, de Fiat, de Renault, en fait des voitures de cette époque...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×
  • Créer...
Aller en haut de page