Aller au contenu
Logo Caradisiac      

Téléchargez nos application

Disponible sur App Store Disponible sur Google play
Publi info

Ferrari 1/18


FERRARI WORLD
 Partager

Messages recommandés

Invité §Mas042gf

Que je confirme quoi ? Ai je dit que c'était autre chose que la réplique de la 125S ? Je dis réplique car tout le monde sait que la vraie n'existe plus depuis longtemps. Et le No 56, tu sais d'où il vient ? :ange:

 

 

c'est ca ce que je me dit... la 56 vient d'ou ? :voyons:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 7,2K
  • Créé
  • Dernière réponse

Participants fréquents à ce sujet

Participants fréquents à ce sujet

Que je confirme quoi ? Ai je dit que c'était autre chose que la réplique de la 125S ? Je dis réplique car tout le monde sait que la vraie n'existe plus depuis longtemps. Et le No 56, tu sais d'où il vient ? :ange:

 

 

Juste que ta pas dit "replique" ta dit que ca avait été présenté avant :??:;)

Donc tu confirme que c'est une 125 S (meme si c'est pas l'originale ) ;)

 

Non, d'ou ? :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour les informations et le cadeau. http://forum-auto.caradisiac.com/static/icones/smilies/jap.gif

 

D'où vient-il le numéro 56 ?

 

---------------

 

599 GTO 2010 (Elite) : Résurrection volontaire.

 

Sur l'instant, j'ai crié au sacrilège, à l'imposture et à l'opération de marketing déguisée. En remplaçant le B de GTB par le O, Ferrari s'engageait sur un chemin éminemment passionné et passionnel. Les trois lettres magiques GTO sont associées au modèle 250, l'une des voitures de course parmi les plus légendaires, produite à seulement 36 exemplaires entre 1961 et 1964. Confiées aux plus grands pilotes de l'époque, ces machines ont tout gagné, dominant la catégorie Grand Tourisme de la tête et des épaules. Ressusciter le label GTO imposait donc des devoirs et des conditions. A commencer par une nécessaire vocation sportive. Or, comme la 288 GTO de 1984, la 599 GTO ne devrait pas connaître les affres de la compétition, mais juste permettre aux 599 élus de tourner sur circuit lors des réunions de club. Ces amateurs éclairés ne seront pas déçus car, "l’évolution" de la 599 se montre fidèle à son patronyme.

 

Dénominateur commun de toutes les Ferrari, les enseignements de la compétition ont fortement influencés le développement de cette machine de route. La 599 GTO constitue l'apogée 2011, se montrant plus proche du programme 599XX que de la berlinette de route 599 GTB. La silhouette racée hérite logiquement des mimiques aérodynamiques de sa sœur concept-car. Outre l'énorme diffuseur d'air arrière et le becquet de malle arrière, on notera l'apparition de flasques fixées sur le moyeu de la roue et refroidissant les freins, ainsi que d'un pavillon en carbone participant à l'abaissement du centre de gravité et à la réduction du poids. Grâce à une cure d'allègement drastique, 100 kg ont pu être gagnés par rapport à la GTB, dont 48 kilos pour la mécanique, 31 pour la carrosserie et 33 pour l'habitacle. La GTO ne pèse "plus que" 1,6 tonne sur la bascule. Pour descendre au brillant rapport poids/puissance de 2,23 kg/ch, le capot avant de ce pur-sang abrite une évolution du V12 6 litres. Cœur de la GTO, cette mécanique d'exception délivre désormais 670 ch à 8 250 tr/min, soit 50 ch de plus que la GTB. Cette débauche de puissance incroyable, similaire à celle des prototypes Porsche qui trustaient les victoires au Mans au milieu des années 80, repose sur un ensemble de pièces empruntées à la 599XX. Ainsi gréée, la GTO abat le 0 à 100 km/h en 3,35 secondes, et la barrière des 200 km/h est franchie en 9,8 secondes !

 

Cette démonstration de force s'appuie également sur un châssis particulièrement affûté. Portant l'empreinte de la F1, l'électronique a permis de repousser encore les limites de la physique. La suspension à amortissement magnétique SCM2 communique en permanence avec le contrôle de traction F1-Trac remanié et géré depuis le Manettino, un bouton rotatif disposé sur le volant. Offrant cinq modes, ce système efficace configure du bout des doigts les réglages moteur, boîte, amortissement, différentiel électronique, ABS, antipatinage et contrôle dynamique de trajectoire. Autre innovation: Le système de freinage carbone-céramique CCM2 augmente la puissance de décélération et l'endurance. Il est associé à d'énormes pneumatiques de 20 pouces spécialement étudiés par Michelin.

 

Si réussir la résurrection d’un label comme GTO était un défi extraordinaire pour Ferrari, il en est de même pour Mattel de le reproduire au 1/18. Dans une configuration "full black" laissant uniquement ressortir un habitacle entièrement de rouge vêtu, cette Elite ne pouvais pas laisser indifférent. Mieux, elle surprend par ses finitions et son assemblage, pour un prix toujours abordable.

 

Cette série limitée à 5 000 exemplaires offre à la GTO, un regard plus vindicatif qui ne laisse planer aucun doute sur le caractère du modèle. Les plastiques sont de bonne qualité tout comme la peinture. Inutile de rappelé que la série des 599 (Elite) est particulièrement réussie. Seul petit bémol récurant, le moteur n’est toujours pas très réaliste et conserve un aspect jouet. Pour le reste, l’entreprise Américaine propose une miniature dont la finition peut-être comparer aux ténors de la catégorie (MR Models, BBR, APM-MWS…) qui proposent des 1/18 sans ouvrant, pour un tarif divisé par 4.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/910499IMG0927.jpg

 

Sur l'instant, j'ai crié au sacrilège, à l'imposture et à l'opération de marketing déguisée.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/796571IMG0930.jpg

 

Ces amateurs éclairés ne seront pas déçus car, "l’évolution" de la 599 se montre fidèle à son patronyme.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/422604IMG0935.jpg

 

Ainsi gréée, la GTO abat le 0 à 100 km/h en 3,35 secondes, et la barrière des 200 km/h est franchie en 9,8 secondes !

 

http://img4.hostingpics.net/pics/540059IMG0936.jpg

 

Cette série limitée à 5 000 exemplaires offre à la GTO, un regard plus vindicatif qui ne laisse planer aucun doute sur le caractère du modèle.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/598781IMG0937.jpg

 

L'entreprise Américaine propose une miniature dont la finition peut-être comparer aux ténors de la catégorie.

 

599 GTO : Les plus…

 

- Série limitée

- Rapport qualité/prix

- Configuration de la 1/18

- Habitacle

- Imitation Carbone

 

599 GTO : Les moins…

 

- Détails du moteur

- Grilles d’aération fragile

- Aspect plastique des clignotants

- Absence de certificat

- Absence de showcase

 

Verdict : ☆☆☆

 

(Sources ; Le Figaro et Romaric Jaffré)

(Photographies ; Romaric Jaffré)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

 

Cool, tu as trouvé les photos d'époque de la 125S avec son numéro 56...Dommage que tu ne puisses pas nous en dire plus.

 

En fait, on voit assez souvent ces photos de la 125S avec ce numéro, car c'est sous cette configuration que Ferrari a remporté sa première victoire, le 27 mai 1947 au GP de Rome, sur le circuit des Thermes de Caracalla, avec franco Cortese au volant.

On connait aussi la version avec le N° 128, déjà avec Cortese au volant, mais le 11 mai 1947, à Plaisance (Piacenza). C'était sa première course, il était en tête avant son abandon a 3 tours de l'arrivée.

 

Celle d'aujourd'hui est une réplique, et elle avait récupéré son gros 56 pour les cérémonies du 60ème anniversaire en ...2007 !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos nombreux compliments, et pour les précieux renseignements sur la 125 Cavallino ! http://forum-auto.caradisiac.com/static/icones/smilies/jap.gif

 

Pour une prochaine 599, c'est promis Anto.

 

---------------

 

Un avis sur le débat du mois d'Août 2011.

 

«Nous avons écouté nos clients qui nous reprochaient de ne pas pouvoir utiliser leur GT douze mois sur douze. Avec la FF, ils grimperont à Gstaad ou Courchevel, en famille, par tous les temps. Ils pourront aussi embarquer leurs paires de skis», résume Jean-Jacques His, responsable du développement moteurs et transmissions chez Ferrari. Au lancement du programme en 2004, l'ingénieur français eut un sacré défi à relever : Concevoir une quatre-roues motrices offrant les mêmes sensations de pilotage que les meilleures propulsions de la marque.

 

La solution technique retenue par son équipe, inédite et brevetée, consiste à adjoindre une seconde boîte de vitesses en sortie de vilebrequin. Cette boîte compacte, longue de 170 mm, ne pèse que 40 kg et renferme deux rapports, plus une marche arrière pour se tirer d'un éventuel mauvais pas. Les deux rapports avant sont associés aux quatre premiers rapports de la boîte à double embrayage logée sur l'essieu arrière. Les deux boîtes fonctionnent de concert grâce à l'électronique embarquée. Il n'y a pas de liaison mécanique. Cette même gestion électronique dose le couple indépendamment sur chacune des roues en pilotant des embrayages à bain d'huile. Avec cette transmission, la FF est une quatre-roues motrices… Jusqu'en quatrième, soit jusqu'à une vitesse de 204 km/h.

 

Ferrari oblige, cette nouvelle GT se distingue par un V12 dont le rendement donne le tournis. Ce douze-cylindres inédit de 6,3 l porte le nom de code "F140 EB". Il a reçu une distribution continûment variable, une injection directe Bosch fonctionnant sous 200 bars et deux collecteurs d'échappement 6 en 1 hydroformés, comme en F1. Si la puissance et le couple maxi annoncés forcent le respect avec 660 ch à 8 000 tr/min et 683 Nm à 6 000 tr/min, que dire de la courbe de couple qui ne descend pas en dessous de 500 Nm entre 1 000 et 8 000 tr/min ! Comparé au V12 de la 612 Scaglietti, la puissance augmente de 120 ch, tandis que la consommation baisse en moyenne de 25 %. Avec le système Stop and Start, baptisé "HELE" pour High Emotion Low Emission (1 196 € en option), la FF se contente de 15,4 l/100 km contre 20,5 l pour la 612, soit des émissions de CO2 ramenées de 470 à 360 g/km.

 

Grâce à une caisse en aluminium 10 % plus légère, la FF n'est pas plus lourde que la 612 (1 880 kg), tout en se montrant plus habitable. Ses baquets en cuir peuvent accueillir des adultes de grande taille, jusqu'à 1,95 m à l'avant et 1,85 m à l'arrière. Ajoutez un volume de coffre variant de 450 l en quatre places à 800 l en deux places, et vous disposez de la GT la plus polyvalente jamais produite à Maranello. À ce niveau de performances, la FF n'a pour ainsi dire pas de concurrente avec quatre places et quatre roues motrices, hormis la Bentley GTC. Mais l'anglaise pèse plus de 2,3 tonnes et la svelte Italienne l'attend au tournant. D'autant que la FF possède une répartition des masses favorisant ses roues postérieures (47/53 %), gage d'une bonne maniabilité en virages.

 

En bref, la Ferrari FF est une vraie Italienne qu'il me tarde d'avoir au 1/18.

 

Réponses au débat du mois d'Août 2011: La nouvelle Ferrari FF répond-t'elle à toutes vos attentes ?

 

Sur 45 réponses.

 

Oui : 65.9 % (27 Votes).

 

Non : 19.5 % (8 Votes).

 

Sans Opinion : 14.6 % (6 Votes).

 

Votes blancs : 4 Votes.

 

Débat du mois de Septembre 2011: Pour ou contre une Ferrari électrique ?

 

(Source ; Ferrari)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le jour où les voitures electriques pourront veritablement concurrencer les moteurs classiques je serai pour :bah: (autonomie, agrément de conduite, performances, prix,...) Reste ensuite le probleme de production de l'electricité mais la on sort un peu de la question :lol:

 

toute façon il va bien falloir y venir !

hybride c'est encore autre chose

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sauf que ce n'est pas prêt d'être fait, et actuellement on a pas trouvé de batterie qui pourrait contenir autant d'énergie, quant aux bornes de ravitaillement que certains préconisent, c'est un peu de la foutaise, ca supposerait que tous les moteurs aient la même forme pour pouvoir s'imbriquer dans n'importe quel véhicule, ensuite ca prend énormément de place donc dans une Ferrari il n'y aura plus d'espace pour un éventuel bagage. Je pense honnêtement qu'il faut arrêter de fantasmer sur la voiture électrique et trouver autre chose ou alors être vraiment patient parce que c’est très loin d’être résolu. La seule chose possible, mais là ca ne concerne pas Ferrari, c’est la voiture électrique en ville ; je ne sais plus ou j’avais lu que sur Paris les gens font en moyenne moins de 50kms par jour ce qui est suffisant pour un moteur électrique (à condition qu’on ne perde pas trop de temps dans les bouchons

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'accord, pas de Ferrari électrique... Mais il va bien falloir trouver une solution non ?

 

Alors si vous ne voulez pas de l'electricité... Que proposez-vous ?

 

 

 

moi je m'en fiche, je dis juste que ce n'est pas réalisable, après je ne suis pas ingénieur en R&D, ce n'est pas à nous de proposer des choses qui seront de toute façon bancales.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, pourquoi pas ! Nous sommes là pour partager après tout. :p

 

En quoi trouver des batteries d'une durée de vie plus longue est-il impossible ?

 

 

pas impossible, mais très difficile, car dans l'état actuelle de leurs recherches ils n'arrivent pas à stocker suffisamment d'énergie pour des trajets importants, et avec la puissance que demande une Ferrari ces batteries devraient être encore supérieures. Si c'est pour faire de la ville avec, autant avoir une twingo ;). autre problème, les batteries devront être en lithium, qui est un composé pas si abondant que ca dans la nature et il faut le retraiter; ensuite les gisements se trouvent principalement au Chili et en Chine. si les Chinois continuent leur avancée dans l'automobile il vont tout utiliser et les prix vont devenir astronomiques. donc pour moi, j'ai du mal à voir une voiture électrique généralisée et encore moins chez Ferrari qui passera par la case hybride. pour l'instant le pétrole reste l'unique carburant. donc je pense que la voiture électrique va se développer mais va faire face à des difficultés qui empêcheront cette technologie de prospérer, après, wait and see. RDV dans au moins 10 ans pour voir si j'ai été trop pessimiste

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

pour la sls je ne savais pas, je viens de regarder. ils sont effectivement en train de développer un modèle; en revanche ils ne savent pas encore s'il y aura une production en série, et ils renseignent juste que l'autonomie sera de 250kms, ce qui est en soit beaucoup plus que ce que je pensais, mais ils n'ont pas renseigné à quel régime devrait tourner la bête pour garder cette autonomie. reste toujours le problème des longs trajets.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
 Partager

1/18ème
×
×
  • Créer...