Aller au contenu
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Raids automobiles Sahariens, Africains et autres


Messages recommandés

Bon, on va considérer que mon petit bus est terminé ....

Les dernières étapes du chantier .....

 

La planche de décalques

P1160425.jpg

 

Evolution du bus

 

P1160428.jpg

 

P1160427.jpg

Après peinture des sièges et du volant. Radiateur et phares à terminer

 

P1160432.jpg

 

 

P1160430.jpg

 

Et en situation, réunion de bus au bordj Estienne de reggan.

 

P1160435.jpg

 

P1160437.jpg

 

P1160436.jpg

 

P1160442.jpg

 

P1160441.jpg

 

P1160443.jpg

 

P1160444.jpg

Et voilà !

Passons au prochain chantier !

 

 

sont vraiment superbes tes autocars du désert

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 11,7K
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

Messages populaires

Merci;   Dernier tour de piste et après je le range .... bon, pas spécialement sous le soleil parce que ça manque un peu aujourd'hui mais en tous cas avec la lumière du jour. Le tour du

On va considérer qu'il est fini .... Photos en lumière naturelle dès que possible. Le tour du bestiau ...           Le bonhomme pour don

Et par ailleurs, grâce à la bienveillance d'un foromeur que je ne citerai pas pour ne pas froisser sa modestie (Bien reçu ton courrier, GRAND MERCI, Philippe), j'ai découvert un raid africain que je n

J'ai ramené ça d'Italie où j'étais il y a quelques jours.

Je sais bien qu'on le trouve pareil en france, mais celui là est complètement couleur locale...

 

P1160974.jpg

Je ne l'ai toutefois pas choisi au hasard .....

 

1959 monneret-raid.jpg

 

1959-monneret-sahara-vespa-.jpg

Inutile de vous dire que je n'ai pas la moindre idée de sa couleur ....

Nous avons parlé il y a quelques pages sur ce forum de ce raid 'saharien' de Georges Monneret, en 1959.

Projet - presque - en cours, donc !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai trouvé qu'une seule photo de plus que les deux déjà postées en 2 heures de recherches cet après midi...... et je n'ai même pas pu l'enregistrer, il a fallu que je photographie mon écran ! La misère ...........

 

Monneret à paris.jpg

Enfin , malgré tout le respect que je dois à Georges MONNERET, son périple Paris - Hassi Messaoud et retour en Vespa ....

L'objectif, c'était de ramener un bidon de pétrole saharien !

Sauf que en 1959 en Algérie, toutes les balles étaient pas perdues pour tout le monde. Et les 3 seules photos que j'aie pu trouver ont toutes été prises à Paris ......

Bon, on va considérer que j'avais la base (depuis la semaine dernière et un petit voyage à Palerme, donc c'est vraimement un scoot italien !) :

 

P1160979.jpg

Un ou deux trucs à rajouter

 

P1160981.jpg

 

P1160983.jpg

 

P1160982.jpg

Je lui ai rajouté rétro et bidon (ben, l'autonomie d'un Vespa pour se taper 3000 km AR ....)

 

P1160985.jpg

Bon, le jerrycan n'a pas de sangle et le Vespa est toujours immatriculé en Italie. Va falloir remédier à ça mais je voulais profiter de la lumière du jour pour faire des photos.

Voilà !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.aonclassiccar.fr/2015/02/tresor-darchives-renault-six-roues-dans-les-sables/

 

http://www.aonclassiccar.fr/wp-content/uploads/2015/02/ARCHIVES-RENAULT-DESERT-04-72-x-1000-ROGNEE.jpg

 

Les hasards de la « chine » -le furetage dans les brocantes- réserve parfois d’émouvantes surprises. Ainsi, ce petit carnet marron aux pages liées par un joli cordon de soie beige qui dormait dans un panier de livres cet hiver à Paris. Délicatement collées sur chacune de ses pages marbrées, les témoignages en noir et blanc de voyages réalisés par un ou une inconnue dans les années vingt au cœur de l’Afrique. Passager ? Membre de l’équipage ? Notre aventurier ou aventurière a fixé sur la pellicule les premières croisières touristiques sahariennes. Des expéditions qui se faisaient à bord de Renault spécialement créées pour ces voyages.

En matière d’explorations transcontinentales, on se souvient généralement seulement des « Croisières » d’André Citroën, en Afrique comme en Asie. C’est oublier que Louis Renault avait de son côté, certes avec moins de génie publicitaire, développé des programmes similaires. Pour cela, il a mis au point en 1923 un véhicule très spécial : le Renault M.H..

Renault le définit dans une note comme une « une camionnette munie de trois essieux : un à l’avant –directeur, deux à l’arrière –moteurs. Ceux-ci aussi rapprochés l’un de l’autre que le diamètre des roues le permet, afin d’assurer une répartition parfaite des charges sur chaque roue et donner une adhérence optimale ». Ce que ne dit pas cette courte description, c’est que le Renault M.H. possède deux roues accolées à chaque extrémité des essieux, à l’avant comme à l’arrière. Il n’est donc pas un véhicule à 6, mais à 12 roues !

Pourquoi ce tout-terrain est-il particulièrement adapté à la circulation saharienne ? D’abord parce qu’il est équipé d’un petit moteur, rustique et sobre, le 10 CV de la Renault KZ. A une époque où les points de ravitaillement sont quasi inexistants sur le continent africain, cet avantage est essentiel. Ensuite en raison de son poids : l’ensemble châssis-moteur pèse 1200 kg ; carrossé, équipé et à pleine charge (passagers compris), il ne dépasse par 2500 kg. Enfin parce que, au contraire des Citroën C4 et C6 équipée du système de chenilles Kégresse très à l’aise dans le sable profond mais handicapées dans les passages rocheux, ses six roues donnent au Renault M.H. une capacité de franchissement quasi-permanente, quelle que soit le terrain.

 

http://www.aonclassiccar.fr/wp-content/uploads/2015/02/ARCHIVES-RENAULT-DESERT-05-72-x-1000-ROGNEE-e1424859964723.jpg

 

Après un premier test saharien réussi en 1923, puis un deuxième en 1924 (en fait une course contre la montre avec une expédition Citroën équipée de Kégresse), Renault décide de soutenir la nouvelle Compagnie Générale Transsaharienne dans le développement de lignes régulières et de circuits touristiques. Filiale de la Compagnie Générale Transatlantique dont les paquebots sillonnent toutes les eaux du Globe, la Compagnie Générale Transsaharienne et ses « Auto-Circuits Nord-Africains » deviennent rapidement des « must » pour la clientèle fortunée européenne et américaine qui veut découvrir l’extraordinaire continent africain alors peu connu.

Grâce aux Renault 6 roues, des excursions de plus en plus longues, s’enfonçant de plus en plus profondément au cœur du Sahara, dans le mythique Grand Erg, peuvent être organisées. Le succès ne cessera de croître jusqu’à la crise de 1929 qui va priver les « Auto-Circuits Nord-Africains » d’une partie de sa clientèle. Les hôtels vont être peu à peu revendus ou fermés. Les dizaines de voitures utilisées pour les raids seront pour la plupart revendues ou abandonnées sur place.

Jusqu’à une période récente, on pouvait rêver avec nostalgie à cet âge d’or des expéditions sahariennes devant les épaves de certaines d’entre elles dont il ne restait que le châssis et quelques morceaux de carrosserie, abandonnés le long des pistes.

 

http://www.aonclassiccar.fr/wp-content/uploads/2015/02/ARCHIVES-RENAULT-DESERT-03-72-x-1000-ROGNEE-e1424860015378.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Autant que l'on sache, c'est le lt LaFargue qui a inventé l'aérosable, parfois surnommé la sauterelle à cause de sa propension à se déplacer par bonds ...

Cela étant, je viens de trouver ça ....... ? ? ? ? ?

 

http://cent.ans.free.fr/pj1913/pj115505011913.jpg

 

Traineau saharien qui vient de conduire le général Bailloud de Biskra à Touggourt.

Ce singulier véhicule, construit pour assurer dans le désert de rapides communications, a été inventé par un caporal mécanicien, M. Gustave Cros. C'est une automobile à propulseur aérien. Légère et souple, cette voiture se compose essentiellement, d'un châssis formant un triangle allongé, qui est monté sur trois essieux portant chacun deux roues, et d'un moteur de 50 chevaux sur lequel est calée directement l'hélice. Un dispositif ingénieux permet à chaque roue de se déplacer suivant un axe perpendiculaire à l'axe de marche ainsi le poids total de la machine, qui n'est que de 320 kilos, se trouve également réparti sur les six roues, quel que soit le profil de la route suivi.

La marche de ce curieux véhicule est une série de bondissements qui lui permet de franchir sans s'y enlizer les grandes dunes de sable qui, dans la région du Sud algérien, dressent interminablement leurs monticules abrupts du côté du vent, arrondis en pentes douces sur l'autre versant.

De là, le nom de « Sauterelle » donné à la machine.

Depuis le mois d'août, on faisait avec la « Sauterelle » d'intéressants essais. Ces temps derniers, le nouveau véhicule a enfin accompli son premier grand voyage.

Du bordj de Stil, point terminus actuel du rail, après Biskra, la « Sauterelle », bondissant, volant sur l'océan des sables, a conduit le général Bailloud jusqu'à Touggourt, soit un raid de 200 kilomètres.

Ce nouveau moyen de locomotion rendra les plus grands services à la pénétration française dans le désert.

 

Yapuka trouver un exemplaire du Petit Journal ........

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de nous faire partager ton univers fait de sable et de grands espaces :crazy: :crazy: :crazy:

Je me suis promis de lire les 107 pages, même si je n'ai pas encore trouvé le temps :spamafote: :spamafote: :spamafote:

 

 

Fais-le, car ça vaut la peine... :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.aonclassiccar.fr/2015/02/tresor-darchives-renault-six-roues-dans-les-sables/

 

http://www.aonclassiccar.fr/wp [...] ROGNEE.jpg

 

Les hasards de la « chine » -le furetage dans les brocantes- réserve parfois d’émouvantes surprises. Ainsi, ce petit carnet marron aux pages liées par un joli cordon de soie beige qui dormait dans un panier de livres cet hiver à Paris. Délicatement collées sur chacune de ses pages marbrées, les témoignages en noir et blanc de voyages réalisés par un ou une inconnue dans les années vingt au cœur de l’Afrique. Passager ? Membre de l’équipage ? Notre aventurier ou aventurière a fixé sur la pellicule les premières croisières touristiques sahariennes. Des expéditions qui se faisaient à bord de Renault spécialement créées pour ces voyages.

En matière d’explorations transcontinentales, on se souvient généralement seulement des « Croisières » d’André Citroën, en Afrique comme en Asie. C’est oublier que Louis Renault avait de son côté, certes avec moins de génie publicitaire, développé des programmes similaires. Pour cela, il a mis au point en 1923 un véhicule très spécial : le Renault M.H..

Renault le définit dans une note comme une « une camionnette munie de trois essieux : un à l’avant –directeur, deux à l’arrière –moteurs. Ceux-ci aussi rapprochés l’un de l’autre que le diamètre des roues le permet, afin d’assurer une répartition parfaite des charges sur chaque roue et donner une adhérence optimale ». Ce que ne dit pas cette courte description, c’est que le Renault M.H. possède deux roues accolées à chaque extrémité des essieux, à l’avant comme à l’arrière. Il n’est donc pas un véhicule à 6, mais à 12 roues !

Pourquoi ce tout-terrain est-il particulièrement adapté à la circulation saharienne ? D’abord parce qu’il est équipé d’un petit moteur, rustique et sobre, le 10 CV de la Renault KZ. A une époque où les points de ravitaillement sont quasi inexistants sur le continent africain, cet avantage est essentiel. Ensuite en raison de son poids : l’ensemble châssis-moteur pèse 1200 kg ; carrossé, équipé et à pleine charge (passagers compris), il ne dépasse par 2500 kg. Enfin parce que, au contraire des Citroën C4 et C6 équipée du système de chenilles Kégresse très à l’aise dans le sable profond mais handicapées dans les passages rocheux, ses six roues donnent au Renault M.H. une capacité de franchissement quasi-permanente, quelle que soit le terrain.

 

http://www.aonclassiccar.fr/wp [...] 964723.jpg

 

Après un premier test saharien réussi en 1923, puis un deuxième en 1924 (en fait une course contre la montre avec une expédition Citroën équipée de Kégresse), Renault décide de soutenir la nouvelle Compagnie Générale Transsaharienne dans le développement de lignes régulières et de circuits touristiques. Filiale de la Compagnie Générale Transatlantique dont les paquebots sillonnent toutes les eaux du Globe, la Compagnie Générale Transsaharienne et ses « Auto-Circuits Nord-Africains » deviennent rapidement des « must » pour la clientèle fortunée européenne et américaine qui veut découvrir l’extraordinaire continent africain alors peu connu.

Grâce aux Renault 6 roues, des excursions de plus en plus longues, s’enfonçant de plus en plus profondément au cœur du Sahara, dans le mythique Grand Erg, peuvent être organisées. Le succès ne cessera de croître jusqu’à la crise de 1929 qui va priver les « Auto-Circuits Nord-Africains » d’une partie de sa clientèle. Les hôtels vont être peu à peu revendus ou fermés. Les dizaines de voitures utilisées pour les raids seront pour la plupart revendues ou abandonnées sur place.

Jusqu’à une période récente, on pouvait rêver avec nostalgie à cet âge d’or des expéditions sahariennes devant les épaves de certaines d’entre elles dont il ne restait que le châssis et quelques morceaux de carrosserie, abandonnés le long des pistes.

 

http://www.aonclassiccar.fr/wp [...] 015378.jpg

 

 

En lisant le texte, j'ai d'abord cru que c'était toi qui avait trouvé ce carnet en brocante/marché-aux-puces!

Quelle belle découverte que ça a été pour celui qui le possède actuellement! D'autant plus que carnet aurait tout aussi bien passer inaperçu et, qui sait, finir à la poubelle! Combien d'albums photos ou de journaux personnels ou lettres avec des témoignages intéressants n'ont-ils pas fini lamentablement au fond d'une déchetterie?

Ainsi une connaissance a sauvé de la poubelle une liasse de documents dont personne ne se souciait. Sauf elle. En l'examinant elle s'est aperçu qu'il s'agissait d'une chronique familiale écrite par son aïeul, un meunier, il y a presque 200 ans!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Autant que l'on sache, c'est le lt LaFargue qui a inventé l'aérosable, parfois surnommé la sauterelle à cause de sa propension à se déplacer par bonds ...

Cela étant, je viens de trouver ça ....... ? ? ? ? ?

 

http://cent.ans.free.fr/pj1913/pj115505011913.jpg

 

Traineau saharien qui vient de conduire le général Bailloud de Biskra à Touggourt.

Ce singulier véhicule, construit pour assurer dans le désert de rapides communications, a été inventé par un caporal mécanicien, M. Gustave Cros. C'est une automobile à propulseur aérien. Légère et souple, cette voiture se compose essentiellement, d'un châssis formant un triangle allongé, qui est monté sur trois essieux portant chacun deux roues, et d'un moteur de 50 chevaux sur lequel est calée directement l'hélice. Un dispositif ingénieux permet à chaque roue de se déplacer suivant un axe perpendiculaire à l'axe de marche ainsi le poids total de la machine, qui n'est que de 320 kilos, se trouve également réparti sur les six roues, quel que soit le profil de la route suivi.

La marche de ce curieux véhicule est une série de bondissements qui lui permet de franchir sans s'y enlizer les grandes dunes de sable qui, dans la région du Sud algérien, dressent interminablement leurs monticules abrupts du côté du vent, arrondis en pentes douces sur l'autre versant.

De là, le nom de « Sauterelle » donné à la machine.

Depuis le mois d'août, on faisait avec la « Sauterelle » d'intéressants essais. Ces temps derniers, le nouveau véhicule a enfin accompli son premier grand voyage.

Du bordj de Stil, point terminus actuel du rail, après Biskra, la « Sauterelle », bondissant, volant sur l'océan des sables, a conduit le général Bailloud jusqu'à Touggourt, soit un raid de 200 kilomètres.

Ce nouveau moyen de locomotion rendra les plus grands services à la pénétration française dans le désert.

 

Yapuka trouver un exemplaire du Petit Journal ........

 

 

 

Merci Olivier ! :jap:

 

J'adore les aventures des doux-dingues ....

trois liens avec quelques infos supplémentaires :

 

http://www.3emegroupedetransport.com/DebutsAutoSahara.htm

 

http://www.cerclealgerianiste.fr/index.php/archives/encyclopedie-algerianiste/histoire/histoire-militaire/generalites-militaires/230-le-debut-de-l-aviation-militaire-en-algerie-et-au-sahara

 

http://cent.ans.free.fr/pj1913/pj115505011913.htm

 

Jarrige3b-la-Sauterelle-avion-dewoitine.jpg

 

AKG76547.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Henri,

 

Merci pour ta contribution.

Je vais me pencher sur le sujet dès que j'aurai un peu de temps. La photo que tu postes représente bien le 2é exemplaire de l'aérosable du Lt de Lafargue.

Mais le premier exemplaire ayant été construit "avec l'aide des caporaux Dewoitine et Cros", nous parlons sans doute du même véhicule....

 

Je vais aller sur les liens que tu proposes .....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de nous faire partager ton univers fait de sable et de grands espaces :crazy: :crazy: :crazy:

Je me suis promis de lire les 107 pages, même si je n'ai pas encore trouvé le temps :spamafote: :spamafote: :spamafote:

 

 

En tous cas bienvenue !

N'hésites pas à participer. Le désert est vaste, y'a de la place pour tout le monde !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon revenons un peu sur cette sauterelle....

Avec l'aide d'Henri Serpolet 17 et de Nicolas Aravis 68 que je remercie.

 

Les exploits de LAFARGUE sont naturellement repris dans l'excellent bouquin des Bejui, largement cité sur ce Topic "Exploits et fantasmes transsahariens" chez La Regordane.

square20bresson202.jpg.46b8f3974f928a7a7d44d1fff69e2a99.jpg

square20bresson2008.jpg.f5c3435f39d7b2cc8fee1f13ce922626.jpg

 

Je rajoute quelques pages tirées de...

LAutomobileColoniale.jpg.0d81dfda2e10c0fd42786558159ec002.jpg

...qui nous permettent d'avoir le "plan" de ces véhicules et quelques infos.

LaFargue.jpg.acbde60c0512ecddf7e9c1d46b1d0610.jpg

LaFargue2.jpg.abc58ddd480c0e6117d09511345882ca.jpg

 

En couleur sur Le Petit Journal (merci Nicolas)

 

Aéro sable LPJ 1.jpg

 

Avec le texte qui va avec (en haut à gauche)...

 

Aérosable LPJ 2.jpg

Grâce aux liens laissés par Serpolet (Merci Henri)

 

http://www.3emegroupedetranspo [...] Sahara.htm

<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /?>

Ce fut ensuite le Général Bailloud qui essaya une « sauterelle » entre Biskra et Touggourt. C’était un véhicule original, composé d’un train d’atterrissage d’avion amputé de ses ailes et de la carlingue, et propulsé par hélice aérienne. Cet essai échoua.

 

Bon........ Tout le monde n'a pas les mêmes infos ......

[h1]Les Aérosables[/h1]

Le génie mécanique du futur constructeur d'avions Émile Dewoitine, et sans doute les loisirs dont il dispose à Biskra, lui permettent de participer à la construction d'un étrange engin dans le but, téméraire, d'assurer des liaisons rapides au Sahara. Le singulier véhicule, construit avec l'aide des sapeurs Delaunay et Mourier et du caporal Cros, possède un châssis en tubes d'acier

soudés à l'autogène suspendu par sandows sur trois points et articulés dans tous les sens, ce qui permet la déformation complète de la suspension dans les terrains accidentes, et il est monté sur trois essieux portant deux roues jumelées d'avion. La motorisation est assurée par un moteur rotatif « Gnôme 50 ch » attaquant directement une hélice quadripale propulsive. La

marche de ce curieux véhicule de 350 kg consiste en une série de bondissements qui devaient lui permettre de franchir les zones sablonneuses sans s'y enliser et qui lui ont donné son nom.

square20bresson202.jpg.46b8f3974f928a7a7d44d1fff69e2a99.jpg

<?xml:namespace prefix = v ns = "urn:schemas-microsoft-com:vml" /?>

La « sauterelle », véhicule bizarre imaginé par le futur constructeur d’avion Dewoitine (Coll particulière)

la Sauterelle. La principale difficulté est de s'arrêter car, en l'absence de ralenti et de frein moteur, le conducteur doit couper le moteur et les passagers s'arc-bouter dans le sable pour stopper l'engin capable d'une vitesse de 60 km/h.

Le succès de la Sauterelle amène de Lafargue à modifier une voiture Brasier dont le moteur

« Clerget 60 ch » entraîne alors une hélice propulsive à six pales. Cet Aérosable parvient à relier Biskra à Touggourt à une vitesse moyenne de 50 km/h. Le général Bailloud lui-même, procède aux essais, piloté par Max de Lafargue, en se faisant transporter sur une cinquantaine de kilomètres. Essayée jusqu' en 1914, l'Aérosable effectue la randonnée Touggourt-Ouargla-El-Oued. Encouragé par ces succès, de Lafargue va jusqu'à étudier un projet de véhicule amphibie dont les roues amovibles pourraient être remplacées par une coque en bois glissant sur la surface des chotts sahariens.

Le général Maurice Bailloud, né le 13 octobre 1847 à Tours, a considérablement appuyé la pénétration du Sahara par la moto, l'automobile et l'avion au cours de sa carrière en Afrique; il mourra le 1er juillet 1921 des suites d'un accident d'avion à Bar-le-Duc. Après avoir mérité la Médaille militaire pendant la guerre, il a continué à défendre l'aviation en présidant la L.N.A. et l'Union des combattants de l'Air.

Le troisième site donné par Henri est celui dont j'ai tiré le premier texte un peu plus haut.

Et les BEJUI, que racontent-ils ?

De La Fargue "en 1912 construit son premier 'aérosable' avec l'aide des caporaux Dewoitine et Cros et des sapeurs Delaunay et Mourier.

Mi-voiture mi-avion, cet hybride est réalisé avec des pièces provenant d'un Farman endommagé : sur le train d'atterrisage muni d'une direction, de LaFargue fait monter un moteur rotatif de 50 cv et une hélice, les trois jumelages de roues restant libres. Exécuté par Cros, cet engin ultra-léger parvient à franchir les pentes escarpées des dunes, bondissant à l'allure de20 à 25 km, d'où son surnom de sauterelle.

Au vu des premiers essais , le prototype est jugé trop léger et La Fargue le fait modifier.

C'est à bord d'un deuxième modèle, alourdi notament par un carrosage rudimentaire qu'il escortera le Gl Bailloud jusqu'au delà de Ouargla, à 410 km de Biskra. Le progrès est spectaculaire, même si dans son nuage de poussière, "ce véhicule met en fuite les troupeaux de chameaux et terrorise par son aspect et son bruit infernal la population de Biskra".

Lancée le14 décembre 1912, cette épopée laissera à La Fargue le souvenir d'un Noël extraordinaire :

"Partis de Biskra avec la Caporal Dewoitine comme méccanicien, nous mîmes 5 heures pour atteindre Touggourt, soit 50 km/h de moyenne horaire, malgré une piste aux ornière effrayantes creusées notament par la dilligence des frères Deviq. L'arrivée à Touggourt fut encore plus sensationnele qu'en avion car, en m'engageant dans la grande rue principale, c'est dans un torrent de poussière que j'avançais, plaquant aux murs dans le souffle de mon hélice les passants, faisant voler burnous, guenours et chèches. Ce fut une belle panique ..."

Nos deux aventuriers quittent rapidement Touggourt pour Ouargla mais les 120 km restent encore à parcourir quand la sauterelle donne ses premiers signes de fatigue : le sable a rongé le bord d'attaque de l'hélice, le curieux engin ne développe plus que la moitié de sa puissance !

De La Fargue ordonne alors à Dewoitine de se diriger vers le square Bresson, distant de 50 km. (Le square Bresson est une micro oasis encaissée dans le sable , appelée ainsi par dérision, en référence à un jardin public d'Alger).

"La nuit saharienne arrive très vite quand j'apperçois enfin au ras du sol la tête sombre des palmiers du square Bresson. Ils sont enterrés dans une petite cuvette sabloneuse et, à l'abri du vent, ont poussé pour la plus grande joie du voyageur suivant cette piste ingrate et monotone".

Au lendemain de ce réveillon plus qu'insolite, ils font une entrée remarquée à Ouargla où "danciens esclaves soudanais manifestent bruyament leur joie. Mon camarade Pommier, après les premières effusions me demande : - Comment vas tu rentrer dans la ville ? La porte est trop étroite ....

- Bah, on va abattre un pan de mur du rempart ! Chose dite chose faite et des dizaines d'ouarglais, riant et chantant, commencent à démolir les murs en pisé pour nous ouvrir un passage de5 m de large, dont les décombres nous font un plan incliné sur lequel, au milieu des cris de la foule, souflée par l'hélice et arrosée de sable, je m'engage pour attérir sur la place Flatters, devant la popotte des officiers sahariens".

Voilà .... Pas d'autres infos !

square20bresson202.jpg.ffdc204769e5bfb3dee93e9e33603c92.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chouette reportage, tu va nous faire la sauterelle???

 

 

Je fais déjà le clown, tu veux pas en plus que je fasse la sauterelle ! ! ! ! ! ! !

 

J'y ai pensé, naturellement. Ce sont les roues qui me retiennent, pour avoir des trucs vraissemblables .....

Et puis comme j'ai pas d'autres projets .....

 

Tiens à propos de projet ....

ça fait pas loin d'un an que je vois dans une boutique jeux / souvenirs de St Pierre d'Oléron une maquette Revell d'un Super Constellation. Mais bon, au 1/144é et décos Lufthansa et TWA. Donc l'échelle me plaisait pas (je vais pas non plus en trouver un au 1/43é !), il aurait pas été raccord avec le DC3 de l'Aéro Africaine ou le Ju 52 de la CGT et à 18 euros ça me faisait chier....

 

Et samedi, en re-re-re-re passant : - 50 % !

Donc à 9 euros j'ai sauté dessus ! Je me démerderai d'une façon ou d'une autre pour la déco (y'avait plus d'avions Air France en Afrique que de Lufthansa) et comme en plus j'ai fait il y a quelques semaines une autre acquisition .... Allez zou ! Un chantier de plus !

 

P1160986.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Y'a bon power wagon !

Véhicule utilisé en Afrique, naturellement !

 

Well, grâce à la bienveillance de Nicolas Aravis68, je peux vous présenter cette pépite :

 

aerosable_0001.jpg

 

aerosable1_0002.jpg

 

aerosable1_0003.jpg

 

Sans doute Aérosable 3, mais dont on ne trouve trace de production nulle part ....

Et puis dès l'année suivante, y'avait le gros pataquès qui commençait .....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Yves.

Je ne connaissais pasles photos 1 et 3.

 

Bien, mon camion saharien avance .... Il a plu toute la journée !

 

 

 

 

P1160992.jpg

Création de la caisse

 

P1160991.jpg

 

P1160994.jpg

 

 

P1160996.jpg

L'axe des roues avant n'est pas au bon endroit mais pas collé encore ....

 

P1170002.jpg

 

P1160999.jpg

 

P1170001.jpg

Les suspensions ont été rajoutées depuis

 

P1170003.jpg

Les3 sous ensembles

 

P1170004.jpg

 

Il est sous aprêt.

Créations des décalques à faire (même s'il n'y en a pas beaucoup), puis peinture, etc ....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci les gars !

Et encore c'est pas fini ! ! ! !

 

P1170005.jpg

Depuis cette photo, j'ai poncé le toit (puis repeint, naturellement) car on voyait des traces de papier de verre....

 

P1170006.jpg

 

Photos de groupe !

 

P1170007.jpg

 

P1170008.jpg

 

Encore à fignoler, et sans oublier les vitres !

 

P1170010.jpg

 

P1170012.jpg

Oups ! J'ai oublié de faire la décalque 'SATT' pour l'autre coté ! Pas malin !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
  • Créer...
Aller en haut de page