Aller au contenu
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Anecdotes et faits d'histoire de Zygomard et de Visa club


Messages recommandés

  • Réponses 812
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

anecdote du soir- rénové-

 

 

Qu'est ce que le "morning glory cloud" ?

 

251.jpg

 

Le Morning Glory Cloud est un phénomène météorologique rare pouvant être observé entre septembre et octobre au nord de l’Australie dans le Golfe de Carpentarie. C’est un nuage en forme de rouleau mesurant jusqu’à 1000 kilomètres de long, 1 à 2 kilomètres de haut et pouvant atteindre une vitesse de déplacement de 40 kilomètres par heure.

 

254 Morning-Glory-Cloud (1).jpg

Les conditions qui donnent lieu au Morning Glory se rencontrent dans d'autres endroits sur le globe mais de façon plus aléatoire et de moins grande échelle. Des nuages similaires peuvent être observés au centre des États-Unis, dans la Manche, en Allemagne, dans l'est de la Russie et dans d'autre régions de la côte australienne mais sans répétition saisonnière comme celui du golfe de Carpentarie.

 

250 morninggloryclouds.jpg

Voici ce que disent nos amis de Wikipedia sur le sujet:

La nuit tombée, l’air de surface se refroidit et donne une brise de terre. Cependant, une inversion marine se forme sur le golf de Carpentarie y rendant l’air très stable. La brise de terre qui s’infiltre sous l’inversion, crée une onde ou une série d’ondes, comme des vagues, dans l’air qui surplombe le golfe. L’air est soulevé par cette onde et des nuages se forment le long de sa frontière avant comme discuté auparavant.

 

253.jpg

De plus, après le passage de l’onde, l’air redescend et tout nuage se dissipe par subsidence. Le front de nuages persiste tant que l’inversion n’est pas brisée par le réchauffement diurne et c’est donc pourquoi les Morning Glory sont observées surtout tôt le matin.

 

252.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Jim460QG

 

:jap: merci, j'essai de rechercher parmi mes souvenirs de lecture depuis l'enfance pour tout les sujets

 

et j'en manque pas qui sont déjà prêt ;)

 

par-contre, je suis gelé par le peu d'engouement de réactions sur ce topic, pourtant, les trois derniers sujets ne sont pas moindres

 

peut être des sujets politiques?

 

 

 

C'est ce qui m'a fait fermer 2 anciens topics en section jaune il y a quelques années, les gens lisent, mais ne participent pas, ça encourage pas trop :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

C'est ce qui m'a fait fermer 2 anciens topics en section jaune il y a quelques années, les gens lisent, mais ne participent pas, ça encourage pas trop :jap:

 

 

voilà, tu m'as compris, merci Jimmy

 

à cause du boulot et du racket que je subis du RSI, j'ai plus de temps pour m'occuper de celui pour la WW1, chaque sujet me demandait des jours de travail mais j'adore

ça et ça me manque, aussi, les anecdotes sont aussi un refuge, ce matin, je flippais ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité §Jim460QG

 

voilà, tu m'as compris, merci Jimmy

 

à cause du boulot et du racket que je subis du RSI, j'ai plus de temps pour m'occuper de celui pour la WW1, chaque sujet me demandait des jours de travail mais j'adore

ça et ça me manque, aussi, les anecdotes sont aussi un refuge, ce matin, je flippais ;)

 

 

 

Ben je trouve que par rapport à ce que tu dis tu passes déjà pas mal de temps ici, mais bon c'est juste mon avis. ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Ben je trouve que par rapport à ce que tu dis tu passes déjà pas mal de temps ici, mais bon c'est juste mon avis. ;)

 

 

c'est le sentiment que je donne mais en vrai, je suis capable de faire deux trois trucs en même temps

 

pour les anecdotes, je puise mes idées dans ma vaste bibliothèque et je file ensuite sur le web

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Zygo, je lis aussi les anecdotes sans commenter car pour le moment tout ce que je lis est nouveau pour moi. :oui:

 

Mais continue dans ta lancée à alimenter ce topic d'anecdotes toujours plus intéressantes. ;)

 

 

cool, c'est gentil de ta part de me dire cela, tiens, maintenant, je suis guéri et donc, je continue

 

Visa, et toi? :o

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai bien une petite anecdote mais rien de bien intelligent ni intéressant. :p

Avec mes loulous, on travaille en projet sur le conte (en lire, en écrire..)

Mardi dernier, j'ai été inspecté par un conseiller péda.

 

Samedi, un gamin me demande qui était ce fameux monsieur. J'explique qu'il s'agissait d'une personne venant voir les élèves au travail.

 

Et là la gamin me sort "ah bah je croyais qu'il s'agissait d'un frère Grimm". :cyp:

 

 

La classe a explosé de rire et moi aussi. :p

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci tout le monde, faut dire que je me suis levé ce matin sans trop avoir le moral

 

484033551_lesuissedusud.gif.35c06cf8f1858e750e5691b464bb950e.gif je suis

 

 

Ceci explique cela. :jap:

 

 

 

 

C'est ce qui m'a fait fermer 2 anciens topics en section jaune il y a quelques années, les gens lisent, mais ne participent pas, ça encourage pas trop :jap:

 

 

Pourtant, je les aimais bien ces 2 Topics là, et, j'y ai même participé.

 

 

 

 

 

à cause du boulot et du racket que je subis du RSI, j'ai plus de temps pour m'occuper de celui pour la WW1, chaque sujet me demandait des jours de travail mais j'adore

ça et ça me manque, aussi, les anecdotes sont aussi un refuge, ce matin, je flippais ;)

 

Nous aussi, on adore, alors : continue.

 

 

Encore une fois je ne connaissais pas du tout ce phénomène. :p

 

Comme quoi on en apprend tous les jours. :oui:

 

Sur ce topic, je ne suis plus l'instit mais l'élève. :D

 

 

Belle formule,

 

Moi aussi, grâce à Zygo, j'en apprend tous les jours, ..........et, j'aime ça.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

anecdote du soir

 

 

Un bon samaritain, vous connaissez?

 

263 Rembrandt_le bon samaritain.jpg

 

Définition d’une personne charitable…

Pourtant….

La parabole du Bon Samaritain met en scène un voyageur, attaqué et laissé pour mort par des bandits. Un prêtre et un Lévite, tous deux juifs, représentant l’orthodoxie religieuse de l’époque, passent à côté de lui et ne s’en préoccupent pas.

 

262.jpg266.jpg

Or un Samaritain, représentant d’une population que les Juifs tiennent pour impie se montre capable de compassion envers cet inconnu grièvement blessé, qui n’est pas de sa religion. Ce samaritain donnera du temps, prodiguera des soins et donnera de son argent pour sauver ce malheureux.

 

264.jpg265.jpg

Cet impie est un petit peuple:

Avec une population de 712 personnes en 2007, les Samaritains sont un des plus petits groupes ethniques et religieux au monde ! Descendant des antiques hébreux, donc apparentés aux Juifs, ils pratiquent le samaritanisme, une religion basée sur le Pentateuque mais divergeant du judaïsme.

 

260 Vincent_Willem_van Ghog.jpg

La séparation entre les peuples Samaritains et Juifs auraient eu lieu vers le milieu du Ier siècle avant J.-C.. Les causes de cette rupture, aussi bien que l’origine des Samaritains, ne sont cependant pas certaines. La tradition juive orthodoxe ne leur reconnait par exemple pas leur origine israëlite, les considérant comme issus de populations étrangères ayant assimilés un judaïsme syncrétique.

Il semblerait cependant que les Samaritains soient les descendants d’habitants du royaume de Samarie, les Juifs étant les héritiers du royaume de Juda.

 

261 RossanoGospels-GoodSamaritan.jpg

Aujourd’hui, il existe deux communautés samaritaines : l’une à Holon en Israël, l’autre à Naplouse en Cisjordanie. Les premiers parlent hébreu dans la vie quotidienne, les second parlent arabe. Ils utilisent cependant tous deux l’hébreu samaritain comme langue liturgique.

en clair, ce petit peuple est toujours impie!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Belle anecdote une fois de plus, Zygo.

 

C'est certainement complètement idiot, mais, quand je lis le mot samaritain,je pense , de suite à Noêl, et aux illuminations des magasins de la Samaritaine à Paris qui m'émerveillaient lorsque j'étais gamin.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

anecdote du soir-rénovée-

 

 

L’acrostiche

 

Un acrostiche est un poème fondé sur une figure de style consistant en ce que les initiales de chaque vers, lues verticalement de haut en bas, composent un mot ou une expression se rapportant au sujet du poème.

Raconté par Rue89, Arnold Schwarzenegger en fait un bel exemple:

Arnold Schwarzenegger explique aux députés du Congrès de Californie qu'il ne signera pas une proposition de loi, qu'il considère comme inutile : il existe selon lui tant de sujets plus graves.

Maintenant, observez bien la lettre et découvrez un autre message, caché celui là.

« To the Members of the California State Assembly:

I am returning Assembly Bill 1176 without my signature.

For some time now I have lamented the fact that major issues are overlooked while many

unnecessary bills come to me for consideration. Water reform, prison reform, and health

care are major issues my Administration has brought to the table, but the Legislature just

kicks the can down the alley.

Yet another legislative year has come and gone without the major reforms Californians

overwhelmingly deserve. In light of this, and after careful consideration, I believe it is

unnecessary to sign this measure at this time.

Sincerely,

Arnold Schwarzenegger »

 

La proposition de loi était anodine (votée à l'unanimité, elle concernait l'aménagement d'une partie du port de San Francisco). Mais son auteur, le démocrate Tom Ammiano, a irrité le gouverneur républicain lors d'un événement politique à San Francisco quelques semaines plus tôt.

Pendant le discours de Schwarzenegger, Ammiano l'avait traité de « menteur » à haute voix, et crié « Kiss my gay ass ! » (« embrasse mon cul de gay »). Puis il avait pris le micro et dénoncé la politique de Schwarzenegger, accusé d'avoir notamment bloqué plusieurs propositions de loi qui visaient à légaliser le mariage homosexuel.

A la sortie de la lettre et interrogé par la presse, le porte-parole du gouverneur Aaron McLear a joué les innocents :

« Mon Dieu. Quelle coïcidence ! Je suppose que quand vous devez user si souvent de votre veto, ce sont des choses qui finissent par arriver. »

Le porte-parole d'Ammiano a appelé à une trêve : « Un partout, la balle au centre. »

Pour le plaisir, voici d’autres acrostiches célèbres

Un acrostiche a été découvert dans une pièce de Pierre Corneille : Horace (acte II, scène 3) :

S'attacher au combat contre un autre soi-même,

Attaquer un parti qui prend pour défenseur

Le frère d'une femme et l'amant d'une sœur,

Et rompant tous ces nœuds, s'armer pour la patrie

Contre un sang qu'on voudrait racheter de sa vie,

Une telle vertu n'appartenait qu'à nous ;

L'éclat de son grand nom lui fait peu de jaloux,

Alfred de Musset envoya à George Sand ce poème qui est un acrostiche selon certains :

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage

Voulez-vous qu'un instant je change de visage ?

Vous avez capturé les sentiments d'un cœur

Que pour vous adorer forma le Créateur.

Je vous chéris, amour, et ma plume en délire

Couche sur le papier ce que je n'ose dire.

Avec soin, de mes vers lisez les premiers mots

Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

George Sand répondit :

Cette insigne faveur que votre cœur réclame

Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

Ou

Cette insigne faveur que votre cœur réclame

Nuit peut être à l'honneur mais répond à ma flamme

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui, dodz, quand je mets "rénovée", c'est qu'il a déjà été posté, je me permet de l'étoffer un peu plus si possible, au moins, il est plus perdu dans les limbes des topics

 

demain sera un tout neuf runflat.gif.ec221b0f3cf92dd8e56f238779880f0d.gif

 

 

 

Bien poétique anecdote que celle de ce soir. :jap:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

anecdote du soir

 

 

La petite Constantinople

 

277 Boulets_de_la_rue_droite (nice).jpg

 

L’entrée dans l’époque moderne est marquée par les règnes concomitants de souverains exceptionnels: François Ier, roi de France de 1515 à 1547 ; Charles Quint, roi d’Espagne de 1515 à 1557, et empereur du Saint Empire romain germanique de 1519 à 1556 ; Henri VIII, roi d’Angleterre et d’Irlande de 1491 à 1547 ; Soliman le Magnifique, sultan ottoman de 1520 à 1566.

L’activité maritime est intense. Les trois monarques européens participent à la course aux grandes découvertes avec les moyens navals et financiers dont ils peuvent disposer: importants pour l’Espagne, modestes pour la France et réduits pour l’Angleterre, pays assez pauvre et peu peuplé. En Méditerranée, les pays riverains vont s’opposer par l’intermédiaire des deux plus fameux marins du temps:

Kheir el Dyn Barberousse et Andrea Doria qui vont se combattre jusque tard dans leur âge.

 

275 Barberousse.jpg271 Andrea_Doria.jpg

A la suite d’une série d’échecs militaires sur terre le Roi Très-Chrétien cherche le soutien de l’Empire ottoman et établit des relations diplomatiques avec lui. Ne disposant pas d’une marine de guerre permanente, il cherche dans un premier temps à obtenir l’appui de la puissante flotte turque pour attaquer l’Italie par la mer. Il veut également développer le commerce vers l’Asie passant par les routes traditionnelles en négociant des accords marchands préférentiels avec les ports du Levant sous domination ottomane.

C’est finalement en 1543 que Barberousse quitte l’Orient avec cent dix galères et quarante galiotes. Paulin, ambassadeur de François 1er est à ses côtés lors des sanglantes razzias effectuées dans les Pouilles, en Calabre et en Sicile.

En juillet, la flotte turque fait escale à Marseille où elle est magnifiquement accueillie au nom du Roi par Enghien, commandant d’une escadre de cinquante vaisseaux. Barberousse prend Villefranche et brûle la ville. La flotte combinée va mettre le siège devant Nice qui capitule avec la promesse qu’elle ne sera pas pillée. Les Turcs ne font pas de quartier. Certain de son impunité et conscient de sa force, Barberousse effectue des razzias, comme à Antibes.

 

276 Siége_de_la_flotte_turc.jpg

L’hivernage est prévu à Toulon, qui ne compte que 5000 habitants et 635 maisons. Quelles peuvent être les raisons qui ont présidé à ce choix ?

Le rattachement de la Provence, comtat souverain jusqu’en 1481 est donc récent. La ville est une petite ville de la France méridionale qui vit de la pêche et de la culture des oliviers, de la vigne et des citronniers. Sa magnifique rade est mal protégée des vents d’est. Le principal navire de combat utilisé en Méditerranée est la galère et les capitaines de galères préfèrent le plan d’eau de Marseille qu’ils trouvent mieux abrité.

Marseille se serait donc mieux prêtée à l’hivernage des presque 200 galères ottomanes. Trois raisons peuvent être avancées pour expliquer le choix de Toulon. D’une part le problème de la cohabitation des chiourmes turques, composées en totalité d’esclaves chrétiens, dont nombre d’entre eux devaient avoir été enlevés à l’occasion de la prise de navires de commerce de Marseille, et la population de la grande métropole chrétienne n’aurait pas manqué de générer des troubles pour en obtenir la libération.

 

273 Galère-barbaresque-devant-Alger.jpg

À l’inverse, la présence de rameurs des galères royales dont une forte proportion est composée de musulmans pris au cours de combats ou achetés en Espagne et en Italie pouvait générer le même type d’attente côté turc. Enfin, le choix d’une petite ville située à l’écart des grandes routes commerciales pouvait éviter d’entretenir le retentissement d’une décision de François Ier qui faisait déjà quelque bruit dans la chrétienté.

Le Conseil général de Toulon décide alors de négocier pour obtenir, en premier lieu, de sauver les olives et les récoltes, ensuite, un compromis quant à l’évacuation de la ville, enfin, un allégement fiscal en dédommagement des pertes subies, fut la tâche des nouveaux consuls.

Le 14 octobre 1543, 174 galères, fustes et galiotes, mouillent dans la rade. Trente mille hommes s’installent en ville jusqu‘en avril 1544 pour le plus grand malheur de la cité où tout est fait, sur ordre du roi, pour satisfaire les Ottomans.

 

274 BarberousseToulon1543.jpg

La ville prend le nom de « petite Constantinople »

La plus grande partie de la population habituelle est évacuée et la cathédrale Sainte-Marie-Majeure sera même transformée en mosquée

Les finances de la ville furent tellement obérées que Toulon mit plusieurs années pour les rétablir normalement, et il fallut emprunter 20 000 écus. Par lettre donnée à Echon le 11 décembre 1543, François 1er exempta les Toulonnais de toutes tailles royales pendant dix ans, tellement fortes avaient été leurs charges financières durant ces six mois.

 

272 François_Ier.jpg

Le départ est négocié par François 1er qui le paie très cher : « 800 000 écus d’or, pièces d’orfèvrerie et draps de soie en grand nombre plus vivres et munitions ». Barberousse continue à perpétrer de multiples exactions dans le golfe de Naples et à Reggio di Calabre avant de regagner Constantinople avec un énorme butin et de nombreux esclaves.

Sans que la France en tire d’avantage. Le 18 septembre 1544, François 1er signe avec Charles-Quint le traité de Crépy par lequel il s’engage à combattre les Ottomans, mettant fin à l’alliance turque.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

L’acrostiche

 

 

George Sand ayant beaucoup d'esprit avait également écrit cette lettre à Musset (ce n'est pas un acrostiche, et je ne sais le nom de cette tournure littéraire, puisqu'il faut lire seulement une ligne sur deux) :

 

Je suis très émue de vous dire que j'ai

bien compris l'autre soir que vous aviez

toujours une envie folle de me faire

danser. Je garde le souvenir de votre

baiser et je voudrais bien que ce soit

là une preuve que je puisse être aimée

par vous. Je suis prête à montrer mon

affection toute désintéressée et sans cal-

cul, et si vous voulez me voir aussi

vous dévoiler sans artifice mon âme

toute nue, venez me faire une visite.

Nous causerons entre amis, franchement.

Je vous prouverai que je suis la femme

sincère, capable de vous offrir l'affection

la plus profonde comme la plus étroite

en amitié, en un mot la meilleure preuve

que vous puissiez rêver, puisque votre

âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-

bite est bien longue, bien dure et souvent

difficile. Ainsi, en y songeant j'ai l'âme

grosse. Accourez donc vite et venez me la

faire oublier par l'amour où je veux me

mettre.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

George Sand ayant beaucoup d'esprit avait également écrit cette lettre à Musset (ce n'est pas un acrostiche, et je ne sais le nom de cette tournure littéraire, puisqu'il faut lire seulement une ligne sur deux) :

 

Je suis très émue de vous dire que j'ai

bien compris l'autre soir que vous aviez

toujours une envie folle de me faire

danser. Je garde le souvenir de votre

baiser et je voudrais bien que ce soit

là une preuve que je puisse être aimée

par vous. Je suis prête à montrer mon

affection toute désintéressée et sans cal-

cul, et si vous voulez me voir aussi

vous dévoiler sans artifice mon âme

toute nue, venez me faire une visite.

Nous causerons entre amis, franchement.

Je vous prouverai que je suis la femme

sincère, capable de vous offrir l'affection

la plus profonde comme la plus étroite

en amitié, en un mot la meilleure preuve

que vous puissiez rêver, puisque votre

âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-

bite est bien longue, bien dure et souvent

difficile. Ainsi, en y songeant j'ai l'âme

grosse. Accourez donc vite et venez me la

faire oublier par l'amour où je veux me

mettre.

 

 

 

 

ah super, c'est bien trouvé, on peut penser que c'est le même mot d'ailleurs

 

pis, pour la Madame, je suis même pas surpris d'elle vu les lettres qu'elle envoyai à Chopin :p

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

anecdote du soir-rénové-

 

 

 

Juzcar : le village des Schtroumpfs en Espagne

 

3.jpg

 

Si vous avez envie de voir la vie en bleu, rendez-vous en Espagne à Juzcar ! Ce petit village d’Andalousie est devenu une attraction touristique depuis que ses maisons, ses commerces, sa mairie et même son église ont été peints de la couleur de Schtroumpfs.

2.jpg

Jusqu’en 2011, Juzcar n'était qu'un petit village paisible du sud de l’Espagne. Cette commune de 250 âmes était nichée dans les montagnes au coeur d'une forêt de châtaigniers.

Alors que ce village andalou était un pueblo blanco, avec des maisons typiques enduites de chaux, toutes les façades de la commune ont été peintes en bleu pour les besoins du film d'animation en 3D "Les Schtroumpfs".

 

5.jpg

Júzcar a été fut choisi par la production parmi plusieurs villages espagnols car il est celui qui ressemble le plus au hameau où vivent les Schtroumpfs ! Il est ainsi devenu "le premier village Schtroumpf réel du monde".

 

1.jpg

Il a fallu 50 peintres et 200 heures de travail pour peindre l'ensemble du village en bleu azur avec 5000 litres de peinture. Tous les habitants ont accepté de repeindre leur maison, sauf un. "Comme partout, il y a toujours un Gargamel", selon les mots du grand schtroumpf, pardon : du maire !

Aucun autre édifice n'a échappé à cette vague bleue puisque l’église, l’hôtel, le bar, la place et même le cimetière ont été repeints dans le même ton que les personnages de Peyo.

 

4.jpg

Or, les habitants de Juzcar n’ont pas eu à regretter ce changement de couleur. Cette singularité a en effet attiré des touristes du monde entier et triplé les bénéfices des commerçants du village. Alors qu'il était prévu que les maisons redeviennent blanches après le tournage, les habitants ont donc décidé de profiter de cette manne touristique.

 

6.jpg

Sur les façades, des dessins géants représentent les personnages cultes de la BD de Peyo comme Gargamel ou la schtroumpfette. Dans l'une des maison transformée en boutique de souvenirs, on trouve des figurines, peluches, tasses et déguisements à l'effigie des Schtroumpfs

 

 

7.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

anecdote du soir

 

 

Locomotive à vapeur charbon Sur?

 

11.jpg

 

Le 6 juin 1944 les troupes alliées débarquent en Normandie. La SNCF doit immédiatement faire face aux destructions des infrastructures et des matériels ferroviaires : sur un effectif de 17 000 locomotives à vapeur en 1939, seules 6 000 sont en état de marche. Il faut construire en urgence de nouvelles machines mais l’industrie française ne le peut pas.

Les Mikado de la série 141 R numéros 1 à 1340 sont des locomotive à vapeur unifiées de la SNCF qui furent largement utilisées pour tous services sur l'ensemble du réseau français de 1945 à 1974.

 

141r---1.jpg141r1340.jpg

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le manque de locomotives et l'incapacité de l'industrie française, en cours de reconstruction, à livrer rapidement un grand nombre de machines neuves imposa de recourir aux constructeurs américains et canadiens.

Les choix techniques faits à cette occasion bousculaient le conservatisme industriel ferroviaire français de l'époque et allaient se révéler judicieux. Leur financement s'est fait dans le cadre de la Loi Prêt-Bail de 1941 (et non du Plan Marshall, comme trop souvent écrit, qui a été signé en avril 1948).

 

8 foyer.jpg9.jpg

C'est la firme Baldwin Locomotive Works, qui dans l'urgence de l'époque dessina les plans de ces machines, en modifiant pour le réseau français une locomotive qui circulait déjà depuis plusieurs années aux États-Unis, la Mikado légère USRA.

Les principales adaptations portèrent sur : la mise au gabarit SNCF, l'attelage à tendeur avec les tampons, les écrans pare-fumées, le poste de conduite côté gauche, une porte de boîte à fumée à volant de fermeture central puis de type « Unifiée » (ou porte du type « Nord » ) et la pose de l'échappement Kylchap sur les machines de la seconde tranche.

 

10.jpg

C'est ainsi qu'une commande de 700 locomotives tous services (mixtes) fut passée en février 1945 pour constituer la première tranche : les 141 R 1 à 700 à des firmes américaines.

Une fois le financement rendu possible, la seconde tranche, portant sur les 141 R 701 à 1340, est commandée auprès des mêmes firmes, secondées par des constructeurs canadiens.

 

141_r_19.jpg

Ces machines étaient alors majoritairement prévues pour être chauffées au fuel (fioul lourd préchauffé) et non au charbon comme les précédentes. Les 604 machines au fioul assurèrent un meilleur service et furent de ce fait plus sollicitées que celles au charbon.

L'introduction massive de machines chauffées au fioul s'explique également par le fait que dans l'immédiat après-guerre, le charbon de qualité était très demandé et que la SNCF en consommait annuellement 9 millions de tonnes.

 

13 cabine fuel.jpg

Le fioul permettait donc des économies de charbon, même si dans de nombreux dépôts il s'agissait d'une véritable révolution. L'autonomie permise par le fioul (700 km au lieu de 400 km) explique aussi l'usage plus intensif des machines. Les vaporistes parlent de « mazoutières » ou de « charbonnières » selon le combustible employé ; les machines chauffées au fioul, étaient aussi surnommées « les goudronneuses » par les équipes de conduite.

Dix-sept locomotives (les 141 R 1220 à 1235 et la 141 R 1241) disparurent en mer dans le naufrage du navire norvégien Belpamela, le 11 avril 1947, pris dans une violente tempête au large de Terre-Neuve. De ce fait, sur les 1340 locomotives commandées, seules 1323 entrèrent en service sur le réseau français.

 

14.jpg

Le Belpamela chargé de voitures de type métro. La hauteur du chargement permet sérieusement de douter de la stabilité du navire en cas de tempête.

Avec les 17 machines 141-R, le Belpamela aura été probablement surchargé en dépit du bon sens !!

 

Pour les 141 R 1101 à 1340, le kilométrage maximum parcouru entre deux grandes révisions (levages), fut poussé jusqu’à 230 000 kilomètres. Faciles à conduire, elles offraient un confort relatif mais nouveau aux chauffeurs et aux mécaniciens : les abris étaient de véritables cabines de conduite fermées, dotées d'un confort et d'une ergonomie jusqu'alors inconnus à la SNCF : conduite et chauffe assises sur des fauteuils, avec les appareils de commande à portée de mains; alimentation automatique en charbon grâce au chargeur mécanique stoker, et chauffe au fioul encore plus aisée avec la commande du régulateur de mazout.

 

141F282.jpg

Les facultés de puissance offertes par ces nouvelles machines alliées à leur simplicité de conduite, permirent de favoriser la gestion des équipes en rompant l'association locomotive-mécanicien-chauffeur, et en instaurant la conduite en banalité.

Le régime de banalité dans le domaine ferroviaire est le fait que n'importe quelle équipe de conduite peut conduire n'importe quelle locomotive.

C'est avec les 140 U de l'armée américaine que fut expérimenté par la SNCF le système de conduite en banalité. Dès l'automne 1944, sur l'artère Marseille-Lyon-Dijon où les transports de guerre par voies ferrées se révéleront d'une importance vitale, la traction des trains sera assuré de manière extrêmement soutenue par des 140 U chauffées au fuel.

 

15 141R568.jpg

Ces locomotives effectuaient des étapes quotidiennes sans ravitaillement en combustible de Marseille à Lyon, avec des relais d'équipes de conduite à Avignon et Valence. Ces méthodes d'utilisation très efficaces seront retenues par la SNCF pour être appliquées aux 141 R, dont 620 unités bénéficieront également de la chauffe au fuel

En 1966, 1113 unités figuraient à l'inventaire, dont 589 chauffées au mazout. Les parcours moyens théoriques variaient de 810 000 à 930 000 kilomètres entre grandes réparations (GR). Les 141R inaugurèrent l'ère de la conduite en banalité, c'est pourquoi elles atteignirent des parcours journaliers records, de l'ordre de 900km, double des machines à équipes titulaires.

 

16 141R1187_Mulhouse.jpg

La 141 R 1126 du dépôt de Narbonne fera sa dernière sortie le 1er juin 1975, en tête d'un train spécial composé de seize voitures, pour un voyage aller et retour entre Narbonne et Cerbère sur la ligne de la Côte Vermeille7, et c'est le 19 octobre 1975 que circula la dernière de ces trois 141 R encore en service à la SNCF, la 141 R 1187 du dépôt de Vénissieux, en assurant un train spécial aller et retour entre Lyon et Veynes via Grenoble et la ligne des Alpes.

Depuis 1981 et jusqu'à nos jours, la SNCF autorise à nouveau la circulation de certaines 141 R préservées par des associations, pour la traction de trains spéciaux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×
  • Créer...
Aller en haut de page